François Hollande et Mario Monti sur la même longueur d'onde

 |  | 422 mots
Lecture 2 min.
François Hollande et Mario Monti à Rome, le 14 juin 2012 - Copyright AFP
François Hollande et Mario Monti à Rome, le 14 juin 2012 - Copyright AFP (Crédits : AFP)
Après deux heures et demi d'entretien, les chefs d'État Français et Italien se sont accordés sur la nécessité de renforcer au plus vite les moyens de lutte contre la crise de l'Union européenne.

Ils sont tombés d'accord très rapidement. Le président français François Hollande et le chef du gouvernement italien Mario Monti ont convenu jeudi à Rome de la nécessité de renforcer, dès le Conseil européen prévu pour la fin du mois, les moyens de l'UE (Union européenne) afin d'enrayer la crise de la zone euro. A l'issue d'un entretien de deux heures et demie, le chef d'État italien a souligné la "très forte convergence de vues" entre les deux pays, au cours d'une conférence de presse donnée à ciel ouvert dans la cour du Palais Chigi.

Jugeant "très positivement" tout ce qui avait été fait jusqu'à présent, dont le plan d'aide aux banques espagnoles, il a souligné que cela n'était "pas suffisant" pour "mettre l'euro à l'abri des turbulences des marchés" et qu'il était nécessaire de "renforcer les points actuellement faibles du système".

Objectif croissance

Les deux dirigeants partagent l'idée de porter "une plus grande attention à la croissance", "ce qui ne signifie pas l'abandon ou une attention mineure à la discipline budgétaire", a insisté l'ancien commissaire européen. Le président français a abondé dans son sens et indiqué avoir adressé au président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, une feuille de route pour le sommet européen des 28 et 29 juin à Bruxelles recensant trois "principes : la relance de la croissance, l'accroissement de la stabilité financière, et le renforcement de l'Union économique et monétaire.

Concernant la question de la dette souveraine et el rétablissement de la confiance dans les pays les plus exposés, les deux dirigeants ont évoqué l'"émission commune de titres" obligataires à moyen terme, allusion aux euro-obligations auxquelles l'Allemagne est très rétive.

Une licence bancaire pour le MES ?

Selon une source diplomatique française, François Hollande a également suggéré d'étendre les compétences du futur Mécanisme européen de stabilité (MES) ou de lui accorder une "licence bancaire", afin de lui permettre de recapitaliser les banques en difficulté. "Il faut séparer le risque souverain du risque bancaire", a-t-elle commenté, "ça peut se faire d'ici à la fin de l'été".

Une prochaine rencontre aura lieu à Rome, le 22 juin,

réunissant de nouveau les chefs d'État français et italien, auxquels se joindront Angela Merkel et Mariano Rajoy. Objectif : "arriver à une contribustion à quatre sur une position commune" toujorus en vue de préparer le sommet européen de la fin du mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2012 à 17:49 :
François Hollande et Mario Monti sur la même longueur d'onde de la faillite !
Réponse de le 16/06/2012 à 12:26 :
L'Italie a mis en place un grand plan de privatisations qu'elle a accéléré et elle est presque à l'équilibre budgétaire. Elle a des entreprises qui exportent et moins de chômage que nous. Elle est en bien meilleure forme... ils vont générer 2 points de croissance, nous faisons du surplace à crédit...
a écrit le 15/06/2012 à 17:38 :
Français et Italiens ont une Haute idée de l'Europe et de la coopération européenne. La loi du plus fort est d'un autre âge, la dirigeante actuelle de l'Allemagne ne l'a pas encore vraiment compris.
Réponse de le 16/06/2012 à 22:08 :
C'est nouveau, depuis quand le faible triomphe ?
a écrit le 15/06/2012 à 16:59 :
Les Italiens, les Espagnols et les autres européens ne sont pas fous : leur alliance avec l'Allemagne riche est bien plus importante que les propositions idiotes d'une France désargentée. Discréditée et isolée en moins d'un mois par ce gouvernement de médiocres, la France n'a plus aucun moyen de peser dans le processus de décision européen. Pour éviter le défaut, la France a besoin de lever 250 milliards sur les marchés chaque année. Isolée, une attaque sur les taux français est inéluctable. Comment fera le gouvernement des médiocres lorsque les taux monteront à plus de 7% sous l'effet de la perte du soutien de l'Allemagne ?
Réponse de le 16/06/2012 à 21:25 :
En à peine un mois, Hollande a fait pire que Sarkozy en cinq ans (et à la fin il voulait sauver le navire ; il est devenu un vrai président à la fin) ; le bateau est au main d'un capitaine irresponsable mais qui veut faire du clinquant ; comme certains capitaines sur des bateaux de tourisme ; nous avons vu le résultat. La France va s'échouer sur la mégalomanie-dogmatique du pseudo-socialisme des bobos.
a écrit le 15/06/2012 à 16:24 :
Super, deux incapables qui tombent d'accord ; l'avenir de l'Europe est assuré ; courage Angela ; tient bon.
a écrit le 15/06/2012 à 15:41 :
Normal : les deux pays sont fauchés .... pas glorieux tout de même
a écrit le 15/06/2012 à 15:32 :
au sujet de la longueur d ' onde :

sûr que c' est pas des ultra-ons ?
a écrit le 15/06/2012 à 15:11 :
c'est un peu l'arrière-garde qu'il va falloir finir par convaincre; politique oblige et là, la Buba s'inclinera enfin, mais il lui a fallu avaler la réunification et l'échange des marks, puis l'euro, elle fait trop également dans la "défense élastique" .
Réponse de le 15/06/2012 à 15:43 :
Ne rêvez point ... l'allemagne a l'argent nous pas la queue d'un .....alors se faire plumer la réponse sera toujours NEIN de la part de Merkel et ce à juste tître. Les allemands ne sont pas complètement c...
Réponse de le 15/06/2012 à 17:56 :
ne voyez pas seulement cet aspect qui finit par aveugler, l'europe par tout un argumentaire sera tjr+ importante qu'1 seul de ses membres: et j'ajoute que l'europe s'est toujours faite par négociation, concessions bref relisez vos classiques de relations internationales.
Réponse de le 15/06/2012 à 19:21 :
L'Allemagne a de l'argent nous pas, ça veut dire quoi au juste ?
Je lis ça tous les jours et j'avoue que je ne comprends pas.
a écrit le 15/06/2012 à 14:31 :
Le changement c'est du flan ou la France morte, le choix est important, n'est t'il pas.Votre petit bulletin de vote ne sert à rien en dehors délire vos maîtres, et apparemment ils sont décidés à nous saigner à blanc, petit blanc?
a écrit le 15/06/2012 à 14:30 :
Il s'agit surtout d'une convergence objective de façade .Du moins peut on l'espérer ? Car Monti est un ultra libéral pur comme Merkel et il me semble que Hollande serait plutot l'héritier de Delors et souhaite une harmonisation des politiques é"conomiques
Réponse de le 15/06/2012 à 15:44 :
J'aurais moi écrit une harmonisation dans la non gestion et la dépense intempestive puique c'est bien de cela qu'il s'agit avec la gauche française.
a écrit le 15/06/2012 à 13:37 :
F.HOLLANDE et M.MONTI sur la même longueur d'onde !!! c'est beau le langage politique !!! L'un active les privatisations,comme l'espagne, l'autre recrute des fonctionnaires... !!! C'est " NORMAL !!! il y a réeellement convergence :LOL
a écrit le 15/06/2012 à 13:34 :
F.HOLLANDE et M.MONTI sur la même longeur d'ondes.... l'un active la privatisation comme l'espagne, l'autre recrute des fonctionnaires.... il y a réellement "convergence" !!! LOL C'est "NORMAL' non ?
a écrit le 15/06/2012 à 12:17 :
Pour vivre au depens de l Europe du Nord...surtot la France qui n a pas de politique d austerite contrairement a l italie
a écrit le 15/06/2012 à 11:58 :
sur la même longueur d'onde? ah oui ? Les journaux italiens annoncent que le ministre du développement économique Corrado Passera confirme des coupes dans les dépenses ministérielles de 30 milliards d'euros en trois ans. Vous avez entendu la moindre décision de couper dans la dépense publique de la part de François Le Normal ?; Alors, on va supporter longtemps la désinformation médiatique en France ?
a écrit le 15/06/2012 à 11:53 :
C'est avec Merkel ou les pays du Nord qu'il faudrait être sur la même longueur d'onde...Réunir les Grecs, Espagnols et Italiens, ce n'est pas le bon groupe ;)
Et appeler à la croissance sans réformer en taxant toujours plus, ça nous mène droit dans le mur. L'austérité d'Hollande sera bien pire que l'austérité Merkel pour notre économie...
a écrit le 15/06/2012 à 10:32 :
FH et Mario sur la même logeur d'onde, bien sur ils n'ont pas de choix. il faut boucher le troue, tel le sapeur camembert en en creusant un autre plus important. Simplement l?Allemagne, avant de déverser des milliards dans des puits sans fonds , veux s'assurer a juste titre que le troue est bouché, et que les budgets sont en équilibre. nos hommes politiques ont une vue économique électoraliste a court terme encouragé par les idéologies Keinesyennes, Angéla a une vue pragmatique du long terme basée sur des principes simples mais pas simplistes.
Réponse de le 15/06/2012 à 11:27 :
Trou sans "e" à la fin svp !
Réponse de le 15/06/2012 à 13:24 :
Confondre gestion d'une dette publique et d'une dette privée, c'est simpliste. cf n'importe quel manuel de macro-economie sérieux niveau L2/L3... mais du coup, ça permet de pas trop réfléchir
a écrit le 15/06/2012 à 10:15 :
ON Y EST ON Y RESTE ET ON CONTINUE ! La "jonglerie" économique que propose François Hollande est une adaptation de plus au monde de la finance...contrairement aux attentes des français, au vote exprimé et surtout à ses déclarations contre la poursuite de pratiques mises en échec dans la réalité de la vie économique des peuples et des États Libéraux. "Le changement maintenant" ne peut se satisfaire de ces quelques ajustements qui pour peu de temps illusionneront encore...l'essentiel de s'attaquer comme il se doit au monde des financiers spéculateurs en commençant par une régulation forte des marchés n'est même pas envisagé ni même prononcé...à partir de là et vu la gravité de la crise, il y à fort à parier que les difficultés vont se poursuivre pour les peuples comme pour les États. A suivre.
Réponse de le 15/06/2012 à 13:44 :
avant on était dans la m...jusqu'au cou, aujourd'hui seul le nez dépasse et après les élections on ne pourra plus respirer tellemnt on en avalera
a écrit le 15/06/2012 à 10:05 :
Lors des primaires socialistes, la crise n'existait pas, et seul le président SARKOZYen était responsable, alors que les déficits de la France sont d'ordre structurels depuis plus de 30 ans....aujourd'hui F Hollande trouve plus d'écho auprès d'un autre état état malade comme le sien, qu'auprès de l'Allemagne qui en 10 ans a réussi à remettre sur pied son écomie, après avoir réussi la réunification, mais il plus facile de conspuer cette dernière et de trouver des boucs émissaire....aujourd'hui entre malades on se comprend....mais la croissance ne se décrète pas et ne se réalise surtout pas en dépensant toujours plus...le président va vite s'en rendre compte....et aura tromper TOUS LES FRANCAIS durant sa campagne.
Réponse de le 15/06/2012 à 10:57 :
qu'une verite Titou HELAS
a écrit le 15/06/2012 à 9:56 :
Les fauchés s'entendent bien entre eux mais ils ont les poches vides. Tout se décide à Berlin n'en déplaise à nos politiciens qui ne pensent qu'à conserver leurs privilèges comme l?aristocratie de l'Ancien régime.
a écrit le 15/06/2012 à 9:32 :
Les euro-obligations - que l?on considère parfois comme la panacée - permettent de faire preuve de roublardise politicienne.
Celle qui consiste à revendiquer à la fois la souveraineté et la solidarité, sous couvert d'européanisme.

Or, ceux qui revendiquent leur souveraineté sont seuls responsables des dettes qui résultent de leurs décisions souveraines
(décider souverainement de ses dépenses et attendre ensuite que d'autres paient les pots casses sous prétexte de solidarité - par le biais d'euro-obligations - n'est pas sérieux).
L'alternative qui s'impose ici est d'abandonner d'abord partiellement sa souveraineté et d'opter ensuite collégialement pour certaines dépenses car dans ce cas, et dans ce cas seulement, la solidarité - par le biais d'euro-obligations - peut se justifier si les dépenses consenties collégialement se traduisent en réalité par des pertes sèches.
a écrit le 15/06/2012 à 9:08 :
les italiens qui n'aiment pas payer leurs impots sont unanimement d'accord avec les francais ' qui sont contre' le travail ( entre autres) pour que les allemands travaillent et paient des impots a leur place
Réponse de le 15/06/2012 à 9:18 :
Les Italiens se tournent vers les Français tant qu'il s'agit de discuter. Au final, ils retourneront vers l'Allemagne pour décider.
Réponse de le 15/06/2012 à 10:00 :
tres certainement; tres certainement aussi les francais vont vite retourner leur veste apres les elctions...
Réponse de le 15/06/2012 à 13:33 :
LA FRANCE ATTEND D?être comme l?Espagne L'ITALIE LA GRECE ET BIEN D'autre ...vive la FRANCE HOLLANDAISE.
Réponse de le 16/06/2012 à 9:57 :
Churchill le raciste anti-Latins. Résumons son discours navrant : "les Latins sont fainéants et tricheurs, les Allemands sont travailleurs et honnêtes". Jamais un chiffre, rien. Pourtant quelles sont les entreprises les plus dénoncées pour corruption massive dans les appels d'offre ? Les Allemandes. Pourtant, qui travaille le plus en Europe ? Les Espagnols et... les Grecs ! Pourtant, qui dégageait des excédents avant l'Euro ? La France et l'Italie. Tandis que l'Allemagne était déficitaire. Moins de clichés, plus de faits, et la réalité apparaîtra : l'Allemagne a une fois de plus vécu aux dépens de ses voisins trop naïfs pour hausser le ton.
a écrit le 15/06/2012 à 8:40 :
comment voulez vous que l'allemagne puisse cautionner la zone euro quand on voit la france seul en europe veut garder ses 35h, sa retraite a 60 ans,le double de deputés et senateurs de l'allemagne, un gouvernement de 34 ministres les priviléges exorbitans des anciens présidents ,premiers ministres,ministres .et avec une GRANDE CONTRADICTION DE mr hollande qui dit " il FAUT ALIGNER TOUS LES PAYS EUROPEENS" expliquez moi ????,
Réponse de le 15/06/2012 à 8:56 :
Il n'y a rien à expliquer "c'est mort" ! Votre comparaison est évidente, et à part ça il font quoi pour le pays, la seule chose qui semble indispensable c'est d'obtenir de l'endettement (la dessus on peu faire confiance à Hollande). Les choses vont se durcir, les pics envers l'Allemagne, les coups bas, le manque de clarté ... personnellement je n'aime pas trop ça,
Réponse de le 15/06/2012 à 9:20 :
FH et les autres excités du PS sont dans la posture électorale. Dès les législatives passées, le ton baissera.
Réponse de le 15/06/2012 à 9:25 :
"et à part ça il font quoi pour le pays" : ils font du copinage entre eux! je te nomme ministre et s'il y a plus de poste j'en cré un... et j'en passe et j'en passe...
Vive le socialisme: le parti des bons copins
Réponse de le 15/06/2012 à 10:19 :
icietta:ça me rappelle étrangement le précédent gouvernement... avec en point d'orgue la tentative de placer le fiston sarkosy à l'EPAD, mais quand c'est trop gros ça ne peut passer, n'est ce pas !
Réponse de le 15/06/2012 à 12:40 :
exit Celthic, vous retournez tous vos vestes. Vous vivez dans un système Français qui mets en avant une qualité de vis sociale qui, certes, nous coûte, mais pour laquelle vous ne seriez pas d'accord qu'elle soit abolie ! Puisque le socialisme vous déplait tant, rendez ou donnez au resto du coeur vos alloc, vos remboursements de sécu, vos aides scolaires etc..., travaillez vos 50h par semaine (comme si avec 35 vos patrons ne se faisaient pas assez de beurre) et profitez de votre vie et de vos proches quand vous serez vieux et dépendants des autres qui vous abandonnerons parceque eux aussi devrons travailler leurs 50h pour payer vos soins, les leurs, ceux de leurs enfants... au moins vous serez réellement cohérents avec vos propos. Allez, chacun sa gueule et tous travailleurs octogénaires pour 600?/m, ou plutôt 200?/m car il faut retirer le SMIC, c'est trop socialiste... D'un autre coté, au moins, j'economiserai mes 5000? d'impôts par an...
Réponse de le 15/06/2012 à 16:01 :
pour une fois cher ami anti système nous aurons un point d'accord: vive la qualité de vis, avec un ministère du développement de l'érection, nous nous reproduirons encore mieux. Vivement que les 60 000 nouveaux enseignants arrivent pour vous donner des cours de Français (ex parce que eux aussi devront........) et qui vous abandonneront (pas de s)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :