Moody's dégrade la note de banques allemandes et autrichiennes

Commerzbank et des banques régionales allemandes ainsi que Erste Bank, Raiffeisen Bank International (RBI) et Bank Austria en Autriche ont vu leur note dégradée par l'agence américaine Moody's mardi soir. Principale cause de cette décision: elles sont exposées à la crise de la dette en Europe.
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Couperet pour les banques allemandes et autrichiennes. L'agence de notation Moody's a abaissé la note de la dette d'une série de banques allemandes, dont Commerzbank et plusieurs banques régionales. Elle les avait mises en garde en février, alors qu'elle annoncer surveiller 114 établissements européens. A noter: la première banque allemande Deutsche Bank, elle aussi suivie de près, ne figure pas dans cette liste car elle fait l'objet d'un examen séparé.

Ces décisions reflètent "le risque croissant de nouveaux chocs émanant de la crise de la dette en zone euro", explique Moody's dans un communiqué publié ce mercredi. Commerzbank, la deuxième banque allemande détenue en partie par l'Etat, voit note de sa dette à long terme abaissée d'un cran, avec une perspective "négative". DekaBank, la banque coopérative DZ Bank, les Landesbanken LBBW et Helaba et la filiale allemande d'Unicredit ont toutes vu leur note abaissée également d'un cran. Le recul est de deux crans pour NordLB, tandis que la banque coopérative WGZ Bank a gardé sa note, mais elle est désormais assortie d'une perspective négative.

La crise financière en Europe de l'Est pèse sur les banques autrichienne

Les trois premières banques d'Autriche en prennent aussi un coup. Cette fois, ce sot les difficultés financières en Europe de l'Est qui en sont la cause. Moody's a en effet annoncé avoir dégradé trois banques du pays.Elle abaisse de deux crans la note d'Erste Bank (elle passe à A3) en raison de son exposition à la Hongrie et la Roumanie, deux pays qui croulent sous une forte dette. Bank Austria, filiale du groupe italien UniCredit, de son côté, passe à A3, soit un cran en dessous de sa précédente note en raison des difficultés rencontrées par sa maison-mère. Et RBI (Raiffeisen Bank International) cotée en Bourse et elle-même filiale de Bank Austria descend d'un cran à A2. Les deux premières voient leur notation assortie d'une "perspective négative".

De bons résultats

Pourtant, les trois établissements avaient fait état de bon résultats en mai. RBI avait annoncé avoir quasiment doublé son bénéfice net au premier trimestre, qui atteint 541 millions d'euros contre trimestre 270 millions d'euros au premier trimester 2011. Erste Bank avait enregistré au premier trimestre un bénéfice de 346,5 millions d'euros, par rapport à un bénéfice de 321,4 millions d'euros un an plus tôt. Quant à, Bank Austria, la filiale du groupe italien UniCredit a engrangé un bénéfice de 399 millions d'euros au cours des premiers mois de l'année, en hausse de 17% par rapport au premier trimestre 2011.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 06/06/2012 à 15:08
Signaler
Une odeur de roussi émane des intérêts allemands que le pays ne peut plus cacher. La source est la liaison désormais cassée mais en phase de démantellement entre les caisses d'épargne, les banques régionales et les banques dites généralistes ainsi qu...

à écrit le 06/06/2012 à 12:40
Signaler
L'Euro est mort faute d'avoir voulu changer les règles de la finance internationale et nos dirigeants politiques en sont entièrement responsables http://www.courtfool.info/fr_MES_le_nouveau_dictateur_Europeen.htm

le 06/06/2012 à 14:24
Signaler
retournons a nos monnaies nationales....comment vivait-on avant l'Euro ? Vive le Franc et la Peseta !

le 06/06/2012 à 16:54
Signaler
xixirella.... tu rêves !... on serait encore plus mal !!!!!!!!

à écrit le 06/06/2012 à 11:33
Signaler
les agences de notation bottent les fesses des états européens, pour que ces derniers comprennent la nécessité du fédéralisme européen !

le 06/06/2012 à 11:45
Signaler
Vous avez raison, il faut toujours plus de bureaucratie. Du grand n'importe quoi, tout simplement...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.