Scotland Yard redoute les dérapages

 |   |  351  mots
La police s'inquiète des actions poss ibles de groupes radicaux lors des manifestations contre le sommet.

Scotland Yard est sur les dents. Alors qu?un maximum de 200.000 manifestants sont attendus dans les rues de Londres à l?occasion du sommet du G20 aujourd?hui, la police londonienne doit dans le même temps assurer la sécurité de vingt chefs d?État. Pour cette opération, appelée Glencoe (nom d?une chaîne de montagnes écossaise), des forces de l?ordre basées au Sussex et au Bedfordshire vont venir en renfort à Londres. Selon Scotland Yard, ce n?est pas tant la taille de la manifestation ? relativement limitée ? qui pose problème que les risques de dérapages de petits groupes extrémistes. Lundi, cinq personnes ont été arrêtées en possession de répliques de pistolets et de kalachnikov, ainsi que de feux d?artifice. Si aucune de ces armes n?était mortelle, elles pouvaient cependant créer quelques troubles.

Poisson d?avril financier

"Nous voyons réémerger des gens dont nous n?avions plus entendu parler depuis des années, qui espèrent utiliser le G20 pour galvaniser leurs troupes », explique Simon O?Brien, le commandant en charge des opérations. Il s?agirait notamment de certains groupes anarchistes. Résultat, les employés travaillant à la City ont reçu comme consigne de ne pas s?habiller de façon trop voyante. Dans les bureaux, les mesures de sécurité devront être str ictement respectées , avec badge obligat oi re pour tout le monde. Enfin, la police est préoccupée par la journée de ce 1er avril. Au moins sept manifestations sont prévues avec des cortèges qui tenteront de s?approcher du centre Excel, où se tient le sommet. Mais, si les risques de dérapages existent, les organisateurs officiels ont tout fait pour garder un caractère bon enfant aux manifestations. Aujourd?hui, un « carnaval » est prévu devant la Banque d?Angleterre, tandis qu?un campement sera installé devant la Bourse d?échange de CO2. Enfin, un « poisson d?avril financier » sera aussi déroulé devant Royal Bank of Scotland, l?une des banques nationalisées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :