Pour Mario Monti, les coupables de la crise de la dette sont l'Allemagne et la France

Le Premier ministre italien, Mario Monti, a déclaré mercredi que l'attitude dispendieuse de l'Allemagne et de la France au début des années 2000 était l'une des causes de la crise européenne d'endettement.
Copyright AFP - Pas sûr que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel apprécient les déclarations de Mario Monti
Copyright AFP - Pas sûr que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel apprécient les déclarations de Mario Monti (Crédits : AFP)

Mario Monti cherche des coupables. Et il les a trouvé : la France et l'Allemagne. Selon le Premier ministre italien, l'attitude dispendieuse à partir de 2003 des deux pays au coeur de l'Europe est l'une des causes de la crise européenne de la dette.

"Cette histoire commence en 2003, lorsque l'euro n'était encore qu'un bébé. C'étaient alors l'Allemagne et la France qui étaient laxistes concernant les déficits publics et les dettes", a-t-il expliqué lors d'un discours à Tokyo où il effectue une visite.

La responsabilité du Conseil européen

Mario Monti, qui a remplacé le magnat Silvio Berlusconi à la mi-novembre pour sauver la troisième économie de la zone euro qui menaçait d'être emportée par la tempête de la dette, a rappelé que le Conseil européen avait alors décidé de ne pas pénaliser les deux principales économies de la zone.

"Le Conseil européen, alors dirigé par l'Italie qui en occupait la présidence tournante, (...) a dit que contrairement à la proposition de la Commission européenne, (...) l'Allemagne et la France, ne seraient pas inquiétées malgré leur déficit dépassant les 3% du Produit intérieur brut", a-t-il souligné. A cette époque, Mario Monti était alors en poste au sein de l'exécutif bruxellois, en tant que commissaire chargé de la Concurrence.

Un modèle défaillant pour des pays comme la Grèce

"Bien sûr, si le père et la mère de la zone euro violent les règles, vous ne pouvez pas espérer (que des pays comme) la Grèce les respectent", a-t-il estimé. Comment blâmer les pays du "Sud" de l'Europe alors que les deux économies les pluis puissantes de la zone euro se montraient elles-mêmes laxistes ?

Pas sûr que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel apprécient cette analyse des causes de la crise.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 01/04/2012 à 22:29
Signaler
sûr que la rigueur préconisée par ces deux pays ne va pas relancer la croissance donc l'emploi aggravant encore la situation en france ! qui en parle ? ON SE TROMPE

à écrit le 01/04/2012 à 15:54
Signaler
pinochet et au pouvoir

à écrit le 01/04/2012 à 9:35
Signaler
La Grèce un pays qui a triché, falsifié ses comptes pour entrer dans l?Euro (grâce à Goldmann Sachs). Un pays dont les entreprises et les habitants aisés qui n?ont jamais payé leurs impôts et qui ont vécu à crédit depuis des dizaines d?années, vienne...

à écrit le 01/04/2012 à 4:20
Signaler
je pense qu'on a encore rien vu de la crise , d'autres arrivent dans très peu de temps , là ce sera le coup de grâce !! l'Europe explosera , c'est pas ce minable pare-feu de 800 milliards qui fera quelque chose! et si Marine Le Pen avait raison sans ...

à écrit le 31/03/2012 à 9:28
Signaler
Mario Monti ferait mieux de retourner chez Goldman Sachs!! La crise européenne et mondial fait suite aux déboires des crédits immobiliers américains dû a des groupes financiers peu scrupuleux chez qui il a travaillé pendant quelques années. Il est au...

à écrit le 29/03/2012 à 10:54
Signaler
Mario Monti est un néo-libéral. Point. Il n'est même pas élu, et il veut imposer aux Italiens, anti-démocratiquement, des solutions qui agréent uniquement les financiers. On en a pendu pour moins que ça.

à écrit le 29/03/2012 à 7:59
Signaler
Ce n'est pas tout à fait faux ce qu'il dit. D'après mes souvenirs, la France et l'Allemagne ont enfreints le pacte de stabilité un peu plus d'une dizaine de fois. Alors que la Grêce seulement 6 ou 7 fois. Pour l' Italie, leur budget est à l'équilibre...

à écrit le 29/03/2012 à 4:25
Signaler
Je me rappelle J.Chirac envoyant M.Raffarin faire un bras d'honneur a la commission europeenne, et demandant peu apres aux Francais de voter pour plus d'Europe lors d'un referendum. Sans surprise,il fut rejete.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.