La BCE devrait à nouveau revoir ses prévisions de croissance à la baisse

La Banque centrale européenne pourrait abaisser ses prévisions de croissance pour la zone euro en juin, selon Luc Coene, gouverneur de la Banque de Belgique et membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, qui ajoute que la BCE pourrait encore réduire ses taux d'intérêts.
Copyright Reuters - Le siège de la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort
Copyright Reuters - Le siège de la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort (Crédits : REUTERS)

La Banque centrale européenne (BCE) devrait une nouvelle fois abaisser ses prévisions de croissance pour la zone euro en juin et elle pourrait encore réduire ses taux d'intérêt si nécessaire, a déclaré Luc Coene, membre du conseil des gouverneurs de la BCE. La BCE doit annoncer le mois prochain ses nouvelles prévisions. Début mars, elle avait dit anticiper pour cette année une évolution du produit intérieur brut (PIB) comprise entre -0,5% et +0,3%. Pour 2013, elle voit le PIB évoluer entre la stagnation et une croissance de 2,2%.

"A mon avis, il n'y aura pas une grande différence par rapport aux prévisions de mars - peut-être une légère détérioration mais rien de fondamental", déclare Luc Coene, également gouverneur de la Banque de Belgique, dans un entretien publié par le Financial Times. Les données du PIB du premier trimestre qui seront publiées mardi devraient montrer que la zone euro est retombée en récession. Le gouverneur de la Banque de Belgique a également dit ne pas voir de risques inflationnistes cette année, ajoutant que, si la situation devait évoluer, les mesures non-conventionnelles prises par la BCE pour endiguer la crise n'étaient pas un obstacle à une hausse taux d'intérêt. "Inversement, nous n'avons pas, à mon sens, atteint le seuil zéro (en matière de taux d'intérêt)", dit-il, ajoutant que la BCE avait encore d'autres outils de lutte contre la crise à sa disposition.

Les taux d'intérêt de la BCE sont à un plus bas historique de 1,0% et l'institut d'émission a injecté plus de 1.000 milliards d'euros dans le système financier via deux opérations de refinancement à trois ans en décembre et en février. D'après Luc Coene, les mécanismes de protection dont dispose la zone euro sont appropriés même si la crise de la dette devait se détériorer. "Je crois qu'ils sont suffisants pour le moment et je suis assez confiant dans le fait que, si les circonstances montraient qu'il faut faire plus, il y aurait plus."

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 15/05/2012 à 10:09
Signaler
changement de titre : La BCE devrait à nouveau revoir ses prévisions de récession à la hausse !

à écrit le 15/05/2012 à 7:35
Signaler
Que la BCE fasse son enquete sur l'utilisation de l'argent par les banques. L'economie dans la réalité s'écroule. Le robinet est fermé pour les particuliers, pour les PME, Artisans etc...

à écrit le 14/05/2012 à 16:30
Signaler
quand on voit à quoi servent nos impôts il y a un sacré ménage à faire du côté des mains tendues d' ici et d'au delà . Poste principal : la fonction publique qui a été multipliée par 5 en 50 ans avec un accoissement de 0,5 de la population !!! La g...

à écrit le 14/05/2012 à 14:38
Signaler
Pour parler de croissance, on peut prendre l'exemple d'un nourrisson qu'on oublie de nourrir par manque de moyens; croîtra t-il ? Comment et avec quelles carences inéluctables?

le 14/05/2012 à 19:59
Signaler
Ce ne serait pas plutôt un vieillard grabataire?

à écrit le 14/05/2012 à 13:00
Signaler
C'est la théorie de Madame Soleil qui révise ses prévisions chaque semaine !

à écrit le 14/05/2012 à 12:24
Signaler
Comment peut-il y avoir croissance quand on croule sous les impôts ? Il faut être complètement cinglé pour entreprendre dans ce pays au regard des charges et des taxes qui s'accumulent sans cesse. En plus la réussite est punie par l'ISF. Dans ces con...

le 14/05/2012 à 12:40
Signaler
Moi je serai content d'avoir à payer l'ISF! Plus j'en payerai pls je serais heureux. En ce moment je dois men contenter du RMI!

le 14/05/2012 à 13:02
Signaler
Avec ce type de raisonnement idiot, on ne va pas très loin, si je je au rmi signifie que l'on est un assisté, tandis que la patron qui se plaint de la lourdeur du système est un chef d'entreprise qui ne dit pas si j'étais au rmi !

le 14/05/2012 à 13:18
Signaler
Eric a raison et je rajoute : seules les personnes qui ont créé une entreprise en France peuvent témoigner. Les autres sont incompétents pour juger.

le 14/05/2012 à 13:40
Signaler
Exact, il faut être chef d'entreprise en France pour savoir ce que représente la charge fiscale.

le 14/05/2012 à 14:27
Signaler
Hum.... le Royaume Uni a une fiscalité plus légère que celle de la France (avec des impôts sur les sociétés plus faibles) et son économie ne se porte pas mieux. La plupart des pays africains ont une fiscalité légère, ce ne sont pas les pays les plus ...

le 14/05/2012 à 15:49
Signaler
De toute façon c'est tout le temps la même chose, les scandalisés riches se sentent "puni" parce qu'ils payent des impôts (comme tout le monde au %), donc ne propose que deux choix: ne plus payer d'impôt du tout ou partir et ne pas en payer... donc d...

le 14/05/2012 à 18:20
Signaler
@vido Le problème pour les entreprises c'est que la compétition est mondiale. Les charges et les impôts en France sont bien trop lourdes comparées à celles des pays émergents. Ce qui fait que la croissance existe pour les pays émergents mais plus po...

le 15/05/2012 à 0:04
Signaler
Mais c'est complètement insensé de vouloir faire de la compétition sur la rentabilité à la Chine. Plus la droite nous emmène dans ce chemin, plus le niveau de vie des français s'approche de celui des chinois. Et puis le chinois n'est même plus compét...

le 15/05/2012 à 2:10
Signaler
Mais la mondialisation inclut la Chine mon cher @yurf. Les chinois sont capable de produire à peu près tout ! Même de fausses antiquités, des légumes et du vin qu'ils exportent à des prix cassés. Dés lors pour nous avec des impôts, des taxes et des...

le 15/05/2012 à 8:03
Signaler
Mais on a la même analyse, par contre vous ne croyez pas qu'il est possible de remettre en cause ce système. Qui est pourtant ubuesque: on nous dis qu'il faut être compétitif car c'est le coeur du libéralisme, c'est d'ailleurs pour ça qu'on a grand o...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.