Le parlement de Strasbourg sur un siège éjectable ?

 |   |  348  mots
(Crédits : latribune)
Une étude de l'université de Zurich souligne les coûts exorbitants de la navette mensuelle des députés européens vers le siège du parlement à Strasbourg. Pour le gouvernement, il n'est pas question de remettre en cause ce symbole de la ville alsacienne.

Avec les commissions et les réunions de groupes politiques à Bruxelles, les sessions plénières à Strasbourg et la moitié de son administration au Luxembourg, le parlement est très européen. Mais les élus et leurs assistants semblent en avoir assez des navettes entre les sites et dénoncent de mauvaises conditions de travail dans les bâtiments strasbourgeois.

Selon une étude de l?université de Zurich, rendue publique début 2011, 91% des députés préfèreraient Bruxelles à Strasbourg si un seul site devait être retenu, contre 70% en 2010. Les Français ne font pas non plus dans le chauvinisme : seuls 28% d?entre eux choisiraient Strasbourg.

Mais ces résultats doivent être modérés. Ils sont fondés sur les réponses de 417 membres du parlement, dont 61 députés européens.

Ces chiffres sont repris dans un rapport commandé par le vice-président britannique du parlement européen, Edward McMillan-Scott (ADLE, libéral). Ce défenseur du site bruxellois veut relancer le vieux débat sur l'opportunité de conserver les sessions plénières à Strasbourg.

C'est "un anachronisme" en particulier en période d?austérité budgétaire, explique le député pour justifier son initiative. Une démarche soutenue par Londres. "Quelle énorme et inutile perte de temps et de ressources y a-t-il pour le parlement d?avoir un siège à Bruxelles et un à Strasbourg", estime le porte-parole du gouvernement britannique.

10 millions d?euros par session

Selon le parlement, les dépenses supplémentaires engendrées par les deux sites représentent 10 millions d?euros par session plénière, soit 120 millions d?euros par an.

La "transhumance" parlementaire oblige, chaque mois, plus de 3.000 personnes à se déplacer. Députés européens, assistants parlementaires, fonctionnaires des différentes institutions mais aussi lobbyistes ou journalistes doivent à chaque fois trouver un hébergement.

L?annulation de deux sessions plénières à Strasbourg en 2008 avait permis d?économiser plus de 1,7 million d?euros, frais d'annulation inclus.


Lire la suite de l'article Le parlement de Strasbourg sur un siège éjectable ?

 

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2011 à 22:11 :
Il est grand temps de recentrer le Parlement européen à Strasbourg (siège officiel) et de fermer son site secondaire (Bruxelles) afin de terminer ces voyages à Bruxelles qui coûtent une fortune au contribuable !
Les anglais ont toujours l'art d'inverser les problèmes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :