Après 10 ans de tensions, un accord sur le nucléaire iranien a été trouvé

 |   |  1019  mots
Hassan Rohani, le président iranien
Hassan Rohani, le président iranien (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après quatre jours de négociations marathon sur le programme nucléaire de Téhéran, les grandes puissances (Etats unis, la Russie, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne ; les 5+1) et l'Iran sont parvenus à un accord au milieu de la nuit de samedi à dimanche à Genève, apportant un espoir de sortir d'une crise qui dure depuis plus de dix ans entre l'Iran et et la communauté internationale.

Historique. Après quatre jours de négociations marathon sur le programme nucléaire iranien, les grandes puissances du P5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne) et l'Iran sont parvenus à un accord dans la nuit de samedi à dimanche à Genève, apportant un espoir de sortir d'une crise qui dure depuis 10 ans entre la communauté internationale et l'Iran.

C'est une "avancée importante pour la sécurité et pour la paix", a salué Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius. Cet accord "confirme le droit de l'Iran à l'énergie nucléaire civile, mais exclut de sa part tout accès à l'arme nucléaire", a ajouté le ministre, estimant que Genève constituait une "première étape majeure". Pour la Chine cet accord intérimaire va "aider à sauvegarder la paix et la stabilité au Moyen-Orient". Pour le président des États-Unis Barack Obama il s'agit d'une "première étape importante" mais d'"énormes difficultés" persistaient dans ce dossier. Il aussi assuré que cet accord obtenu à l'arraché à Genève "barre le chemin le plus évident" de la république islamique vers une bombe atomique.

Accord intérimaire de 6 mois 

Les 5+1 et l'Iran ont trouvé un accord intérimaire de six mois, qui apporterait des garanties sur le caractère pacifique du programme nucléaire iranien avec en contrepartie un allégement "limité" de sanctions qui frappent l'économie iranienne.

Selon les Etats-Unis, le groupe P5+1 a imposé des sanctions économiques pour faire pression sur l'Iran afin qu'il interrompe son programme nucléaire, soupçonné par Washington et ses alliés d'avoir des visées militaires, ce que Téhéran dément.

Selon Washington, l'accord desserre l'étau de certaines de ces sanctions en échange d'une révision à la baisse de son programme nucléaire par l'Iran, qui se soumettra à des inspections internationales plus poussées pendant six mois, alors qu'une "solution complète" sera négociée. L'Iran a assuré que son programme d'enrichissement était "reconnu". La Maison Blanche a affirmé pour sa part que l'accord "ne reconnaît pas le droit à l'enrichissement" de combustible par Téhéran.

L'accord selon la présidence américaine, l'Iran:

- a accepté de cesser tout enrichissement d'uranium "à plus de 5% et de démanteler les processus techniques nécessaires pour enrichir à plus de 5%",

- "s'est engagé à neutraliser son stock d'uranium enrichi à près de 20% en le diluant",

- "ne construira pas de nouvelles centrifugeuses à uranium, et interrompra sa progression vers la mise en fonctionnement d'un réacteur dans son usine (nucléaire) d'Arak qui produirait du plutonium",

- "ne construira pas d'usine capable (...) d'extraire du plutonium à partir du combustible usagé"

- "permettra l'accès quotidien de ses sites à des experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et communiquera des données sur le fonctionnement du réacteur d'Arak".

De leur côté, les membres du P5+1:

- consentiront à un allègement des sanctions "limité, temporaire, ciblé et qui pourra être annulé", équivalant à quelque sept milliards de dollars,

- n'imposeront pas de nouvelles sanctions pendant la fenêtre de six mois si l'Iran respecte ses engagements,

- suspendront "certaines sanctions sur l'or et les métaux précieux, le secteur automobile et les exportations pétrochimiques de l'Iran", et permettront "des réparations et des inspections en Iran pour certaines compagnies aériennes iraniennes",

- et débloqueront 4,2 milliards de dollars environ, produits de sanctions sur les ventes de pétrole iranien.

En revanche, la plupart des sanctions américaines, commerciales et financières, resteront en vigueur dans les six mois à venir, comme les sanctions décidées par le Conseil de sécurité de l'ONU.

 Un mauvais accord pour Israël 

Pour Israël cet accord « est un mauvais accord qui offre exactement ce l'Iran voulait: la levée significative des sanctions et le maintien d'une partie significative de son programme nucléaire", a déclaré le bureau du Premier ministre Benjamin Netanayhu. "L'accord permet à l'Iran de continuer à enrichir l'uranium, laisse en place les centrifugeuses et lui permet de produite des matières fissiles pour une arme nucléaire", a déploré le bureau du Premier ministre. "L'accord n'a non plus abouti au démantèlement de la centrale d'Arak", un réacteur à eau lourde situé dans le nord de l'Iran, poursuit le communiqué. "La pression économique à laquelle est soumis l'Iran aurait pu amener à un bien meilleur accord qui aurait débouché sur un démantèlement des capacités nucléaires iraniennes", souligne également le bureau du Premier ministre.

De son côté, le ministre de l'Économie Naftali Bennett a assuré qu'Israël n'était pas lié par l'accord de Genève et avait le droit de se défendre. "L'accord laisse intacte la machine nucléaire iranienne et pourrait permettre à l'Iran de produire une bombe dans une période de six à sept semaines. Israël est prêt à toute éventualité", a déclaré le ministre israélien à la radio militaire.

Pour l'Iran, "le droit à la technologie nucléaire est un droit inaliénable"

S'exprimant devant les journalistes, à l'issue de négociations, le ministre iranien des Affaires Étrangères Mohammad Javad Zarifa a déclaré que l'accord contient une "référence claire selon laquelle l'enrichissement va continuer" en Iran, une question qui a été considérée longtemps comme la principale pierre d'achoppement des négociations. "Nous estimons que c'est notre droit", a ajouté le ministre iranien, qui a été applaudi à son entrée dans la salle de presse par les nombreux journalistes iraniens venus à Genève pour ces négociations. "Notre objectif a été de résoudre cette question nucléaire", car c'était "un problème qui n'était pas nécessaire", a-t-il poursuivi.

Le ministre a encore indiqué qu'il espérait que "la confiance du peuple iranien envers les pays occidentaux" allait être restaurée suite à cet accord. "Le droit à la technologie nucléaire est un droit inaliénable", a encore indiqué le ministre, en ajoutant que le "combat que nous avons mené depuis plusieurs années avait pour but que la communauté internationale reconnaisse" que l'Iran exerce ce droit.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2013 à 21:52 :
jusqu'à maintenant ils n'avait travaillé que sur le système de mise à feu, d'où ils avaient rapidement recouvert les lieux des traces d' essais sur une base militaire . Je crois qu'ils veulent ou bien peut-être ont - ils la maitrise de ce qu'on veut leur empêcher d'avoir. D'où l'accord maintenant car ils savent maintenant qu'ils sont capables de faire un jour .
Réponse de le 26/11/2013 à 10:25 :
Ce qui peut s'appeler en claire " un marché de dupes ".
a écrit le 25/11/2013 à 13:38 :
Avec tous les inspecteurs de l'AIEA qui vont se trouver en permanence sur les sites suspectés, les plus pessimistes vont pouvoir se dire que pendant 6 mois il ne va rien se fabriquer de machiavélique.
a écrit le 25/11/2013 à 11:41 :
Business as usual...
a écrit le 25/11/2013 à 10:00 :
Avec cet accord, PSA peut il revenir en Iran ????
On verra jusqu'où la cupidité américaine ira ......
Réponse de le 25/11/2013 à 15:26 :
là on parle de choses bien plus sérieuses que des vulgaires bagnoles, ça se voit que t'as pas le niveau.
a écrit le 24/11/2013 à 18:51 :
Un accord visiblement lié à des discutions secrètes engagées à Oman il y a 6 mois entre les états-uniens et les iraniens. Ces discutions sont probablement un signe de rapprochement qui sera profitable à l'Iran mais aussi aux USA à la fois économiquement et stratégiquement. Économiquement personne n'en doute car l'Iran représente un marché de 80 millions d'habitants mais il me semble que les USA compte d'avantage sur l'Iran pour lutter contre Al-Qaida en Afghanistan et ailleurs. Il ne serait pas étonnant que l'Iran fasse un geste en direction des troupes US et de leurs désengagement d'Afghanistan, un geste qui serait certainement apprécié par le congrès US.
a écrit le 24/11/2013 à 17:39 :
Un accord bien ou pas bien . . cela ne change pas grand chose . . Et l'instinct il dit quoi . .il met en lumière que la région n'est pas stable et plus il y aura d'armes de destruction et de fanatiques de tous bords cela ressemblera à balade d'un fou avec un briquet dans une fabrique de dynamite - - on sait que cela va mal finir
a écrit le 24/11/2013 à 17:17 :
C'est marrant (bien que "marrant" ne soit pas le terme le plus approprié) comme ce triomphalisme ressemble étrangement à celui exprimé lors des accords de Munich en 1938...
a écrit le 24/11/2013 à 17:13 :
Des iraniens malins ont gagné du temps pour construire leur bombe et après ça sera trop tard. Quelle accord minable et naif.
a écrit le 24/11/2013 à 14:38 :
On évite une guerre, des sanctions supplémentaires de la part du congrès US qui entrainent une accélération de l'enrichissement, une perspective de crescendo catastrophique. Les tensions entre Israël et l'Iran sont factices, aucune guerre antérieure, aucun conflit territorial, aucun conflit énergétique, c'est comme si la France avait des tensions avec la Bulgarie. L’antisémitisme présupposé des iraniens, aucune des 17 synagogues de Téhéran n' a été prise à partie par les bassidjis et encore moins par la population. Cette escalade verbale permettait à Ahmadinejad de cacher son incompétence et Netanyahu d'aborder le problème palestinien. Cet accord va changer bien des choses au Moyen-Orient pour les rentiers de l'ogre iranien. Pour ceux qui parlent d'accords Munichois n’oublions pas pour les 100 ans de la 1er guerre les va-t-en guerre nationalistes des 2 cotés.
Réponse de le 25/11/2013 à 19:30 :
Bien d'accord, l'histoire des accords commerciaux entre Israël et Iran montrent que la joute verbale servait au mieux au président Irannien à occuper l'esprit de ces citoyens et à Netanyahu à coloniser tranquilement tout en détournant l'attention et en se victimisant.

Cet accord permet de calmer le jeu et d'aborder d'autres sujets plus sereinement. Il me semble que le nucléaire Israëlien pourrait être un prochain sujet qui ferait vendre du papier non ? (/Taunt)
a écrit le 24/11/2013 à 14:04 :
je pense que le monde se souviendra de cet accord comme une des plus grande pitrerie de l'histoire, les Iraniens depuis 10 ans ne font que gagner du temps, et la ils viennent de gagner la bombe...
Ils étaient a genoux et au lieu d'achever les mollahs ont les aide à se relever.
Qui pensent que les quelques inspecteurs sur place vont pouvoir empêcher les Iraniens d'avancer vers la bombe?
Ces fanatiques religieux ne réfléchissent pas comme des Suisses ou des Allemands, les Occidentaux dorment et nos considérations humanistes vont nous conduire à notre perte.
Qui va dire aux Saoudiens, aux Algériens, aux Turcs maintenant qu'ils n'ont pas le droit a la bombe ...
a écrit le 24/11/2013 à 13:28 :
Voila un metier qui a de l'avenir: vendeur de reves.Les 5+1grandes puissances a genou devant un bon vendeur de reves.Lui ne donne rien et les 5 +1 s'empressent de tout donner. C'est la force des beaux parleurs. N'oubliez pas qu 'en hebreux Rohani signifie , celui qui sait bien s'exprimer!!. Mais ça suffit enfin!!en somme c'est le remake du renard et des 5+1 corbeaux. Alors quoi de neuf sous le soleil?
a écrit le 24/11/2013 à 13:17 :
A voir dans le temps, mais si ça mécontente les extrémistes de toute obédience (Talmud, bible ou coran confondus), c'est plutôt bon signe. A postériori, la France aura eu raison de refuser la première mouture puisque ça a permis d'obtenir un accord plus contraignant pour l'Iran en ce qui concerne les stocks existants. Rhodani et Obama ont obtenus de meilleurs résultats en 6 mois de négociation que les républicains tea partistes et les ayathollahs en 10 ans de guerre. espérons que les peuples Iraniens comme américains en tireront les bonnes conclusions.
a écrit le 24/11/2013 à 12:47 :
A voir dans le temps, mais si ça mécontente les extrémistes de toute obédience (Talmud, bible ou coran confondus), c'est plutôt bon signe. A postériori, la France aura eu raison de refuser la première mouture puisque ça a permis d'obtenir un accord plus contraignant pour l'Iran en ce qui concerne les stocks existants. Rhodani et Obama ont obtenus de meilleurs résultats en 6 mois de négociation que les républicains tea partistes et les ayathollahs en 10 ans de guerre. espérons que les peuples Iraniens comme américains en tireront les bonnes conclusions.
a écrit le 24/11/2013 à 12:18 :
Une bonne nouvelle. On peut espérer que le bloquage partiel des négotiations par la France avait pour le but d'arracher les avantages commerciaux. Si cela continue dans la même direction, on peut espérer le démantèlement de l'Arabie Saoudite et les salafistes qu'elle soutient.
a écrit le 24/11/2013 à 12:07 :
l' olibrius Fabius n'a pas réussi à faire capoter cet accord avec les perses voulu par Obama . Comme en Syrie la diplomatie française se ridiculise .
a écrit le 24/11/2013 à 11:47 :
Saluons cet accord raisonnable qui évitera de donner des arguments falacieux aux va-t-en-guerre fanatiques.

Sinon Israël, on reparle de votre arme nucléaire illégale quand ?
a écrit le 24/11/2013 à 10:23 :
un peu trop de triomphalisme je pense qu'on en reparlera d'un marché de dupes , c'est juste gagner du temps sur le temps , avant qu'on s'aperçoive que les centrifugeuses sont a plein rendement , car quand les négociations ont cours , les centrifugeuses continuent l'enrichissement , d'ou le marché de dupes , pour l'instant les iraniens sont assez fin pour tromper tout le monde avant que le monde se rende compte de la supercherie .. cela me rappelle de mauvais souvenirs européens de 1938 , on avait evité la guerre hourrraaaaa ... m'ouais on a vu la suite ..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :