Surprenante croissance américaine

 |   |  705  mots
Un bol d'air pourrait venir du dynamisme asiatique pour les entreprises américaine. Pour l'heure la forte croissance américaine est surtout l'effet d'une reconstitution involontaire des stocks. (Photo : Reuters)
Un bol d'air pourrait venir du dynamisme asiatique pour les entreprises américaine. Pour l'heure la forte croissance américaine est surtout l'effet d'une reconstitution involontaire des stocks. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
A 3,6% au troisième trimestre, la croissance américaine a surpris tout le monde. L'effet d'une forte constitution des stocks par les entreprises, et pas encore un signe de reprise.

Encore une surprise outre-Atlantique. Déjà en novembre, les États-Unis avaient fait état d'une première estimation de croissance du PIB à 2,8%, faisant croire à la reprise et au ralentissement tant redouté par les investisseurs de son programme de rachat d'actifs par la Fed. Finalement, à 3,6%, la croissance révisée est encore meilleure qu'attendu, déjouant tous les pronostics des économistes

L'arbre qui cache la forêt

Et pourtant, cette statistique impressionnante pourrait bien être l'arbre qui cache la forêt. Car à y regarder de plus près, cette croissance inédite dans une économie occidentale depuis la chute de Lehman Brothers n'est pas forcément bon signe. Ce chiffre révisé va même jusqu'à confirmer et amplifier l'analyse qui avait été faite lors de la précédente estimation.

Ce sont en effet les stocks (+1,7%), encore révisés à la hausse, qui ont tiré la croissance américaine.

"A mon avis, cette reconstitution des stocks est involontaire, expliquait déjà Alexandra Estiot, de BNP Paribas à La Tribune lors des premières publications. Les entreprises ont constitué leurs stocks en fonction d'anticipation d'une demande supérieure à ce qu'elle a finalement été. Elles se sont donc retrouvées avec des stocks sur les bras plus importants que prévu."

Encore pire que prévu

"Finalement, c'est encore pire que prévu," ajoute-elle aujourd'hui. La consommation, déjà presque atone, a été revue à la baisse pour le troisième trimestre par rapport à la première estimation d'octobre. Même son de cloche du côté des exportations nettes, qui, initialement prévues en très légère hausse n'ont finalement pas progressé.

Quant aux investissements, qui pourraient eux aussi être annonciateurs de reprise, ils sont finalement moins bons qu'estimé initialement. Les investissements résidentiel ont été revus à la baisse, quoique toujours en très légère progression. Quant aux investissements en équipements, il est difficile de se réjouir du fait qu'ils se sont simplement maintenu à leur niveau précédent, alors que la première estimation les voyait en baisse.

Le moral des industriels pourtant au plus haut

Pourtant, l'optimisme est de mise du côté des patrons d'entreprises. Depuis plusieurs mois, l'indice ISM, qui mesure le moral des industriels du secteur manufacturier ne fait que croître. En six mois, il a progressé de 8,3 point. Sa meilleure progression depuis 2004, hors rebond de 2009.

A l'époque, une telle progression avait précédé une reprise robuste, mais tirée par l'endettement des ménages qui avait tiré la consommation, est-il expliqué dans une note de BNP Paribas à paraître vendredi.

Un bol d'air venu d'Asie ?

Une piste possible, cette fois-ci : le bon comportement du commerce extérieur américain ces derniers mois grâce au dynamisme économique en Asie du Nord qui dope les exportations américaines. Bien qu'elles n'ont pas progressé au troisième trimestre, le volume reste intéressant ces derniers mois.

"En fait, tout le suspens est de savoir si le dynamisme en Asie du Nord va se reporter sur l'Asie du Sud et créer une réaction en chaîne qui profiterait aux entreprises américaines, explique Alexandra Estiot. Les États-Unis ont en effet énormément gagné en compétitivité externe, tant grâce à une baisse du coût unitaire de production qu'à la baisse de la valeur du dollar".

Un bol d'air venu d'Asie pourrait donner aux entreprises américaines de nouvelles capacités pour investir. Ce qui pourrait avoir un réel impact sur l'emploi.

Reprise ou pas reprise ? Telle est la question

En attendant, un ralentissement de la croissance au dernier trimestre 2013 peut être anticipé, en raison de la faiblesse de la demande et du destockage par les entreprises. "Une forte augmentation des stocks est généralement corrigée au trimestre suivant", explique l'économiste de BNP Paribas.

A moins que les bons chiffres de ces derniers jours dans le secteur de l'immobilier résidentiel ne soient eux aussi le signe que l'économie repart. Les chiffres de l'emploi, qui doivent être publiés vendredi permettront d'y voir plus clair, et d'imaginer quel scénario pourrait suivre la Fed dans les prochain mois.

LIRE AUSSI :

>> Etats-Unis : un boom de la croissance en trompe l'oeil

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2013 à 10:25 :
Entre 2008 et 2012, le PIB américain a augmenté de 2000 Milliards de dollars environ, quand dans le même temps la dette publique explosait de 6000 Milliards ! A ce compte-là nous pourrions aussi afficher des chiffres encourageants ! (Et ceux qui se félicitent de la tendance à la reprise au Royaume-Uni devraient aussi regarder du côté des dettes publiques et privées).
a écrit le 06/12/2013 à 17:32 :
la consommation fait un yoyo, avant a chute finale de l'empire americano européen basé sur le capitalisme destructeur et antropophage auto suicidaire.
a écrit le 06/12/2013 à 11:13 :
Sauf qu ils ont modifié le mode de calcul du PIB..
et si ca repartait pourquoi la FED maintient elle ses emissions de billets ??
Réponse de le 06/12/2013 à 14:46 :
Vous m'enlevez les mots du clavier. Le PIB est bidonné par l'investissement sans un seul cent réellement dépensé. C'est un trucage comptable pour entuber le reste du monde sur les échange de biens et services en dollars.
Réponse de le 06/12/2013 à 15:27 :
Mais il n'y a pas que ça. TOUS les ans, c'est la même chose. Par contre, AUCUN analyste ne va nous donner les chiffres d'une possible comparaison avec les années précédentes. Ca ferait "trop" de boulot. Le rally-wall-mart de fin d'année, vous allez voir le début de la suivante...
a écrit le 06/12/2013 à 10:20 :
Mouais sauf que la maniere de mesurer le PIB a changer!! dc c est assez facile d annoncer de supers resultats !!
Réponse de le 06/12/2013 à 13:48 :
Effectivemment, en y incluant les dépenses de recherches et de développements, on améliore bien les choses... Sauf que le cout de la RD est déjà dans le prix de vente d'un bien... Je crois qu'un article de la tribune expliquait que pour l'année 2007, le PIB prenait 2% avec ce nouveau calcul...
Le monde se ment depuis bien longtemps, si ca dure suffisemment longtemps on finira par y croire... Mêmes bidouilles foireuses avec le chomage et le reste... Quel est le plus coupable, celui qui baratine ou celui dont le jugement est tellement altéré qu'il croit le baratin ?
a écrit le 06/12/2013 à 9:48 :
Il s'agit de 3,6 % annualisés, soit 0.9 % de croissance pour le trimestre en question. Ceux qui lisent les chiffres sans regarder davantage peuvent se faire avoir.
a écrit le 06/12/2013 à 9:46 :
Il s'agit de 3,6 % annualisés, soit 0.9 % de croissance pour le trimestre en question. Ceux qui lisent les chiffres sans regarder davantage peuvent se faire avoir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :