"Subprime" : les Etats-Unis enquêtent contre Moody's

 |   |  296  mots
L'enquête concernant Moody's Investors Service serait encore au stade préliminaire, affirme le WSJ citant des sources non identifiées.
L'enquête concernant Moody's Investors Service serait encore au stade préliminaire, affirme le WSJ citant des sources non identifiées. (Crédits : reuters.com)
Les autorités américaines reprocheraient à l'agence américaine de ne pas avoir été assez objective dans son évaluation des titres de dettes comprenant les prêts immobiliers à l'origine de la crise financière de 2008-2009.

Après Standard & Poor's (S&P), Moody's également dans la ligne de mire du département américain de la Justice (DoJ)? Selon une information publiée par le Wall Street Journal (WSJ), dimanche 1er février, les autorités américaines mèneraient une enquête contre l'agence de notation, qu'elles soupçonneraient d'avoir surévalué des produits financiers adossés aux prêts immobiliers "subprime" à l'origine de la crise financière.

Les autorités américaines reprocheraient notamment à Moody's son évaluation déficiente des titres de dettes émis entre 2004 et 2007 comprenant des prêts immobiliers "subprime", qui ont fait vaciller le système financier en 2008-2009, assure le WSJ. Elles l'accuseraient d'avoir manqué d'objectivité pour ne pas perdre des clients.

Une enquête au stade préliminaire

L'enquête concernant Moody's Investors Service serait encore au stade préliminaire, affirme le WSJ citant des sources non identifiées. Des rencontres entre des dirigeants de l'agence de notation et des responsables du ministère de la Justice se seraient déroulées lors des derniers mois, croit savoir le quotidien des milieux d'affaires américains.

Ni Moody's ni le DoJ n'étaient toutefois joignables dans l'immédiat dimanche pour confirmer l'information, rapporte Reuters.

S&P sur le point de débourser 1,21 milliard

La procédure judiciaire ouverte pour les mêmes raisons par les autorités américaines à l'encontre de  Standard & Poor's toucherait en revanche à sa fin. Un accord entre le DoJ et S&P, comprenant une amende 1,37 milliard de dollars (1,21 milliard d'euros), pour mettre fin aux poursuites serait en effet imminent, ont indiqué à l'AFP la semaine dernière plusieurs sources proches du dossier. Le ministre de la justice avait initialement annoncé compter réclamer 5 milliards de dollars (4,41 milliards d'euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2015 à 18:14 :
Et pourquoi en Europe, on ne pousuit pas ces même agences pour nous avoir vendu des triples A sur ces junks bons? Ce sont bien les USA qui sont responsables de la crise financière mondiale et c'est eux qui obtiennent réparation du préjudice. Quel scandale!
a écrit le 02/02/2015 à 17:15 :
Le département de justice américain a attendu quelques années avant de lancer des poursuites, le temps que les principales institutions mises en examen reprennent des couleurs après la crise financière, et fassent assez de profits pour payer leurs amendes.
On a vu ça pour les banques, cela s'applique peut être aussi pour les agences de notation.
Dans tous les cas la justice aux US demeure pragmatique et implacable.
a écrit le 02/02/2015 à 14:00 :
La responsabilite des agences de notation est evidente . Elles ont contribue directement a la crise de 2008 . Leurs evaluations des produits financiers adosses aux credits ont ete totalement fausses et probablement manipulees . Elles ont totalement echoue dans leur mission . Comment peuvent elles encore etre credible et porter des evaluations ?
a écrit le 02/02/2015 à 12:46 :
Les montants c'est un blague.
12 milliards pour BNP pour avoir des dollars dans des contrats de financement
1 milliard et qq pour la plus grosse crise de l'histoire.

Il y a pas de justice aux USA
a écrit le 02/02/2015 à 11:22 :
La réactivité de la justice américaine est impressionnante ! c'est quand même une étude préliminaire ... Sept ans pour démarrer, un procès pourrait être envisagé dans cinquante ans, si toutefois un accord n'est pas trouvé après quarante ans d'investigation. Les banquiers sont effrayés !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :