Sans industrie française forte, pas de politique européenne commune

Selon l'ambassadeur français pour l'industrie Yvon Jacob, la politique industrielle européenne "ne cache pas une réalité forte". Il s'inquiète avant tout de la santé de l'industrie française.
(Crédits : latribune)

La création d'une politique industrielle européenne fait partie des grandes objectifs européens pour 2020. Elle est également revendiquée par la classe politique française et les représentants des entreprises. Aujourd'hui, c'est pourtant un terme qui "ne cache pas une réalité très forte", a déclaré, non sans euphémisme, l?ambassadeur français de l?industrie auprès de l?Union européenne, Yvon Jacob.

Lors d'un débat organisé, mardi 3 mai à Paris, à l?initiative d'"eurodéputés" français du PPE, il s'est montré pour le moins réservé sur la concrétisation rapide de ce projet.

A l'automne 2010, la Commission européenne a lancé des pistes de réflexion. Elle propose entre autres de renforcer les secteurs des transports, de l?énergie et de la communication pour mieux servir l?industrie.

Placé sous l?autorité du ministère de l?Industrie, Yvon Jacob est chargé de relayer la stratégie française à l?échelle de l?UE. Au-delà des projets européens, il s'est déclaré inquiet sur la santé de l'industrie du pays. Elle "ne va pas bien", a t-il indiqué.

En 2010, la France a vu le solde de son commerce extérieur chuter de 51 milliards d?euros, contre une hausse de 150 milliards pour l?Allemagne.

S?appuyer sur les PME

Selon Yvon Jacob, avant de pouvoir créer une politique européenne de l'industrie, il est donc urgent de relancer le secteur secondaire français. Et l'objectif numéro un est de faciliter le développement des petites et moyennes entreprises.

Le taux des charges sociales françaises s?élève à 28% pour les PME, contre 43% en Allemagne. Ces dépenses réduisent leur marge d?investissement, et posent le problème de leur financement.

Le sénateur Alain Chatillon (UMP) a de son côté pointé les faiblesses de l?organisation française : "en Allemagne, ce sont les länder qui aident les PME. Ce financement local permet de mieux cerner leurs besoins, et cette proximité est source de confiance et favorise les investissements publics. En France, nous sommes dans une logique beaucoup trop centralisée".

Lire la suite de l'article Sans industrie française forte, pas de politique européenne commune

 
 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 05/05/2011 à 8:17
Signaler
l'industrie française à besoin de se réorienter pour ne pa compter uniquement sur de grosses locomotives qui certes font rentrées des devises. Mais appovrissent notre diversité d'action. Les PME et PMI doivent partager le système économique. Ceci dem...

à écrit le 05/05/2011 à 8:11
Signaler
j'ai travaillé 28 ans avec les Alemands .Quand je lis les conclusion des poliques Français en particulier ,c'est à mourrir de rire .Je ne fendrai donc pas d'un commentaire .Les comparatifs sont connus et les remèdes aussi.On attend quoi en France pou...

à écrit le 05/05/2011 à 7:00
Signaler
c'est vrai que cette industrialisation est inquiétante en France et beaucoup plus pour l'avenir . Je pense que les gouvernements Français et Allemands n'ont pas les mêmes objectifs pour leur pays . Tandis que les Allemands , parmi les plus endettés e...

à écrit le 04/05/2011 à 18:22
Signaler
Aprés avoir bradé notre industrie ,ils veulent nous faire croire que les routes , rails ,auto routes ,aéroports manquent pour que nos PME se développent ! Ils disent qu'il n'y a pas de communications modernes ,ni assez d'énergie mais vraiment ,c'est ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.