Partenariat transatlantique : les négociations reprennent

 |   |  365  mots
Cecilia Malmström, la Commissaire en charge du Commerce à Bruxelles.
Cecilia Malmström, la Commissaire en charge du Commerce à Bruxelles. (Crédits : DR)
Le huitième cycle de discussions a débuté lundi à Bruxelles, pour une semaine. Il s'agit de la première session pour la nouvelle Commission européenne et sa commissaire au Commerce Cecilia Malmström.

Les négociations entre Européens et Américains ont repris lundi matin à Bruxelles afin de mettre sur pied le plus vaste accord de libre-échange au monde, un projet en discussions depuis plus d'un an et demi qui suscite beaucoup de défiance au sein de la société civile.

Lire: Bruxelles assaillie par les manifestants anti-Tafta

Ce nouveau round de discussions, le huitième, se tiendra jusqu'à vendredi. Il s'agit du premier cycle de négociations depuis la formation de la nouvelle Commission européenne et la nomination de Cecilia Malmström comme commissaire en charge du Commerce.

Après plusieurs rencontres fin 2014 avec le représentant américain au Commerce, Michael Froman, Mme Malmström avait affirmé son ambition de donner un "nouvel élan" à ces négociations, ralenties par de nombreux désaccords.

Pierres d'achoppement

Les négociations sur le "TTIP", selon son acronyme anglais, cristallisent les peurs de l'opinion publique européenne face à la mondialisation. Un des grands débats porte sur les possibles ingérences des entreprises étrangères dans les politiques publiques, à travers une procédure d'arbitrage.

Les inquiétudes, des deux côtés de l'Atlantique, portent aussi sur la crainte d'une érosion des normes sociales, environnementales et de santé.

Lire: TTIP : "Enfin les difficultés commencent !"

Pour l'exécutif européen, qui mène les négociations dans ce dossier au nom des 28 Etats membres, l'ambition est d'avoir une "ossature" prête d'ici la fin de l'année.

"C'est le premier round de négociations depuis qu'il a été question d'un 'nouveau départ'. Je suis curieuse de voir comment les choses ont évolué", à confié à l'AFP Luisa Santos de Business Europe, un influent groupe de pression favorable à l'instauration du TTIP.

Ébauche de transparence

Pour rassurer la société civile, la Commission europpéenne a multiplié les initiatives en faveur d'une plus grande transparence, allant jusqu'à publier officiellement le mandat de négociation.

"D'ordinaire, les accords de libre-échange se négocient à huis clos dans des salles enfumées. Avec le TTIP, c'est la première fois qu'il y a une fissure dans la porte", souligne Tom Jenkins de la Confédération européenne des syndicats (CES).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2015 à 23:52 :
Il faut refuser ce traité. C'est une grave erreur de le signer.
a écrit le 02/02/2015 à 17:16 :
Il parait que les USA n'ont pas encore de "filière" d'élevage sans hormones, vu qu'on n'en veut pas. Le jour où cet accord aboutit, n'en a-t-on pas assez chez nous ? Il ne faut pas manger trop de viande non plus. Vu leurs surfaces et méthodes, ça permettrait peut-être de nous vendre, transport inclus, de la viande rouge, blanche, (bleue, verte) pas chère, et on fait quoi chez nous, alors ? Du tourisme ? Pas d'animaux, plus de champs, prairies, de la forêt à la place, comme à l'époque Cro magnon (ou en Suède). Nos fromages les inquiètent, qui serait gagnant la dedans ? Les normes pour les voitures, oui, mais à part ça.... ???
a écrit le 02/02/2015 à 15:52 :
je trouve que la négociatrice a été bien choisie avec son nom qui fait penser à Maêlstrom car c'est ce qui attend l'Europe. a lire la maorité des commentaires de quelques bords qu'il soient on sent une hostilité des citoyens Et pendant ce temps l'ennemi de la finance (auquel j'ai eu la naîveté d'apporter ma voix!) prône l'accélaration de la négociaition. Une fois de plus comme en 2005 la volonté des citoyens va être sacrifiée sur l'autel du libéralisme US bravo! il ne va pas falloir s'étonner de voir monter, comme le dise nos chers élites qui sont les seules à en profiter, les populismes. Et si comme c'est normalement la règle en Démocratie le peuple avait raison de rejeter cet accord qui va signer la mort du modèle social européen.
a écrit le 02/02/2015 à 15:25 :
Les peuples européens ont-il intérêt a ce que soit signé un traité de libre-échange avec les US, la réponse est: NON, parce que nous serons toujours les dindons de la farce face à un Etat impérialiste pour lequel le conflit est son ADN, la judiciarisation et son armée ses armes préférées.
a écrit le 02/02/2015 à 14:51 :
pour avoir livré notre avenir, ainsi que celui de nos enfants à ces aparatchiks non élus de Bruxelles qui, influencés par les lobbys se plieront au dictat US....je ne revoterai plus jamais pour vous....gageons qu'une fois les négociations finies, ils se recycleront dans des cabinets de conseils et seront grassement payés....
a écrit le 02/02/2015 à 14:25 :
Et tout cela pour faire encore monter M. Le Pen! Bravo l'Europe!
a écrit le 02/02/2015 à 14:23 :
« rien n’est plus précieux que de rester indépendant. La supranationalité, le fédéralisme, toutes les velléités de mise en cause de notre souveraineté, ce sont des menaces contre lesquelles il faut lutter, il faudra sans cesse lutter.» De gaulle 1966 La souveraineté ou la guerre civile?
a écrit le 02/02/2015 à 14:12 :
"Pour l'exécutif européen, qui mène les négociations dans ce dossier au nom des 28 Etats membres"

PAS EN MON NOM!
Je n'ai jamais donné de pourvoir pour ces négociations. Pourtant cela devrait être le cas dans un système démocratique, non?

Si ce truc passe alors c'est la fin du peu d'Europe que nous avons. Et tout ceux qui auront approché ce truc devront etre considérés comme des traitres à la nation.
a écrit le 02/02/2015 à 13:53 :
Après les sanctions contre les Russes initiées par nos amis Américains et supportées majoritairement par les économies Européennes voilà l'accord commercial transatlantique je crains le pire.....Par contre pas d'accord commercial élargie avec les Russes vivant pourtant sur le même continent que nous...
a écrit le 02/02/2015 à 13:07 :
Ils n'ont rien a faire des gens comme nous.
a écrit le 02/02/2015 à 12:38 :
Ces gens n'écoutent strictement pas ce que leur dit le(s) peuple(s) pour le(s)quel(s) ils sont censés travailler...
Il faut sortir quelques outils des musées pour leur expliquer plus clairement ?
Réponse de le 02/02/2015 à 14:16 :
en même temps la dernière fois qu'ils nous ont demandés notre avis on a dit non. Donc maintenant ils ne demandent plus. Tout juste ils nous diront ce qu'ils ont décidés pour nous.


Et ensuite on vient donner des leçons de démocratie au reste du monde... effarant...
a écrit le 02/02/2015 à 12:30 :
Il ne faut rien signer avec les USA : les accords, ils s'en foutent, ils n'en n'ont jamais respecté !
a écrit le 02/02/2015 à 12:18 :
Le CES, payé par Bruxelles, mort de rire... Sources, UPR.fr.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :