La crise ukrainienne angoisse les marchés mondiaux

 |  | 611 mots
Lecture 3 min.
Le marché parisien recule alors même qu'il avait atteint un sommet depuis 2008 la semaine dernière.
Le marché parisien recule alors même qu'il avait atteint un sommet depuis 2008 la semaine dernière. (Crédits : reuters.com)
Vers 17 heures (heure de Paris), le CAC 40 était en recul de 2,6% par rapport à la clôture de vendredi. Le FTSE-100 chutait de 1,4%, et le Dow Jones de 1,2%. Les cours de pétrole en ressortent à l'inverse dopés.

L'onde de choc s'est propagée à vitesse éclair ce lundi. Alors que les principaux indices boursiers moscovites ont fini en forte baisse (-10,8% pour le Micex et -12,0% pour le RTS), l'ensemble des Bourses européennes ont également plongé, fortement inquiétées par l'escalade des tensions entre Moscou, Kiev et les occidentaux dimanche, et par la perspective d'une intervention armée russe en Crimée.

Dégringolade des indices

A 17h03, heure de Paris, l'indice CAC 40 était en chute de 2,59% à 4.297,29 points et l'indice FTSE-100, rassemblant les 100 plus grosses capitalisations britanniques à Londres, plongeait de 1,39% à 6.714,18 points, par rapport à la clôture de vendredi .

Wall Street n'a pas échappé à la vague contagieuse : vers 17h30 heure de Paris, soit deux heures après l'ouverture du marché new-yorkais, le Dow Jones accusait un recul de 1,2% à 16.127,74 points. La majorité des indices asiatiques ont également chuté. A Tokyo, l'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes s'est inscrit en baisse de 1,27% à la clôture de ce lundi. 

La crise en Ukraine s'est en effet aggravée ce week-end, depuis que le Parlement russe a validé le déploiement de forces armées russes en Crimée, région pro-russe d'Ukraine. En réponse à ce que le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a qualifié de "déclaration de guerre", Kiev a annoncé la mobilisation de l'ensemble de ses réservistes.

Inquiétude mais "sans réelle panique"

"Cette crise avait déjà eu un premier effet mercredi dernier sur les marchés avec les premières annonces de manoeuvres de troupes (...), mais c'est aujourd'hui que l'impact se fait vraiment sentir car la situation a empiré durant le week-end", explique Patrick Jacq, un stratégiste obligataire de BNP Paribas.

Les marchés européens s'attendent à vivre au rythme du conflit les jours à venir. "La situation en Ukraine est clairement le thème principal pour les marchés et va prendre le pas sur tout le reste cette semaine", juge Chris Weston, analyste chez IG. Il prévient toutefois qu'il s'agit d'un mouvement de vente important, mais "sans réelle panique"

La situation "évolue d'heure en heure et est critique", ajoute-t-il. "Le marché veut savoir dans quelles mesure l'Ouest va imposer des sanctions économiques à la Russie en cas de violence", selon lui.

Repli sur les valeurs refuge

"Cette escalade des tensions provoque un mouvement défensif sur les marchés", expliquent les analystes chez Saxo Banque.

Les marché s'attendent à une forte période de volatilité qui va jouer en défaveur de l'appétit pour les actifs les plus risqués. Les investisseurs devraient opter pour des valeurs moins volatiles comme les obligations allemandes et le franc suisse.

"Tant que la visibilité ne sera pas meilleure sur les issues potentielles, les actifs refuges devraient avoir les faveurs des investisseurs", résument les stratégistes chez Crédit Mutuel-CIC.

Les cours du pétrole dopés par la crise

Vers 17h06 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril progressait toujours à 104,7 dollars (+2,0% sur la journée). Idem pour le baril de Brent de la mer du Nord à même échéance, à 111,70 dollars (+2,3%).

"Étant donné que l'Ukraine se situe dans la chaîne d'approvisionnement du Brent, la prime de risque a augmenté, poussant vers le haut les prix" du brut, commente Desmond Chua, analyste chez CMC à Singapour.

L'Ukraine n'est ni un producteur pétrolier majeur ni un gros consommateur, mais le pays occupe une position géographique stratégique pour le transport des hydrocarbures russes, soulignent les analystes de la division matières premières chez JP Morgan.

Ainsi, plus de 70% du gaz et du pétrole russes passe par l'Ukraine, et l'Europe représente 90% des achats du pétrole russe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2014 à 9:57 :
que les marchés mondiaux soient inquiets - Espérons que les grands de ce monde se montreront assez intelligents pour régler ce problème sans heurts .
a écrit le 04/03/2014 à 9:52 :
Je crois que la Russie va gentiment et lentement faire marche arrière
a écrit le 03/03/2014 à 23:49 :
ça fait des mois qu'il braque comme un malade les villes Européennes avec des missiles balistiques à tête nucléaires installés à la Frontière Ukrainienne, parce qu'il n'est pas content du système anti-missiles de l'OTAN , pour lui son droit c'est pouvoir atteindre l'Europe et maintenir cette pression. Faudra bien que les Allemands comprennent de ne plus acheter des hydrocarbures et du gaz à Poutine ce qui lui coupera les moyens de nous nuire.
Réponse de le 05/03/2014 à 0:18 :
Cher leni, je pense que tu n'as pas une bonne connaissance sur les importation du pétrole russe en Europe.vaut mieux pour toi de t'informe.g te donne un chiffre : 60% de la consommation européenne en pétrole est tributaire de la production Russe
a écrit le 03/03/2014 à 21:31 :
Période où il est bon de voir qu'il faut consolider l'Europe et non la démanteler comme les amis de Poutine en France le veulent (exemple Le Pen et FN avec leurs conseillers pro-Poutine = même pensée sur les choix de ce dernier sur la Syrie, la Lybie etc = laisser faire la stratégie russe d'affaiblissement de l'Europe pour mieux la dominer). De même consolider l'Europe pour créer en plus de la structure Otan une structure européenne de défense impliquant un réarmement et l'intervention de tous les pays concernés lors d'attaque d'un pays européen. Sinon vous aurez les soviets si vous vous laissez tromper par les partis populites qui veulent démanteler l'Europe et l'euro qu'ils tiennent faussement coupables de tous les maux comme la propagande poutinienne veut vous faire croire alors que ce n'est pas si simpliste heureusement.
Réponse de le 03/03/2014 à 21:52 :
Obama vous remercie d'asservir ainsi l'Europe aux USA et de livrer l'Europe aux USA. Au fait, la Chine est derriere la Russie, Obama va faire marche arriere comme en Syrie. D'ailleurs pourquoi les va t en guerre occidentaux moralistes ne parlent plus de la Syrie ? Ah l'agenda mediatique est plus important que ce qu'il se passe vraiment sur place. En Irak, Barack Bush a t il enfin trouver les armes de destruction massives ? Non, les americains ont pourtant bien trouve leur petrole cheri.
Réponse de le 03/03/2014 à 22:41 :
Je parle d'Europe vous faites de la propagande pro-Poutine. Vous êtes un collabo moi un éuropéen. Quant Poutine ira plus loin vous aurez la pétoche et vous collaborererez pas moi. Désolé j'aime pas les c... molles.
Réponse de le 03/03/2014 à 23:10 :
Vous etes collabo de l'Otan. Obama a dit et l'Europe se plie. L'Europe n'existe pas sans sa tutelle americaine, l'Europe ne s'emancipera jamais des USA. Snowden serait en prison a perpetuite si il etait aux USA, ah la belle democratie, et devant cela aucun pays europeen ne s'est oppose aux USA, un simple exemple parmi tant d'autres de la soumission europeenne constante.
Réponse de le 04/03/2014 à 0:24 :
@Défense: et toi tu fais de la propagande anti-russe. on aimerait en effet que tu sois pro-européen et que tu souhaites, comme De Gaulle, que les Ricains rentrent chez eux et ne se mêlent pas de nos affaires. Pensais-tu que les Russes n'allaient pas réagir aux menaces après l'installation de missiles américains un peu partout en Europe et sourtout à leurs portes, en Pologne et Tchéquie. On comprend bien l'intérêt pour les Américains de diviser l'Europe, mais quel est notre intérêt à nous mettre à dos nos voisins ? La réaction de la Russie est similaire à celle (normale) des Ricains lors de la crise des missiles de Cuba. Notre problème, c'est de créer une Europe forte et indépendante, capable de discuter d'égal à égal avec les grandes puissances actuelles et futures sans s'inféoder à un autre pays lointain d'ailleurs. Je dis lointain parce que tu ne te rends probablement pas compte qu'en cas de conflit, c'est nous qui allons déguster !!!
Réponse de le 04/03/2014 à 8:29 :
@ Obamesque : Je préconise une défense européenne forte et donc forcément une consolidation de l'Europe et tu me dis que ce ne sera jamais possible. On a fait l'euro et pourtant les Etats-Unis n'en voulaient pas. On a fait Airbus c'était pareil. Faut arrêter la réthorique poutinienne et croire que nous sommes des asservis et nuls.
@ Patrick : les russes ont un bouclier anti-missile, s'arment fortement, envahissent l'Ukraine en ne respectant pas les traités de défense alors que l'Ukraine a accepté le retrait de l'arme nucléaire etc. Les Etats-Unis et l'Europe ont diminué leurs nombre d'armes. Les russes et les chinois les augmentent. Nous n'avons ni à nous soumettre aux américains ni aux russes ni aux chinois. Ils exercent tous des pressions mais le plus dangereux depuis 15 ans c'est Poutine et les suédois comme les polonais nous ont averti et ils ont raison, on le voit. Les russes ont envahi l'Europe à la suite de la guerre de 40, pas les américains. Poutine tente de refaire l'empire soviétique alors que leur territoire est déjà le plus grand du monde. L'Ukraine doit pouvoir voter librement et décider si elle souhaite une partition. Son histoire est principalement européenne (Grèce, Oleh le Sage, Turque, Pologne etc). Poutine n'avait pas à intervenir de cette façon. Des élections devaient être organisées et Poutine était d'accord. La date n'était pas un problème entre mai et septembre mais il fallait faire vite vue la situation du pays. Cà ne justifiait en aucun cas une intervention. Donc seule solution maintenant c'est aller de l'avant en Europe et profiter de cela pour faire une véritable défense européenne ded 28. Pour info d'ailleurs les américains sont pour car ils ont d'autres régions à s'occuper. Si Poutine est assez fou pour faire dégénérer son aventure je peux t'assurer que les russes vont déguster plus encore que nous si tu fait le bilan du rapport de force Otan/russie et qualité de l'armement et les chinois seront très contents de les envahir pour prendre leurs ressources que nous n'avons pas. Et si tu as peur saches que mourras de toute façon un jour mais moi je baisserai pas ma culotte avant comme Obamesque ou toi lol !
a écrit le 03/03/2014 à 18:40 :
Faut obliger Poutine et Lavrov à rendre gorge et à faire des excuses au monde entier!
Réponse de le 03/03/2014 à 20:22 :
Si les va t'en guerre de journalistes parisiens et d'oligarques de Bruxelles ou de Paris sont très motivés pour se faire parachuter a Sébastopol alors il ne faut pas hésiter, faut y aller...et on sait qu'ils n'auront pas besoin d'un vote au parlement pour intervenir, donc aucun probleme pour le ministre de des affaires exterieur go, go, go...une balade comme a Tripoli?
Réponse de le 03/03/2014 à 20:39 :
Mettez BHL, Kouchner et les bobos eurocrates en tete de pont !
Réponse de le 03/03/2014 à 21:35 :
BHL fait un très bon travail d'info sur l'Ukraine et c'est courageux d'y être. Mais c'est vrai çà gêne le Pen qui est proche de Poutine qui cherche à démanteler l'Europe et nous soumettre comme il le fait avec son projet d'Eurasie.
Réponse de le 03/03/2014 à 21:48 :
Alors quand on prends comme pseudo Observateur avisé écrire un truc comme :
"BHL fait un très bon travail d'info sur l'Ukraine", c'est faire preuve d'une sacré dose de masochisme ou alors c'est être un benêt sans nom...
Réponse de le 03/03/2014 à 21:50 :
Et le travail de BHL en Lybie ? pourquoi n'ose t il plus s'y rendre et assurer le SAV ? La charia est maintenant en place en Lybie, BHL a de quoi etre fier. Au fait BHL a vecu combien de temps en Ukraine, parle t il au moins ukrainien ? Non bien sur, il fait parti de ces eurocrates obamesques soumis qui ont toujours un avis sur tout
Réponse de le 03/03/2014 à 22:47 :
BHL a le courage d'être en Ukraine et de faire une analyse avisée de la situation comme d'autres. Les ukrainiens ont droit à l'intégrité territoriale et voter pour qui ils l'entendent. Poutine met des pions dans tous les pays en Bielorussie, etc et tente de monnayer des accords en Hongrie ect et des partis comme Le Pen sont sur la même ligne pour affaiblir l'Europe. Ouvrez donc les yeux. BHL a vu juste comme bien des observateurs indépendants avisés. En Lybie il a eu raison Khadafi et ses enfants étaient des dictateurs. La situation n'est pas réglée mais c'est normal après 40 ans de dictature et une situation particulière, çà prend du temps la démocratie et la liberté.
a écrit le 03/03/2014 à 17:42 :
Pas une si mauvaise chose... Cela forcera peut-être l'Europe, la vraie, à réfléchir sur sa domination US.
a écrit le 03/03/2014 à 17:15 :
C'est du pipi de chat .... la Crimée était un cadeau fait par un oligarque russe à l'Ukraine (Kroutchev) .... l'Ukraine n'a pas sa place dans l'UE (dont les dirigeants .... sans le dire , ne veulent pas)!
Réponse de le 03/03/2014 à 22:50 :
On ne reprend pas un cadeau. L'Ukraine a toujours été historiquement dans l'UE elle est formée par un viking Oleh le Sage, reprenez l'histoire. Puis elle est turque, polonaise etc L'Ukraine doit seule décider de ses choix. pas sous la domination poutinienne maffieuse. Le vote libre, le seul choix valable. L'armée russe dehors.
a écrit le 03/03/2014 à 16:16 :
Les russes sont près a mourir pour la Crimée /
Combien de français sont pres a mourir pour l Ukraine ?
Réponse de le 03/03/2014 à 17:17 :
heuuuu pas moi ! ;o))))))))
Réponse de le 03/03/2014 à 19:39 :
On ne vous en demande pas tant !
a écrit le 03/03/2014 à 15:33 :
Non, non, aucune inquiétude, tout mes avoirs sont en or physique. Vous pouvez continuer à serrer bien fort votre papier, il vous servira à vous chauffer.
Réponse de le 03/03/2014 à 15:47 :
Conservez quelques espèces pour acquérir un AK-47 cela pourrait bien vous dépannez pour protéger vos avoirs avant de se faire avoir.
Réponse de le 03/03/2014 à 19:41 :
Vous n'avez pas vendu avant la forte baisse ?!?
a écrit le 03/03/2014 à 15:33 :
La propagande stalinienne des journaux français avant et pendant les jeux olympique de Sotchi continue de plus belle, il est donc illusoire de savoir ce qui se passe réellement dans le domaine économique et militaire aussi bien Russie qu'en Europe occidentale.
a écrit le 03/03/2014 à 14:53 :
C'est l'ouverture des soldes! :-)
a écrit le 03/03/2014 à 14:50 :
Il faut arrêter de suite tout commerce avec la Russie sur le gaz et le pétrole , la crise qu'ils créent va leur donner une force nuisance avec l'augmentation du brut et du gaz .
Réponse de le 03/03/2014 à 14:59 :
La Russie n'a pas fait libérer l'ancienne présidente cleptomane d'Ukraine... tout ceci ressemble de plus en plus à de la manipulation politique des USA soutenus par ses vassaux de l'UE.
a écrit le 03/03/2014 à 14:08 :
Les marchés et leurs opérateurs presse-boutons sans imagination ont peur ?
Comme d'hab...
a écrit le 03/03/2014 à 12:10 :
Les entreprises française qui sont enlisées en Russie n'ont pas mesuré combien il est très hasardeux et très téméraires d'investir dans ces pays dirigés par des fous furieux...

Renault et la Société Générale sont en première ligne, courage aux actionnaires !!!
Réponse de le 03/03/2014 à 13:54 :
La Russie existera toujours avec ses millions de consommateurs et retour à court terme moins de 50 ans de communistes type URSS est presque à exclure alors oui il faut continuer à investir dans des entreprises qui ont des implantations en Russie, ce que je fais depuis des années et je n'ai pas à me plaindre. L'affaire actuelle est un phénomène politique de courte duré à l'échelle des investissements.
Réponse de le 03/03/2014 à 14:08 :
et belle degringolade du CAC 40!
Réponse de le 03/03/2014 à 14:27 :
Il ne faudrait pas trop rêver et ne pas trop espérer de consommateurs "théoriques".

Dans les pays de la corruption élevée au rang de valeur, les millions de consommateurs restent des consommateurs pauvres, qui ne peuvent pas s'équiper.

Pour un constructeur comme Renault qui fait déjà des pertes, c'est une très mauvaise évolution qui étai prévisible, Avtovaz Lada n'a pas finit de plomber les comptes déficitaires de Renault.

Regardez ce qui se passe en Roumanie, les travailleurs pauvres ne peuvent pas s'acheter de voitures qu'ils produisent,

en 2013 le taux d’équipement de la population Roumaine : 2,7 véhicules pour 1 000 roumains (population de la Roumanie : 21 300 000 habitants / immatriculations de voitures en Roumanie : 57 710 de voitures )

c'est 10 fois moins que la France pourtant elle aussi en décroissance.

A méditer
Réponse de le 03/03/2014 à 16:11 :
Dans un système économique mondial qui tire tout vers le bas,vous voulez tout de même pas que chaque roumain est une voiture.Il faut préserver la main d’œuvre bon marché.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :