La Grèce reçoit 28 milliards d'euros, mais reste sous surveillance

 |   |  199  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Une aide de 28 milliards d'euros vient d'être débloquée par le Fonds monétaire international dans le cadre du premier plan d'aide à la Grèce décidé en 2010. Toutefois, pour surveiller les réformes dans un pays loin d'être sorti d'affaires, le groupe d'experts européens restera sur place au moins deux ans.

Comme prévu, le Fonds monétaire international a versé une nouvelle tranche d'aide à Athènes. D'un montant de 28 milliards d'euros, cette somme est composée de 10 milliards d'euros correspondant à une partie du premier plan de sauvetage décidé en mai 2010, et de 18 milliards d'euros supplémentaires. Quelque 1,65 milliard d'euros doivent être versés sans délais. Ce déblocage fait suite à la réussite du "PSI", le plan de restructuration de la dette grecque, finalisé le 8 mars.

De gros efforts restent à faire

Christine Lagarde, directrice de l'institution internationale a salué dans un communiqué les "immenses efforts" engagés par le pays pour juguler la crise, mais rappelle que les "défis auxquels la Grece est confrontée restent importants" avec un manque de compétitivité, une dette publique très importante et "un système bancaire sous-capitalisé".

En raison de ces difficultés persistantes, les quarante-cinq experts européens (la "Task Force), chargés de surveillés la mise en place des réformes resteront sur place au moins deux ans. Leur chef, Horst Reichenbach, a indiqué ce vendredi qu'il "reste beaucoup à faire" pour améliorer les conditions structurelles en Grèce et faire redémarrer son économie.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2012 à 16:56 :
les grecs continuent de vivre comme s'ils n,ont aucun probleme. c,etait une erreur de les avoir aide
a écrit le 16/03/2012 à 16:50 :
Avec une partie sans venant de France. C'est-à-dire de l'argent emprunté que devront rembourser ces "idiots de Gaulois".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :