Nucléaire : l'accord avec l'Iran aura un impact économique positif pour la France

 |   |  464  mots
L'Iran s'engage à renoncer à la perspective de l'arme nucléaire, c'est clair et c'est net, a affirmé Laurent Fabius lundi 25 novembre
L'Iran s'engage à renoncer à la perspective de l'arme nucléaire, c'est clair et c'est net", a affirmé Laurent Fabius lundi 25 novembre (Crédits : Reuters)
L'accord signé à Genève est une bonne nouvelle pour les constructeurs automobiles français et les sociétés pétrolières comme Total. Les avantages commerciaux directs seront toutefois limités car les sanctions primaires concernant le pétrole et la banque restent en place.

Les constructeurs automobiles se réjouissent de l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Genève dans la nuit de samedi à dimanche. Celui-ci impose des limites au programme nucléaire iranien contre un allégement des sanctions d'environ 7 milliards de dollars sur six mois et mentionne explicitement "l'industrie automobile". Il permet d'envisager un retour des deux constructeurs français PSA Peugeot-Citroën et Renault au pays des mollahs.

Citée par Bloomberg, le porte-parole de Peugeot se félicite:

"Toute indication d'une prochaine reprise des affaires avec nos partenaires iraniens va dans la bonne direction"

Renault n'est pas en reste. La directrice de la communication de la société basée à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine (92), déclare ainsi:

"Ce sont des bonnes nouvelles pour nous, l'Iran étant un marché important pour Renault."

"L'Iran est un marché important pour Renault"

Les deux Français espèrent en effet que la réouverture du marché iranien redonnera aux échanges commerciaux les couleurs qu'ils affichaient avant que les tensions liées au dossier nucléaire ne les fassent considérablement chuter. 

Pour rappel, Renault a vendu 103.000 véhicules en Iran en 2012. Quant aux ventes de Peugeot, elles avaient chuté de 68%, pour s'établir à 145.000 en 2012, contre 457.900 en 2011. Une conséquence des restrictions appliquées en février 2012.

Il faut dire que les échanges commerciaux entre Paris et Téhéran sont passés de 4,5 milliards d'euros en 2006 à 379 millions d'euros pour les huit premiers mois de 2013. Les exportations françaises, qui avoisinaient les 800 millions d'euros en 2012, ont été divisées par deux en 2013, selon le Monde.

10 millions d'euros de recettes en moins chaque mois pour Peugeot

En outre, les sanctions envers l'Iran auraient coûté quelque 120 milliards de dollars de recettes perdues, selon les estimations du Trésor américain. Et rien que pour Peugeot, par exemple, cela a creusé les bénéfices de la société à hauteur de 10 millions d'euros par mois, selon le directeur financier du constructeur automobile cité par Bloomberg.

Reste que cet accord ne sera pas "une aubaine" dans l'immédiat pour les multinationales pétrolières telles que la française Total car les restrictions sur l'énergie iranienne et l'embargo pétrolier européen demeurent, précise Bloomberg. Le président de Total, Christophe de Margerie espère toutefois que cela ne prendra pas trop de temps pour que le géant de l'énergie français retrouve sa place en Iran quand les sanctions seront levées.

Pour l'heure, PSA et Renault auront l'occasion de réactiver leurs connexions iraniennes dès cette semaine : le ministère de l'Industrie organise une conférence avec l'ensemble des constructeurs automobiles d'Iran le 30 novembre. Renaut a déjà confirmé à l'AFP qu'il "sera présent", PSA n'a lui pas souhaité faire de commentaires à ce sujet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2013 à 17:49 :
Les Iraniens ne pardonneront jamais à la France et n'auront que des miettes en contrats (si ils ont de la chance)! Il n'y a qu'à lire le site www.french.irib.ir si vous ne me croyez pas et le profil facebook de laurent fabius! TOUT les Iraniens sans exception détestent les Français maintenant... :)
a écrit le 26/11/2013 à 14:41 :
Oui, un impact tout court.....préparez les abris nucléaires !!!!
a écrit le 26/11/2013 à 11:49 :
Si on se place sur le plan écologique ,pourquoi le nucléaire est bon pour l'Iran et mauvais pour la France. Il serait plus mesuré de reconnaître que le nucléaire est indispensable a la France et bon pour l'Iran mais le nucléaire civil.Nous sommes toujours des donneurs de leçons écologiques mais nous ne pouvons pas les justifier.
a écrit le 26/11/2013 à 11:29 :
Il faut éviter que l'Iran développe du nucléaire. Mais voir la France un des principaux vecteurs de développement de cette technologie l'interdire aux autres, ça ne manque pas de sel. D'autant que comme l'Iran la France à mixé nucléaire civil et militaire. Et c'est elle qui à mis en place les premières installations Iraniennes.
a écrit le 25/11/2013 à 20:29 :
Content d'apprendre que l'accord pourrait avoir des retombées économiques heureuses pour mon pays. Mais franchement la meilleure nouvelle c'est quand même l'espoir que tout ne se termine pas dans un conflit généralisé et nucléarisé au moyen-orient qui aurait quasi automatiquement impliqué le reste de la planète.
Réponse de le 25/11/2013 à 22:10 :
pas si sûr en fait.......
Réponse de le 26/11/2013 à 16:37 :
Si aucun accord n'avait pu être trouvé Israel était sur le point de bombarder l'Iran avec dieu sait quelles conséquences.
a écrit le 25/11/2013 à 18:53 :
Il ne faut pas trop rêver, surtout pour Peugeot qui a trahi une confiance de 30 ans sauf si la reprise se fait lentement, dans ce cas les pièces détachées seront prioritaires sur l'achat de nouvelles voitures. Pour Total ( ex ELF ) la connaissance du pays sera un plus indéniable par rapport à d'autres pétroliers. Mais la position "robuste" de L. Fabius applaudi par les commentateurs européens l'a été beaucoup moins par les iraniens, le made in France en a prit un coup. Nos représentants devront être subtils et bien connaitre la culture iranienne. l'Iran se détourne déjà de l'occident pour se tourner vers l'Asie, L'Iran se trouvant à seulement 600 km de l'Inde et un peu moins de 1500 km la Chine.
a écrit le 25/11/2013 à 17:53 :
Des cargos de voitures ont été affrétés et sont en cours de remplissage. Ils débordent de Renault et de Peugeot invendus en France ...
a écrit le 25/11/2013 à 17:24 :
PSA fabriquait en Iran des véhicules revendus dans plusieurs autres pays, l'arrêt de leur production avait eu un impact sévère.
a écrit le 25/11/2013 à 15:15 :
Hallucinant de constater que la prise de participation de GM dans PSA n'avait d'autre objectif que de peser sur l'économie iranienne. Quand je pense qu'on donne des leçons de libre échange à nos entreprises...que n'aurait on entendu si une entreprise d'état (si, si, c'est ce qu'est GM détenue à plus de 80% par le trésor américain!!) française était venue faire la leçon à une boite US.
Réponse de le 25/11/2013 à 22:17 :
Les participations de GM : Opel, Saab, Peugeot. Je vous laisse deviner le sort de ces constructeur.
Réponse de le 25/11/2013 à 22:17 :
Les participations de GM : Opel, Saab, Peugeot. Je vous laisse deviner le sort de ces constructeur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :