La récession grecque en 2012 plus importante que prévu : le PIB chutera de 5%

La Grèce verra son PIB chuter de "près de 5%" en 2012, soit plus que les estimations initiales, après un recul de 6,9% en 2011, a prévu mardi la Banque de Grèce dans son rapport annuel sur l'économie du pays.
le Parlement grec - Copyright Reuters
le Parlement grec - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La Banque de Grèce n'est pas très optimiste. Selon son rapport annuel sur l'état du pays, révélé mardi, la Grèce verra son produit intérieur brut (PIB) chuter de "près de 5%" en 2012, soit davantage que les estimations initiales. Maigre consolation : même si la récession a été revue à la hausse, elle sera toujours inférieure à celle de 2011 (6,9%).

Le 19 mars, dans son rapport annuel de politique monétaire, la Banque de Grèce avait prévu un recul du PIB de 4,5% en 2012, et donc une cinquième année consécutive de récession. Mais par rapport au 19 mars, elle a maintenu inchangée sa prévision de hausse du taux de chômage annuel à "plus de 19%" en 2012, contre 17,7% en 2011, année durant laquelle 300.000 emplois ont été détruits, selon la Banque.

Récession moins intense qu'en 2011

"La récession sera moins intense qu'en 2011 à condition que les mesures structurelles (négociées avec les créanciers du pays, NDLR) soient mises en place sans délai" a mis en garde la Banque dans son rapport. L'institution dépeint les autres ravages de la crise, affectant aussi les banques qui ont vu le total de leur dépôts chuter de "plus de 70 milliards" depuis le début de la crise entre la fin 2009 et février 2012, soit "l'équivalent d'un tiers du PIB".

Alors que l'on attend les détails sur la façon dont vont être recapitalisées les banques commerciales du pays, grâce aux 50 milliards d'euros d'aide prévus par les créanciers du pays dont 25 sont arrivés à la Banque de Grèce depuis la semaine dernière, "2012 devrait être une année de référence pour le reprofilage du système bancaire" en Grèce, se contente d'indiquer le rapport sans autre précision.

L'institution, qui fut gouvernée par l'actuel Premier ministre Lucas Papademos avant que celui-ci ne devienne vice-président de la Banque centrale européenne, prévoit aussi que le taux d'inflation en 2012 s'élevera aux alentours de 1,2%, et qu'il pourrait tomber "au dessous de 0,5%" en 2013.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 24/04/2012 à 13:30
Signaler
Je souhaitera svpi que les journalistes ne citent pas seulement des % de variations mais prennent le temps de donner des chiffres. Purée, de quoi et de combien parle t on? Le PIB de la Grèce c'est combien ou ce sera combien en 2012? Eh bien c'est 220...

à écrit le 24/04/2012 à 12:10
Signaler
Une fois Sarkozy parti, combien de temps encore attendre le départ de Merckel pour avoir une politique décente de relance avec un peu d'inflation quite à ce que les possédants et épargnants voient leur patrimoine un peu dévalorisé quand il ne fait qu...

le 25/04/2012 à 14:00
Signaler
Comme si l'UE, ce n'était que la France et l'Allemagne ! Réveillez-vous, nous avons 26 autres partenaires et s'il faut changer quelque chose dans les traités, c'est l'unanimité qu'il faut obtenir !!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.