La BCE dégaine une nouvelle arme lourde : le prêt à longue durée aux banques

La BCE va lancer deux opérations à trois ans et assouplir les critères d'éligibilité des titres apportés en garantie. Selon Mario Draghi, cette mesure inédite « vise à combattre les tensions sur le financement et devrait apporter confiance et certitude »

2 mn

Copyright Reuters

Alors que les marchés espéraient qu'elle sorte le « bazooka » (achats massifs de dette européenne), la Banque centrale européenne (BCE) a dégainé une autre arme lourde pour juguler la paralysie du marché interbancaire européen. Son président, Mario Draghi, a annoncé que l'opération de refinancement à long terme à treize mois prévue le 21 décembre serait remplacée par une opération à trente-six mois. Inédit, ce prêt à très longue durée sera reconduit une seconde fois le 29 février.

Lors de sa conférence, Mario Draghi a souligné que cette mesure « visait à combattre les tensions sur le financement » des banques et que l'augmentation de maturité des prêts « devrait apporter confiance et certitude ». « L'usage de la facilité de dépôt n'est pas très loin du niveau constaté après la faillite de Lehman [324 milliards d'euros ce mercredi, Ndlr] » car, « malgré les liquidités » fournies par la banque centrale, « une grande partie est redéposée à la BCE et ne circule pas », a-t-il ajouté.

Outre cet allongement des prêts, la BCE a décidé de réduire de 2 % à 1 % le coefficient de réserve obligatoire, c'est-à-dire le montant minimum de dépôts devant être gelés auprès de la banque centrale par une banque commerciale en fonction de la taille de son bilan. « Nous voulons vraiment faire en sorte que le processus de dégonflement des bilans bancaires n'aggrave pas les tensions sur l'offre de crédit », a plaidé Mario Draghi.

Depuis plusieurs mois, la crise de la dette souveraine secoue le secteur bancaire européen. Le 30 novembre, les grandes banques centrales mondiales s'étaient accordées pour faciliter les financements en dollars à leur guichet, pour combattre la pénurie apparue par le retrait du marché monétaire des grands fonds américains. Alors que les banques européennes devront refinancer 230 milliards d'euros de dette au premier trimestre 2012, elles doivent en outre faire face à des exigences accrues de fonds propres de la part de leurs régulateurs. Autant de facteurs qui menacent l'Europe d'une restriction drastique du crédit et affaibliraient la conjoncture.

Afin d'y remédier, la BCE a en outre annoncé un assouplissement des critères d'éligibilité des actifs apportés en garantie lors de ses opérations de refinancement. Les actifs titrisés adossés à des prêts immobiliers et aux petites entreprises disposant d'une deuxième meilleure notation d'au moins A et non plus AAA seront éligibles. Certains portefeuilles de prêts bancaires, dont les caractéristiques seront annoncées ultérieurement, seront également acceptés.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 16/12/2011 à 6:03
Signaler
Pourquoi ne pas créer un jour National, un jour par mois pendant lequel les Français s'engageraient à n'acheter que des produits français ou provenant de pays qui n'ont pas d'excédent commercial avec la France. (Qui importent au moins autant de produ...

à écrit le 09/12/2011 à 21:10
Signaler
Forcément, notre Draghi, ancien de Goldman Sachs à l'époque de l'intégration de la Grèce dans l'Union, nommé à la tête de la BCE comme Monti, ancien de goldman Sachs a été nommé en Italie, fait ce qu'il sait faire : des prêts pour faire encore plus d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.