Défaut de la Grèce et CDS : Stiglitz accuse la BCE

Les CDS sur la dette grecque ne vont pas se déclencher. Faut-il y déceler une sorte de complot ? Joseph Stiglitz ne se fait pas que des amis... Une tribune publiée cette semaine dans les colonnes de notre partenaire belge L'Echo.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)

Joseph Stiglitz n'a pas sa langue en poche. Dans , le prix Nobel d'économie égratigne la Banque centrale européenne et son manque de transparence.

Dans le dossier grec, Stiglitz estime que la position de l'institution de Francfort a été pour le moins curieuse. Elle s'est ainsi toujours opposée à ce fameux "événement de crédit", lié à un défaut de paiement de la Grèce, qui déclencherait les contrats de CDS.

Que n'a-t-on écrit sur ces "credit default swaps", ces contrats qui permettent de s'assurer contre un défaut de paiement ? Un produit qui a enfoncé des firmes comme AIG et Fortis en pleine tourmente financière en 2008, et qui a ensuite mis à mal des pays, comme la Grèce.

A la base, un CDS peut s'avérer utile. Il permet à un détenteur d'une obligation de se couvrir contre le défaut de paiement de l'émetteur. Comme un "bon père de famille" assure sa maison contre un incendie. Mais quand ce sont majoritairement des non-détenteurs de l'obligation qui se ruent sur les CDS, cela se corse. Il s'agit alors d'acteurs qui s'assurent contre un risque financier qu'ils ne courent pas. Ou comme l'indiquait Peter Praet, "c'est un peu comme si j'achetais une assurance contre le risque d'incendie de la maison d'une tierce personne". En d'autres mots, ce serait presqu'une incitation à mettre le feu à la maison du voisin.

Mais revenons à Athènes. Les banques européennes détiennent quelque 40 milliards d'euros de dette grecque. On aurait pu supposer que face au risque de défaut sur leurs obligations, les banquiers, en gestionnaires avisés, achètent une assurance sous forme de CDS.

"Dans ce cas, un régulateur qui prend en compte la stabilité financière du système veille en principe à ce que l'assureur paye en cas de perte. Pourtant la BCE veut que les banques ne soient pas dédommagées en cas de perte sur les obligations qu'elles détiennent", s'étonne Stiglitz.

Juges et parties ?

Alors plusieurs hypothèses existent. La première, selon le prix Nobel, est que les banques ne se sont pas assurées contre le défaut de paiement et que certaines ont adopté des positions spéculatives. Ou alors la BCE tente peut-être de protéger les banques qui ont émis les contrats d'assurance et qui sont donc censées devoir dédommager les acheteurs de contrats. Si tel est le cas, ce serait relativement grave. Enfin, dernière hypothèse, la BCE sait que le système financier manque de transparence et que les investisseurs ne peuvent évaluer les conséquences d'un défaut de paiement, ce qui pourrait entraîner un nouveau gel des marchés du crédit, de type Lehman Brothers.

Dans le milieu des économistes, certains s'interrogent aussi. Qui a acheté des CDS, qui a vendu, quel est le rôle de la BCE ? Et surtout comment se fait-il que les CDS ne se déclenchent pas alors que la Grèce a fait défaut sur des paiements de factures, de pensions et que des banques, à la suite d'une restructuration dite "volontaire", vont perdre 50 à 70% de leur mise ?

Pour couronner le tout, c'est l'International Swaps and Derivatives Association (ISDA), composée de banquiers, qui décide si un "événement de crédit" a bien eu lieu et si ce dernier permet d'activer les CDS. Des banquiers, juges et parties ? Stiglitz parle en tout cas d'un petit "comité secret".

La réplique de l'ISDA n'a guère tardé face aux accusations du Nobel d'économie avec un communiqué intitulé "A not so noble idea". L'ISDA y souligne notamment que les CDS grecs ne portent que sur 3,2 milliards de dollars. Pas de quoi ébranler le système.

Dans ce débat passionné, les grands perdants risquent d'être en définitive les CDS sur dettes souveraines. Dans le cas emblématique de la Grèce, ces produits auront en quelque sorte démontré leur inutilité. Alors pourquoi encore acheter un CDS sur le Portugal, l'Espagne ou la Belgique?

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 41
à écrit le 16/02/2012 à 23:26
Signaler
La plupart des commentateurs semble avoir/vouloir ignoré/er qu'il s'agit là d'un compte rendu journalistique; pas des propos de J.S.. Le fond tient peut être au fait que les CDS ont suivi la même dérive que les hypothèques américaines: produits dériv...

à écrit le 15/02/2012 à 15:47
Signaler
C'est tres bien de raisonner en aval! Sans vouloir etre vulgaire mais pour des raisons de clarte revenons en amont: " ce n'est pas apres s'etre fait dessus qu'il faut serrer les fesses, mais bien avant...". Les effets permettent en general d'emettr...

le 17/02/2012 à 4:13
Signaler
Commentaire très efficace.Merci.

à écrit le 15/02/2012 à 12:25
Signaler
Stiglizt a raison sur le principe, mais les principes on sait ce qu'en fait la Finance Mondiale, alors M. Stiglitz vous qui comme Clinton et malgré vos bouquins plein de bons sentiments, avez en premier la responsabilité de la destruction massive d'e...

à écrit le 15/02/2012 à 11:33
Signaler
Enfin un qui commence a parler...et qui a acces aux medias. Ce probleme est connu depuis longtemps mais quid de nos journalistes d investigation eco .....A l image de Marianni Dexia Naif et trop obeissant....????

à écrit le 15/02/2012 à 10:31
Signaler
Manipulations dites vous ?!

à écrit le 15/02/2012 à 10:02
Signaler
'péroraison mensongére de Stiglitz'?Facile d'accuser un prix Nobel d'économie, surtoutquand on ne peut peut pas avancer le chiffre des investissements en CDS sur la Grece. Ledit chiffre n'étant pas public puisque les transactions sont passées uniquem...

le 15/02/2012 à 13:39
Signaler
Ne dites pas n'importe quoi. Si le montant des investissements en CDS est inconnu comme vous le prétendez, Stigltiz ne le connaît pas non plus, ce qui confirme qu'il raconte n'importe quoi, sans fondement et sans preuve. Stiglitz, le Nobel des clowns...

le 15/02/2012 à 14:36
Signaler
Le montant exact des sommes que les banques américaines devraient verser en cas de déclenchement des CDS est inconnu mais on le suppose suffisamment élevé pour les mettre dans une situation périlleuse. Les engagements qu'elles ont pris au titre des ...

le 15/02/2012 à 21:07
Signaler
"Le montant exact des sommes à verser en cas de déclenchement des CDS est inconnu mais on le suppose suffisamment élevé." Voilà encore un exemple de faux raisonnement digne d'une secte païenne qui ignore le réel, avec ses croyances, ses dogmes, ses g...

à écrit le 15/02/2012 à 9:27
Signaler
On a assassiné la Grèce et les Grecs économiquement, et il n'y a pas de coupable, mais à qui profite le crime, c'est comme pour le 11 septembre WTC, c'est des terroristes...

le 15/02/2012 à 14:43
Signaler
La classe politique, les hauts fonctionnaires, les syndicats et tous ceux qui ont profité des largesses scandaleuses et injustes de l'Etat-providence grec sont évidemment responsables. A eux de payer la gabegie maintenant, par la baisse drastique des...

à écrit le 15/02/2012 à 6:12
Signaler
Qui pourrait me dire quand l'économie a été déclarée "science" ?

le 15/02/2012 à 11:15
Signaler
En effet, l'économie d'entreprise ou de marché n'est pas une science. En revanche, la science économique (équilibre général etc.), oui. C'est une science sociale.

le 15/02/2012 à 15:25
Signaler
Moi, le jour où elle a remplacé l'Astrologie.

le 15/02/2012 à 16:13
Signaler
Klop, "équilibre général " à condition de ne pas être environné de voleurs-financiers ! Qui font une politique " entre-soi pour le bien mondial "- je pense que c'est possible qu'à une moindre échelle d'un pays seulement .

à écrit le 14/02/2012 à 23:20
Signaler
C'est curieux ! On observe toujours un gros lâché de marxistes à chaque péroraison mensongère de Stiglitz.

le 15/02/2012 à 6:08
Signaler
... et des pets de chat en lieu et place d'arguments.

le 15/02/2012 à 13:40
Signaler
Les pets de Stiglitz sont effectivement malodorants.

à écrit le 14/02/2012 à 21:22
Signaler
D'après le magazine Forbes (magazine d'anneries?) du 15 juillet 2011, se basant sur une estimation de BullionVault, le montant (notionnel) des CDS souscrits pour la dette grecque atteindrait au moins 680 milliards d'euros.. Isda est surement très loi...

le 15/02/2012 à 7:40
Signaler
Oui, c'est très exactement le bon chiffre en effet, mais il ne correspond pas à la valeur des CDS eux-mêmes mais à leur garantie à payer. D'où la décision inepte de l'ISDA.

à écrit le 14/02/2012 à 14:59
Signaler
Comment les CDS pourraient-ils "mettre à mal des pays comme la Grèce" ? Il faut vraiment ignorer le fonctionnement de ces outils pour affirmer des telles âneries. Des pays comme la Grèce se sont mis à mal tout seul, en gérant n'importe comment leur b...

le 14/02/2012 à 15:39
Signaler
Je vous sens fébrile face à la réalité. Vous avez en effet raison d'avoir peur de perdre. Sinon, je vous rappelle que Goldman Sachs a bien aidé la Grèce à se faire enfoncer. Mais je suppose qu'il vaut mieux l' "oublier". Soyez néanmoins heureux de la...

le 14/02/2012 à 16:06
Signaler
La réalité trafiquée à la sauce Stiglitz : quand les faits ne collent pas à l'idéologie, puisque l'idéologie a toujours raison, on tord la vérité et on invente des complots. Pas de doute, il s'agit bien d'une religion.

le 14/02/2012 à 18:33
Signaler
Tout à fait d accord yvan , et j' ajouterai que désormais les fossoyeurs de la grece ( Golman sach et consorts ) sont à l oeuvre au coeur meme de notre Europe BCE et ITALIE Le positif de tout ceci est que Enfin ces sujets soient en sur...

le 14/02/2012 à 21:25
Signaler
Non les fonds propres des banques avec bale 3, c'est au mini 9% des fonds de leurs engagements. Avec le principe des réserves fractionnaires et leur hors bilan elles tournent avec 5% de fonds propres, par rapport à leur engagement je crois plutôt..

le 15/02/2012 à 9:15
Signaler
Pour information Daniel le rapport pret/fond propre que l'on appelle leverage est de 50.4 pour la SG, 32.8 pour CA, et 27.2 pour la BNP. Cela signifie que la SG prete 50.4 fois son montant de fonds propres, soit un tiers1 de +/- 2 % Seule 8 banques ...

le 15/02/2012 à 9:44
Signaler
Comment les CDS pourraient-ils "mettre à mal des pays comme la Grèce" ? Bonne question. Les spéculateurs achètent massivement des CDS. Ceci fait monter leur prix. Pour les « vrais » investisseurs, les taux d?intérêt ? intégrant le cout de l?assur...

le 15/02/2012 à 13:47
Signaler
"Les spéculateurs achètent massivement des CDS. Ceci fait monter leur prix." Voilà l'ânerie habituelle des petits commentateurs qui se croient très malins mais n'y connaissent absolument rien. Les CDS n'ont pas de cotation en propre : ils ne peuvent ...

le 16/02/2012 à 0:20
Signaler
+1 avec le commentateur précédent. Il faut au moins googliser (même si la maîtrise des cds entre autres nécessite plus que ça) avant de faire 20 lignes fausses de a à z, sinon on est ridicule.

le 17/02/2012 à 13:26
Signaler
Et comment se détermine le prix du CDS, uniquement sur des hypothèses stochastiques ?. Bien sur que l'offre et la demande interviennent. Vous croyez peut être que votre prime d'assurance auto est uniquement fonction de votre sinistralité probable. ...

à écrit le 14/02/2012 à 13:46
Signaler
Le fait de ne pas vouloir payer les CDS est très grave ! Quel gros institutionnel voudra encore des obligations en EUROs ? C'est une rupture de contrat qui peut ruiner des fonds de pensions .Les hedgesfonds, on s'en fout ... A lieu d'interdire bêteme...

le 14/02/2012 à 14:06
Signaler
Clair, Leraleur, qu'interdire les excès de la finance ... est un doux rêve. American, peut-être.. ;-) . Sinon, je vous rassure, les CDS même hors "produits" européens vont se faire bloquer dans le paiement et cela a déjà été le cas sur des montants m...

le 14/02/2012 à 15:35
Signaler
Des "fonds vautours " vont exiger leur du .Il fond attaquer la Grèce non pas à la Haye mais probablement en Angleterre... Les CDS ou le nominal des obligations ! Il faudra payer ...ou monaitiser .

le 14/02/2012 à 16:17
Signaler
Payer? avec quoi? Ya plus de blé. Monaitiser? Je suis sûr que toutes les forêts de la planète ne sufffirait pas à imprimer les billets. Et même si, mon rouleau de PQ me servirait alors à acheter ma baguette car il aurait plus de valeur...

le 17/02/2012 à 13:45
Signaler
Parfaitement exact : Cela vaut chez nous pour l?assurance-vie mais les contraintes de dispersion et la gestion prudente des assureurs (Européens > pas les guignols d?AIG) font que la pilule sera amère mais pas plus. Maintenant si des fonds de p...

à écrit le 14/02/2012 à 12:41
Signaler
Je crains que ce soit plus grave que ce que les banquiers veulent nous faire croire, un défaut de la Grèce déclencherai une réaction en chaîne dont personne ne connait n'y l'importance, ni l'intensité, ni l'impact sur la vie des peuples travailleurs....

le 14/02/2012 à 13:11
Signaler
En effet, Soclare. Et cela montre, une fois de plus, que les banques, qui ont joyeusement cultivé le secret, y sont maintenant, vu la situation, obligées sous peine de fuite de leurs clients. Concernant le défaut, il vous faut aussi considérer que si...

le 14/02/2012 à 22:31
Signaler
http://www.jeronimot.com/documents/memoire_dea_mfb_jerome_soulat_1994.pdf

le 17/02/2012 à 13:57
Signaler
Beau travail Jerome ! (avec cette chère Thérèse) A raviver tous les 15 ans !

à écrit le 14/02/2012 à 12:17
Signaler
Un prix nobel qui ignore..?? Et en est donc réduit à de la ... spéculation. Amusant, non..??

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.