Des parties prenantes plaident pour une Europe verte et compétitive

 |   |  419  mots
Interrogées par EurActiv.fr, les parties prenantes françaises ont exprimé leurs attentes vis-à-vis du nouvel exécutif européen. Parmi les priorités : la politique énergétique de l'UE.

"Le développement durable ne doit plus être une politique de plus mais bien un plus pour nos politiques". A l?image de la contribution du Conseil régional d?Aquitaine, l?inclusion du développement durable dans l?ensemble des politiques sectorielles de l?UE a été présentée par la grande majorité des parties prenantes françaises qui ont répondu à l?enquête d?EurActiv.fr comme une priorité pour l?Europe.

 

Assurer la transition de l?UE vers un modèle économique européen vert et compétitif, est considéré comme la principale mission de la nouvelle Commission, au lendemain du sommet de Copenhague.

Pour la plupart des contributeurs, l?accent devra être mis sur l?énergie. Jusque là, "la Commission européenne a contourné l?absence de base légale claire en matière de politique énergétique à l?échelle européenne", constate l?Union française de l?électricité (UFE). Bien que les objectifs adoptés par l?UE dans le cadre du paquet énergie-climat soient pertinents et ambitieux, les outils consacrés à leur mise en ?uvre restent trop limités.

Parmi les questions récurrentes abordées figure également celle de la fiscalité carbone. Entre autres propositions, le directeur du département des études de l?OFCE, Jacques Le Cacheux, évoque la création d?une "taxe sur les énergies fossiles combinée à un prélèvement aux frontières".

L?action de l?UE ne doit pas concerner uniquement le carbone, précisent toutefois certaines contributions.

Partisane d?une consommation plus économe et plus équilibrée de l?eau, l?entreprise General Electric Water invite l?exécutif européen à élaborer "une politique incitative pour étendre le déploiement des nouvelles technologies de récupération et de recyclage de l?eau".

La Commission devra également orienter les futurs investissements européens vers les nouvelles technologies, de manière à assurer à l?UE un "leadership" technologique dans le secteur des énergies renouvelables. Une priorité pour Vestas, leader mondial de l?éolien, comme pour l?organisme public l?Institut français du pétrole (IFP).

Diplomatie climatique, sécurité énergétique, les enjeux sont de taille. "Il est temps de travailler à une Europe plus politique", souligne Olivier Lacoste, directeur des études à Confrontations Europe, exprimant ainsi le consensus majeur issu des contributions sur l?avenir de l?UE.

 

Lire la suite de l'article Des parties prenantes plaident pour une Europe verte et compétitive

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :