Pourquoi l'Espagne vote Hollande

L'arrivée du socialiste au pouvoir laisse espérer un changement de cap au sein de l'Union Européenne, en particulier sur le rôle de la Banque centrale européenne. Nombreux sont ceux qui considèrent qu'une telle évolution est nécessaire pour éviter que le gouvernement Rajoy demande un sauvetage européen.
Mariano Rajoy, Premier ministre espagnol/Copyright Reuters
Mariano Rajoy, Premier ministre espagnol/Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Pour qui voterait Mariano Rajoy ? Le Premier ministre espagnol, conservateur, serait sans doute tenté par un vote à un "ami" politique, comme Nicolas Sarkozy, plutôt qu'à un socialiste. Pourtant, d'un point de vue stratégique, le choix de Rajoy ne peut se réduire aux affinités idéologiques. Son gouvernement applique coûte que coûte l'austérité préconisée par l'Union européenne (UE), mais les analystes considèrent que sans geste de l'UE, ces efforts seront vains. Preuve en est la recrudescence des tensions sur le marché de la dette alors que Mariano Rajoy a annoncé des économies de 27 milliards d'euros pour 2012 ainsi qu'une réforme des systèmes de santé et d'éducation afin de réduire les dépenses de 10 milliards d'euros.

Avec Hollande, la BCE pourrait prêter directement aux Etats

A l'inverse, le moindre geste de la BCE est interprété positivement. Le prêt de 1.000 milliards d'euros aux banques européennes avait ainsi réussi à détendre les "spreads" (écarts de taux) espagnols et italiens pendant plusieurs semaines. "Les réformes de 2012 porteront peut-être leurs premiers fruits en 2013. Alors la situation s'apaisera. Mais pour cela, il faut que l'Espagne tienne jusque là sans encombre. La BCE doit par son action garantir à l'Espagne un sursis auprès des marchés en 2012 en créant une confiance artificielle", préconise Daniel Pingarrón, chez IG Markets. Parmi les recettes avancées, figure la possibilité pour le superviseur de prêter directement aux Etats. Les propositions de François Hollande vont dans ce sens. Il plaide pour une révision des statuts de la BCE et pour la mise en place de politiques de croissance. Nicolas Sarkozy s'est finalement rallié à cette idée, mais sa fiabilité est mise en question.

Merkel seule aux manettes

Or, l'Allemagne est réfractaire à cette option. Et l'Espagne est convaincue qu'Angela Merkel est seule aux manettes de l'UE, la France ayant renoncé à jouer son rôle de contre-pouvoir au sein de l'Union. "Sarkozy a cédé sur tous les points à Merkel. S'il est réélu, il faudra qu'il se tienne à ce qu'il a proposé en campagne", prévient Pingarrón. Toutefois, "il se peut que l'arrivée de Hollande aide à recomposer les équilibres en place au sein de l'UE", avance quant à lui Calixto Rivero, journaliste au quotidien financier Expansión. Ce, d'autant plus que "l'Espagne essaie de faire retarder les objectifs de stabilité", précise-t-il.

La capacité de la France à imposer ses vues à l'Allemagne laisse sceptique de l'autre côté des Pyrénées. Néanmoins, le pouvoir d'influence de Hollande, s'il est élu, pourrait augmenter grâce aux échéances électorales de 2013 outre-Rhin. D'aucuns estiment que Merkel pourrait en effet avoir à c?ur de dialoguer avec Hollande pour prouver son ouverture d'esprit dans la perspective d'une grande coalition entre son parti (CDU) et les sociaux-démocrates allemands après les législatives de 2013. Mais rien n'est sûr d'autant que Merkel n'a pas daigné recevoir le socialiste pendant la campagne. Et Calixto Rivero d'avertir : "Si finalement l'arrivée de Hollande signe la rupture de l'axe franco-allemand, ce serait la fin des bribes d'équilibres qui demeurent encore en Europe".

Crainte des conséquences pour l'Espagne

Enfin, l'élection de François Hollande peut aussi susciter l'inquiétude. "Tout changement de parti en France créera de l'incertitude sur les marchés à court terme", rappelle Soledad Pellón, chez IG Markets. Les analystes espagnols craignent que le socialiste ne pratique pas assez l'austérité et que la situation de la France s'aggrave sur les marchés, ce qui se répercuterait négativement sur les spreads espagnols, peut-être jusqu'à des niveaux insoutenables.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 23/04/2012 à 9:31
Signaler
le président n'est pas un père Noel. il ne faut rien attendre d'un nouveau président. .nous allons tirer la langue et être de plus en plus ponctionnés, y compris avec Hollande.la crédulité est un fléau pour les raisonnements et donc pour la constru...

à écrit le 23/04/2012 à 8:45
Signaler
arrêtons de dire que machin est responsable et que bidule sera le sauveur.N'oublions pas que la crise en espagne ou ailleurs en europe n'est pas le fait d'une personne qui ne vit pas dans ce ou ces pays ,mais de la gestion des différents pays par leu...

à écrit le 22/04/2012 à 22:57
Signaler
Tant que le père noel se présentera aux elections, il sera élu ! Par contre, faut s'attendre aux 4 ans 11mois et 30 jours environ de retour de batons !!! mais tant qu'on vous promet le paradis, y a toujours des elceteurs pour y croire !!!

le 23/04/2012 à 12:19
Signaler
oui vous avez raison lyon 69

le 24/04/2012 à 0:02
Signaler
on l'a déjà eu le père Noel ... avec une capuche rouge, petit , hargneux ... et depuis 5 ans nous nous sommes tous rendus compte que ce n'était qu'un nain de jardin ...

à écrit le 22/04/2012 à 21:39
Signaler
MdR ! @LoL : 1) cela fait depuis 73 et non pas 81 que notre dette enfle ! merci de réviser vos cours d'éco. 2) il est prouvé, mathématiquement et par la Bourse que le marché français grimpe de près de 6% par an sous un gouvernement de gauche, alors ...

le 23/04/2012 à 11:32
Signaler
à Mic13006. A vous de réviser vos cours, la dette a explosée à partir de 81, et non à partir de 73, c'est ca la différence. Avoir des dettes pour un état n'est pas grave tout le temps qu'elles sont raisonnables, mais depuis Mitterand, et les autres, ...

le 23/04/2012 à 11:36
Signaler
LVMH, TOTAL et AREVA sont des entreprises privées, et n'appartiennent pas à Sarkozy, votre mauvaise foi n'a pas d'égal, et vous allez en manger du Holland, bon courage.

le 23/04/2012 à 12:47
Signaler
Je voulais écrire que le tertiaire ce sont les services offerts par les entreprises privées, et confondre ce marché avec le paiement des fonctionnaires est un non sens. Le privé crée des emplois et de la richesse, le fonctionnariat vole par la contra...

à écrit le 22/04/2012 à 20:44
Signaler
Hollande sera le Roosvelt du 21ème siècle! Crise des années 30: la France fait le choix de l'austérité, elle est affaiblie et se fait balayer. L'Angleterre, les USA et l'Allemagne celui de la relance, ils ont des économies remusclées.

le 22/04/2012 à 21:11
Signaler
Et avec quel argent ? Les USA de Roosevelt étaient très peu endettées, ce qui n'est pas le cas de la France d'aujourd'hui. Alors, avec quo iva-til faire sa relance ? En vous spoliant votre épargne et votre patrimoine, en vous appauvrissant davantage....

le 23/04/2012 à 8:05
Signaler
Soyez correct! Agressivité est l'apanage de ceux qui n'ont pas confiance en eux. La question n'est pas de savoir s'il faut juste de l'austérité ou une politique de relance. C'est celle de savoir à quel rythme il faut un retour à l'équilibre budgétair...

le 23/04/2012 à 12:03
Signaler
Pour que le pays retrouve son indépendance et la croissance encore faudrait il qu'elle retrouve l'indépendance de sa monnaie, et remettre en place l'étalon or en échange de billet de banque. L'euro vole les citoyens à cause de l'inflation, et c'est l...

le 23/04/2012 à 12:12
Signaler
à vido. C'est étonnant d elire qu'il faut faire des éconmies sans toucher à ce qui coute le plus cher et est le plus inefficace, par exemple l'éducation nationale, bastion ultra collectiviste qui diffuse sa propagande anti libéral aux enfants, et en ...

le 24/04/2012 à 0:00
Signaler
Libre a raison: je n'ai pas d'enfants et quand je vois comment ils sont éduqués (mal) cela me fait mal de payer plus que les autres pour leur éducation (les célibataires payent d'impôts plus que les couples avec enfants) !!! J'en ai marre, privatison...

à écrit le 22/04/2012 à 18:32
Signaler
Donc, si je comprends bien, tous ces dirigeants d'Europe du Sud veulent ruiner les épargnants par l'hyperinflation. A terme, il est clair que l'Euro va exploser : les pays d'Europe du Nord ne voudront pas, et à très juste raison, financer la gabegie...

le 22/04/2012 à 20:02
Signaler
Et que penser des pays bas , l'un de ses pays du nord qui lui non plus ne veut de l'austérité ... enfin majoritairement ....

le 22/04/2012 à 20:15
Signaler
Et oui, que voulez-vous, les Etats providences obèses explosent en raison de leur surcout qui ne peuvent être que financés par la dette. Vous en voulez encore plus. très bien. Mais ne venez pas vous plaindre quand vous ferez la manche devant la Tour...

le 23/04/2012 à 12:25
Signaler
+ 1 !! Tout à fait d'accord, et nous verrons les Hollandistes la mine bien triste une fois leurs espoirs disparus, je précise que cela a déjà été le cas avec Sarkozy. Sans liberté économique point d'avenir.

le 23/04/2012 à 14:53
Signaler
Ah les néo libéraux sont de retour. Vive le capitalisme débridé. Faut croire que vous devez très bien vivre de cela pour prêcher de telles âneries. Liberté économique ne veut pas dire "je garde tout pour moi et je laisse les autres crever dans le can...

le 23/04/2012 à 20:27
Signaler
à KCM67. Désolé pour vous mais la liberté, le principe de liberté, ne sont pas nouveau et ont toujours été, ils sont inaliénable à l'individu d'aprés nos valeurs. Nos valeurs sont celles de Monsieur Bastiat, penseur du dix-neuvième siècle français. V...

le 23/04/2012 à 23:50
Signaler
@Libre: blablabla de neoliberalisme bushiste de base ... qui a montré partout son inefficacité (sauf en Chine) ... Et ce pseudo libéralisme rêvé qui considère que les américains sont d'immondes bolchevistes ( dette USA 100% du PIB et sans services pu...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.