Zone euro : le chômage grimpe pour atteindre 10,9%

 |   |  403  mots
Copyright Reuters - agence pour l'emploi espagnole
Copyright Reuters - agence pour l'emploi espagnole (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans la zone euro, le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s'est élevé à 10,9% en mars 2012, soit 169.000 personnes de plus qu'en février.

Le taux de chômage de la zone euro a atteint 10,9% en mars, indique ce mercredi l'institut officiel des statistiques européennes Eurostat. Ce chiffre marque une hausse de 0,1 point par rapport au mois pécédent. Sur un an, le taux de chômage a également augmenté d'un point puisqu'il était de 9,9% en mars 2011. Ce sont ainsi quelque 17,365 millions de personnes qui sont sans emploi dans la zone euro.

Dans l'Union européenne (UE), le taux de chômage s'affiche à 10,2% en mars, stable par rapport à février, et en hausse de 0,8 point apr rapport à mars 2011. Au total, Eurostat estime à 24,772 millions le nombre d'hommes et de femmes au chômage dans l'UE.

L'Espagne et la Grèce restent lanternes rouges

Parmi les États membres, les bons élèves restent l'Autriche, le Luxembourg et l'Allemagne qui affichent des taux respectifs de 4%, 5,2%, et 5,6%. Aux Pays-Bas, malgré la crise politique, le taux de chômage reste faible à 5,2%. En revanche, l'Espagne et la Grèce, dont les économies ne cessent de s'enfoncer, affichent des taux édifiants de 24,1% en mars pour le premier, et 21,7% en janvier pour le second.

Dans l'Europe à 27, sur un an, l'évolution n'a pas été la même partout puisque huit États membres ont vu leur emploi s'améliorer quand pour 19 États, la situation s'est détériorée. Sans surprise, ce sont encore la Grèce et l'Espagne qui ont accusé les plus fortes hausses gagnant chacune environ 7 points. Les améliorations les plus sensibles ont été, en revanche, notées en Lettonie, Lituanie et Estonie: les pays baltes onf vu leurs taux de chômage chuter de trois points en moyenne entre les quatrièmes trimestres 2010 et 2011, pour atteindre tout de même respectivement 14,6, 14,3 et 11,7%.

Les jeunes, toujours au coeur du problème

"En mars 2012, 5,516 millions de jeunes de moins de 25 ans étaient au chômage dans l'UE27, dont 3,345 millions dans la zone euro", rapporte le communiqué d'Eurostat. Cela correspond à un taux de chômage de 22,6%, alors qu'en mars 2011, le taux de chômage européen était de 21%. Dans la zone euro, ce taux se porte à 22,1%, en hausse de 0,5 point.

Comme pour le reste de la population, les taux les plus bas sont observés en Allemagne (7,9%), en Autriche (8,6%) et aux Pays-Bas (9,3%), alors que la Grèce et l'Espagne remportent encore la triste palme : en Grèce, ils étaient 51,2% à pointer au chômage, tandis qu'en Espagne ce taux est de 51,1% en mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2012 à 13:59 :
Nous nous approchons du record de F.Mitterrand (Fabius, Maurois etc) avec le programme commun,11,4%... Les ouvriers du secteur privé ne sont pas défendus, la preuve en est la différence salaires retraites reversion, garantie de l'emploi,la raison: une majorité de syndicalistes est Fonctionnaire, au privé de s'unir et de former un syndicat APOLITIQUE unique, comme jadis les métallos américains.
a écrit le 03/05/2012 à 8:04 :
Des jeunes, surtout Espagnol, Portugais, Grecs et Italien, hautement qualifiés quittent le vieux continent pour aller chercher fortune ailleurs et ainsi renforcer les économies de nos concurrents.
Ceci à cause d'un traité qui favorise les économies fortes de l'Union Monétaire aux dépens des économies faibles.
Le couple Franco-Allemand qui a imposé ces conditions aux autres pays de la Zone Euro a longtemps profité de ces accords, maintenant l'Allemagne reste seule à en profiter, la trahison de l'idée Européenne par Mitterand et Sarkozy par esprit nationaliste n'aura pas payé.
Il faut revoir les accords de façon à arriver à une plus grande convergence des économies de la Zone Euro. Ou alors faire marche arrière et revenir aux monnaies nationales. Ceci rapidement pour que cela se passe de façon controllée.
a écrit le 02/05/2012 à 21:11 :
C'est quoi l'Europe, chacun pour soi. Dans ce cas il faut mieux se dégager rapidement d'un carcan qui nous entrenne dans le fond.
a écrit le 02/05/2012 à 17:05 :
Cette Europe ne ferait-elle pas le lit des extrêmes droites?
a écrit le 02/05/2012 à 16:09 :
L'union des pays ne se décrète pas avec une monnaie mais par des conflits souvent violents dont elle n' ai que la conséquence. Donc l'euro est appelé à s'effondrer.
a écrit le 02/05/2012 à 15:16 :
L'Espagne et la Grèce restent lanternes rouges mais ne nous inquiétons pas, la France arrive. Toutes les conditions sont réunis pour cela : le système totalitaire marchand et la démocratie représentative, (qui représente en réalité 1% de l?électorat). Que revive la démocratie directe.
a écrit le 02/05/2012 à 14:42 :
Quand est ce que les français vont se mettre dans le crane que le chômage commence des 45 ans....et que rien est prévu pour les 45 à 55 ans!!!!
Réponse de le 02/05/2012 à 15:01 :
Vu qu'il débute également à 23 ans. Et qu'il reprend d'après vous à 45. Voilà le compte est bon. Bonne journée
a écrit le 02/05/2012 à 14:40 :
Il y a de plus en plus de laissés pour compte, de plus en plus de sans abri, de plus en plus de clochards, de plus en plus de malheureux. L'Europe s'enfonce dans la misère. C'est même une véritable hécatombe qui se prépare née de la mondialisation (d'après le livre super-idéaliste "les corps indécents"). Les jeunes dans la galère et les vieux dans la misère. Bonjour tristesse et bonjour désespoir. Quel gâchis !
a écrit le 02/05/2012 à 14:33 :
LA SEMAINE DE L'APNEE

La webradio AWI ne pouvait rester ni sourde ni muette face à l?évènement politique majeur qui conduira d?ici quelques jours les Français à élire leur prochain président de la République par le biais du suffrage universel.

En marge du débat entre les deux candidats en lice Nicolas Sarkozy et François Hollande mercredi soir, qui alimentera de nombreux commentaires bien au-delà du seul univers médiatique, AWI a souhaité livrer sa perception de l?ambiance qui prévaut aujourd?hui chez les électeurs, et revenir sur l?idée récente d?un pacte européen de croissance. Pourquoi ? Tout d?abord parce que cette idée rejoint les thèmes que nous avons abordés au cours des mois précédents, à la lecture d?études et d?analyses, sur la désindustrialisation, la politique d?austérité, la lutte contre dette et déficits, la compétitivité, le « made in France ».

Le 24 avril 2012, AWI proposait une chronique audio dont le titre faisait office de petite annonce : « Recherche démarreur pour moteur de croissance »


A quelques heures du débat qui doit avoir lieu entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, sans savoir ce qu?il en ressortira ni qui saura le mieux convaincre, cette chronique vise simplement à mettre l?accent sur l?impérieuse nécessité d?une détermination sans failles du prochain président et de son gouvernement. Pour qu?après le plongeon au fond de la piscine, les Européens et notamment les Français retrouvent confiance, reprennent espoirs et se sentent prêts à relever de nouveaux défis.

a écrit le 02/05/2012 à 13:57 :
Il y a quelques décénies tous les pays étaient indépendants ,avaient presque toutes les industries ,et , pour le profit d'une minorité ,on nous a imposé le mondialisme avec une Europe pour nous protéger ! L'Europe ,presque 500 millions d'habitants n'a plus d'industries ou beaucoup moins ,mais a beaucoup plus de milliardaires et énormémént de pauvres !
a écrit le 02/05/2012 à 13:52 :
Encore une dizaine d'années sans immigration et le probleme sera réglé !Mais , n'oublions pas aussi d'interdire tous salaires supérieurs à 500 euros/mois .
a écrit le 02/05/2012 à 13:20 :
L'Allemagne est notre partenaire le plus loyal , en matière d'échanges commerciaux.
On ne peut que les admirer pour la qualité de leur bonne gestion.
Créons de véritables richesses.cessons l'assistanat clientéliste.
Réduisons de manière DRASTIQUE , nos dépenses inutiles et couteuses
et les beaux jours reviendront.
L'axe franco-allemand est une chance pour l'Europe
a écrit le 02/05/2012 à 12:51 :
Il faut faire sortir l'Allemagne de la zone euro qui en plus d'imposer une austérité (certes inévitable), empêche l'Europe de jouer sur différents léviers comme une dévaluation de l'euro. Comment les autres pays de l'union européen peuvent-ils exporter avec 1 euro pour 1,31 dollars ? Sans une dévaluation, l'UE en aura pour 20 ans à s'en remettre avec une Allemagne qui ne partagera pas son gâteau préférant injecter des milliards de temps en temps.
a écrit le 02/05/2012 à 12:21 :
Zone euro = zone zéro. L'Europe, lanterne rouge d l'humanité est incapable de soigner ses maux. Qui en sont les victimes? C'est bien la jeunesse. C'est quoi, un massacre de grande ampleur à la Causescu?
Réponse de le 02/05/2012 à 16:52 :
La volonté dictatorial de rechercher toujours plus de croissance s'apparente de plus en plus à un génocide.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :