Qu'y a-t-il derrière la proposition de référendum de Schäuble en Allemagne ?

 |   |  561  mots
Wolfgang Schäuble, Le ministre des Finances allemand  /Copyright AFP
Wolfgang Schäuble, Le ministre des Finances allemand /Copyright AFP
A la veille du Conseil européen, la proposition de Wolfgang Schäuble fait débat. Certains y voient un "coup" de la part du ministre des Finances, d'autres une étape démocratique nécessaire dans l'intégration européenne.

A quoi joue Wolfgang Schäuble? Le ministre des Finances allemand a pris tout le monde de court en déclarant dans le Spiegel du lundi 25 juin vouloir organiser un référendum en Allemagne pour déléguer plus de pouvoirs à l'Union européenne (UE). Quelques jours auparavant, la Cour constitutionnelle de Karlsruhe avait demandé au président Joachim Gauck de ne pas ratifier le paquet fiscal et le Mécanisme européen de solidarité (MES) avant qu'elle ait pu étudier la question plus avant. Face aux problèmes que posent les Sages de Karlsruhe à la marche forcée des plans de sauvetage, la possibilité de modifier la loi Fondamentale en amont est un pari osé pour Schäuble.

« Maître à penser »

Les réactions ne se sont pas faites attendre et d'aucuns saluaient la proposition de Wolfgang Schäuble. Alors que les Sages avaient déjà dénoncé « un déficit de démocratie » lors du premier sauvetage de la Grèce, le ministre-président de Rhénanie-Palatinat, Kurt Beck (SPD), estime que « l'Allemagne ne peut plus se permettre de jouer à chaque fois des coups de poker devant la Cour suprême en ce qui concerne les affaires européennes ». Comme l'explique l'ancien ministre des Finances Peer Steinbrück dans le Frankfürter Zeitung, le référendum est inévitable : « Quiconque a écouté attentivement le verdict de la Cour constitutionnelle sait qu'il ne peut en être autrement ». De son côté, Angela Merkel s'est réjouie de la proposition de son ministre des Finances, voyant en lui un « maître à penser de l'Europe ».

« Un coup tactique »

Tous au Bundestag ne sont pourtant pas convaincus du sérieux de la proposition. Le député eurosceptique Frank Schäffler explique à la Tribune : « Schäuble n'a fait qu'un coup tactique. Il n'est pas question de soumettre le paquet fiscal ou l'ESM au référendum, comme je le défends mais d'organiser « un jour » un référendum. C'est seulement pour donner une perspective et calmer les critiques dans son propre camp ». D'après le député, Wolfgang Schäuble peut d'un côté promettre à ses concitoyens qu'ils auront leur mot à dire sur les questions européennes et de l'autre jouer la carte de l'intégration européenne qu'il prêche à ses partenaires européens, tous aussi mal à l'aise sur les questions de souveraineté.

« Sous cinq ans »

Joachim Spatz, député FDP délégué aux Affaires européennes du FDP, nuance toutefois : « Schäffler ne représente qu'une minorité au sein des libéraux, le FDP pense que le vote des deux chambres est largement suffisant pour adopter le paquet fiscal et l'ESM. Par ailleurs, je ne crois pas que Schäuble cherche à influencer ses partenaires ». Comme la plupart de ses homologues, il est favorable à l'annonce du ministre des Finances mais reconnait que le terme - « sous cinq ans » selon Schäuble - est une question sensible : « Si le débat est calme et bien préparé, le référendum a toutes ses chances d'aboutir. Mais il est vrai qu'en temps de crise, il est facile pour certains de mettre en avant les aspects négatifs de l'Europe. » Pour le possible candidat socialiste à la chancellerie, Peter Steinbrück, « un tel référundum pourrait avoir lieu au plus tôt en 2013, 2014 ». Sûrement pas avant les législatives de 2013...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2012 à 12:13 :
Le referendum étant strictement prévu pour les clauses de territorialité ( article 29 Loi Fondamentale revue en 90), de quel referendum parle-t'il :Länder, révision?
a écrit le 28/06/2012 à 11:06 :
au journaliste rédacteur de l'article : ce n'est pas Peter Steinbrück, mais Peer Steinbrück.
a écrit le 28/06/2012 à 10:47 :
Le moment est venu pour nos hommes politiques d'avoir le courage d'être impopulaire (ce qui est déja un peu le cas..) mais en prenant des décisions fortes, qui évidemment vont dans un sens de perte de "souveraineté" pour les peuples, (mais nous avons déja perdu notre souveraineté vis-à-vis des marchés financiers), et aussi et surtout, une perte de leur propre pouvoir au profit d'une instance démocratique supra-nationale, qui est embryonnaire et très imparfaite au stade actuel.

L'histoire des USA nous montre que les Etats au 19ème ont été forcés de s'unir, sans quoi ils couraient tous à la faillite financière; les divergences étaient telles (traite des noirs, propriété et représentation) qu'une guerre s'en est suivie. Je peux vous dire qu'encore aujourd'hui il y a des différences majeures entre les Etats, sur le salaire horaire (8$ / h en Ohio vs 14$ /h dans le Connecticut...) les prestations hospitalières & sociales, la peine de mort, les paradis fiscaux..(le Delaware c'est 0% d'impôts sur les produits financiers..) et que la convergence actuelle entre les Etats de l'Union Européenne est plus grande que celle des USA.. sauf...sur nos finances, nos budgets, nos taux d'emprunts, car la Californie patrie rêvée d'Apple & des high techs etc ..est aussi proche de la faillite, et que Washintgon est endetté aux environs de 368% du PIB...et que dans leur Histoire récente les USA n'ont jamais descendu leur niveau d'endettement en-dessous des 120% du PIB... (c'est la Grèce il y a 2 ans..)mais on continue de leur prêter parce qu'ils sont UNIS...

Les Allemands ont compris que dans 40 ans ils ne seront plus dominants sur la planète, probablement encore en Europe, mais si nous avons peur nous devons exiger une véritable représentation démocratique à nos hommes politiques, et si référendum il doit y avoir, cela doit être pour valider un parlement "en charge" pour que vous citoyens vous votiez , sans craindre le spectre Germain .. Bonne journée.
Réponse de le 28/06/2012 à 15:32 :
Oui, faisons disparaitre à jamais les États nations et uniformisons les cultures tout en faisant table rase du passé. Le progrès ne vaut que pour ça.
a écrit le 27/06/2012 à 22:21 :
La situation devient de plus en plus incompréhensible .La droite allemande demande plus d'étatisme pour l'Europe alors que la Gauche française, qui avait trouvé le traité Giscard trop libéral et pas assez intégratoire, semble maintenant s'en contenter ! Donc entre les jeux et les réalités ,il doit y avoir des nuances?!
a écrit le 27/06/2012 à 22:08 :
Une porte de sortie toute simple. Les élites allemandes sont restées nationalistes, les notres en ont déjà fait le deuil soit par lassitude des blocages français, soit pour retrouver une place plus douillette ailleurs en échange. Inutile de dire que les deux ne vont pas aux mêmes endroits.
a écrit le 27/06/2012 à 20:44 :
Je trouve facile de comprendre M.Schauble : Dans l'ordre : 1) L'Allemagne a toujours voulu dominer. 2 ) Par la guerre, ils ont raté deux fois. Gravement. 3 ) Trouver une autre idée - 4) Eureka ! l'Euro ! Quelques années de patience, et ils tomberont tous dans le panneau. Sauf peut-être les Anglais. Comme d'habitude, quoi ....
Réponse de le 27/06/2012 à 21:25 :
Les allemands n'ont rien rate du tout...en 1870 la France etait seule facon a l'allemagne et on connait la suite. Lors des 2 guerres mondiales sans l'aide des americains vous parleriez aujourd'hui allemand.
Réponse de le 27/06/2012 à 21:49 :
Pourquoi en Allemagne la retraite est repoussée à _67_ ans, en france retour à 60 ans - en Gréce _57_ ans l'age de la retraite - et l'Allemagne doit payer - retourner à des explications de 1870 est de mauvaise fois - Savez vous qu'Angela Merkel vient de la DDR - Savez vous qu'en 1930 1946 1989 réunification les Allemands ont obtenu une parité de 1/1 jusqu'a 5000 Deutschmark - 80% jusqu'a 20.000 Deutschmark - 50% pour le reste
l'histoire de l'ex Union Soviétique en 1991 des retraites ont travaille à la suite de la devaluation du rouble toute leur vie pour un saucisson - Les moutons peuvent courirent à la falaise
Réponse de le 28/06/2012 à 8:27 :
@ hectopascal
La démographie fit la puissance allemande au XIXeme siècle et au début du XXeme siècle face à une France de rentiers malthusiens.
Devinez ce qui arrivera à l'Allemagne au vieillissement galopant ?
Regardez le Japon : plus de 20 ans de déflation...
Réponse de le 28/06/2012 à 9:45 :
@Liza. La France, elle n'a jamais voulu dominer peut-être ? Avez vous déjà réfléchi au pourquoi de ces guerres allemandes contre la France ? C'est marrant la capacité des français à réécrire l'histoire à leur sauce.
Réponse de le 28/06/2012 à 11:02 :
à hectopascal - rectification : sans l'aide des américains, nous parlerions aujourd'hui ... russe (voyez un peu comment s'est déroulé le conflit en Europe).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :