Mirek Topolánek plaide en faveur de l'élargissement

 |   |  657  mots
Le Premier ministre tchèque et actuel tenant de la présidence tournante de l'UE, a averti, le 13 mars, que l'arrêt de l'élargissement et l'introduction de nouvelles barrières en Europe ne mèneraient à rien de bon.

A court terme, les Etats membres ne vont probablement ouvrir les portes de l?UE qu?à la Croatie, bridant ainsi les aspirations de la Serbie, du Monténégro, de la Macédoine et de l?Albanie. Le premier ministre tchèque Mirek Topolánek, de retour d?une tournée dans la région, a cependant fortement soutenu une approche plus généreuse à l?égard des pays des Balkans occidentaux.

"Les citoyens des pays qui tentent d?éviter tout autre élargissement de l?UE s?opposent à la logique fondamentale de la Communauté européenne", a déclaré Mirek Topolánek. "La mission de civilisation et l?élargissement de l?espace de sécurité, de prospérité et de justice doivent être perpétués, dans la mesure où ces valeurs sont celles sur lesquelles l?UE a été fondée, et l?introduction d?un nouveau rideau de fer, de nouvelles barrières ou de nouveaux murs ne conduirait à rien de bon", a-t-il poursuivi.

Citant Winston Churchill, il a expliqué que si l?UE n?intégrait pas progressivement les Balkans occidentaux et continuait à exiger la satisfaction des critères de Copenhague pour l?adhésion, elle créerait un nouveau problème en Europe centrale. Mirek Topolánek a insisté sur le fait que l?approche de son pays était en fait représentative de l?opinion majoritaire au sein de l?UE.

Mirek Topolánek dit percevoir les réserves de certains citoyens européens sur les élargissements ultérieurs comme une "insulte" à son égard dans la mesure où la République tchèque n?a rejoint l?UE qu?en 2004. Il a indiqué que "de nombreuses personnes, à l?extérieur des frontières européennes, souffraient sous le joug des régimes communistes totalitaires, mais qu?elles croyaient aux mêmes valeurs que les Européens. Qu?est-ce qui nous donne le droit de ne pas leur accorder ne serait-ce qu?une chance ?", a-t-il demandé.

L?idée selon laquelle seule une minorité de pays européens serait opposée à l?accélération des adhésions a été confirmée à EurActiv.com par un diplomate d?un grand pays d?Europe de l?Ouest.

Les ministres des Affaires étrangères de l?UE ont été invités à donner leur feu vert sur l?avis publié par la Commission sur la candidature formelle déposée par le Monténégro en décembre 2008. "Qu?une question bilatérale entrave le processus d?adhésion, comme c?est le cas entre la Croatie et la Slovénie, c'est une chose; mais s'opposer seulement par sensibilité politique en est une autre", a indiqué le diplomate. Il a ajouté que rendre un avis défavorable sur Podgorica serait un signal négatif.

La République tchèque est un fervent défenseur de l?élargissement de l?UE et, notamment, de son ouverture aux pays de l?Ouest des Balkans. Lors de sa visite au Monténégro il y a quelques jours, le Premier ministre tchèque Mirek Topolánek a déclaré qu?il croyait fermement que Podgorica pourrait lancer des négociations d?adhésion en 2010.

Lors du Conseil Affaires générales et relations extérieures des 16 et 17 mars, les Etats membres de l?UE devraient décider de donner - ou non - un feu vert au début des négociations d?adhésion avec le Monténégro qui a déposé sa candidature à l?UE en décembre 2008. Si aucune décision n?est prise lors du Conseil des 16 et 17 mars, la question sera reportée au prochain Conseil, qui se tiendra les 27 et 28 avril à Luxembourg.

Encouragée par la position adoptée par la République tchèque, l?Albanie a récemment annoncé qu?elle se porterait candidate à l?entrée dans l?Union avant la fin du mois de juin.

 

Site d'EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pour repondre a ce vulgaire,la volonté de millions d'européens est plutot de désadhérer un certains nombres de peuples qui nous font chier pour un grand nombre de raisons.de toutes façon euro ou pas politiques ou pas,reglementation ou pas,ne peuvent empecher la haine que l'on a contre eux.on hait qui on veut c'est une des libertés les plus fondamentales de l'individu.croire qu'un espace commun pourra empecher les guerres ,revolutions,massacre ,extermination ,alors que la verité ultime au dessus de dieu est que l'enfer c'est l'autre,croire que la demacratie va durer vitum eternum quelle illusion,quel manque de sens historique,quelle petitesse d'esprit ,quelle bassesse humaine .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@antieuro : Moi c'est les types comme toi que je hais, qui vont chercher ailleurs une raison de ne pas se détester eux-mêmes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Antieuro avale des pilules du bonheur cela rend moins c.. mais avale la boite tu en as grand besoin
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Voilà bien le drame de l'UE. seul l'élargissement à plus faim semble être le moteur de l'UE. Moi de cette UE je n'en veux pas. Vite, une UE recentrée, homogène économiquement pour ne pas dire culturellement sans certains états qui ne jouent pas le jeu. Cette UE extra large est morte deux fois. lors des référendums néerlandais et français et à Dublin. Non à la Turquie et à tous ces micro états des Balkans qui ne voient en l'UE qu'un tiroir caisse sans fond. Les pays de la Zone euro devraient se transformee en fédération européenne et dire " #&#@ " à tous ces états membres qui ne veulent rien d'autre qu'un marché.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :