Le Japon fait face à un déficit commercial record

 |   |  475  mots
Le gouvernement de Shinzo Abe a réduit ses prévisions économiques pour la première fois depuis 2012 en raison de l'impact de la hausse de la TVA mais continue de tabler sur une reprise modérée. Reuters
Le gouvernement de Shinzo Abe a réduit ses prévisions économiques pour la première fois depuis 2012 en raison de l'impact de la hausse de la TVA mais continue de tabler sur une reprise modérée. Reuters (Crédits : reuters.com)
Sur une année, le déficit commercial du Japon a été multiplié par quatre selon les chiffres de mars dernier, passant la barre des 10 milliards d'euros. Un record dû en grande partie à un bond des importations, provoqué par la dépréciation du yen.

Avec une croissance des exportations à son plus bas niveau depuis un an et une hausse des importations de 18,1%, le déficit commercial japonais file un mauvais coton. L'exercice clos en mars fait état d'un déficit de 1.446 milliards de yens (10,25 milliards d'euros) a annoncé lundi le ministère des Finances nippon. 

Le virage d'une économie auparavant "puissance exportatrice"

Selon un article du Financial Timesce record du déficit commercial japonais "souligne le changement structurel de cette économie auparavant connue pour sa puissance exportatrice." Il marque la troisième année fiscale consécutive de déficits, la période la plus longue depuis les années 1970.

Le gouvernement a précisé que l'affaiblissement du yen, qui a perdu  8,7% de sa valeur face au dollar par rapport à mars 2013, est la cause principale de la hausse des importations. En avril 2013, la banque centrale du Japon a considérablement assoupli sa politique monétaire sous la pression du Premier ministre de droite Shinzo Abe, ce qui a entraîné une dépréciation régulière de la monnaie japonaise lors des mois suivants. En conséquence, les denrées achetées à l'étranger par les firmes nippones ont coûté davantage de yens.

Une hausse des importations de pétrole 

Le facteur lié aux devises n'est toutefois pas le seul en cause. En mars, le volume des importations a grimpé de 11,6%. L'archipel s'est notamment fait livrer près de 15% de pétrole en plus, alors qu'il s'agit de son poste de dépense le plus important. Les achats depuis l'étranger de gaz naturel liquéfié ont aussi augmenté, cette énergie étant davantage utilisée depuis l'arrêt de la cinquantaine de réacteurs nucléaires du pays après l'accident du Fukushima. Cette suspension du nucléaire dans l'archipel a rendu la balance commerciale japonaise structurellement déficitaire, alors qu'elle tirait jadis d'amples excédents grâce à ses puissants secteurs industriels exportateurs (électronique, automobile, etc.).

Au-delà des sources d'énergie, les Japonais ont aussi importé davantage d'ordinateurs, de semi-conducteurs et de voitures, ainsi que d'autres pièces détachées ou produits de consommation courante. Les consommateurs nippons ont acheté davantage en mars en prévision de la hausse d'une taxe sur la consommation au 1er avril (équivalente de la TVA française). Les négociants ont dû élever leurs commandes à l'étranger pour répondre à ce surcroît de demande.

Les exportations n'ont progressé dans le même temps que de 1,8% en valeur. Elles se sont même effritées de 2,5% en volume sur fond de croissance hésitante en Asie, mais la dépréciation du yen a permis d'en élever quelque peu la valeur en monnaie japonaise. Les ventes de voitures Made in Japan se sont en particulier mieux tenues à l'étranger, tout comme celles des machines destinées au secteur textile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2014 à 12:17 :
En principe, la dépréciation de la monnaie stimule les exportations, vu que les biens locaux deviennent moins chèrs pour le reste du monde. Mais pour le cas japonais, je ne comprends pas comment une dépréciation peut contrinuer au creusement du déficit commercial !
a écrit le 22/04/2014 à 12:13 :
Alors qu'un quart seulement de l'électricité Japonaise venait du nucléaire osez imaginer la même chose ... en France où c'est 80% ??? Cela s'appelle un effondrement car nos chers décideurs ont mis tous leurs œufs dans le même panier.A quand la fin de la gabegie électricité en France ?
a écrit le 22/04/2014 à 10:44 :
Il y a effectivement l'énergie, l'électronique qui pèsent sur le déficit. Mais il y a aussi l'alimentation pour le 1/3 restant. La province de Fukushima était la principale province agricole du pays. Or ceux qui on les moyens financiers préfèrent acheter des denrées importées plutôt que celle en provenance du Japon et surtout plutôt que celles en provenance de Fukushima.
a écrit le 21/04/2014 à 18:27 :
ce déficit est lié au pétrole au gaz et à la dévaluation de la monnaie....... taux de chômage 3%

l'industrie japonaise est bien plus solide que chez nous, et tant que ça, ça tient........ ils survivront.... par contre ils se relèvent d'une catastrophe ruineuse pour le pays.....

donc faisons de vrais articles.......
Réponse de le 22/04/2014 à 9:42 :
taux de chômage de...... 3 % car les chiffres sont bigornés, d' une les femmes ne travaillent pas, de deux la population vieillit dramatiquement ( les japonais n' existeront plus dans moins de 2 générations.. çà arrive vite 2 générations ), de trois les indigents n' apparaissent dans aucune statiistique alors qu' ils croissent de façon spectaculaire..
Réponse de le 22/04/2014 à 11:16 :
Mais non OCDE, ce sont les Français qui n'existeront plus dans moins de 2 générations, même si l'hexagone sera plus peuplé que jamais. Les Japonais eux seront simplement moins nombreux, mais leur culture et leur héritage sera, lui, toujours vivant. Le Japon a connu des périodes de stagnation de sa population dans les siècles passés et ce n'est pas pour ça que les Japonais ont disparus.
Réponse de le 22/04/2014 à 20:12 :
Quel humour ! La culture japonaise existera sans japonais ! Impayable !
a écrit le 21/04/2014 à 15:59 :
C'est un pays victime d'un ras de marée terrible ....qui ce refaire la cerise ... il faut du temps au temps .... les chiffres sont là soit!!! Mais il faut regarder les plus dérisoirement naturelles.... !!!!!!!!!!!!! (l'article fait croire d'une certaine manière que les Japonnais ne foutent rien ... ce qui n'est pas le cas !!!!) Et surtout ne pas les condamnés au désespoir.... il ya un problème démographique ... une perte de croyance dans l'avenir !!!!!!!!!!!!!!! L’Europe prend le même chemin !!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 21/04/2014 à 15:44 :
Et moi qui croyait que la dévaluation réglait tous les problèmes !!!
a écrit le 21/04/2014 à 14:36 :
comme la roue tourne !!!!!!! dans les années 80 ils allaient tout racheter aux USA !
a écrit le 21/04/2014 à 12:42 :
Déficit aux USA, toute l'Europe , Allemagne comprise, Japon, tout ça n'est rien, madame la marquise, la mondialisation va apporter prospérité et bonheur .
Pour ceux qui ne la savent pas le mondialisme est un projet judaïque .

A bon entendeur
Réponse de le 22/04/2014 à 10:40 :
L'Europe est en excédant commercial.
a écrit le 21/04/2014 à 12:10 :
On se fout du pseudo, la remarque sur la croissance vaut également pour nous. Nous n'auront pas plus de croissance que les Japonnais n'en déplaise a notre gouvernement.
Quant on voit que l'on n'a pas écouter M. Pinketty on se dit que certainement nous avons à la tete de notre pays une bande d'incapables.(et je suis gentil).
a écrit le 21/04/2014 à 12:09 :
Le Japon doit faire face à un déficit de 10 mds d'euro...sur l'année ou sur un mois? la GB enregistre des déficits similaires, sans parler des USA ou de la France ...mais pour l'Empire du Soleil Levant c'est nouveau...Quand on se promène à Tokyo on a pas le sentiment que le pays traverse un crise...il est vrai que j'ai vu quelques SDF du côté du Parc UENO ou près des entrées du métro mais rien à voir avec les USA ou chez nous...le japon sent le bien être , l'opulence, la propreté et la gentillesse, des qualités qui font défaut à la France. Pays superbe et gens très attachants!
Réponse de le 22/04/2014 à 11:18 :
Sur le plan de la propreté et du respect, le Japon d'aujourd'hui n'est pas si éloigné de la France des années 50.
a écrit le 21/04/2014 à 11:09 :
Le Japon ne reviendra pas à de la croissance. C'est terminé.

Demandez donc à un économiste compétent (comme Olivier de la Marche) et vous comprendez rapidement.

Il peut faire tourner la planche à billets tant qu'il veut ou multiplier par 10 ou 100 son déficit actuel. La croissance au Japon ne reviendra pas.
Réponse de le 21/04/2014 à 11:14 :
J aime beaucoup votre pseudo, malheureusement celui-ci n'est pas adequat avec le commentaire que vous avez mis.
Japon 2013 +1.6% merci au revoir.....
Réponse de le 21/04/2014 à 13:21 :
À monsieur "merci au revoir" : une croissance minable avec autant de dettes en plus, c'est juste ridicule. Allez au revoir !!!
Réponse de le 21/04/2014 à 15:00 :
@Kant: PIB par habitant en 2013 +1.6%
Réponse de le 22/04/2014 à 6:51 :
Avec une population qui s'effondre et une dette qui explose, on aura toujours des ravis de la crèche qui nous expliqueront que le Japon va mieux ...
Réponse de le 22/04/2014 à 9:41 :
@Kant
La croissance c'est terminé. Au Japon, c'est quasi certain, et dans le reste du Monde, ce n'est qu'une question de temps...Et ce ne sera pas un mal d'ailleurs, car tous les maux viennent de cette course à la croissance...pour la croissance... qui n'est que le reflet de la rapacité de la finance. La croissance pour les peuples? Un conte pour les enfants!
Réponse de le 22/04/2014 à 11:45 :
"Japon 2013 +1.6% merci au revoir..... "
Il n'y a pas lieu de pavoiser avec 1.6 de croissance du PIB quand le Japon inonde le marché de yen. Ils font des Q.E comme les USA. De la croissance par un endettement record. Est ce la solution ? ou une bulle qui va exploser?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :