La voix de la Bundesbank va porter davantage à la BCE

 |  | 612 mots
Yves Mersch (à gauche), président de la banque centrale du Luxembourg. Copyright AFP
Yves Mersch (à gauche), président de la banque centrale du Luxembourg. Copyright AFP (Crédits : AFP)
Paris soutient désormais la candidature d'Yves Mersch au sein du directoire de la BCE. Une décision arrachée à l'issue d'un marchandage avec Berlin qui aura des conséquences sur l'avenir de l'institution.

La voix des faucons va prendre de l?ampleur au sein du directoire de la BCE. Ce mercredi soir, selon les informations publiées par Reuters, la France a en effet donné son soutien à la candidature d?Yves Mersch, président de la banque centrale du Luxembourg, au sein du directoire de la BCE. Le sujet du Grand-duc Henri peut désormais espérer très sérieusement occuper à partir du 1er juin prochain le poste actuel de l?Espagnol José Manuel Gonzalez Paramo. Il dispose en effet non seulement de l?appui français, mais aussi de celui de l?Allemagne et de ses principaux alliés : Pays-Bas, Finlande, Autriche. Le candidat de Madrid, Juan Antonio Sainz de Vicuña, semble donc...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2012 à 16:20 :
Il serait grand temps que ce soit les pays les plus sérieux qui détiennent le droit de siéger dans les instances européennes et non ce Baroso dant le pays, après tous les fonds européens dont il a bénéficé, soit virtuellement en faillite, idem pour l'Espagne qui ne vaut- guère mieux, sans oser parler de la Grèce et de l'Italie laissée exangue par Berlusconi.......Et tout çà, çà fait des dirigeants européens.....Mais de qui se moque t'on ????
Réponse de le 08/03/2012 à 19:11 :
Vous avez 1.000 fois raison !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :