Jean Leonetti : "l'Europe tourne le dos à une période de naïveté"

 |   |  379  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : latribune)
Les rumeurs plaçaient ce cardiologue au ministère de la Santé. Jean Leonetti a pourtant atterri aux Affaires européennes. Membre du parti radical mais fidèle à l'UMP à l'Assemblée nationale, sur l'Europe, son discours est visiblement celui du président de la République. Le texte de cet entretien a été relu et amendé par le ministère.

- Avez-vous été surpris de votre nomination comme ministre des Affaires européennes ?

Etre nommé ministre est toujours une surprise. Mais c?est un honneur de servir son pays à ce niveau de responsabilité et c?est une chance de travailler sur les affaires européennes, surtout auprès d?Alain Juppé pour lequel j?ai beaucoup d?amitié et d?admiration.

- Pouvez-vous nous raconter votre expérience concrète de l?Europe ?

Personne n?ignore que j?ai été médecin. On me l?a même un peu reproché ! Mais c?est dans mon parcours et en travaillant sur la bioéthique, que je me suis bien rendu compte qu?il y avait une conscience européenne. Les peuples sont à la fois ce que l?Histoire en a fait et en même temps ce qu?ils s?apportent les uns aux autres.

Si vous regardez leur attitude sur la bioéthique, la position française ne ressemble pas à celle des Pays-Bas, mais est très proche, par exemple, de celle de l?Allemagne. Cette conscience partagée et ces échanges font partie de la conscience européenne.

- La France, et elle n?est pas la seule, est aujourd?hui opposée à l?entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l?espace Schengen. Continuerez-vous à porter ce message ?

Nous avons toujours dit que nous voulions que ces deux pays entrent dans l?espace Schengen mais de manière sécurisée, par étape.

La France est profondément attachée à la libre circulation des personnes dans l?espace Schengen. Mais, pour protéger cet espace, la sécurité aux frontières extérieures doit être réelle.

Dans des cas exceptionnels où nous sommes obligés de réagir en urgence, il faut pouvoir sortir de la naïveté de l?espace ouvert, et le sécuriser.

L?Europe tourne le dos à une période de naïveté et rentre dans une période de réalisme. Nos amis roumains et bulgares ont d?ailleurs bien compris cette évolution et nous travaillons ensemble, en pleine confiance, pour réussir leur intégration dans Schengen.


Lire la suite de l'article : "L'Europe tourne le dos à une période de naïveté".
 

 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :