Emission obligataire allemande : "un désastre complet, absolu"

C'est la pire des adjudications pour l'Allemagne qui a écoulé à peine un peu plus de la moitié des 6 milliards d'euros escomptés. Taux proposé trop bas ou risque qui augmente ? Sûrement un peu des deux.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

L'Allemagne n'a adjugé mercredi qu'un peu plus de la moitié du montant de dette qu'elle espérait écouler, essuyant l'une de ses pires émissions souveraines depuis la création de l'euro faute d'avoir proposé un rendement suffisant aux yeux des investisseurs.

Berlin n'a trouvé acquéreur que pour 3,644 milliards d'euros d'emprunts à dix ans contre 6 milliards escomptés, si bien que la Bundesbank, la banque centrale allemande, a dû acheter les 39% restants pour éviter l'échec de l'opération.

Les rendements très faibles offerts par le Bund ont douché l'appétit des investisseurs, déjà inquiets quant au coût que fera peser sur l'Allemagne la spirale de la crise européenne de la dette.

"C'est un désastre complet, absolu", commente Marc Oswald, stratège pour Monument Securities à Londres. "Cela n'augure rien de bon, c'est la pire des adjudications non couvertes que nous ayons eu cette année et il n'est pas étonnant que le Bund se soit orienté à la vente dans la foulée."

Les futures sur les Bunds , l'euro et les Bourses européennes ont en effet chuté aussitôt après l'annonce des résultats de l'adjudication.

L'Agence allemande de la dette a réagi en estimant que le résultat de l'opération reflétait un "environnement de marché hautement nerveux" mais ne signalait pas un goulet d'étranglement pour le financement du budget fédéral.

Le rendement moyen du papier à dix ans est ressorti une nouvelle fois en baisse, à 1,98%, contre 2,09% lors d'une adjudication similaire en octobre et 2,74% en moyenne cette année, a précisé la Bundesbank.

Le ratio de couverture, qui mesure l'appétit des investisseurs, n'a atteint que 1,1, contre 1,56 en moyenne.

"Les Bund s commencent à perdre leur attrait parce que les marchés doivent commencer à croire à l'histoire des euro-obligations, et que l'Allemagne s'apprête, en substance, à garantir la dette d'autres pays", analyse Achilleas Georgolopoulos, stratège pour la Lloyds à Londres.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 43
à écrit le 25/11/2011 à 15:10
Signaler
Quand les Allemands vont-ils comprendre qu'il ne faut pas la jouer perso mais collectif ? Très bonne article de Jacques Attali. Le cinquième suicide européen le 20 novembre 2011 23H39 | par Jacques Attali L?Allemagne et la France se sont trouvée...

à écrit le 25/11/2011 à 9:52
Signaler
Je comprend pas bien votre article: c'est bien pour le contribuable d'emprunter au taux le plus bas en Europe, où il vaut mieux emprunter à un taux de 7 % comme l'Italie? Un taux de couverture de 1,1: ça veut bien dire qu'il y avait plus de demande q...

à écrit le 23/11/2011 à 23:37
Signaler
En même temps, réussir à emprunter à 2% alors que l'inflation est à 2.5% en Allemagne, c'est fort ! Suis-je le seul à me rendre compte que les taux obligataires actuels sont en réalité négatifs et qu'un truc ne tourne pas rond là non plus ?

le 24/11/2011 à 6:43
Signaler
Votre commentaire montre que vous ne connaissez pas l'effet de la "Gleichschaltung" mise au pas, inné aux Allemands, qui les a si souvent conduit à la catastrophe. Ce sont les Allemands, et seulement les Allemands qui souscrivent à ces emprunts, comm...

à écrit le 23/11/2011 à 20:38
Signaler
Une marche de plus vers la fin de l'euro?

à écrit le 23/11/2011 à 20:24
Signaler
@xavier-marc Vos commentaires très « boursicoter ne dissimulerons pas le doute politique et financier qui touche maintenant l?Allemagne. D?aucun pourrons laisser entendre qu?il s?agit la d?un message des marchés pour pousser l?Allemagne vers les eur...

à écrit le 23/11/2011 à 19:47
Signaler
Ceci est déjà arrivé ces dernières années, quand les taux allemands avaient déjà aussi fortement baissé, c'est lié aux taux trop faibles ne pouvant permettre d'absorber une trop forte offre, on a atteint les limites du plancher, une preuve supplément...

le 24/11/2011 à 5:30
Signaler
Mis à part le fait qu'il est totalement contraire aux fondements européens et aux traités que la BCE fasse tourner la planche à billets, je me permets de rappeler, juste au cas où, que la valeur de votre argent diminue d'autant que l'émission. C'est ...

à écrit le 23/11/2011 à 19:31
Signaler
Adjudication ratee: La notation est en passe d' etre degradee

à écrit le 23/11/2011 à 18:16
Signaler
afin la vérité des prix ;-)

à écrit le 23/11/2011 à 18:13
Signaler
C'est presque logique, les marchés spéculent sur l'acceptation par l'Allemagne des achats des dettes européennes par la BCE ou des Euro-Bonds. Dans ce cas, les taux seraient bien meilleurs et également garantis par l'Allemagne. Ce qui est encore une ...

le 23/11/2011 à 19:44
Signaler
Il faudrait revoir votre culture économique car de qui vous moquez vous. Qui a profité de la zone Euro jusqu'a la déstabiliser si ce n'est l'Allemegne qui fait plus de 70% de ses exportations sur la zone euro, qui se gave et qui ne veut pas de plus ê...

le 23/11/2011 à 21:05
Signaler
Se gaver ? Qui a empêché les autres pays d'exporter leurs produits ? Qui a forcé les gens (européens ou autres) d'acheter des produits allemands ? L'Allemagne a du passer par une cure difficile d'adaptation aux nouvelles donnes de la compétivité en ...

à écrit le 23/11/2011 à 17:59
Signaler
Il faudrait être maso pour prêter à 1,98% sur 10 ans à l'Allemagne alors même que l'inflation est supérieure à 3% en zone euro.

à écrit le 23/11/2011 à 17:41
Signaler
Bien sur une dette en Euro commence a perdre en valeur meme en Allemagne car les marchés ont commencé a serieusement croire que cette monnaie n'existera plus dans les mois qui suivent...Et ils pourraient avoir raison.

le 25/11/2011 à 14:28
Signaler
Ne vous en faites pas, vous serez mort bien avant l'Euro... Même les anglo-saxons qui mènent une véritable guerre de désinformation ne croient pas en leurs mensonges sur la fin de l'Euro... Mais libre à vous de préférer le dollar (pas mal comme allum...

à écrit le 23/11/2011 à 17:28
Signaler
Les allemands cherchent à profiter de leurs taux très (anormalement) bas. Mais voilà, tout a un prix, et les investisseurs ne se bousculent pas pour des taux aussi faibles. C'est plutôt ama une bonne nouvelle car cela montre que les gens qui ont du c...

à écrit le 23/11/2011 à 17:26
Signaler
C'est ENORME ! Cette information est simplement l'iceberg du moment. ENORME ! Je me demande si tous les acteurs ou même la plupart des français ont conscience de ce que cela signifie. Je pensais que cela surviendrait en février 2012 mais nous avons t...

à écrit le 23/11/2011 à 17:26
Signaler
les allemands cherchent à profiter de leurs taux très bas (anormalement bas)... mais voilà, les investisseurs ne sont pas tous des guignols, et tout a un prix. Ce semi échec est plutôt une bonne nouv

à écrit le 23/11/2011 à 17:26
Signaler
De quoi réveiller investisseurs et emprunteurs : il faut être toqué pour acheter des titres qui ne rapportent en brut que la moitié de l'inflation, soit 1/3 de l'inflation après impôts ! Il faut se réhabituer à des rendements étatiques de 6 à 8% par ...

à écrit le 23/11/2011 à 17:25
Signaler
Eh bien Angela tu vas devoir ravaller un peu de ta superbe, toi qui fait la leçon au reste de l'Europe depuis des semaines, meme pas cap de placer tout ton papier! J'en rirais même si cela n'avait des conséquences sur l'ensemble de nous autres...alor...

le 23/11/2011 à 20:09
Signaler
Si, un peu plus de la moitié ;)

à écrit le 23/11/2011 à 17:14
Signaler
et 7 de chute.Mieux vaut avoir des dettes que des économies dans nos banques. Garantie de l'Etat???? vont chercher où les "sous"

à écrit le 23/11/2011 à 17:08
Signaler
Aujourd'hui, taux à 10 ans All 1.80, GB 2.18, US 1.85, FRA 3.58, bon ok pour l'Allemagne mais les GB et les US ??? De plus je regarde l'historique des taux d'obligations US à 10 ans et ils n'ont jamais été aussi bas depuis 2 ans alors qu'ils sont au ...

le 23/11/2011 à 17:41
Signaler
ils ont la réserve fédérale comme garant, nous n'avons pas de gouvernance économique et la BCE fait défaut !

le 23/11/2011 à 17:50
Signaler
ils speculent sur un ebranlement de l'europe( un point c tout)

le 23/11/2011 à 18:21
Signaler
les rotatives tournent en 3x8 , le premier créancier des US ,c'est pas les chinois mais la FED et de très très loin , 90% des papiers émis !! le gilt idem!! il n'y a que Francfort et les gouvernements européens qui croient à la main invisible du marc...

à écrit le 23/11/2011 à 16:34
Signaler
La France attaquée, il ne reste plus que l'Allemagne comme pays sûr et comme leur endettement est aussi très important, les "stress tests", ils vont bientôt en apprécier la valeur et la pertinence.

à écrit le 23/11/2011 à 16:18
Signaler
L'AFT va suer abondamment lorsqu'il va lui falloir lever presque 200 milliards de dettes en 2012. Le vrai plan d'économies de l'Etat français est pour bientôt.

le 23/11/2011 à 16:29
Signaler
Pas forcément, les taux sont plus élevés ce qui attire plus d'acheteurs.

le 23/11/2011 à 18:33
Signaler
Pas nécessairement. Les taux plus élevés reflètent l'aversion au risque sur ces titres.

à écrit le 23/11/2011 à 16:18
Signaler
@ Licence to live et @ marcel_grognard : vous avez raison, très bizarre. Cette histoire de problèmes de financement de la zone euro dure bien trop longtemps pour être honnête, on va finir par croire qu'ils sont entrain de nous préparer quelque chose ...

à écrit le 23/11/2011 à 15:49
Signaler
Bizarre l?Allemagne agissant comme si la zone euro n'existe pas ! Bref l'arroseur arrosé !

à écrit le 23/11/2011 à 15:48
Signaler
C´est fort logique: Il est plus intéressant de préter á 5% á l´Espagne á 3 mois que a 2% á l´Allemagne á 10 ans. De toute façon si l´Europe devait éclater, les investisseurs perdraient leurs billes dans les 2 cas (population retirant ses économies de...

le 23/11/2011 à 16:59
Signaler
Non car ils achetent et vendent sans cesse, les vrais investisseurs sont tres peu, et tout le monde ne perdraient pas leur bille car le jackpot c'est quand même d'acheter de souscrire des CDS sur les titres d'obligations en spéculant à la baisse sur ...

le 23/11/2011 à 23:47
Signaler
Oui à condition que les CDS soient honorés...

à écrit le 23/11/2011 à 15:48
Signaler
je croyais que les allemands étaient contre la monétisation de la dette

le 23/11/2011 à 16:31
Signaler
Oui, tant qu'ils ne sont pas touchés. Mais là, que voit-on, une banque centrale qui rachète de la dette he he he je me marre ...

le 23/11/2011 à 16:42
Signaler
je ne comprends pas le mot monétisation je crois que vous vouliez dire mutualisation, c?est à dire que vous même acceptez de cautionner mes dettes sans aucun droit de regard. Je vois déjà votre tête, alors vous avez tout compris et pourquoi les Allem...

à écrit le 23/11/2011 à 15:46
Signaler
Je croyais que les banques centrales des Etats membres ne pouvaient plus acheter d'obligations et que c'est précisément l'une des raisons des psychodrames nationaux quant au maintien de leur note souveraine à un niveau élevé... On m'aurait menti ?

le 23/11/2011 à 16:04
Signaler
Je me pose la même question. Peut-être est-ce un abus de langage de parler de "banque centrale" dans ce cas ci ? En effet, la BCE ne serait-elle pas l'unique banque centrale de la zone euro ? Je me trompe peut-être, et aimerais y voir plus clair.

le 23/11/2011 à 16:34
Signaler
Chaque état de la zone euro a gardé sa banque centrale mais comme elle n'emmet plus de monnaie on ne peut pas parler de monétisation de la dette.

à écrit le 23/11/2011 à 15:44
Signaler
Il y a aussi un doute sur la véracité des chiffres de la dette allemande. Voir encore : " pour M. Juncker , "le niveau de la dette allemande est inquiétant " (AFP).

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.