Vingt Français devraient devenir membres des cabinets des différents commissaires européens

Tous les membres du collège Barroso 2 achèvent de constituer leur équipe. Une vingtaine de Français devraient en faire partie. Soit autant que de Britanniques et d'Allemands.

3 mn

Alors que la nouvelle Commission européenne doit être officiellement investie par le parlement européen le 9 février, les futurs commissaires achèvent la composition de leur cabinet. Les règles pour constituer cette garde rapprochée sont strictes: pas plus de six conseillers, outre un expert, pour chacun. Le président de la Commission, quant à lui, a le droit de s'entourer d'une douzaine de personnes. Mais dans les deux cas, trois nationalités au moins doivent être représentées.

Deux Français seulement figurent parmi les directeurs de cabinet sur les listes officieuses qui circulent au Berlaymont et entre les capitales, contre cinq pour les Britanniques et quatre pour les Allemands. Même constat pour les porte-parole: trois sont français, contre sept pour les Britanniques et quatre pour les Irlandais.

Mais le compte s'améliore si l?on regarde l?ensemble des cabinets. Au total, une vingtaine de ressortissants français sont pressentis pour un poste de conseillers dans le cabinet d?un commissaire, explique-t-on à la représentation permanente (RP) de la France auprès de la Commission européenne.

Côté français, cette situation est jugée plutôt satisfaisante. "Cela correspond au nombre de Français dans les équipes de la Commission Barroso I", explique un conseiller de la RP. Avant de rappeler qu'il équivaut à celui des Britanniques et des Allemands.

Surreprésentation

Mais une note interne de la Commission européenne émanant des services de José Manuel Barroso souligne encore le déséquilibre en faveur de certaines nationalités. Portugais, Français et Britanniques seraient surreprésentés, souligne la note.

Parmi les Français qui accéderaient à un poste de conseiller, on peut noter l?arrivée Laurence de Richemont au cabinet de José Manuel Barroso. Elle dirige, depuis le 1er septembre, la représentation de la Commission européenne en France.

Alice Guitton, énarque de 32 ans, ancienne conseillère technique affaires multilatérales et stratégiques auprès de Bernard Kouchner, devrait, elle, rejoindre le cabinet de la ministre des affaires étrangères de l?Union, Catherine Ashton.

Le commissaire au Marché intérieur et aux services financiers, Michel Barnier, prendrait dans son équipe au moins deux Français: François Arbault, auparavant chez Jacques Barrot, et Bertrand Dumont, en provenance du cabinet de la ministre française de l?Economie et des Finances, Christine Lagarde. Il y était chargé des affaires financières internationales et des relations européennes. Un ancien conseiller aux Affaires internationales et européennes du ministère français de l?Agriculture, le norvégien Georg Emil Riekeles, pourrait également intégrer l?équipe. A moins que la nationalité de ce non-européen rebute les services de la Commission.


Lire la suite de l'article Vingt Français devraient devenir membres des cabinets des différents commissaires européens

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec notre partenaire EurActiv.fr

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 10/12/2014 à 23:33
Signaler
Un norvégien, "non - européen "? L'UE 'a pas le monopole de l'Europe !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.