Le marché de l'immobilier américain se dégrade

 |   |  340  mots
Les ventes de logements neufs sont tombées en mars à leur plus bas niveau en huit mois. Reuters
Les ventes de logements neufs sont tombées en mars à leur plus bas niveau en huit mois. Reuters (Crédits : Décideurs en région)
Aux États-Unis, la reprise du marché de l'immobilier est stoppée. En mars, les ventes de biens neufs ont chuté de 14%, et celles de l'ancien de 7,5% par rapport à mars 2013.

Les ventes de logements neufs sont tombées en mars à leur plus bas niveau en huit mois. Une chute qui devrait  prolonger le coup d'arrêt à la reprise du marché de l'immobilier résidentiel aux Etats-Unis.

A l'origine, une hausse des taux d'intérêt et une pénurie de l'offre

Le département du Commerce américain a annoncé mercredi une baisse de 14,5% en volume ajusté des variations saisonnières, au nombre annuel de 384.000, reculant ainsi pour le deuxième mois d'affilée. Des économistes interrogés par Reuters en attendaient 450.000.

Par rapport au mois de mars 2013, les ventes sont en baisse de 13,3%, le plus fort recul depuis avril 2011. Le marché américain du logement neuf aurait été affecté par un hiver particulièrement rigoureux, une hausse des taux d'intérêt sur les crédits immobiliers et une pénurie de l'offre.

 Les reventes de logements au plus bas depuis juillet 2012

Les reventes de logements ont elles aussi diminué. Elles ont perdu 0,2% en mars pour revenir à leur plus bas niveau depuis plus d'un an et demi, mais leur baisse est moins forte qu'attendu.

La fédération d'agents immobiliers NAR a fait état mardi de 4,59 millions de reventes en rythme annualisé le mois dernier, le chiffre le plus faible enregistré depuis juillet 2012. Les économistes tablaient en moyenne sur un rythme de 4,55 millions. La statistique de février a été confirmée à 4,60 millions.

Une baisse de 7,5% des reventes en mars 2014 par rapport à mars 2013

Comme pour le neuf, les conditions météorologiques ont affecté le secteur. Les ventes dans l'ancien sont comptabilisées à la finalisation des contrats et celles de mars ont été conclues pour la plupart en janvier et en février, quand le pays était en proie à des conditions hivernales spécialement rudes.

Mais la tendance à la baisse du marché se fait sentir depuis août dernier, à l'exception d'un sursaut en décembre, et est surtout attribuée à une hausse des taux d'intérêt couplée à la diminution du nombre de biens proposés à la vente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2014 à 16:12 :
Il y a un regain du marché immobilier américain qui reconstruit une bulle. L'urbanisation américaine a dépassé les 90% et la demande est forte face à une pénurie relative. Comme tout marché il y a un effet de stop and go qui est impacté par les nouvelles mesures concernant Freddie et Fannie que le gouvernement veut démonter ainsi bien entendu de la réduction des Q.Es. Les acteurs bonifient leurs actifs. la réforme des banques et des assurances qui s'annonce oblige aussi à une sécurisation des engagements. Il faut considérer le marché américain en moyenne et il est en hausse.
a écrit le 24/04/2014 à 8:28 :
Les ventes par paquets entre les memes acteurs pour maintenir le volume et les prix a diminué... trop couteux???
a écrit le 23/04/2014 à 21:15 :
Hai hai hai !L'immobilier est un mastodonte économique aux USA .Pourvu que ça n'impacte pas le systeme financier qui est derriere meme si le parallelle avec les subprimes n'est pas de mise .2008 la grande crise .Nous savons tous que l'activité économique est cyclique .La croissance americaine est en reprise, mais a des ratées à l'allumage .Nous sommes en 2014 ,6 ans deja écoulées quasiment presque la durée d'un cycle économique de croissance .Aprés il y a stagnation et recession ,que du classique .Il va falloir suivre à la loupe toutes les stats venant des USA et les commentaires desinteressés qui suivront .Comme dans les tremblements de terre ,ce premier craquement est peut etre annonciateur de secousses plus fortes .La bourse qui sait toujours anticiper nous donnera des indications, la bourse US bien sur .
Réponse de le 24/04/2014 à 9:15 :
vous avez raison , le calme avant la tempête ? , aux USA on peut hypothéquer son bien pour en vivre , mais en europe c'est pas pareil , d'ou le poids considérable de l'immobilier aux US , de plus le marché immobilier aux US depuis les supprimes a connu une vrai descente aux enfers , une timide remontée avant des périodes cataclysmiques avec la meteo qui n'a rien arrangé non plus , mais gare car si les choses se dégradent , les banques américaines vont liquider des positions et l'Europe engluée dans sa crise risque pas de repartir , croissance t'es ou ? , croissance t'es ou ?.. risque d'être la chanson de l'été en france ..
Réponse de le 24/04/2014 à 11:16 :
La crise de 2008 n'a pas durée qu'un jour, vos 6 ans de croissance je ne sais pas trop d'où vous les sortez. Les marché financiers sont repartis clairement à la hausse en 2012 soit 4 ans a^près le début de la crise. Par contre je vous rejoins sur le parallèle à ne surtout pas faire avec les subprimes.
a écrit le 23/04/2014 à 20:22 :
Pourquoi une photo de La Défense?
Réponse de le 23/04/2014 à 21:50 :
@dindon: parce qu'ils n'ont pas de photos de cage à dindon :-)
a écrit le 23/04/2014 à 20:03 :
Puisqu'on vous dit que tout va mieux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :