"Il n'y a pas d'alternative au gaz russe" (ministre allemand de l'Énergie)

 |   |  380  mots
La Norvège, souvent présentée comme un fournisseur alternatif, a des possibilités d'exportation limitées, et le gaz en provenance des Pays-Bas n'est pas d'assez bonne qualité, selon le ministre de l'Economie et de l'Énergie allemand, Sigmar Gabriel.
La Norvège, souvent présentée comme un fournisseur alternatif, a des possibilités d'exportation limitées, et le gaz en provenance des Pays-Bas n'est pas d'assez bonne qualité, selon le ministre de l'Economie et de l'Énergie allemand, Sigmar Gabriel. (Crédits : Reuters)
Il n'y a "pas d'alternative raisonnable" au gaz en provenance de Russie pour l'approvisionnement énergétique de l'Europe, a affirmé jeudi Sigmar Gabriel, ministre allemand de l'Economie, en plein débat sur de possibles sanctions économiques contre Moscou.

En pleine crise ukrainienne, la question est régulièrement posée. Peut-on se passer du gaz russe ? Pour le ministre allemand de l'Économie et de l'Énergie, Sigmar Gabriel, la réponse est sans détour : "Il n'y a pas d'alternative raisonnable". Pour lui, qui s'exprimait dans le journal régional Neue Osnabrücker Zeitung (NOZ), il n'y a d'ailleurs pas de raison de s'inquiéter des vives tensions provoquées par la crise ukrainienne :

"Même au pire de la Guerre Froide, la Russie a tenu ses engagements", a tenté de rassurer Sigmar Gabriel.

Dépendance au gaz russe

L'Allemagne importe 35% de son gaz naturel de Russie. Cette part est beaucoup plus élevée encore dans certains Etats d'Europe de l'Est, anciens satellites de Moscou. Récemment, le chef de gouvernement polonais Donald Tusk avait critiqué la dépendance de l'Allemagne au gaz russe, estimant qu'elle constituait une menace pour la souveraineté de l'Europe.

La Norvège, souvent présentée comme un fournisseur alternatif, a des possibilités d'exportation limitées, et le gaz en provenance des Pays-Bas n'est pas d'assez bonne qualité, selon le social-démocrate.

Divergences au sein du gouvernement allemand

Ses propos ont été interprétés comme en contradiction avec ceux d'autres responsables allemands, et notamment de la chancelière Angela Merkel. Celle-ci avait déclaré jeudi que les événements en Ukraine allaient conduire à "une nouvelle manière de voir la politique énergétique", afin de réduire la dépendance des Européens au gaz et au pétrole russes.

Lors de la conférence de presse régulière du gouvernement vendredi, le porte-parole de M. Gabriel, Tobias Dünow, a précisé que "bien évidemment" l'Allemagne s'employait à réduire sa dépendance au gaz russe, "et pas seulement au gaz russe mais au gaz de manière générale, c'est pour cela que nous faisons la transition énergétique", qui doit permettre au pays d'assurer à terme l'essentiel de sa consommation d'électricité à partir de sources renouvelables.

"Il n'y a pas de divergence" sur ce sujet entre la chancelière conservatrice et son ministre social-démocrate, a contredit une porte-parole de la chancelière.

>> Lire Que perdrait la France à rompre ses relations économiques avec la Russie ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2015 à 10:03 :
Ce n'est pas Schröeder qui va démentir les propose de S.Gabriel.
a écrit le 29/03/2014 à 0:34 :
A l'échelon européen il y a des alternatives relativement rapides et pas déraisonnables au gaz russe et entre autres toutes les énergies renouvelables dont l'Europe est bien dotée au plan des ressources diverses. A court terme aussi l'extension des réseaux ne coûte pas très cher et apporte beaucoup. De même l'efficacité énergétique. C'est simplement une question de mobilisation globale en Europe car les entreprises existent et il suffit d'une directive commune pour les mobiliser, ce qui serait également créateur d'emplois en Europe, favorable au climat et une occasion de se préparer pour un avenir qui sera de toutes façons avec un gaz de plus en plus cher et rare. L'ordre des choses est d'une certaine manière rappelé dans cette étude parmi d'autres : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/75512.htm
Réponse de le 29/03/2014 à 1:02 :
Au plan nucléaire - pour la France notamment qui a sans doute intérêt à garder son savoir-faire et réduire nettement ses déchets en les utilisant plutôt que de les stocker pour des durées ingérables et incontrôlables, mais en limitant nettement son parc qui est de plus en plus risqué et dépassé - il y a lieu de laisser tomber la génération 3 qui est toujours trop risquée et produit des déchets trop longue durée (EPR), incluant donc à terme les vieux réacteurs, et passer de façon nettement plus modérée à la génération 4 et filière thorium. Avantages : utilisation des déchets et réduction très forte de leur durée de nuisances plutôt que de les stocker pour des durées totalement déraisonnables, nettement moins de risques, optimisation des ressources et accès au thorium abondant y compris en France. Les modèles développés au Cnrs et Cea sont intelligents : se diriger vers un parc hétérogène de réacteurs nucléaires complémentaires en intégrant la filière thorium. On n’utilise que 10 à 20 % des réserves naturelles d’uranium et on recycle les déchets qui sont conséquents en France et dans le monde en les incinérant dans des réacteurs appropriés. De plus cette filière est beaucoup plus facile à gérer http://leblogalupus.com/2011/04/02/nucleairefiliere-thorium-quelques-avantages-et-inconvenients-–-le-cas-francais-par-olivia/
a écrit le 28/03/2014 à 22:16 :
hilarant cette déclaration , alors que l'Allemagne joue sur les matières fossiles en nous envoyant sa pollution par beau temps , eux qui stoppent le nucléaire et qui se fournissent en gaz et en charbon , on dira ce qu'on dira mais Degaulle voulait être indépendant des matières fossiles , quoi qu'en france on adore le pétrole a plus soif , le problème c'est comment s'adapter a ces périls face a des pays qui ont le monopole et la rente , l'option du pétrole en guyane toujours hostile ?
a écrit le 28/03/2014 à 19:46 :
Un ministre Allemand a parlé, Fabius peut se reposer maintenant...
a écrit le 28/03/2014 à 19:01 :
Encore un ministre qui a des accointances dans le secteur gazier entre faire une diversification de ses énergies et dire unilatéralement non cela n'est pas possible .
a écrit le 28/03/2014 à 16:14 :
Nous avions en France un commissariat a l'énergie solaire, créé en 1973 (plsu de 40 ans). Depuis, on en a fait... rien. On baratine toujours. Tant qu'on continuera a se faire enfumer par ceux qui encaissent sur les marges liées a l'importatyion d'énergie de tous poils, on ne parviendra jamais a atteindre l'autonomie énergétique qui est largement possible, a condition de remettre tout a plat, de fond en comble. Nous constatons simplement que nous avons fait le bon choix, constant a nous envoyer dans le décor. On continue ? On klaxone ? On fait un feu d'artifice ?
Réponse de le 28/03/2014 à 16:32 :
@COMES. Juste pour le fun, allez visiter le site de McPhy Energie... Vous verrez que l'avenir énergétique se prépare, et sans les énergies fossiles... Cela demandera certainement une génération, mais la révolution énergétique est en route...

Et c'est 100% français, même s'il y a des coopérations internationales, notamment avec l'Allemagne et l'Italie.
a écrit le 28/03/2014 à 15:55 :
Il va falloir préparer les esprits à la relance rapide du nucléaire !...
Réponse de le 28/03/2014 à 19:42 :
Tchernobyl, Fukushima, les cuves défectueuse en Belgique, le projet EPR arrêté en Finlande, celui de France qui va couter 5 fois le prix, c'est sure, on y croie !!
Réponse de le 28/03/2014 à 19:57 :
Tchernobyl, Fukushima, les cuves défectueuse en Belgique, le projet EPR arrêté en Finlande, celui de France qui va couter 5 fois le prix, c'est sure, on y croie !!
a écrit le 28/03/2014 à 15:49 :
Venez acheter du gaz Algérien, ainsi on va acheter vos Renault, nos femmes vos sacs Vuitton et foulard Hermès sans oublier les parfum Guerlain et nos jeune auront un revenu pour rester en Algérie !!!

Vive le partenariat Algérie - UE
Réponse de le 28/03/2014 à 16:14 :
@Hicham: on paie le gaz algérien le plus cher du monde en raison d'accords signés par De Gaulle. Ce que les dirigeants algériens ont fait de l'argent, il faut le leur demander :-) Mais ce qu'il nous faut, c'est une autonomie par rapport aux autres, d'où l'intérêt de renforcer l'Europe pour éviter la vassalisation :-)
Réponse de le 28/03/2014 à 16:28 :
vous pourrez recuperer tous les algériens qui ont profité de notre bon systeme d'état providence et qui crachent sur notre pays
Réponse de le 29/03/2014 à 17:42 :
C'est bien ce que je disais : on vous vend notre gaz pas assez cher !!!
Algériens , Hicham ...Faites grimper vos prix !!!
Faites grimper vos prix !!! Camarades !!!
a écrit le 28/03/2014 à 15:49 :
Laurent Fabius et Hollande ont à nouveau bien joué contre les intérêts français.
Le jour où les russes couperont le gaz, on saura à qui s'adresser.
a écrit le 28/03/2014 à 15:47 :
Le fascisme , on n'en veut pas , le colonialisme , on n'en veut pas.
Allemands et français , vous n'êtes pas bienvenus.
Réponse de le 28/03/2014 à 20:27 :
Sache que beaucoup de français continuent d'aimer la Russie et les russes et cela en dépit d'une propagande occidentale grossière et hystérique
a écrit le 28/03/2014 à 15:44 :
Nous voulons des sanctions contre notre pays , ainsi nous ne vous livrerons plus de gaz à un prix scandaleusement bas.
Allez vous démerder avec les algériens.
Réponse de le 29/03/2014 à 0:20 :
C'est Poutine le problème, pas les russes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :