Les Grecs sont en colère contre Christine Lagarde

 |   |  538  mots
Christine Lagarde/ Copyright AFP
Christine Lagarde/ Copyright AFP (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La directrice du Fonds monétaire international (FMI), dans un entretien dans la presse britannique, a tenu des propos critiques à l'égard des Grecs, qui ont entraîné une importante réaction via Internet.

La réputation du Fonds monétaire international (FMI) en Grèce, qui n'était déjà pas bonne en raison des mesures d'austérité imposées en échange d'une aide, n'est pas prête de s'améliorer. Les propos de Christine Lagarde, sa directrice exécutive, rapportés par le quotidien britannique The Gardian ont mis le feu aux poudres, considérés par Athènes comme désobligeants.

10.000 commentaires sur la page Facebook

Dimanche, les Grecs ne décoléraient pas et continuaient d'exprimer sur internet leur profond désaccord avec les propos de la patronne du FMI Christine Lagarde qui ont suscité plus de 10.000 commentaires sur sa page Facebook et la création d'une page intitulée "Les Grecs contre Lagarde". Dimanche après-midi, la page "Les Grecs contre Lagarde" a été ouverte, une page "à travers laquelle le créateur explique vouloir "montrer le mécontentement de la nation contre Lagarde".

Dans un entretien publié samedi par le quotidien britannique The Guardian, Mme Lagarde a estimé qu'ils devraient "commencer par s'entraider collectivement" en payant leurs impôts, se disant moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d'Afrique. "Personne ne devrait humilier un peuple quand il connaît une crise", a rétorqué Evangelis Venizelos, le leader du parti socialiste grec, le Pasok.

Baisse des salaires et des pensions

Les commentaires, écrits dans un style plus ou moins châtié, ont depuis répondu au message de conciliation qu'elle a adressé à la Grèce sur sa page Facebook pour calmer le jeu. "Vous devriez dire ça aux proches des 3.000 Grecs qui se sont suicidés, et au million de chômeurs", lance un internaute qui écrit sous pseudonyme.

De très nombreux internautes ont relayé les difficultés rencontrées dans un pays marqué par quatre années de récession et de réformes draconiennes dictées par le FMI, l'UE et la BCE en échange de prêts visant à éviter la banqueroute au pays. Ces mesures se sont notamment traduites par des baisses de salaires et des pensions.

"Mon mari et moi sommes des retraités de la fonction publique. Evidemment, vous ne serez pas surprise si je vous dis que nos pensions ont été amputées d'environ 500 euros, qu'on paie une taxe d'habitation exorbitante, que nous payons nos médicaments parce que la sécu ne nous couvre plus et que nous devons soutenir notre fille au chômage", témoigneChristina Tsekoura.

Les Grecs doivent choisir leur avenir le 17 juin

"Ce que vous ne savez pas (...) c'est que ma famille ne doit pas un seul euro aux impôts, ni à une agence publique ni à la banque, en Grèce ou à l'étranger. Nous sommes constants dans nos obligations", ajoute-t-elle.

Les propos de Christine Lagarde, ont pris un écho particulier dans un contexte où les Grecs doivent choisir leur avenir à l'occasion de la tenue de nouvelles élections législatives le 17 juin après l'impossibilité de dégager une majorité susceptible de gouverner le pays. Les électeurs se sont portés sur des partis qui rejettent la politique d'austérité imposée par les bailleurs de fonds.Un scénario de sortie de l'euro est de plus en plus envisagé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2012 à 11:26 :
Les bons conseils de la Reine Christine... Mais bon, comme on espère être sortis de l'abîme par les irresponsables nous y ayant conduit... Pour mettre tout le monde d'accord sur la capacité de cette personne a regler le problème voici un petit florilège de ses déclarations depuis 2007:

17 août 2007, dans "Le Parisien"
"Ce n?est pas un krach (...) Nous assistons aujourd?hui à un ajustement (...) une correction financière, certes brutale mais prévisible."

5 novembre 2007 sur "Europe 1"
"La crise de l?immobilier et la crise financière ne semblent pas avoir d?effet sur l'économie réelle américaine. Il n?y a pas de raisons de penser qu?on aura un effet sur l'économie réelle française."

10 février 2008, au G7 au Japon
"Nous ne prévoyons pas de récession dans le cas de l?Europe."

15 mai 2008 sur "Europe1"
"Vous accueillez ce matin un ministre de l'Economie qui se réjouit et qui jubile, pour tout dire. Je suis surtout très contente pour notre pays (en raison de la révision à la hausse de la croissance pour 2007) (...)En revanche, les prévisions européennes des déficits de la France sont outrageusement pessimistes."

16 septembre 2008, conférence de presse
" (La crise aura) des effets sur l'emploi et sur le chômage (pour l?heure) ni avérés, ni chiffrables."

10 mai 2010 sur "Europe 1"
"Nous avons décidé d'envoyer un signal extrêmement fort aux marchés pour protéger l'euro. Je suis convaincue que le mécanisme va fonctionner."

25 juin 2010
"La notation de la France est triple A stable, il y a d?autres triples A qui sont moins stables, je regarde de l'autre côté de la Manche par exemple. Elle n?est pas menaçée."

8 juillet 2010,rencontres économiques d'Aix-en-Provence
"À la question « Est-ce qu'on est ou non sorti de la crise?",j?ai répondu en anglais au Forum de Saint-Pétersbourg "We are in the middle of the beginning of the end" et je pense qu'on en est probablement là.

9 juillet 2010
"Je suis convaincue que la France va conserver sa note AAA."

19 décembre 2010, dans "De Tijd"
"Une restructuration de dette n'est pas à l'ordre du jour au sein de la zone euro"

25 janvier 2011, au Forum de Davos
"L'euro a franchi le cap, et la zone euro a désormais le pire de la crise de la dette derrière elle."

13 février 2011, dans "Der Spiegle"
"Vous faites fausse route. Tant que je serai dans ce poste, la France n'abandonnera pas ce statut. (le triple A)"

13 mai 2011
"Tous les clignotants sont au vert."

4 juin 2011, dans Télérama
" Protéger les faibles contre les forts, c?est l'essence du libéralisme."

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois visiblement...

a écrit le 29/05/2012 à 9:41 :
La vérité fait souvent mal à entendre ... Il faudrait peut-être réexpliquer aux Grecs l'intérêt collectif de payer ses impôts TOUT en supprimant les régimes spéciaux et autres cadeaux fiscaux inadmissibles en temps de crise car comment voulez-vous expliquer ça aux Grecs en sachant que de nombreux privilégiés passent aux travers ?
a écrit le 29/05/2012 à 9:21 :
Ni les grecs ni tous ceux qui fraudent le fisc, arnaquent, évadent leurs capitaux, ni les fonctionnaires et technocrates internationaux qui non seulement sont responsables (et certains coupables) de la crise financière mais qui en plus bénéficient de salaires et d'avantages mirobolants pour des compétences et une efficacité à démontrer ...sans compter que ces gens là tenez vous bien ...ne paient pas d'impôts compte tenu de leur statut de fonctionnaires internationaux.
Réponse de le 29/05/2012 à 11:08 :
c'est vrai ça comment ces nanars de technocrates internationaux ou nationaux d'ailleurs peuvent ils donner des leçons même si ces leçons sont méritées? Les grecs sont des truands, en tout cas un bon nombre d'entre eux et pas des moindres, et non seulement il faut leur donner des leçons et des coups de pieds au cul mais il faut saisir tous les biens publics (et privés en ce qui concerne la dette privée) dans le cas où les grecs ne paieraient pas ce qu'ils doivent. En d'autres temps, c'était la guerre et les bombardements.
Réponse de le 30/05/2012 à 15:45 :
Eh bien Oui, vous avez tout compris; avec les socialistes nous irons un peu plus vite vers une vraie crise, mais pour ceux qui ont du patrimoine liquide (donc qui peut être placé où ils veulent et quand ils veulent) ce sera moins dur que pour les autres. Il ne faut cependant pas s'en réjouir.
a écrit le 28/05/2012 à 23:20 :
Ceux qui paient des impôts ou ceux qui ont peur d'être rappelés à l'ordre? En Grèce par exemple les voies du seigneur semblent impénétrables à l'impôt! Et les armateurs mettent les voiles dès qu'on les évoque!!
a écrit le 28/05/2012 à 23:09 :
Mme Lagarde a sans soute raison .Mais il ne serait pas stupide qu'elle donne l'exemple ,en payant elle même des impots sur ses revenus ,sans doute mérités ,mais très substantiels!
Réponse de le 29/05/2012 à 10:56 :
on pourrait faire un rappel sur ce qu'a touché DSK, qu'en pensez vous ? comment ? ça tousse dans votre section ? Si j'osai, mais oui, mais oui et aussi les députés européens, ça tousse toujours ?
a écrit le 28/05/2012 à 23:04 :
Pour sauver la France, il nous faudrait un scénario à l'italienne, que Trichet remplace Hollande pour faire un grand plan d'activité.
Réponse de le 29/05/2012 à 11:30 :
attention, je ne suis pas sur que d'abandonner la démocratie ce soit une solution et sans élections.....les technocrates qui vont sauver l'europe ????????? et Trichet il n'avait pas vraiment vu arriver le Crédit lyonnais d'accord c'était il y a longtemps
a écrit le 28/05/2012 à 23:02 :
Entre les deux je préfère Trichet, car Lagarde ne garde rien...
a écrit le 28/05/2012 à 21:54 :
j'imagine que quand la Grèce est entrée dans l' europe les mêmes ne payaient pas leurs împots...mais là personne n'a rien vu ou ont ils fermé les yeux? dans les deux cas incompétences graves. aprés 4ans de mesures drastiques la dette explose encore plus ... grande compétence du FMI et autres grands experts......grande idée, nous allons hierarchiser les malheurs ceux responsables et ceux qui le sont moins ou pas du tout. les extrêmes montent partout mais nos chers experts qui manifestement ne sont que vaguement capable de comprendre les mecanisme de 29 ne savent plus quoi dire comme stupidité donc les grèques sont responsables , les enfants africains non....et quoi? ça c'est un projet......
Réponse de le 28/05/2012 à 22:52 :
Je suis tout à fait d'accord avec Monsie, il a raison !!
Réponse de le 29/05/2012 à 10:58 :
encore une fois, ça suffit de vous en prendre aux grecques, elles n'ont rien à voir si leurs hommes, les Grecs sont des gros filous de l'impôt. Vivement que les 60 000 enseignants arrivent, ça devrait permettre de faire la différence entre les Grecs et les Grecques.
a écrit le 28/05/2012 à 21:41 :
On veut bien être patient, généreux, conciliant, on peut même faire l'effort d'apprécier l'humour grec, mais là, ils commencent à nous les briser menu, façon hachis.
a écrit le 28/05/2012 à 20:33 :
Alors c'est pour quand le prélèvement à la source comme pour les montants qui vont aux caisses de retraite, chômage, santé. Ça a l'air difficile de faire confiance aux sociétés? Oui il faudrait alors mieux partager le résultat du travail!
a écrit le 28/05/2012 à 19:55 :
Pensez-vous, comme Christine Lagarde, que les Grecs ont une part de responsabilité dans leur situation ?
Le Figaro. FR
Publié le 27/05/2012 à 17:36 | Votants 46541
Oui.
92.89%
Non
7.11%
Réponse de le 28/05/2012 à 20:30 :
la faute incombe aux gestionnaires de la grece et aux riches grecs qui ne payent pas leurs impots quant au peuple il subit les erreurs de la mauvaise gestion du pays.
Réponse de le 28/05/2012 à 20:43 :
oui
Réponse de le 28/05/2012 à 21:36 :
Le peuple grec qui subit ? Ils n'ont donc jamais rien touché, aucune alloc, aucune subvention, pas le moindre euro "gratuit" ? Le gag !
a écrit le 28/05/2012 à 18:34 :
depuis sa création, l?état Grec est en faillite continuelle. Alors vous pouvez chercher tous les coupables selon votre idéologie, vous ne changerez pas ce pays du jour au lendemain. Christine Lagarde n?a fait que dire ce que tout le monde y compris les Grecs savent mais que la langue de bois interdisait de répéter. Yia sou
a écrit le 28/05/2012 à 16:37 :
La vérité fait toujours mal
a écrit le 28/05/2012 à 16:12 :
Il est bien sûr plus facile pour Madame Lagarde de pointer du doigt le peuple grec, à tort ou à raison, que de remettre en cause les rouages et intérêts économiques qui sont à l'origine du problème grec.

Je ne me souviens pas avoir entendu madame Lagarde se plaindre des difficultés de recouvrement de l?impôt en Grèce et du danger de défaut lorsqu?il s?agissait de faire voter au parlement français des prêts énorme en faveur de ce pays. Mais peut être a cette époque ne savait elle pas qu?il y avait en Grèce des problèmes économiques.

On n'entendra probablement pas la directrice du FMI remettre en cause et demander des comptes aux banques et organismes politiques (non grecs) qui ont certifié les chiffres grecs pendant 20 ans, qui ont porté conseil sur l'émission de leur dette et qui ont tous fermé les yeux.

D'un autre coté il est vrai que Madame Lagarde n'a pas pour objectif d'être juste mais plutôt de satisfaire son employeur et ses actionnaires. Ce n?est pas le peuple grec au final qui décide de son avenir au sein des institutions internationales ?
Réponse de le 28/05/2012 à 20:17 :
@quelle démagopgue: c'est bien là le problème que personne n'évoque et qui est pourtant la source de nos problèmes: les politiciens qui ont pris les mauvaises décisions et ont fermé les yeux sur certaines pratiques qui les avantageaient...et qui maintenant veulent transférer la responsabilité de leur incompétence sur les gens qui n'ont jamais eu aucun pouvoir décisionnel !!!
Réponse de le 28/05/2012 à 20:47 :
elle a raison .c'est une verrité et il fallais la dire.
a écrit le 28/05/2012 à 15:48 :
Christine Lagarde est coutumiere du fait. Deja ministre de l'economie elle recommandait aux francais de prendre leur velo face a la hausse des prix du carburant.
Certe l'evasion fiscale est un probleme majeur en greve, mais ceux qui sont salaries et fonctionnaires payent des impots, quand les entrepreneurs essayent par tout les moyens de ne pas payer leur du. La faute en revient principalement aux hommes politique Grecs qui n'ont pas su lutter efficacement contre cette gangraine (et qui ne lutte toujours pas contre celle ci). Les fonctionnaires ont vu leur salaire divises par 2 quand leur pret immobilier restait au meme montant. Et que dire de Lagarde qui elle ne paye pas d'impot sur un revenu mensuel de 31 000 dollars...quand les fonds du FMI proviennent de nos impots.
Réponse de le 28/05/2012 à 18:36 :
En voyage en Grèce il y a 3 ans, un fonctionnaire nous disait lui-même qu'il avait honte que les 3/4 des fonctionnaires ne payaient pas leurs impôts ... L'économie grecque, faut-il le rappeler, est pour les 3/4 au noir ... Madame lagarde a malheureusement raison !!! Les grecs ne peuvent pas vouloir profiter d'un système sans en respecter les règles fondamentales.
a écrit le 28/05/2012 à 15:46 :
400 ans de COLONISATION turque ont laissé des traces ! La gestion du pays ressemble à celle des pays du maghreb où les riches font la pluie et le beau temps . Il faut voir les propriétés gardées par des vigiles armés accompagnés de molosses ...
Lagarde a raison de dénoncer le refus de coopérer du pouvoir qui fait semblant et empoche les aides .
a écrit le 28/05/2012 à 15:12 :
Bonjour ,
A propos de "dette" j'apprécierais d'être correctement informé sur le remboursement par l'Allemagne de l'argent et de l'or pris à la Grèce pendant la seconde guerre mondiale. Mme Merkel est ferme quand il s'agit de dette , n'est ce pas ? Alors qu'en est il vraiment ? La Tribune ne peut ignorer cela !
Bien à vous.
Réponse de le 28/05/2012 à 15:31 :
@germain, oui, la Tribune va également vous dire ce que l?ex URSSS a fait de l?or de la république espagnole dérobé pendant la guerre civile, ça vous va ? on peut rajouter toutes les prétendues demandes de compensation historique de dommages causées par les troupe napoléoniennes par exemple en Europe, en Prusse, en Autriche, en Russie et bien entendu en Espagne si avec tout ça on n?efface pas la dette de tous ces pays c?est qu?on ne vous a pas bien compris.
Réponse de le 12/06/2012 à 16:20 :
vous oubliez un peu le vol manifeste d un sac de coquillages fait par la tribu des Tappedurs à la tribu des Mamouthlaineux
C est un peu vite oublier l heritage des cro-magnons !! ....ok je troll un petit peu
a écrit le 28/05/2012 à 14:47 :
Les Européens n'ont pas de raison d'en avoir marre des Grecs, comme le dit Fox Ils ne demandent qu'à avoir une vie décente. Le problème, c'est la corruption des "élites" et le fait que les riches ne voient pas pourquoi ils devraient payer des impôts (les armateurs jouent avec la menace de délocalisation pour ne pas être imposés). Si les Européens doivent payer, ce ne sera pas à cause des Grecs mais à cause des banques françaises et autres européennes, dont il faudrait éponger les pertes à cause de leur cupidité car elles ne voyaient aucun inconvénient à faire des prêts à la Grèce pourvu qu'elles touchent ad eternam la rente des intérêts de la dette. Quant à l'austérité ignoble imposée aux Grecs pour essayer de sauver le fric des nantis, elle est considérée comme contre-productive par presque tous les économistes, de Krugman à Stiglitz et autres. La marche à suivre des Grecs consiste tout d'abord à voter pour Syrisa, avec la grande trouille de contagion que cela implique pour les nantis, puis à cesser de payer les intérêts de la dette, voire à faire défaut peu à peu sur celle-ci, tout en continuant à rester dans l'euro et en imprimant des masses de cette devise ce qui devrait faire réfléchir les ultralibéraux bornés de Berlin et de Bruxelles. Et si, à un moment quelconque, des banques françaises sont menacées de faillite, ce sera aux Français de refuser au gouvernement le droit de les sauver en nous ponctionnant. Après tout, la faillite n'est-elle pas inscrite dans la table des lois du capitalisme?
Réponse de le 28/05/2012 à 15:10 :
@MarcoPolo : il y a bcp de naivete dans vos propos. J'irai jusqu'a dire une forme d'ignorance averee.
Réponse de le 28/05/2012 à 15:34 :
Lisez un excellent confrère de la Tribune, les échos : Les Européens du Sud fortunés placent leur argent au Nord et surtout l?histoire d ce pauvre petit Grec de Niarchos obligé de planquer ses sept millions d?euros au Luxembourg. J?en ai encore les larmes aux yeux. A propos comment va François ?
a écrit le 28/05/2012 à 13:23 :
les grecs n'ont pas à être en colère. ils veulent le beurre et l'argent du beurre. les européens en ont marre.
a écrit le 28/05/2012 à 13:18 :
Le FMI est un groupe de personne économiquement parlant sont des financiers intelligent mais parfois ils se trompent personne n'est parfait seul l'âme est immortel et là au moins ils en sont en conscient c'est qu'ils se trompés sur la Grèce et d'autre pays vont venir.
a écrit le 28/05/2012 à 12:57 :
le problème les bankters ils sont au pouvoir.
a écrit le 28/05/2012 à 12:57 :
"Les Grecs devraient payer leurs impôts" a écrit Mme Lagarde. En fait, un mot, un tout petit adjectif, a disparu de son commentaire. Connaissant son amour des miséreux et des exploités, surtout s'ils portent Chanel et Prada, elle ne peut qu'avoir voulu dire: "Les Grecs riches devraient payer leurs impôts." Mais elle est pardonnable de cet oubli. Même les ultralibéraux de Bruxelles ne se sont pas encore aperçu qu'un armateur ou un pope est assujetti à l'impôt, non en fonction de sa richesse, mais selon son bon vouloir.
a écrit le 28/05/2012 à 12:50 :
Au lieu de s'en prendre à Mme Lagarde le vrai problème est bien la Grèce.Et oui la patronne du FMI à raison,les grecs ne payent par leurs impôts. Hormis les retraités et fonctionnaires à qui on a réduit leur revenus et augmenté les impôts personnes d'autre ben payent. Cela fait 15 ans que tous les gouvernements ont augmenté les dépenses pour contenter le peuple et n'ont pas fait les réformes fiscales. En 2008 ls France et l'Allemagne ont proposé d'envoyer des gens compétant pour mettre en place un systèmes économise budgétaire et fiscal ... Refus de tous les pays membre de l'UE ... On voit le résultat aujourd'hui. Alors oui les grecs ont raison de se plaindre mais pendants des années ils ont vécus largement au dessus de leur moyens.oui nous le aidons mais pourquoi continuer quand ils ne font pas les réformes structurelles. Alors nos amis grecs devraient demander à leur gouvernement une refonte fiscale profonde et taxer les prof lib, les armateurs, les sociétés etc etc au lieu de s'en prendre au FMI
a écrit le 28/05/2012 à 12:09 :
Je suis d'accord avec vous. Le peuple Grec a choisi son gouvernement suite a des élections comme la plupart des pays démocratiques et souffre de cette gestion désastreuse. De ce fait, je pense qu?il faudrait revoir les différentes élections, rien ne nous dit que l?on ne sera pas dans la même situation dans les prochaines années. Nos politiques sont responsables de leurs actions et ne sont pratiquement jamais jugés responsables de celle-ci. Travaillent-ils vraiment pour l?intérêt général ou leurs propres intérêts ou encore l?intérêt de personnes encore plus influentes. Aux élections, nous avons toujours de belles promesses qui ne sont pas souvent tenues, juste ce qu?il faut pour que ces chers politiques arrivent au pouvoir. Oui je plains le peuple Grec qui s?est fait berner par ses politiciens avares et véreux soif de pouvoir mais attention nous avons peut être les mêmes chez nous que ce soit de droite comma de gauche?. A méditer ? révolution??1789 n?est pas si loin afin de mettre fin à ces démocratie dictatoriale du « faites ce que je dis mais pas ce que je fais? »
a écrit le 28/05/2012 à 11:10 :
Et qui paye vraiment ses impots en France ? seul un français sur 2 en paye . Et sur ces 50% , une bonne partie , les plus riches , beneficient de niches fiscales qui coutent cher à la société , pendant que d autres payent plein pot ( en gros le celibataire sans enfant avec un salaire " moyen " ) . 100 milliards de niches , et sans compter les aides directes aux entreprises , les secteurs subventionnés ( cinema ) . Tiens 100 milliards , ce qu il nous manque pour etre à l equilibre .

Impots progressifs pour tout le monde , plus de niches . 100 milliards de recettes annuels en plus . Un impot juste . La moitié au moins affectée à une baisse des charges , 25 par an au desendettement et le dernier quart à des projets d investissements d'avenir .
Réponse de le 28/05/2012 à 11:31 :
@arkoo : c'est la Grece qui vient quemander de l'argent. Ne vous trompez Nikos ... euh arkoo.
a écrit le 28/05/2012 à 10:25 :
bravo madame LAGARDE, a dans cinq ans comme candidate à la présidentiel,mais à titre privé et non, comme représentante d'un groupe politique
Réponse de le 28/05/2012 à 11:56 :
Mme Lagarde devrait se faire adopter comme citoyenne grecque, ainsi elle paierai ses impots en Grece, y comprit sur ses revenus au FMI exonéré abusivement et de façon arrogante.
a écrit le 28/05/2012 à 10:24 :
Initialement , on nous l'a présentée comme un petit génie , comme un choix pertinent
pour le FMI . On a seulement occulté trois faits.
Cette juriste de bon niveau a aussi une grande qualité (pour une française ) elle parle couramment anglais et américain . On a oublié que ce n'est pas une économiste.
On a également , à l'époque , "oublié" que c'était une grande gaffeuse .
Enfin , et surtout , on jeté un voile pudique sur la forte probabilité qu'elle soit mise
en cause par la Cour de Justice de la République dans l'affaire des 420 M? "donnés" à M.Tapie . Elle était le seul échelon responsable avant M.Sarkozy...
Réponse de le 28/05/2012 à 11:30 :
@Tousofns : Madame LAGARDE est innocente ! Si vous aviez fait du droit, vous auriez su que la procédure d'arbitrage à laquelle elle a eu recours est légale. A moins que vous ne remettiez en doute l'impartialité des juges de cette affaire ?
a écrit le 28/05/2012 à 9:57 :
Bravo Mme Lagarde. Ce n'est pas humilier les Grecs que de ramener les choses à leur juste valeur, en les mettant face à leurs propres responsabilités. Je visite régulièrement la Grèce depuis 1975, et j'ai beaucoup de sympathie pour ce pays. Au fil du temps, j'ai mesuré (à ma très modeste place d'observateur dilettante), cette dérive laxiste et quasi généralisée faite d'un clientélisme omniprésent et d'une obsession hystérique de l'argent, comme rarement vue ailleurs.
Réponse de le 28/05/2012 à 12:10 :
C'est une question de culture, il en est ainsi dans la plupart des pays méditerranéen. Visiblement ce paramètre n'a pas été pris en compte lors de l'intégration dans l'UE de la Grèce, de l'Italie, de l'Espagne ou du Portugal. Il ne faut pas s'étonner que ça coince aujourd'hui... On ne change pas la façon de vivre d'un peuple façonnée sur des siècles.
Réponse de le 28/05/2012 à 13:27 :
Je partage tout à fait votre avis, et je dois dire que lorsque j'ai appris l'intégration de la Grèce dans la zone euro, je me suis inquiété de la pertinence de cet évènement : comme écrit dans mon précédent message, je connais assez bien la Grèce et nul n'était besoin à l'époque d'avoir des audits financiers de Golman Sachs ou autres pour évaluer la situation de ce pays. Le clientélisme transpirait partout avec des formes extraordinairement subtiles (cf les 700 "aveugles de la petite île de Zakynthos).
Puis j'avais mis cela sur le compte d'une volonté hardie de faire avancer l'Euro et l'Europe. En fait d'avancée, nous voici maintenant en pleine régression, avec de douloureuses épreuves pour une partie de ces populations !
Réponse de le 28/05/2012 à 19:50 :
L'histoire des 700 faux aveugles n'a rien de subtile. Que ces faux aveugles connaissent maintenant quelques épreuves douloureuses devrait leur donner un peu du bon sens qui leur a manqué jusqu'à présent.
a écrit le 28/05/2012 à 9:55 :
Les grecs n'auraient jamais du rentrer dans l'Europe vu le déficit qu'ils avaient déjà à l'époque. Un organisme privé de contrôle Budgétaire devait enquêter sur les chiffres que le gouvernement grec avait fournis. Deux pays se sont ouvertement opposés au nom de la souveraineté nationale : la France et l?Allemagne. Alors oui, les grecs sont responsables de leur déficit, leurs politiques en tête (application de mesures sociales et non imposition démagogique purement électoraliste) et doivent redoubler d?efforts pour redresser leur pays ou alors ils se cassent de l?Europe. Je vous rappel que les aides qui leurs sont versées c?est aussi votre argent et ceux des européens??Alors stop à l?hypocrisie, il y a des règles à respecter. Lagarde a eu raison de leur expliquer ce qu?est une nation responsable au sein de l?Europe. Les peuples ont certes des droits mais aussi des devoirs?..
Réponse de le 28/05/2012 à 11:23 :
Vous avez raison, mais l'indignation de la grande majorité des Grecs devant l'évidence formulée par la DG du FMI est humainement compréhensible. En revanche, il devrait se retourner plutôt contre leurs dirigeants de tous bords qui ont laissé cette situation se dégrader pour aboutir à cette crise avec la complicité d'une banque d'affaires américaine mondialement connue qui devrait également prendre sa part de responsabilité financière dans ce désastre. L'UE aussi a sa part de responsabilité en ne faisant pas les contrôles requis avant d'accepter la demande d'adhésion de la Grèce.
Réponse de le 28/05/2012 à 12:08 :
Je suis d'accord avec vous. Le peuple Grec a choisi son gouvernement suite a des élections comme la plupart des pays démocratiques et souffre de cette gestion désastreuse. De ce fait, je pense qu?il faudrait revoir les différentes élections, rien ne nous dit que l?on ne sera pas dans la même situation dans les prochaines années. Nos politiques sont responsables de leurs actions et ne sont pratiquement jamais jugés responsables de celle-ci. Travaillent-ils vraiment pour l?intérêt général ou leurs propres intérêts ou encore l?intérêt de personnes encore plus influentes. Aux élections, nous avons toujours de belles promesses qui ne sont pas souvent tenues, juste ce qu?il faut pour que ces chers politiques arrivent au pouvoir. Oui je plains le peuple Grec qui s?est fait berner par ses politiciens avares et véreux soif de pouvoir mais attention nous avons peut être les mêmes chez nous que ce soit de droite comma de gauche?. A méditer ? révolution??1789 n?est pas si loin afin de mettre fin à ces démocratie dictatoriale du « faites ce que je dis mais pas ce que je fais? »
a écrit le 28/05/2012 à 9:53 :
Madame Lagarde dit simplement que les grecs doivent se regarder dans un mirroir (non deformant). Tout simplement.
a écrit le 28/05/2012 à 3:51 :
C'est toujours le cas quand vous demandez a un debiteur de penser a rembourser ses dettes (ou par le moins, a arreter d'en faire) ; il le prend mal, et dit "je suis honnnete, moi Monsieur" ,"je vais vous rembourser, ne vous en faites pas !" bla bla bla...
Madame Lagarde a raison, le President du Pasok,qui doit faire au moins 500 livres..n'est pas vraiment un exemple de ce que veut dire se serrer la ceinture ! et il y a en Afrique, et ailleurs, des gens de meurent de faim....donc doucement Kamarad Venizelos...faites le menage chez vous! En Democratie, on appelle souvent l'Assemblee, le Congres...la diete !
Il y a des impots qui sont tellement difficiles a collecter en Grece que l'Administration les met sur la facture d'electricite ! Si vous ne les payez pas, on vous la coupe...comme disait Misss Bobitt !
Si l'Etat Grec par pure demagogie ou idiotie a accorde des avantages de pensions outranciers a des fonctionnaires ou autres...il convient de revenir sur ces contrats, et reduire absolument le train de vie de cette administration. Clarrissimo !
Plus on depense moins, moins le deficit est grand ! Plus on se sert la ceinture, moins on grossit ! Moins on grossit, plus vite on courre, plus on est fort ! Plus on est fort, moins on est socialiste !
Aux toutes dernieres nouvelles les partis de gauche/extreme gauche style Syriza Socialos et cocos...perdent du terrain dans les sondages et le centre , la droite, partis responsables souhaitant rester dans l'Europe avec la monnaie unique...sont en tete pour les legislatives du mois prochain !



Réponse de le 28/05/2012 à 9:10 :
Autant je suis en accord avec le début de votre discours, autant sur le fait que la droite est forte alors que la gauche est molle.... Je suis plutôt de gauche, mais une gauche digne et non angéliste. Et bien, croyez moi si tout le monde vivait à la spartiate comme moi, il n'y aurait pas de crise de la dette.
Cordialement,
a écrit le 27/05/2012 à 23:37 :
Il n'y a que la vérité qui blesse. Pour une fois que quelqu'un ose leur dire cette vérité en face!
Réponse de le 28/05/2012 à 10:43 :
@ cjesus : l'homme qui ne répond que par poncifs et proverbes beaufisants (sans doute un baby-boomer retraité nanti qui se la coule douce mais fait la leçon au reste du monde...).
a écrit le 27/05/2012 à 22:08 :
La grèce n'a rien à faire dans l'euro monnaie forte pour une économie exangue

elle doit sortir de la zone euro
Réponse de le 27/05/2012 à 23:38 :
Et à coup de sabot!
Réponse de le 28/05/2012 à 8:03 :
La France aussi.
a écrit le 27/05/2012 à 21:52 :
Ce qui est en cause ,c'est la responsabilité des peuples dans les actions de leurs politiques: et je crois qu'elle est totale:on ne peut lorsque l'on a pu exprimer des choix démocratiques, s'en détacher. Les grecs sont responsables des gabegies de la Grèce!
Réponse de le 27/05/2012 à 22:52 :
oui les dirigeant pas le peuple qui décide de rien
Réponse de le 27/05/2012 à 23:25 :
Voila encore la défense aveuglée de la veuve et l'orphelin. Que les dirigeants grecs n'aient aucune rigueur c'est bien clair. Que le peuple n'ait pas attendu d'avoir des dirigeants éclairé pour tricher et contourner les lois c'est une évidence. Les riches comme les moins riches. Le fisc fucking est une de leur spécialité depuis 40 ans. Alors Gigi cessez d'être naïve c'est pathétique. Interrogez vous surtout pourquoi la Grèce est entrée dans la communaute européenne en 1981 et pourquoi a moins de 11 millions d'habitants ils ont pu créer une telle dette ? Mme Lagarde a tout à fait raison de les pointer du doigt.
a écrit le 27/05/2012 à 21:25 :
Les prétendus "nécessiteux" grecs auraient dû y réfléchir avant et travailler avec acharnement, au lieu de voter pendant des décennies pour des politiciens corrompus qui leur versaient des subventions sociales indues. Ces larmes de crocodile sont infantiles et c'est un déshonneur national pour la Grèce de mordre la main qui l'aide. Le temps de payer le vrai prix du socialisme est venu et ceux qui se sont laissés séduire par ses mensonges rembourseront quoi qu'il arrive. D'ailleurs, certains Français feraient bien d'en prendre de la graine : le socialisme se paye toujours, tôt ou tard, par la pauvreté et la misère.
Réponse de le 27/05/2012 à 23:26 :
C'est tellement vrai.
Réponse de le 27/05/2012 à 23:43 :
Le jour où l'on verra en France des manifestations pour protester contre les votes des budgets avec déficits vous pourrez donner des leçons de civisme aux autres. Je vous rappelle que la France, via les parlementaires élus par le peuple, a voté pendant plus 30 ans des budgets en déséquilibre ie plus de dépenses que de recettes. Pour payer les allocations chômage, le remboursement des soins par la S.Sociale, le salaire des fonctionnaires, construire des écoles, des routes etc.
Réponse de le 28/05/2012 à 8:05 :
L'absence de manifestation ne veut pas dire que la population n'en pense pas moins. Il y en a qui bossent fort et qu'on voit jamais dans la rue, d'autres, toujours les mêmes, qui font les clowns dans la rue. Le temps est venu d'écouter les premiers et de laisser piailler les seconds.
Réponse de le 28/05/2012 à 8:05 :
C'est tellement vrai aussi.
Réponse de le 28/05/2012 à 10:10 :
Le problème serait donc la corruption.
Qu'on balance tous les banksters qui se font de fric sans travailler et tous les politiciens véreux. La construction des prisons donnera du travail à tous les Grecs.
Réponse de le 28/05/2012 à 10:42 :
Si l'on revenait aux taux d'imposition pratiqués en 2000, le budget de la France serait en excédent (source : Les Echos). Mais la drouate a volontairement plombé les déficits pour mieux faire passer ses "réformes" rétrogrades (technique dite du "Starve the beast"). Merci les idéologues de droite, une fois encore.
Réponse de le 28/05/2012 à 19:59 :
Voilà un raisonnement digne d'une caisse percée ! Si les taux d'impositions étaient restés ce qu'ils étaient en 2000, les budgets publics seraient quand même en déficit car le PIB aurait décru au lieu de se maintenir. Vous ne croyez quand même pas qu'on va continuer à bosser au maximum dans un pays qui spolie la majeure partie de ce qu'on produit. Il faut arrêter de rêver : on ne peut pas avoir à la fois le beurre, l'argent du beurre, la crémière, le crémier...
Réponse de le 29/05/2012 à 10:09 :
@Manif il ne vous reste plus qu'à aller manifester votre mécontentement :) "Penser" c'est bien, "Agir" c'est mieux! Mais avant de descendre dans la rue je vous rappelle que moins de dépenses impliquent un Etat moins présent dans la vie de tous les jours, sécurité, soins, aide, construction, administration etc. Les hommes politiques ont très souvent choisi leur politiques en fonction des souhaits, implicites ou explicites, des citoyens. Ce qui nous arrive est donc justement mérité -_-
a écrit le 27/05/2012 à 20:55 :
A tous les aigris qui s'acharnent sur les grecs, je conseille de lire la réaction de ce jour de la présidente du MEDEF (qui n'est pas réputée pour être socialiste !), et qui explique où il faut chercher les responsabilités dans cette histoire, et quelle attitude il est désormais nécessaire d'adopter envers ce pays. Cela les aidera à mieux comprendre la situation. Enfin, je l'espère ...
[Parisot: "il est dangereux de s'adresser aux Grecs comme l'a fait Lagarde"]
Réponse de le 27/05/2012 à 22:55 :
allez rechercher D S K il est disponible
Réponse de le 28/05/2012 à 8:41 :
Dangereux pour qui pour quoi?
Elle a dit ce que tout le monde pense tout bas
a écrit le 27/05/2012 à 19:43 :
Faut-il prendre au mot ceux qui repoussent les accords, solder les comptes et stopper les aides ou s?acharner à soutenir, quitte à risquer une plus lourde chute ? L?ébullition irrigue ces contrées en peine de solution assimilable. Planche de salut ou billot terminal : le choix se fait à l?aveugle, guidé par les éclats des braillards. Cf. http://pamphletaire.blogspot.fr/2012/05/ruine-de-la-grece-en-kit.html
a écrit le 27/05/2012 à 19:31 :
Christine Lagarde n'a pas eu tort de dire leurs quatre vérités aux Grecs, elle aurait pu être plus diplomate. Les Grecs n'ont pas tort d'être indignés mais se faire renflouer en votant pour l'extrême droite n'est pas le moyen d'être pris au sérieux.
Ce qui est plus grave c'est que le soutien à la Grèce, considérable, aurait été bien utile à une politique de relance réelle, c'est à dire en soutien d'une réforme structurelle et d'investissements productifs.
a écrit le 27/05/2012 à 19:17 :
Les Grecs devraient plutôt être en colère contre ceux de leurs compatriotes qui n'ont pas payé d'impôts, contre leur administration qui n'a pas de cadastre, donc pas d'impôts fonciers, contre le trop grand nombre de leurs députés, contre tous ceux qui les ont menés dans la situation dans laquelle ils sont après avoir triché lors de leur adhésion à l'Euro. Critique bien ordonnée ...
Réponse de le 27/05/2012 à 20:08 :
Tout le monde le sait mais on vit dans une société ou il faut être politiquement correct. On ne peut pas dire chaud ou froid mais "cet objet a une tendance à être plutôt tiède tout en gardant une certaine fraîcheur"... Tous des faux-c...ls.
Réponse de le 27/05/2012 à 20:24 :
A propos de cette suggestion de balayer devant sa propre porte, un pays comme la France qui équilibre son budget avec autant d'emprunts que d'impôts est très mal placé pour donner des leçons de bonne conduite en matière de recouvrement d'impôts à qui que ce soit.
Réponse de le 27/05/2012 à 23:32 :
Ce n'est pas parce qu'on est dirigé par une bande d'énarques inoperationnels et dépensiers qu'à titre individuel on ne pourrait pas avoir une opinion rigoureuse et étayée par le bon sens. N'est ce pas Rutabaga ? Ou dois je écrire Ratatouille.
a écrit le 27/05/2012 à 19:16 :
Les gens qui vivent dans le confort financier et matériel ne peuvent pas comprendre les difficultés que subissent les plus nécessiteux
a écrit le 27/05/2012 à 19:15 :
Mais c'est vrai que le gouvernement grec aurait dû faire payer des impôts à l'Eglise et aux riches au lieu de faire supporter l'austérité aux plus pauvres !!!
Réponse de le 27/05/2012 à 19:36 :
Renseignez-vous, le taux de recouvrement en Grèce est à peine inférieur à celui de la France, un peu plus de 40 %. Vous trouverez tous les graphes sur le blog les-crises de ce jour.
Réponse de le 28/05/2012 à 2:35 :
chiffres fournis gracieusement par l'administration grecques elle-même ?
Réponse de le 28/05/2012 à 3:39 :
@PaulDe: quand on parle de chiffres du gouvernement, on parle d'enfumage politique. Je n'accorde personnellemet aucun crédit à ce genre de chiffres.
Réponse de le 28/05/2012 à 10:39 :
@ Bastien : le taux de recouvrement de l'IR en France est de 98 à 99% (source Bercy), je ne vois donc pas (encore une fois...) de quoi vous voulez parler.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :