Ukraine : "Ce que veut Poutine ? Le chaos" (Saakashvili)

Pour l'ancien président de la Géorgie, Mikheïl Saakashvili, le président russe Vladimir Poutine cherche à déstabiliser l'Ukraine, quitte à provoquer le "chaos". En 2008, l'ancienne république soviétique avait été envahie par des chars russes, événement géopolitique que plusieurs observateurs mettent en parallèle avec la situation actuelle en Ukraine.
Saakashvili : Si l'Ukraine mène une transition en douceur avec succès, que le gouvernement fait de bonne réformes, c'en est fini de Poutine. (Reuters)
Saakashvili : "Si l'Ukraine mène une transition en douceur avec succès, que le gouvernement fait de bonne réformes, c'en est fini de Poutine." (Reuters)

Peu de dirigeants ont affronté Moscou aussi frontalement que Mikheïl Saakashvili. Alors que l'Ukraine accuse la Russie d'avoir envahi la région pro-russe de Crimée, le Wall Street Journal publie une longue interview de l'ancien président géorgien.

A ses yeux, alors que "personne ne sait vraiment quoi faire" en Ukraine, qui est un "vrai désordre", Vladimir Poutine, lui, "sait exactement ce qu'il faut faire" :

Que veut-il ? Le chaos. Il a de bonnes chance cette fois de vraiment tailler l'Ukraine. On se dirige vers un conflit à grande échelle, un grand conflit interne. Vladimir Poutine va semer le trouble dans certaines régions ukrainiennes. C'est un moment crucial, la Russie va essayer de balkaniser l'Ukraine.

Scénario géorgien en Ukraine ?

Au cours de l'été 2008, l'ancien président géorgien avait vu la Russie répliquer à un assaut de son armée en occupant l'Ossétie du Sud, territoire à majorité russe. Un cessez-le-feu était conclu le 26 août, la Russie reconnaissant officiellement l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie. La puissance régionale se dit prête "à assurer la sécurité de ces deux États".

Une situation qui, selon Slate, présente de nombreuses similitudes avec la situation actuelle en Crimée, où quelque 6.000 soldats russes auraient, selon le gouvernement ukrainien, été déployés dans la nuit de vendredi à samedi.

>> Lire : Ukraine: une "invasion armée" russe est-elle en cours en Crimée ?

A l'époque, selon le site internet, il s'agissait de dissuader le président Saakachvili de se rapprocher de l'Otan. Aujourd'hui, l'objectif est de décourager l'Ukraine de se tourner vers l'Union européenne.

Pour Poutine, "l'Ukraine est un territoire"

Cette similarité fait de Mikheïl Saakashvili un homme écouté à Kiev, où il a étudié le droit et servi dans l'armée soviétique, explique de son côté le Wall Street Journal. Pour l'ancien président géorgien, Vladimir Poutine n'a jamais digéré la perte de l'Ukraine avec l'implosion de l'empire soviétique, la "plus grande catastrophe géopolitique du siècle" :

Vladimir Poutine ne dit jamais les choses au hasard. Pour lui, l'Ukraine est un "territoire" qui lui appartient, un territoire qui doit être divisé. Son problème, c'est qu'il n'est pas seulement révisionniste, il est aussi revanchard.

D'autant, poursuit-il, que le départ du régime allié de Viktor Ianoukovitch peut affaiblir l'influence russe. "Si l'Ukraine mène une transition en douceur avec succès, que le gouvernement fait de bonne réformes, c'en est fini de Poutine." D'où la volonté de déstabiliser le pays.

Sanctions internationales

À plusieurs reprises, l'ancien président géorgien a assuré que la meilleure défense de l'Ukraine était un changement rapide. "Je suis inquiet pour la Crimée , mais je suis plus inquiet de Kiev . Si Kiev entre en crise politique prolongée , tout le reste va exploser."

Pour soutenir ce mouvement, l'ancien président géorgien appelle donc les pays occidentaux à frapper les proches de Vladimir Poutine de sanctions. "La dernière fois que je suis allé à Miami, il y avait de nombreux Russes. Si vous leur dites qu'ils ne peuvent plus rester là et doivent rentrer geler à Moscou, ils vont se tourner contre Vladimir Poutine", assure Mikheïl Saakashvili, qui ajoute que "les gouvernements occidentaux ont beaucoup plus de poids que ce qu'ils imaginent"

>> Lire : l'interview de Mikheïl Saakashvili dans le Wall Street Journal (en anglais)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 19/03/2014 à 21:30
Signaler
Vous avez un problème avec les USA. Vous êtes certainement des communistes. Vous ne reconnaissez donc pas la force obtenue par la recherche au prix de grands sacrifices. Les Russes sont des dictateurs et il faut les ramener a l'ordre. Il ne saurait y...

à écrit le 03/03/2014 à 17:06
Signaler
Est ce Poutine ou l'alliance Atlantic qui veut semer le chaos? L'alliance veut'elle faire en Ukraine comme elle l'a fait au Magreb? Poutine devrait plutôt servir d'exemple aux dirigeants des nations qui s'opposent a lui.

à écrit le 03/03/2014 à 11:50
Signaler
Ça fait penser à "un pont trop loin". La temporalité est différente, et le niveau de belligérance est plus bas, mais dans l'ensemble, les pays européens ont voulu aller plus loin que ne leur permettait leur force du moment. Nous verrons comment les c...

à écrit le 03/03/2014 à 9:46
Signaler
J'ai cité wikipédia a dessein car ce site est financé et contrôlé par les US..on ne peut pas le qualifier de pro-russe...Ce que faisait la CIA il y a quelques temps, c'est à présent les associations et les ONG qui s'en chargent...le Sénateur John Mc ...

à écrit le 03/03/2014 à 1:21
Signaler
C'est de BHL que la France devrait avoir peur. Ce type est irresponsable. Ce fauteur de guerre veut semer la guerre. Poutine est légitime dans ce qu'il fait.

à écrit le 02/03/2014 à 10:56
Signaler
Ce sont les US qui ont initié la révolte notamment avec le rôle insidieux du National Endowment for Democracy, association américaine financée par le congrès (85 millions de dollars/ an), qui s'immisce dans tous les pays où les US veulent intervenir,...

le 02/03/2014 à 13:31
Signaler
wikipedia n'est pas une source fiable !! et les démocratie alors ?????

le 02/03/2014 à 16:35
Signaler
vous avez raison Obamamanipule le monde

le 03/03/2014 à 11:33
Signaler
Thiemarc a parfaitement résumé la situation. Il est même facile de trouver , aux USA , des sites extrèmement consultés et fiables qui fournissent les preuves de tentatives de destabilisation de l'Europe par les USA , et cela avant même la création d...

à écrit le 01/03/2014 à 22:11
Signaler
Excellente analyse. Saakashvili sait de quoi il parle,il est évident que poutine veut reconstituer l'URSS,et cela sans demander leur avis aux peuples concernés.

à écrit le 01/03/2014 à 21:25
Signaler
Vraiment l'occident me dégoute, ils sont à l'origine de la déstabilisation de l'Ukraine suite à leur soutien aux manifestants de Maidan,un président élu démocratiquement est poussé vers la sortie par des manifestant armées et déterminés prêt à en déc...

le 02/03/2014 à 1:09
Signaler
Absolument faux, reprenez le détail des faits. Le parlement de Kiev a appliqué la constitution de 2004 signée par Younakouvitch. Poutine envahi un pays. Il est en tort.

le 02/03/2014 à 9:32
Signaler
Vous êtes dégoûté par l'occident, mais vous y habitez sans doute, et n'envisagez guère d'émigrer vers la Russie, le Belarus ou encore la Corée du Nord. D'autre part, certes l'ex président Ianoukovitch était un Président élu, tout comme Poutine ou en...

à écrit le 01/03/2014 à 17:28
Signaler
Les médias mainstream continuent leur désinformation totale. Non, ce n'est pas les Etats Unis d'Europe qui créé le chaos de partout où le dictat de la finance ne prend pas, non l'Occident est le seul et bon exemple à suivre, les autres sont tous arri...

à écrit le 01/03/2014 à 17:20
Signaler
D'après ce monsieur il n'y a que Kiev qui serait ukrainien donc que l'on propose l'indépendance à Kiev...

à écrit le 01/03/2014 à 16:06
Signaler
Surtout quand elle sort des égouts; cet individu est peu ragoutant quand on connait sa personne.

le 02/03/2014 à 16:44
Signaler
Je suis parfaitement d'accord avec vous. Il n'a pas réussi a se faire re-elir et passe son temps a Kiev a exciter les gens. Au final Saakashvili est un pro-americain qui a recu une bourse de département d'état américain, donc ses réactions et comment...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.