Ukraine : "la France comme l'Union européenne ne reconnaîtra pas la validité de cette pseudo consultation" (Hollande)

 |   |  573  mots
François Hollande a déclaré que ces sanctions liées à la coopération militaire relevaient du troisième niveau de la sanction. Nous en sommes au premier, a-t-il précisé.
François Hollande a déclaré que ces sanctions "liées à la coopération militaire" relevaient du "troisième niveau de la sanction". "Nous en sommes au premier", a-t-il précisé. (Crédits : reuters.com)
François Hollande a assuré samedi que s'il n'y a pas de "désescalade" en Ukraine, il y aura des "sanctions" lundi de l'UE contre la Russie.

"Il y a une pseudo consultation de la population en Crimée parce qu'elle n'est pas conforme au droit interne ukrainien et au droit international" et "c'est pourquoi la France comme l'Union européenne ne reconnaîtra pas la validité de cette pseudo consultation".

Le référendum en Crimée n'a pas de valeur légale

Voici ce qu'a expliqué samedi le président français, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse commune à l'Elysée avec le président du conseil italien Matteo Renzi, qui a dit "partager" l'idée que le référendum en Crimée n'a pas de valeur légale. Et de rappeler qu'"il y avait eu une échelle de sanctions qui avait été définie par le Conseil européen".

"Il y aura donc usage s'il n'y a pas désescalade lundi de ces sanctions" à l'égard de la Russie, lors de la réunion du conseil des ministres Affaires étrangères à Bruxelles, a affirmé le chef de l'Etat, en précisant qu'elles porteraient sur les visas et des avoirs financiers.

Premier niveau de sanction

"Je souhaite qu'il y ait désescalade, qu'il y ait un groupe de contact qui puisse trouver des solutions dans le cadre de l'intégrité territoriale de l'Ukraine", a-t-il insisté.

Interrogé sur la possible suspension de la vente de navires militaires français de type Mistral à la Russie, François Hollande a déclaré que ces sanctions "liées à la coopération militaire" relevaient du "troisième niveau de la sanction". "Nous en sommes au premier", a-t-il précisé.

Pour rappel, un référendum sur l'avenir de la Crimée et son possible rattachement à la Russie est organisé dimanche dans cette péninsule russophone du sud de l'Ukraine, passée sous le contrôle de forces armées pro-russes. Ce référendum, organisé par les autorités locales pro-russes de cette république autonome, est jugé illégal par le régime ukrainien.

La Crimée, rattachée à l'Ukraine en 1954

La Crimée est la région d'Ukraine la plus hostile au nouveau pouvoir à Kiev, après la destitution le 22 février du président Viktor Ianoukovitch, à l'issue de trois mois de contestation qui s'est achevée dans un bain de sang, avec la mort de 83 personnes à Kiev en trois jours.

Conquise au XVIIIe siècle par la Russie sur les Turcs, la Crimée faisait partie de la Russie sous l'URSS et a été rattachée à l'Ukraine en 1954. Elle abrite toujours la flotte russe de la mer Noire à Sébastopol, dans le cadre d'un accord entre les deux pays.

Or, aucune solution n'a été trouvée vendredi entre les chefs de la diplomatie russe et américaine à Londres, malgré deux semaines d'intenses activités diplomatiques qui ont ranimé la flamme éteinte en 1991 de la Guerre froide.

Des sanctions plus sévères contre la Russie


Après l'échec de ces pourparlers, le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a estimé que le "moment était venu" pour l'Union européenne d'adopter des sanctions plus sévères contre la Russie.

Selon des sources européennes, l'Union européenne étudie des sanctions contre un nombre "limité" mais "politiquement significatif" d'une trentaine de personnalités jugées responsables de l'intervention russe en Ukraine. Cette liste noire compte des parlementaires, des membres des instances de sécurité, un haut responsable du ministère de la Défense.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2014 à 13:42 :
Votre article est incomplet. En 1991 il y a eu un référendum sur le rattachement de la Crimée à l'Ukraine et les habitants ont voté à 54% pour le rattachement.
a écrit le 18/03/2014 à 14:48 :
C'est bien connu : Hollande n'a pas peur du ridicule !
a écrit le 18/03/2014 à 14:47 :
Ainsi parlai Poutine il y a quelques mois....

Vladimir Poutine, le président russe, s'est adressé à la Douma, (Parlement russe), et a prononcé un discours sur les tensions avec les minorités en Russie :
"En Russie, vivons Russes. Toute minorité, de n'importe où, si elle veut vivre en Russie, travailler et manger en Russie, doit parler le russe, et doit respecter les lois russes. S'ils préfèrent la Charia, alors nous leur conseillons d'aller aux endroits où c'est la loi du pays. La Russie n'a pas besoin de minorités. Les minorités ont besoin de la Russie, et nous ne leur accorderont pas de privilèges spéciaux, ou n'essaieront de modifier nos lois pour répondre à leurs désirs, peu importe la force avec laquelle ils crient à la «discrimination»
On ferait mieux d'apprendre du suicide de l'Amérique, de l'Angleterre, de la Hollande et de la France, si nous voulons survivre en tant que nation. les coutumes et les traditions russes ne sont pas compatibles avec l'absence de culture ou les moyens primitifs de la plupart des minorités. Quand ce corps législatif honorable pense à la création de nouvelles lois, il faut avoir à l'esprit l'intérêt national, en gardant à l'esprit que les minorités ne sont pas les Russes.
>
a écrit le 18/03/2014 à 13:06 :
Quand j'écoute et je vois Poutine faisant son discours à la Douma et que je le compare à notre sublime Hollande, j'en pleure pour la France ! La Crimée retourne à ses origines, à quand la même chose pour le Kosovo dont la Kfor assure le maintien forcé en terre d'Albanie !
a écrit le 17/03/2014 à 22:52 :
Et nous nous avons un pseudo président que nous ne reconnaissons pas.
Réponse de le 18/03/2014 à 9:25 :
Partez vous installer en Russie, vous aurez un président élu à perpétuité et n'aurez ainsi pas à vous poser la question de sa reconnaissance ou pas, il le fera pour vous et vous n'aurez pas le droit de le critiquer sous peine de passer des années en Sibérie, çà vous laissera le temps de réfléchir.
Réponse de le 18/03/2014 à 11:35 :
Lamentable! Typique des réponses idiotes qui ignore le problème. Ce n'est pas parce que c'est pire en Russie qu'il faudrait se contenter de l'état de la démocratie en France...
a écrit le 17/03/2014 à 21:54 :
Pourquoi le referendum que la France a organisé a Mayotte île comorienne est légal et pas celle du Crimée. Je me demande pourquoi?
Réponse de le 18/03/2014 à 9:17 :
Rien à voir, c'est comme si c'était l'Ukraine qui avait organisé un référendum en Crimée et que celle-ci ait voté le rattachement comme département. De plus il n'y avait pas l'armée d'un envahisseur externe, il y avait débats depuis longtemps, çà n'a pas été bâclé sous 12 jours, les médias n'étaient pas ceux d'un envahisseur etc.
Réponse de le 18/03/2014 à 11:38 :
Il me semble que le président Ukrainien n'a pas protesté.
Après un coup d'état violent et certainement pas approuvé par la population Ukrainienne, je ne vois pas comment on pourrait parler d'illégalité pour ce référendum... La législation sur les régions en Ukraine est très différente de la France.
a écrit le 17/03/2014 à 19:45 :
Il est heureux que cette crise mette un terme à l'extention européenne. Seul un équilibre entre Europe et Russie est garantie de paix..et cela, il semble que nos représentants ne l'aient pas compris. Incroyable de constater que le peuple montre plus de mesure et d'intelligence que nos représentants! cette crise de l'Ukraine va avoir des conséquences majeures sur les rapports entre les peuples, et les structures européennes.
a écrit le 17/03/2014 à 18:57 :
Hollande a raison a a bien tenu son rôle dans les différentes crises au Mali, Centrafrique, Syrie et ici Ukraine. Poutine donne une excellente occasion à l'Europe de passer au stade confédéral à fédéral selon les questions en jeu et de créer une forte arrmée commune à la mesure de nos intérêt et populations et face aux visions expansionnistes et invasives du clan Poutine qui rappelle Staline ou Hitler.
Réponse de le 17/03/2014 à 19:12 :
Effectivement le grand sujet c'est désormais la nécessité d'une consolidation de l'Europe et la constitution d'une réelle armée européenne. Bref que l'Europe se prenne enfin en main et décide de son avenir plutôt que d'attendre l'aide ou que les autres le fassent négativement à sa place. Les populistes et partis séparatistes sont à contrario de l'histoire ou travaillent en sous main pour Poutine.
a écrit le 17/03/2014 à 15:15 :
il est pas content président normal ralalala attention il va se mettre en colére ...Non plus sérieusement je serais Poutine (attention je soutiens pas le bonhomme mais il est loin d etre bete) je dirais "ah vous contestez le rattachement de la Crimée à la Russie qui avait été cédé à l Ukraine fin des années 50 par Khrouchtchev (lui même Ukrainien) un referendum a été fait et 93% son ok pour ca Maintenant expliquez moi la différence avec le Kosovo territoire Serbe depuis plusieurs centaines d années que vous avez séparé de force à la Serbie contre l avis de son gouvernement et de sa population la aussi en vous appuyant sur un reférendum??....echec et mat ....
Réponse de le 17/03/2014 à 19:01 :
La Crimée va apporter plus de problèmes à la Russie que d'avantages et le référendum ne sera jamais reconnu à l'extérieur. Bien mal acquis ne profite jamais. On le verra à moyen long terme. Les invasions forcées ne sont jamais bonnes même si 58% de la population était russe et sans doute favorable mais certainement pas 97%. L'Ukraine va s'en souvenir et va d'autant plus se méfier de la Russie donc bilan négatif pour Poutine.
a écrit le 17/03/2014 à 14:58 :
M Hollande quand on ne respecte pas le vote des français (référendum de 2005) on ne donne pas de leçon de démocratie aux autres. Poutine est le président qu'il est mais il ne ressemble pas à un poulet sans tête. Et au passage M Hollande quand vous allez dans les pays du golf vous pourriez leur faire une leçon sur le droit des femmes.
a écrit le 17/03/2014 à 13:34 :
un pseudo président !
Réponse de le 18/03/2014 à 9:27 :
Non Hollande est un président sérieux au contraire du référendum en Crimée.
a écrit le 17/03/2014 à 12:48 :
Toujours à jouer la grenouille…un proverbe asiatique dit qu'un nain au sommet d'une montagne reste toujours un nain… l'Ukraine qu'il faudrait financer on en veut pas, pas plus que d'aller se battre en syrie.
Réponse de le 17/03/2014 à 13:39 :
1. Pour l'Ukraine, bon exemple de votre générosité pour permettre l'autodétermination des peuples et notamment la possibilité de se sortir du giron russe.

2. Pour la Syrie, je ne pense pas qu'il ait été question d'aller se battre dans ce pays.
a écrit le 17/03/2014 à 11:04 :
avec 80 % de mécontents, la France de reconnait pas le pseudo président HOLLANDE et les sanctions arrivent dès ce week end
Réponse de le 18/03/2014 à 18:32 :
oui
a écrit le 17/03/2014 à 10:38 :
je ne comprends pas pourquoi on s'acharne sur la Crimée! D'une part la Crimée fut conquise par la Russie aux ottomans puis rattachée à l'Ukraine par Kroutchev. La Crimée est profondément pro russe, et ce n'est pas la corruption endémique de l'Ukraine et de sa classe dirigeante qui risque d'attirer les russo phones de Crimée...les investissements en Crimée sont russes: terminaux gaziers, base navale, infrastructures, et font vivre l'économie de la Crimée! de facto la Crimée dépend de la Russie et non de l'Ukraine. par ailleurs nous n'avons rien dit quand la Tchécoslovaquie s'est scindée en République tchèque et Slovaquie. L'Ukraine est tiraillée entre deux sphères l'ouest et la Russie. pas étonnant que ça se déchire...
Réponse de le 17/03/2014 à 13:42 :
Argument stupide de "République tchèque et Slovaquie" qui sont deux entités autonomes. Qu'aurions nous dit si la République tchèque devenait autonome alors que la russie "avalait" la Slovaquie est le même cas de figure.

L'histoire nous dira qui à eu raison.
a écrit le 16/03/2014 à 19:09 :
François Hollande ne fait peur en définitive qu'aux Français!!!
a écrit le 16/03/2014 à 11:06 :
l europe n a pas les moyens de sa position, seul les americain est les chinoie l on,,???
a écrit le 16/03/2014 à 10:34 :
"Le référendum en Crimée n'a pas de valeur légale. Voici ce qu'a expliqué samedi le président français, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse commune à l'Elysée avec le président du conseil italien Matteo Renz..."
En fait, c'est comme en France (cf. le dernier referendum sur l'Europe) ; donc l'Etat Français n'a pas de leçon à donner à qui que ce soit.
a écrit le 16/03/2014 à 3:24 :
L'invasion et l'annexion de la Crimée ne sera jamais validée par le monde hormis éventuellement le Vénézuéla, même pas par les chinois tout comme l'enclave Géorgienne et Moldave.
a écrit le 16/03/2014 à 0:13 :
En terme de référendum "pseudo consultation", Hollande s'y connait ! C'est pas ça qui a été organisé en France en 2005 a propos de la Constitution Européen devenu traité de Lisbonne ?
Réponse de le 16/03/2014 à 3:18 :
Je n'ai pas souvenir qu'il y avait des chars d'un pays envahisseur lorsque nous votions et faisions parti des 2 seuls pays qui ont changé d'avis au dernier moment sur la constitution européenne qui était un travail lourd de plusieurs années que la majorité européenne avait adopté. On y serait encore si on avait tout annulé car la spécialité des français c'est baratiner à longueur de journée et ne pas avancer, sauf quand ils ont le feu aux fesses.
Réponse de le 16/03/2014 à 10:38 :
@L'intelligent : OK, sans les chars. C'est donc pire en matière de démocratie.
+ 1000 pour @LePasBeau
Réponse de le 16/03/2014 à 23:22 :
Pas besoin de chars quand on peut faire sa propagande sur les médias subventionnés ...
Réponse de le 17/03/2014 à 1:32 :
@L'intelligent , et bien s'il elle vous plait l'Europe telle quelle est aujourd'hui, il faudra m’expliquer comment vous faites. On aurait peut être perdu des années à se remettre d'accords, mais quand vous voyez l’œuvre de la Troika (juste un exemple sans explication pour pas écrire un roman), je me dit que les Français ne sont pas si idiot que vous, L'intelligent, semblez croire
a écrit le 15/03/2014 à 20:52 :
Depuis 2005 tout les référendums sont illégaux pour cause de mauvaise réponse à de bonne question mais bientôt légale grâce a de bonne réponse à de mauvaise question.
a écrit le 15/03/2014 à 18:13 :
Il est sorti de sa cachette ?
a écrit le 15/03/2014 à 18:06 :
il ne doit pas être au courant du sondage IFOP/ Le Figaro qui indique que la majorité des français et des allemands sont oppsés à l'intégration de l'Ukraine à l'UE. Il est vrai qu'il s'en fout de l'opinion des gens puisque le référendum est un mode de consultation illégal !
Réponse de le 16/03/2014 à 0:06 :
@Pôvre...: tout à fait, ses 22% de voix des inscrits au 1er tour lui donnent une plus grande légitimité que les 70-80% attendus en Crimée :-)
Réponse de le 16/03/2014 à 3:22 :
@ Pôvre : il n'a jamais été question d'intégration de l'Ukraine mais d'un accord Ukraine-Europe et plus.
@ Patrickb : Non c'est 85% le chiffre prévu d'avance en Crimée, Patrickb le poutinien ne répercute pas les bon chiffres de son mentor le dictateur Poutine et ne tient pas compte du taux de participation en Crimée ni des troupes présentes aux abords des bureaux de vote pour un vote libre et démocrate, lol !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :