Christine Lagarde défend l'investissement public

 |   |  581  mots
(Crédits : reuters.com)
La directrice générale du FMI estime à 1000 milliards de dollars par an le manque d'investissement dans les infrastructures, dans le monde. Cet investissement, susceptible de doper la croissance, serait compatible avec la stabilisation de l'endettement public. Voire sa baisse

"La reprise en cours est fragile, et partout dans le monde, on constate un déficit d'investissement". En deux phrases, la directrice générale du FMI a donné ce dimanche le ton de son intervention aux rencontres économiques d'Aix. Aujourd'hui, place à l'investissement, ce qui est une manière de renforcer tout à la fois l'offre et la demande.
Car "la crise a frappé de plein fouet les investissements publics, et par la suite les investissements privés" a souligné l'ex ministre française de l'économie, ajoutant que "l'on peut décider d'augmenter la dépense publique, selon les situations".

 Un gap d'investissement de 20%

"Le PIB global des pays du G 20 est inférieur de 8% par rapport à son potentiel, quant à l'investissement, l'écart est de 20%" souligne Christine Lagarde. "Les investissements publics ont été affectés par la crise; d'abord soutenus avec relance budgétaire, ils ont ensuite nettement faibli, car les autorités ont voulu stabiliser la dette publique". Le résultat? Une baisse tendancielle du stock sde capital public, qui a diminué ces dernières années de 10 points en proportion du PIB. "L'investissement public a diminué d'un quart, souligne Christine Lagarde. Il représentait, globalement 4% du PIB au cours des années 80, dans l'ensemble des pays industriels, il ne représente plus aujourd'hui que 3% du PIB".
Et la directrice générale du FMI de citer en exemple une situation qu'elle connaît de près: dans le district de Columbia, où se trouve le siège du FMI, "99% des infrastructures sont classées dans les catégories "pauvre" ou "médiocre". Les dépenses d'infrastructures nécessaires aux Etats-Unisj représentent quelque 200 milliards de dollars.

 1000 milliards de dollars à dépenser dans les infrastructures

Au total, dans le monde, la dépense en infrastructure atteint aujourd'hui 2700 milliards de dollars par an, elle devrait être de 3700 milliards, estime Christine Lagarde,   soit l' équivalent du PIB de la Corée. Et de souligner qu'une politique budgétaire en ce sens pourrait soutenir le potentiel de croissance à long terme.

Reprenant à son compte un raisonnement très keynésien, Christine Lagarde estime que la dépense d'investissement, financée bien sûr par l'endettement, peut, in fine, ne pas augmenter le ratio dette/PIB, voire  le diminuer. "Si c'est bien pensé, la hausse du PIB peut contrebalancer la hausse de la dette, cette politique pourrait stabiliser voire réduire le ratio dette publique/PIB. Ces effets positifs de l'investissement public sont très sensibles en période d'atonie économique, quand capacités sous utilisées" souligne la directrice générale du FMI.

 Elle met toutefois un bémol à cette ode à l'investissement: il faut que les Etats qui l'augmentent ne soient pas dans une situation de finances publiques trop dégradées, il faut que la hausse de l'endettement soit "soutenable". Et il faut faire du cas par cas. Le FMI étudie actuellement les situation des différents pays, et il rendra son verdict à l'automne, concernant quelque 40 pays: pour chacun d'entre deux, des préconisations seront faites s'agissant des dépenses d'infrastructure.

L'Allemagne peut investir 

A cet égard, Christine Lagarde estime que les besoins d'infrastrucures sont importants en Allemagne, représentant près de 10 pour cent du PIB. Compte tenu de la situation des finances publiques allemandes, il va de soi, aux yeux de l'ancienne ministre de l'Economie, que l'Etat allemand peut, compte tenu de la situation des finances publiques Outre Rhin, engager une telle dépense, étalée sur plusieurs années.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2014 à 10:15 :
Le problème est que c'est le plus souvent mal pensé car nos énarques sont de piètres visionnaires et le risque qu'ils prennent ne leur coûte pas cher.
Voir les nombreux échecs des grands investissements publics en France.
Voir la catastrophe à venir chinoise avec le surinvestissement dans les infrastructures.
Voir les difficultés de l'Espagne et sa croissance uniquement basée sur la construction.

Ainsi, la France pourrait s'enfoncer encore plus.
a écrit le 07/07/2014 à 7:41 :
On peut supposer que l'investissement public se fait avec les impôts du privé.
a écrit le 07/07/2014 à 6:44 :
Il est sans doute indispensable que l'investissement public soit présent dans les infrastructures mais que ne montre t - elle du doigt l'investissement privé si pauvre en France que l'Etat doit palier à toutes les incompétences du patronat français " has been " et incompétent. Le patronat français devrait partir en formation auprès du patronat allemand.
a écrit le 07/07/2014 à 5:46 :
J'adore Christine Lagarde. En 2008, visionnaire hors pair, elle clamait haut et fort que la crise était finie.
a écrit le 07/07/2014 à 5:08 :
Pour ceux qui ont une mémoire courte un petit retour en arrière tout d'abord Mme Lagarde ministre du com. extérieur résultat une croissance du déficit pour ce qui de la ministre de l'économie JAMIS un chiffre en phase avec la réalité et pour ce qui du tendanciel souvenons nous de NS qui nous disait baisse tendancielle de la hausse avec une ministre qui nous racontait des fables sur la stabilité du chômage. Mme Lagarde n'a jamais su communiquer un chiffre réel elle est dans le sérail de ceux qui parlent trop vite et sans grande vision réaliste du monde économique qui dit tout et son contraire en moins de 24 heures. Son poste est un résultat de magouilles politiques pas de compétence.
a écrit le 06/07/2014 à 22:04 :
L'endettement pour des investissements qui favoriseront l'économie et rapporteront à terme c'est de la saine gestion
L'endettement pour financer des investissements inutiles ou uniquement de prestige, c'est du gaspillage.
L'endettement pour financer le fonctionnement , les salaires des fonctionnaires et rembourser a dette et l'intérêt de a dette, c'est le résultat de l'incompétence d'une administration et des hommes politiques qui sont sensés diriger le pays.
a écrit le 06/07/2014 à 21:21 :
Ici les fonctionnaires qui parlent aux fonctionnaires pour préserver leur business mafieux : la france
a écrit le 06/07/2014 à 17:25 :
Et l'argent nécessaire à "l'investissement public" vient d'où ? De la poche du contribuable encore, qui n'en peut plus.
Réponse de le 06/07/2014 à 18:58 :
Il vient des profits réalisés par les entreprises qui trouvent du haut débit, des ports, des routes, des réseaux électriques.... de haute qualité, le tout couplé avec du personnel formé, en bonne santé, avec une justice qui fonctionne.

Les dépenses de l'Etat font ses recettes...
Réponse de le 06/07/2014 à 22:58 :
Si les dépenses de l'Etat faisaient les recettes, l'Etat serait riche.. 2000 milliards de dettes, alors je doute, avec la quasi totalité de mes concitoyens, de l'efficience de la dépense publique...
a écrit le 06/07/2014 à 16:52 :
RKA - Pour Le Plus Part Des Pays, Notamment Ceux En développement, C'est Essentiel !!
Mais le FMI Ne Propose Aucune Solution de Financement !! Alors Christine et FMI, Allez Vous Coucher ;)))!!!
a écrit le 06/07/2014 à 16:27 :
Pour la France, les autoroutes sont bien assez grands, les aéroports bien assez nombreux, les lignes deTGV plus que suffisantes pour faire rouler les trains conduits par bien assez de personnel, et bien assez payé, les guignols qui pensent qu'il suffit de rajouter du béton au béton pour rééer des start up bin assez génants, et les politiques bien assez suffisants, avec des égos bien assez démesurés, et bien trop outrecuidants: Christine, prend ton dimanche et tais-toi!
Réponse de le 06/07/2014 à 20:42 :
Justement Lagarde, la gardienne des banques internationales ! n'importe quoi...
Réponse de le 06/07/2014 à 23:29 :
vous êtes conscient qu'elle ne parle pas spécifiquement ? y'a de quoi s'inquiéter certains jours...
a écrit le 06/07/2014 à 16:08 :
des investissements OK MAIS financés par des economies
ex il vaut mieux payer des autoroutes que de payer 377 senateurs pour rien, 300 deputés de trop ,des intermittants du spectacles qui ne bossent que 577 par an .de subventionner la sncm etc
a écrit le 06/07/2014 à 15:58 :
quand y' a plus d'foin dans les râteliers... les ânes se battent !!!!!!!!!!!
a écrit le 06/07/2014 à 15:21 :
Ouais, enfin les conseils du FMI, pour ma part.... comment dire.... ils ne seraient pas téléguidés par ceux qui sont embêtés par les 3% du PIB ? genre la France qui n'arrive pas à maitriser ses budgets (et par conséquent son déficit) ? cela ressemble à une annonce/revirement bien calculé, elle obtient quoi en échange madame lagarde ? j'aimerais bien le savoir...l’abandon des poursuites judiciaires ?
a écrit le 06/07/2014 à 15:17 :
La Coupe du Brésil étant finie pour les Bleus, Hollande et sa cour maintenant se délecte avec le Tour de France. Il fait beau, c'est l'été, le temps d'un repos bien mérité après tant de déboires. Mais pendant ce temps-là Angela Merkel, celle qui ne chôme pas, se prépare pour entamer une visite de 4 jours en Chine cette semaine (les dernières visite de Sarkozy et Hollande à l'Empire du milieu n'ont duré que seules quelques heures à Pékin), avec tout un comité de patrons de Siemens, VW, Airbus, Lufthansa and Deutsche Bank. Ben bon, voilà pourquoi Airbus fait des bonnes bonnes ventes dans le monde. Cependant, pour la signature des contrats à Paris on verra Hollande tout souriant à côté de Chinois qui doivent se marrer en silence de toute cette histoire. Pour la photo, comme d'hab. Et aussi pour faire les grands titres des médias français. L'énorme différence entre un Président-cigale et une Chanceller-fourmi. Continuons à râler contre l'Allemagne. Comme au foot, à la fin elle gagnera toujours.
Réponse de le 06/07/2014 à 20:45 :
Nous sommes les marionnettes pour amuser le publique, ceux qui tirent les ficelles sont les autres.
a écrit le 06/07/2014 à 15:12 :
Et si on supprimait les paradis fiscaux, et si on taxait le capital au lieu de sacrifier sur l'autel de la paupérisation, des millions de gens....................
Réponse de le 06/07/2014 à 16:04 :
La taxation du capital existe déjà, cela s'appelle l'impôt sur le revenu.
Réponse de le 06/07/2014 à 22:22 :
très insuffisamment et de façon ttrès inégalitaire
a écrit le 06/07/2014 à 15:10 :
quant les entreprises privées souffrent, on aime bien que l'argent public vienne à leur rescousse, on oublie alors les thèses libérales.
Réponse de le 06/07/2014 à 16:33 :
Quand certains ministres donnent des leçons, on aime bien que l'argent privé ne parte pas dans des paradis fiscaux. Les thèses socialistes sont vites oubliées.
a écrit le 06/07/2014 à 15:06 :
Elle ferait mieux de prôner une réforme fiscale européenne , sinon internationale , qui permetttent de prendre l'argent là où il est au lieu de vouloir utiliser l'argent public au profit des entreprises privées
a écrit le 06/07/2014 à 15:03 :
ils prônent tous le libéralisme mais veulent bien que l'argent public fasse travailler des entreprises privées. C'est l'éternel paradoxe des libéraux !!!!!!
a écrit le 06/07/2014 à 14:39 :
Mme Lagarde devrait prendre se retraite, ça lui réussirait mieux...
a écrit le 06/07/2014 à 13:05 :
En voyant l'etat de notre pays je pleure de voir encore ces incapables faire des prévisions.
a écrit le 06/07/2014 à 12:51 :
Une très bonne nouvelle pour l'investissement français dans le monde ! l'acteur franco-russe Gérard Depardieu va ouvrir un restaurant à Moscou en octobre. Le restaurant qui sera baptisé "Gérard" sera une excellente vitrine pour les produits du terroir français, les vins, ainsi que pour notre cuisine en Russie. Voilà la France qui gagne ! bon vent, Gégé !
a écrit le 06/07/2014 à 12:40 :
.... c'est une façon obscure de dire que la planète est en récession .... relance des grands travaux .... mais chutttttttttttt !
a écrit le 06/07/2014 à 12:31 :
c'est assez frappant en Irlande !
a écrit le 06/07/2014 à 12:08 :
Ah tiens, une nouvelle position du FMI. Après avoir expliqué que le "tout privé" était l'avenir du Monde et que le public c'est pas bien (cf les catastrophes qu'ils ont provoqué en Afrique avec l'aide de la Banque Mondiale), ils reviennent ni vu ni connu sur ce principe libertarien. Dans quelque temps, ils vont même expliquer que la gouvernance néolibérale dépolitisée doit être remplacée par de vraies démocraties politiques et citoyennes. Bref, le FMI ou comment perdre des années (des décennies) à se planter magistralement pour finalement revenir progressivement sur la doctrine libertarienne stérile et mortifère en expliquant qu'ils ont toujours soutenu l'inverse de cette idéologie. Et c'est ce truc qui co-chapeaute l'économie mondiale... On peut soit rigoler, soit pleurer, c'est à voir.
a écrit le 06/07/2014 à 11:36 :
mille milliards de mille sabord .. encore un chiffre qui parle à personne !! c'est comme le réchauffement climatique de la terre ça parle à personne ! puisque personne bouge .
Réponse de le 06/07/2014 à 12:46 :
.... c'est "cuit" d'avance alors .... on s'amuse !
a écrit le 06/07/2014 à 11:34 :
M LAGARDE A RAISON . LES INFRATRUCTURES DES PAYS RESTE UN VECTEUR INPORTANT DE DEVOLEPEMENT COMMERCIAL ET TOURISTIQUE DE BEAUCOUP DE PAYS ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :