La Fed referme (un peu) le robinet à liquidités

 |   |  226  mots
Quelques jours avant de quitter la tête de la Federal Reserve, Ben Bernanke a réduit le programme de quantitative easing qu'il avait lui-même lancé .
Quelques jours avant de quitter la tête de la Federal Reserve, Ben Bernanke a réduit le programme de quantitative easing qu'il avait lui-même lancé . (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La Réserve fédérale américaine va diminuer de 85 à 75 milliards d'euros son programme de soutien à l'économie. Cette "réduction du rythme de ces achats d'actifs" se poursuivra "si le marché du travail s'améliore et si l'inflation revient vers son objectif de 2%"..

Le Comité monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) a décidé mercredi de laisser ses taux directeurs inchangés mais de réduire son soutien monétaire à l'économie. La Fed injectera à partir de janvier 75 milliards de dollars mensuels dans l'économie au lieu de 85 milliards actuellement et pourra poursuivre une "réduction du rythme de ces achats d'actifs" au cours des réunions suivantes "si le marché du travail s'améliore et si l'inflation revient vers son objectif" de 2%. 

L'institution a par ailleurs a élargi sa fourchette de prévision de croissance pour 2014 et abaissé légèrement celle du chômage. Le produit intérieur brut du pays (PIB) devrait progresser de 2,8% à 3,2% l'année prochaine, une fourchette plus large que celle de 2,9 à 3,1% prévue en septembre, selon les nouvelles projections du Comité de politique monétaire (FMOC). Elle a en revanche abaissé sa prévision de croissance pour 2015, qui s'échelonne désormais entre 3 et 3,4% contre 3 à 3,5% auparavant.

La Banque centrale se montre par ailleurs optimiste s'agissant de l'emploi, revoyant légèrement en baisse sa prévision du taux de chômage en 2014, de 6,3 à 6,6% contre 6,4% à 6,8% jusqu'ici. Elle précise qu'elle pourrait relever son taux directeur, maintenu proche de zéro depuis 2008, une fois que le taux de chômage serait descendu à 6,5%. Il était de 7,0% en novembre aux Etats-Unis.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2013 à 14:15 :
Peut on espérer voir disparaître aussi vite qu'elle est venue cette mode de mettre des parenthèses dans les titres d'article ?
Réponse de le 19/12/2013 à 22:43 :
@juste...: on met des paranthèses quand on cite quelqu'un, et ne pas les mettre pourrait dans certains cas se terminer au tribunal pour plagiat...surtout qu'à l'heure actuelle, on a la gâchette facile :-)
a écrit le 19/12/2013 à 14:07 :
en bernanke a merveilleusement joué le coup, il a préparé les marchés financiers en mai en les testant ce qui avait provoqué un mini séisme sur les taux obligataires et les emergents. Du coup la FED a permis aux marchés de pricer ce tapering au fur à mesure et laisser les marchés speculer sur la forward guidance qui a permis de tempérer la baisse des marchés actions et l'envolée des taux longs sur le marché obligataire.


Pari réussi pour bernanke, la cible du taux de chômage a été abaissée de plus la considération de cette cible est conditionnée par des données qualitatives telles que le taux de particpation et les salaires pour ne pas biaiser la lecture du taux de chomage.
Le spectre d'une hausse des taux s'éloigne et l'argent gratuit en dépit d'une réduction symbolique des achats d'actifs continuera d'irriguer à flot les marchés avec les risques d'alimenter des bulles.
Bernanke sort par la grande porte en laisssant a yellen un risque semblable à celui auquel greespan était confronté, celui de l'exubérance irationelle.
En devenant datadepending la fed devient ultraaccomodant et et une dovish comme jellen récemment nommée devrait rassurer encore plus les marchés américains.
Mais les décalages entre les per et les fondamentaux générés par la trappe à liquidités peut nous mener à des scénari semblables à ceux de 2007/2008.
Les positions sur les dérivés représentent plusieurs fois le pib mondial donc il y a grand danger.
Réponse de le 19/12/2013 à 23:46 :
scénarii mais sinon c'est pas mal
a écrit le 19/12/2013 à 13:35 :
Incertitudes à chaque statistique économique sur une éventuelle réduction voire même sur une hausse de l'arrosage monétaire les marchés en général n'aiment pas vraiment.
a écrit le 18/12/2013 à 22:06 :
Oh tiens... un petit rallye de fin d'année... Parce que ... les chiffres sont ... euh Bernanke a...euh non c'est Yellen qu'a pas... enfin on fait un rallye quoi...
Vivement que tout ce cirque concernant les valorisations d'actifs et autres transferts massifs de richesse s'arrêtent avant la catastrophe totale.
a écrit le 18/12/2013 à 22:06 :
Oh tiens... un petit rallye de fin d'année... Parce que ... les chiffres sont ... euh Bernanke a...euh non c'est Yellen qu'a pas... enfin on fait un rallye quoi...
Vivement que tout ce cirque concernant les valorisations d'actifs et autres transferts massifs de richesse s'arrêtent avant la catastrophe totale.
a écrit le 18/12/2013 à 22:05 :
Les marchés ne vont pas du tout aimer, réponse tout a l heure a la bourse de Tokyo.
SI la FED arrete le robinet, qu elle ne fait que freiner pour l instant, c est la fin des haricots, les banques n ayant plus rien a manger .
Nous ne sommes jamais sorti de la crise de 2008 , cette politique monétaire n a servi qu a masquer les consequences desastreuses et irreversibles de la fin du système de credit
Réponse de le 18/12/2013 à 23:47 :
+1
a écrit le 18/12/2013 à 21:54 :
D'euros? Ne serait-ce pas des dollars?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :