La Commission veut moins de porte-parole anglo-saxons

Malgré les efforts de l'UE pour mettre en place une équipe multilingue pour son service de porte-parole, les observateurs condamnent la tendance dangereuse au sein des institutions européennes d'une hégémonie linguistique et culturelle de la langue anglaise.

2 mn

Un document interne consulté par EurActiv.com montre que onze des vingt-six porte-parole déjà été désignés pour la prochaine Commission européenne sont anglo-saxons. Parmi eux, on trouve sept Britanniques et quatre Irlandais.

Quant au porte-parole qui n?est pas encore nommé, celui du commissaire roumain Dacian Ciolos, il pourrait également être britannique.

Des fonctionnaires de la Commission ont admis que la liste actuelle était le résultat d?une révision majeure. En effet, l?équipe de porte-parole initialement proposée par les commissaires désignés comprenait environ vingt porte-parole anglo-saxons.

"Des nominations sont toujours en cours et des révisions sont possibles", explique un fonctionnaire européen. "Le nouveau service de porte-parole n?a pas encore été mis en place", a déclaré la responsable du service des porte-parole de la Commission, Pia Ahrenkilde Hansen. La procédure de nomination est encore en cours et doit être finalisée, a-t-elle rappelé le 21 janvier en réponse aux questions des journalistes au cours du point de presse quotidien de la Commission.

Un fonctionnaire de la présidence espagnole de l?UE a souligné qu?il était important de maintenir une proportion de chaque nationalité dans les services publics, y compris le service des porte-parole.

"Après l?élargissement de 2004, nous avons assisté à l?émergence d?une nette tendance consistant à privilégier des fonctionnaires dont la langue maternelle est l?anglais dans la salle de presse, ce qui présente le risque de privilégier le critère de la langue dans la sélection des porte-parole plutôt que la qualification ou les compétences de communication", a expliqué Lorenzo Consoli, président de l?Association internationale de la presse (AIP).

"La prédominance linguistique de l?anglais peut avoir des impacts culturels et politiques", a-t-il ajouté, expliquant que le pluralisme culturel serait en danger si la tendance ne venait pas à s?inverser.


Lire la suite de l'article La Commission veut moins de porte-parole anglo-saxons

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec notre partenaire EurActiv.fr

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 25/01/2010 à 11:51
Signaler
Dans de nombreuses entreprise multi-nationale, la langue de travail est l'anglais. Dans un rassemblement aussi divers que l'Europe il ne parait pas chocant qu'il y ait une langue de travail. Bien sur les euro députés devraient tous parler l'anglais,...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.