"Le multipartisme n'a pas fonctionné en Chine" (Xi Jinping)

 |   |  319  mots
Xi Jinping tient la libéralisation du système politique en Russie durant la Perestroïka pour responsable de la chute de l'URSS. (Photo : Reuters)
Xi Jinping tient la libéralisation du système politique en Russie durant la Perestroïka pour responsable de la chute de l'URSS. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
La Chine a expérimenté une multitude de systèmes politiques, le multipartisme notamment, mais cela n'a pas fonctionné, a déclaré mardi le président chinois Xi Jinping lors de sa visite en Europe, mettant en garde contre la volonté de certains de copier les modèles politiques ou de développement étrangers.

Pour ceux qui en doutaient encore, le président de la Chine, Xi Jinping n'est pas un grand partisan de la démocratie. Et s'il a un penchant pour le libéralisme économique certain, le libéralisme politique, lui, ne fait pas partie de ses rêves pour la Chine. C'est ce qu'il a rappelé haut et fort devant l'assemblée du Collège de l'Europe de Bruges hier soir.

Aucun autre régime n'aurait fonctionné

"La monarchie constitutionnelle, la restauration impériale, le système multipartite et le régime présidentiel, nous y avons réfléchi, nous les avons essayés, mais aucun n'a fonctionné," l'a cité l'agence de presse Chine nouvelle.

Pour lui c'est très simple, le Parti communiste chinois (PCC) doit rester au pouvoir tel quel. Même si quelques petits partis sont tolérés avec un rôle accessoire et purement consultatif.

La démocratie, une idée à éradiquer selon Xi Jinping

Depuis son arrivée, le président Xi Jinping, obsédé par l'échec de la Perestroïka entamée par Mikhaïl Gorbatchev à la fin des années 1980 qui s'est soldée par la chute de l'URSS, n'a de cesse de contrecarrer le moindre écart. En août dernier, le New York Times avait même révélé l'existence d'une circulaire, le "Document numéro 9", à destination des membres du parti selon laquelle il était possible que le PCC finisse par perdre le pouvoir.

A moins que le pays ne parvienne à éradiquer sept idées qui vont l'encontre de sa pureté idéologique. En tête : celle d'une constitution démocratique à l'occidentale. Suivaient notamment la défense des droits de l'Homme, une justice indépendante, la liberté de la presse, le néo-libéralisme et l'émergence d'une société civile.

>> Lire Le parti communiste chinois impose une ligne rouge à la libéralisation de l'économie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2014 à 16:35 :
Il est impossible pour le moment de gouverner un pays avec plus d'1 milliard d'habitant avec une politique libérale. Ça sera l'anarchie total !
a écrit le 02/04/2014 à 16:25 :
C'est vrai, imitons le modèle chinois. 250 millions de travailleurs migrants exploités et sans aucun droit politique pour le bénéfice d'une minorité de classe moyenne et de milliardaires et qui n'ont aucun espoir de voir leur situation s'améliorer vue que l'absence de libertés individuelles ou de créations de partis les rendent invisibles.
Il est tellement de bon ton de cracher sur la Démocratie occidentale, de la mépriser, de la railler au profit d'une sois disant sagesse chinoise.
Mais c'est n'importe quoi, c'est une oligarchie corrompus qui est au pouvoir en Chine c'est pas Confucius, c'est des milliers de Cahuzac qui ont déjà planqués une partie de leur fortune à l'étranger au cas où cela exploserait. C'est du népotisme, de la cooptation, tout ce qu'on critique individuellement chez nos hommes politiques et qui est érigé en système en Chine. Réveillez vous.
a écrit le 02/04/2014 à 15:38 :
Il faut se demander encore une fois à qui profite le crime?
Les défenseurs de la démocratie seraient les premières victimes si l'on changeait de régime...et je veux bien parler des politiciens...
Non sans mal, l'adaptation du système Chinois serait dur voir impossible. Pour autant on ne peut que s'incliner devant le mérite qu'ils ont d'avoir su forger une économie aussi profitable avec un système politique que l'on renie. La sagesse Chinoises a été de savoir se remettre en question et de change de cap à chaque fois qu'ils avaient tort; utilisé à outrance par Hu Jintao; nos vieilles démocraties ferait bien de s'en inspirer...La preuve en est que depuis quelques décennies nous utilisons un système qui ne s'est jamais remis en question.
Réponse de le 02/04/2014 à 16:14 :
L'homme occidental est assez différent de l'homme chinois et sur plusieurs aspects. Même entre des occidentaux, il y a une flagrante différence entre les nordiques européens et anglo-saxons et le latins, ceux derniers avec un penchant naturel vers l'anarchisme. Un régime unique ne pourrait jamais voir le jour en Occident. Et encore moins en France.
a écrit le 02/04/2014 à 15:18 :
Le multipartisme en Chine??
Deja avec 65 millions d'habitants en France, ça craint...On imagine avec 1 milliard 400 millions..:-)
a écrit le 02/04/2014 à 13:57 :
Une idée : n'autoriser la politique que pendant vingt années d'une vie, quel que soit le niveau de responsabilité.
a écrit le 02/04/2014 à 12:43 :
Lorsqu'on voit la prolifération loufoque et illusoire des partis en Occident et pour n'aboutir qu'à une même classe politique d'incompétents qui se disputent, au grand détriment du bien-être d'une nation, on ne peut que se courber à l'éternelle sagesse chinoise.
a écrit le 02/04/2014 à 10:51 :
Il faut se souvenir de la phrase de Deng Xiaoping prononcée lors de l'inauguration de Shanzhen en 1980: 'Maintenir fermement la ligne fondamentale du Parti pendant 100 ans sans vaciller'
depuis les dirigeants ont appliqué...
a écrit le 02/04/2014 à 10:49 :
la démocratie occidentale, ne fonctionne plus chez nous également. Les minorités bloquent l'intérêt général, le pouvoir achète la,paix sociale et les mentalités sont figées. la défiance vis à vis de l'élite rende les élections nulles en raison d'un taux de participation non représentatif. En fait le pays est ingouvernable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :