L'Italie confirme son entrée en récession

En affichant au quatrième trimestre 2011 un recul du Produit in térieur brut (PIB), de 0,7% pour le second trimestre consécutif, l'Italie entre officiellement en récession.
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)

C'est un gros mot que l'on a pris l'habitude d'entendre. La récession est arrivée en Italie. Le pays a accusé un repli de son produit intérieur brut (PIB) de 0,7% au quatrième trimestre 2011 par rapport au trimestre précédent, a confirmé lundi l'institut de statistiques Istat dans son estimation définitive.

Après le repli de 0,2% enregistré au troisième trimestre, cette nouvelle contraction du PIB marque l'entrée en récession - qui se caractérise par un recul pendant au moins deux trimestres consécutifs - de la troisième économie de la zone euro, plombée par des plans d'austérité à la chaîne destinés à rassurer les marchés. Mais sur l'ensemble de l'année 2011, l'Italie a enregistré une croissance de 0,5%, selon un chiffre révisé à la hausse par l'Istat, dont la première estimation faisait état d'une croissance de 0,4%.

Une dette de 1900 milliards d'euros qui pèse sur l'économie

Ce chiffre ne fait toutefois pas référence au plan annuel car il est exprimé en données corrigées des variations calendaires. Le chiffre annuel publié le 2 mars faisait état d'une croissance de 0,4% l'an dernier en Italie. Prise pour cible par les marchés en raison de sa dette colossale de 1900 milliards d'euros (120,1% du PIB fin 2011), l'Italie a multiplié depuis 2010 les plans d'austérité, ce qui a plombé l'activité économique.

Le gouvernement table sur une contraction du PIB de 0,4% cette année. Mais les institutions internationales sont beaucoup plus pessimistes: Bruxelles s'attend à une contraction de 1,3% et le FMI prévoit un repli de 2,2%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 13/03/2012 à 4:54
Signaler
Les plans d'austérité successifs ne servent à rien tant que les déséquilibres des balances commerciales ne sont pas éliminés. Qui dit excédent (Allemagne, Pays-Bas, Finlande dit forcement déficit (France, Espagne, Italie, Portugal, Grèce) Il faut par...

à écrit le 12/03/2012 à 20:46
Signaler
Quel scandale de ne pas payer ses impôts alors que la Suisse est si près de l'Italie !

à écrit le 12/03/2012 à 20:34
Signaler
Triste spectacle que cette Europe "bouc-émissarisée" par notre président. Relire René Girard sur sa théorie du bouc-émissaire et son rite sacrificiel destiné à ramener la paix dans la "société"- transposé : la France- c'est mesurer le chemin qui rest...

à écrit le 12/03/2012 à 14:51
Signaler
ça sent la faillite ...

le 12/03/2012 à 20:21
Signaler
mais non, les riches vont consommer davantage à la place des pauvres pour sauver le taux de croissance , peut-être même vont-ils dilapider tout leur patrimoine et ça remplira les caisses de l'Etat et des commerçants !

le 12/03/2012 à 20:41
Signaler
Le vilain mot. Enfin, attendons de savoir qui sera nommé liquidateur !

à écrit le 12/03/2012 à 11:53
Signaler
IMPOSSIBLE ! Sarko nous dit que la crise est finie !

le 12/03/2012 à 20:35
Signaler
Peut-être est-il comme Barre dans les années 1970 : il a peut-être confondu la sortie du tunnel avec l'entrée ?

à écrit le 12/03/2012 à 10:21
Signaler
La course avec l'Espagne est lancée. Quoique ... la Belgique veut austériser aussi.

le 12/03/2012 à 17:36
Signaler
Et la France ? Chez nous après les élections, l'addition va être salée. Bonjour tristesse !

le 12/03/2012 à 20:38
Signaler
L'Europe semble effectivement devenue comme un Monastère Trappiste : bientôt on ne pourra plus se croiser dans un couloir en Europe sans soupirer : "il faut mourir mon frère" !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.