Qui est l'invité surprise à Davos ? Le Bitcoin

 |   |  549  mots
Selon le PDG de la banque américaine JPMorgan, le Bitcoin deviendra bientôt un système de paiement soumis aux mêmes règles que n'importe quel autre système de paiement.
Selon le PDG de la banque américaine JPMorgan, le Bitcoin deviendra bientôt "un système de paiement soumis aux mêmes règles que n'importe quel autre système de paiement". (Crédits : Forex)
Au Forum de Davos, chefs d’entreprise et dirigeants politiques américains ont mis en garde contre les dangers du Bitcoin, rappelant que la monnaie virtuelle pourrait être utilisée pour financer des activités de terrorisme. Témoignant de leur "incrédulité", ils prédisent que la mise en place d’une régulation mettra fin au phénomène.

Si le Bitcoin n'était pas au programme du Forum de Davos, il semblait inévitable qu'il fasse l'objet d'une discussion entre les chefs d'entreprises et politiciens influents en présence. Après tout, ces quatre jours se déroulent sur le thème "remodeler le monde". Ce à quoi le Bitcoin participe sans aucun doute, ne serait-ce que dans la manière dont les transactions financières sont réalisées.

"Sentiment d'incrédulité"

Interviewé à Davos par la chaîne de télévision américaine CNBC, Jamie Dimon, le PDG de la banque américaine JPMorgan, n'a pas mâché ses mots. "La question qui se pose n'est pas 'est-ce qu'il faut accepter le Bitcoin ?' mais 'est-ce que l'on doit seulement accepter de travailler avec des gens qui en banalise l'usage ?'"

Selon le banquier d'affaires, le Bitcoin et ses clones - le Dodgecoin notamment - devraient bientôt devenir "un système de paiement soumis aux mêmes règles que n'importe quel autre système de paiement… ce qui signera probablement leur arrêt de mort."

Dans une interview séparée donnée sur la même chaîne télévisée, à Davos, Jack Lew, le Secrétaire du Trésor des Etats-Unis, confie partager le même scepticisme.

"On en a parlé avec Jamie Dimon, insiste le dirigeant politique. Et il semble que l'on partage tous les deux un certain sentiment d'incrédulité vis-à-vis de tout ce phénomène."

Selon le Secrétaire du Trésor, les gouvernements doivent s'assurer que la monnaie virtuelle ne devienne pas une "voie royale pour le financement d'activités illégales ou de toute activité ayant un dessein malveillant à l'instar du terrorisme". Une des caractéristiques principales de cette monnaie, rappelle Jack Lew, est la garantie d'anonymat qui permet aux auteurs des transactions de rester invisibles.

Consensus à Davos

Maurice Lévy, le PDG de Publicis, partage cette incrédulité et ironise : de la même façon qu'aujourd'hui tout le monde parle du Bitcoin, "trois ans auparavant à Davos on débattait de Second Life". Et d'ajouter, pour le plaisir rhétorique : "Où est-ce passé aujourd'hui ?". Second Life est un monde virtuel développé par Linden Lab en 2003. Après avoir connu un succès fulgurant, la plateforme virtuelle a été peu à peu désertée par ses utilisateurs et est désormais tombée dans un quasi-oubli.

Dans une note publiée en décembre dernier, la Banque de France fustigeait le "risque financier certain" que représente le Bitcoin et avançait la même crainte qu'aujourd'hui le Secrétaire du Trésor américain ou le PDG de JPMorgan. "L'anonymat des transferts de bitcoin constitue avant tout un risque d'utilisation de cette monnaie virtuelle à des fins criminelles (vente sur internet de biens ou services illicites) ou à des fins de blanchiment ou de financement du terrorisme", écrivait l'institution française.

Si le consensus à Davos semble être un fort scepticisme envers le Bitcoin, rappelons qu'en décembre dernier JPMorgan a déclaré avoir déposé une demande de brevet pour un système de paiement informatisé qui, comme le Bitcoin, permettrait aux gens de réaliser des paiements électroniques anonymes sur Internet, sans avoir à révéler leurs noms ou numéro de compte…

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2014 à 11:26 :
Dire que le Bitcoin est anonyme est soit de l'ignorance, soit de la mauvaise foi la plus totale. Le Bitcoin est EXACTEMENT LE CONTRAIRE d'anonyme : Il repose sur un consensus universel sur le déroulement de toutes les transactions. Il est possible d'essayer de masquer l'origine des transactions, mais cela reste traçable. Si vous cherchez une monnaie anonyme permettant de financer des activités douteuses, tournez-vous plutôt vers l'argent liquide plutôt que d'essayer de relayer de la désinformation. A bon entendeur.
a écrit le 26/01/2014 à 20:05 :
Qui la gère cette monnaie ? Monnaie de Singes, de dupes . Si j'avais à choisir je préférerais
de bons Louis
Réponse de le 27/01/2014 à 7:33 :
Justement personne ne gère cette monnaie car elle est décentralisée et basée sur l'échange P2P. Monnaie de singe ? C'est surtout une prouesse technologique remarquable pour ceux qui prennent le temps de s'y intéresser. Quand la carte bancaire a été inventée les gens passéistes disaient aussi qu'ils préféraient avoir de bons Louis sous leur lit... Regardez le résultat aujourd'hui ;)
a écrit le 26/01/2014 à 16:15 :
Ah ah je suis mort de rire en voyant ces banquiers et politiciens flipper devant le Dogecoin, une monnaie à tête de chien poussée bientôt par des millions d'utilisateurs. Le web et les crypto-monnaies n'appartiennent à personne, et surtout pas à eux. So crypto, much coin, wow!
a écrit le 25/01/2014 à 12:35 :
MDR !
Donc, des modèles de vertu, J. Dimon et J. Lew, respectivement chef maffieux financier et voleur institutionnel ont déclarés que la crypto monnaie était au mieux dangereuse !
Après avoir généré une crise financière sans précédant sans même l'avoir vu venir, ils se permettent de donner leur insignifiant avis ...
C'est du même niveau que le sénat français qui reçoit 2 "spécialistes" du Bitcoin (le directeur de la banque de France et un obscur gérant de startup) pour se faire expliquer de quoi il en retourne ! - Je suis certain que tous les senilateurs qui ne dormaient pas ont pu se faire un solide avis.
La crise qui nous vivons est sans précédant, les banques et les états sont financièrement morts, ils tirent leur dernières cartouches sachant que la toute dernière de celles-ci est la monnaie ... qu'ils finiront par détruire

A ce moment la, on pourra compter ceux possèderont de l'or (bien planqué) et de la crypto-monnaie (par nature très bien planquée)

Le peer to peer, après avoir investi le partage de fichiers (secteur de la musique et des films), puis celui de la téléphonie (skype), puis celui de la monnaie (Bitcoin, LiteCoin,DogeCoin, NutCoin, Emunie....), à quand , va-t-on enfin pouvoir avoir un outil pour les décision communes afin d'avoir à éviter de passer par nos coquins d'élues !

PS : pour ceux qui désireraient vendre ou acheter de la crypto monnaie, passez par des sites comme https://localbitcoins.com/ et utilisez le cash.
Le dernier moyen qu'auront nos grands-manipulateurs-voleurs pour contrôler les crypto-monnaies passera par des marchés de cotations. Donc évitez les !
a écrit le 25/01/2014 à 12:32 :
MDR !
Donc, des modèles de vertu, J. Dimon et J. Lew, respectivement chef maffieux financier et voleur institutionnel ont déclarés que la crypto monnaie était au mieux dangereuse !
Après avoir généré une crise financière sans précédant sans même l'avoir vu venir, ils se permettent de donner leur insignifiant avis ...
C'est du même niveau que le sénat français qui reçoit 2 "spécialistes" du Bitcoin (le directeur de la banque de France et un obscur gérant de startup) pour se faire expliquer de quoi il en retourne ! - Je suis certain que tous les senilateurs qui ne dormaient pas ont pu se faire un solide avis.
La crise qui nous vivons est sans précédant, les banques et les états sont financièrement morts, ils tirent leur dernières cartouches sachant que la toute dernière de celles-ci est la monnaie ... qu'ils finiront par détruire

A ce moment la, on pourra compter ceux possèderont de l'or (bien planqué) et de la crypto-monnaie (par nature très bien planquée)

Le peer to peer, après avoir investi le partage de fichiers (secteur de la musique et des films), puis celui de la téléphonie (skype), puis celui de la monnaie (Bitcoin, LiteCoin,DogeCoin, NutCoin, Emunie....), à quand , va-t-on enfin pouvoir avoir un outil pour les décision communes afin d'avoir à éviter de passer par nos coquins d'élues !

PS : pour ceux qui désireraient vendre ou acheter de la crypto monnaie, passez par des sites comme https://localbitcoins.com/ et utilisez le cash.
Le dernier moyen qu'auront nos grands-manipulateurs-voleurs pour contrôler les crypto-monnaies passera par des marchés de cotations. Donc évitez les !
a écrit le 25/01/2014 à 11:41 :
MDR !
Donc, des modèles de vertu, J. Dimon et J. Lew, respectivement chef maffieux financier et voleur institutionnel ont déclarés que la crypto monnaie était au mieux dangereuse !
Après avoir généré une crise financière sans précédant sans même l'avoir vu venir, ils se permettent de donner leur insignifiant avis ...
C'est du même niveau que le sénat français qui reçoit 2 "spécialistes" du Bitcoin (le directeur de la banque de France et un obscur gérant de startup) pour se faire expliquer de quoi il en retourne ! - Je suis certain que tous les senilateurs qui ne dormaient pas ont pu se faire un solide avis.
La crise qui nous vivons est sans précédant, les banques et les états sont financièrement morts, ils tirent leur dernières cartouches sachant que la toute dernière de celles-ci est la monnaie ... qu'ils finiront par détruire

A ce moment la, on pourra compter ceux possèderont de l'or (bien planqué) et de la crypto-monnaie (par nature très bien planquée)

Le peer to peer, après avoir investi le partage de fichiers (secteur de la musique et des films), puis celui de la téléphonie (skype), puis celui de la monnaie (Bitcoin, LiteCoin,DogeCoin, NutCoin, Emunie....), à quand , va-t-on enfin pouvoir avoir un outil pour les décision communes afin d'avoir à éviter de passer par nos coquins d'élues !

PS : pour ceux qui désireraient vendre ou acheter de la crypto monnaie, passez par des sites comme https://localbitcoins.com/ et utilisez le cash.
Le dernier moyen qu'auront nos grands-manipulateurs-voleurs pour contrôler les crypto-monnaies passera par des marchés de cotations. Donc évitez les !
a écrit le 24/01/2014 à 19:22 :
4 milliards de planches à billet produit par la FED (et racheté par elle) tous les jours : n'est-ce pas de l'économie virtuelle!
a écrit le 24/01/2014 à 17:12 :
Une monnaie virtuelle pour un monde virtuel quoi de plus normal! Ce n'est qu'une circulation de valeur existante tant qu'existe le "second life" numérique! Moyen de paiement non imposable? C'est ce qui chagrine! C'est la reconnaissance dans le monde réel qui pose problème!
Réponse de le 25/01/2014 à 13:45 :
La monnaie est déjà virtuelle. Une Crypto Monnaie en Peer to Peer aurait au moins l'avantage d’être contrôlée de manière transparente par tous, et pas bidouillée, trafiquée et manipulée par les parasites aux manettes... Et c'est pour cela que le coin leur fait peur..
Réponse de le 25/01/2014 à 23:46 :
Cette monnaie n'existe que si le numérique existe, si l’échange existe, si l’électricité existe....
a écrit le 24/01/2014 à 16:06 :
Les mots et leurs valeurs.monnaie non taxer =terrorisme,grève =otages idées du peuple=populisme ce ne serait pas de la manipulations?Par contre banquiers =vertu ,politiques =déontologie bien sur!!!
Réponse de le 24/01/2014 à 21:59 :
Bienvenu, Xavier, dans la lutte de pouvoir dans la lutte pour le nerf de la guerre...
a écrit le 24/01/2014 à 15:37 :
Et vous avez oublié de rappeler que Bernanque avait trouvé le bitcoin assez intéressant car spéculatif. Merci beaucoup néanmoins pour rappeler que j.p.morgan veut recoller au peloton... D’exécution ou pas, onseledemande...
a écrit le 24/01/2014 à 15:37 :
C'est bien beau de faire de grandes théories et de philosopher. Mais concrètement ? Concrètement, le bitcoin a déjà permis à ceux qui ont eu le courage d'investir de réaliser des bénéfices avec lesquels aucune monnaie classique ni aucun bankster ne pourrait rivaliser. t, rien que pour ça déjà, le bitcoin est une - vraie ! - monnaie super-intéressante qui n'a pas moins de valeur qu'une monnaie classique (euro, USDollar, ...) et dont les cours ne sont certainement pas plus trafiqués et manipulés que ceux des devises généralement en cours. A titre perso, j'ai investi il y a un moment une coquette somme en euros qui m'a permis de plus que tripler ma mise initiale et de dépasser 150.000 euros de bénéfice net (je ne compte pas ma mise initiale dans ce chiffre) totalement exonéré de racket fiscal et parafiscal. Evidemment, cela fait ch... les banksters qui ne profitent ni de ma mise, ni des mes bénéf' et qui n'en tirent donc aucun profit. Et cela fait exactement la même chose à la mafia de Bercy : les fonctionnaires-nervis totalitaires et inciviques de cette institution criminogène (je parle du Ministère des Finances) ne voient pas le premier centime de mon capital et de mes bénéfices. Et c'est fort bien ainsi ! Vive le bitcoin !
a écrit le 24/01/2014 à 15:02 :
D'un point de vue monétaire, Bitcoin se distingue le plus des autres monnaies (hors métaux précieux) par le fait que l'agrégat monétaire n'est pas conçu pour s'adapter à la production de richesse. Les bitcoins sont émis lentement et régulièrement, de façon dégressive, jusqu'à atteindre un montant maximal de vingt-et-un millions dans quelques décennies. A la différence des monnaies nationales qui connaissent une inflation, faible ou forte selon les politiques menées par leur banque centrale, la monnaie Bitcoin est vouée à la déflation, car la quantité de bitcoins générée est limitée par le logiciel à 21 millions d'unités (moins les bitcoins perdus par les utilisateurs qui ne seront jamais remplacés). C'est pourquoi en termes économiques, le projet bitcoin s'apparente à un projet spéculatif sur une nouvelle commodité (matière première virtuelle et précieuse) et constitue un test grandeur nature des théories de l'école autrichienne d'économie. Pour ce qui est de sa régulation, le mode de développement communautaire du logiciel Bitcoins et le perfectionnement des protocoles de change, devraient continuer à lui assurer une quasi-parfaite indépendance. En clair, le Bitcoin est une excellent terrain de prospection pour ceux qui ont le goût du risque mais ne souhaitent pas quitter le confort de leur living room, et un casse-tête durable pour les autorités monétaires des pays développés.
Réponse de le 24/01/2014 à 15:41 :
"sur une nouvelle commodité" C'est là où prendre un OUTIL d'échange pour un actif conduit à la sur-accumulation qui est en train de tuer les plus riches. (relisez Marx). Mais bon, chacun son matérialisme, aussi...
a écrit le 24/01/2014 à 14:44 :
Plus les instances économiques "officielles" dénigrent le Bitcoin, plus c'est le signe que le bitcoin se renforce et leur échappe.
Continuez... vos heures sont comptées.
Réponse de le 24/01/2014 à 15:06 :
on se plaignait du manque de régulation et de la volatilité au sein du système monétaire... on va vers la folie pure avec le Bitcoin...
Enfin les gens réaliseront en son temps...
a écrit le 24/01/2014 à 14:17 :
ET a tout dis
a écrit le 24/01/2014 à 13:24 :
... tout le monde sait bien que les "vraies" monnaies qui ne reposent plus sur rien et qui ne sont, de facto, que des monnaies de singe sans réelle valeur, n'ont jamais servi et ne servant pas au "terrorisme". Avec quel argent, alors, fonctionnent les plus grandes agences terroristes telles que la CIA notamment ? Avec les narco-dollars, ce qui est un secret de polichinelle. Et certainement pas avec des pseudo nacro-bictoins. Le bitcoin qui, jusqu'à présent, permet de sagement et sainement éviter la mafia des banksters, est une monnaie qui, sur tous les plans, a au moins autant de valeurs que les monnaies classiques dont les cours sont trafiqués et dont la valeur réelle est inférieure au PQ utilisé pour imprimer les billets. Les véritables terroristes sont les politiciens actuels, toutes tendances politiques confondues, qui ne sont que les marionnettes affichés en vitrine par d'autres terroristes - industriels et financiers mafieux - qui tirent les ficelles en coulisse. Mais les politiciens sont bien utiles pour gaver des populos décérébrés qui croient encore en des notions aussi illusoires que la "démocratie" qui n'existe nulle part. Et certainement pas dans les pays occidentaux, entre autres. Réservons-leur le sort que mérite tout (véritable) terroriste !
Réponse de le 24/01/2014 à 13:47 :
+1...
Réponse de le 24/01/2014 à 14:19 :
Jamie Damon, JP Morgan, des opinions objectives?
Réponse de le 24/01/2014 à 15:12 :
C'est beau les illusions...

Mais c'est vrai que le Bitcoin a été créé par Mère Thérésa et est donc parfaitement vertueux... Avec une valeur garantie et stable... Oui c'est sur... En plus on peut même aller se plaindre au Bureau Central du Bitcoin c'est donc ultra safe.

Il ne suffit pas d'inventer le Bitcoin miracle pour régler les problèmes du système financier. Réfléchissez plutôt que de cous laissez bercer...
Réponse de le 25/01/2014 à 13:05 :
Le Bitcoin est une expérience. Probablement la plus novatrice depuis l'invention d'internet. Il ne s'agit pas de se bercer d'illusions mais de chercher des alternatives à un système financier qui nous a conduit au bord du gouffre. Une dynamique est en train de se mettre en place. Personne ne sait où elle va mener mais elle a le mérite d'exister et de proposer une alternative qui gagne en crédibilité de jour en jour.
a écrit le 24/01/2014 à 13:15 :
Dire que Bitcoin est utilisé pour financer le terrorisme c'est comme de dire que les couteaux cuisine servent à commettre des meurtres. Bitcoin n'est qu'un outil neutre, une utilisation malveillante provient de l'homme et pas de l'outil.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :