La BCE abaisse son principal taux directeur à 0,75%

 |   |  495  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé ce jeudi l'abaissement de son principal taux directeur d'un quart de point à 0,75%. Le taux de facilité de dépôt est également abaissé à 0,0%.

Les marchés étaient suspendus à cette annonce. La Banque centrale européenne (BCE) a abaissé son principal taux directeur de 25 points de base à 0,75 %. Une décision attendue par les observateurs et économistes, après le sommet européen de la semaine dernière. L'i­s­sue de la réunion des di­ri­gea­nts de l'U­nion européenne la se­ma­ine dernière à Bruxelles a apporté un peu de répit à la zone euro, avec une ac­ca­lmie observée sur les ma­rchés boursi­ers et obli­ga­ta­i­res. Le taux de facilité de dépôt est également abaissé d'un quart de point à 0,0 %, tout comme le taux de prêt marginal qui passe à 1,5%. Ces décisions prendront effet le 11 juillet. Le président de la BCE, Mario Draghi, les commentera lors d?une conférence de presse qui se tiendra à partir de 14h30.

Une ba­i­sse des taux néce­ssa­ire mais pas suffi­sa­nte

A 0,75%, le principal taux directeur atteint un niveau inédit. Cepe­ndant, cette me­sure "ne sera pas suffi­sa­nte pour soute­nir la co­nfi­a­nce et do­n­ner le sti­mu­lus néce­ssa­ire à l'éco­no­mie de la zone euro", ju­gent Chri­stian Schulz et Hol­ger Schmi­eding, de la ba­nque Bere­nberg, no­tant néanmoins que dans les pays où des taux va­ri­a­bles sont pra­tiqués, cela pe­r­met­tra de réduire la fa­cture des ména­ges. Pour les deux éco­no­mi­stes, il se­rait plus effi­cace que la BCE re­la­nce son pro­gra­mme de ra­chat d'o­bli­ga­ti­ons pu­bli­ques et affi­che cla­i­re­ment l'o­bj­e­ctif de ne plus la­i­sser les taux d'em­prunt des pays de la zone euro fla­mber à des ni­ve­aux in­soute­na­bles.

Une opi­nion pa­rtagée par la di­re­c­trice du Fo­nds monéta­ire inte­r­na­ti­o­nal Chri­stine La­ga­rde, se­lon qui "si l'on che­r­che une vraie solu­tion, l'ex­pa­nsion du pro­gra­mme de ra­chat de dette pu­bli­que est le che­min à sui­vre", dans un en­tre­tien avec la chaîne CNBC. Or ce pro­gra­mme est à l'arrêt de­puis mi-février et la BCE sem­ble peu en­cline à le re­la­n­cer, co­mme en témoig­nent les pro­pos te­nus mer­credi par le prési­dent de la ba­nque ce­n­trale néerla­nda­ise. "Le pro­gra­mme d'a­chat est en so­m­meil profond, et va le re­ster", a déclaré Klaas Knot, à un he­b­do­ma­da­ire néerla­ndais.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2012 à 18:17 :
C'est que la question importante c'est : est ce que les banques vont répercuter cette baisse ou en profiter pour augmenter les marges?!
a écrit le 05/07/2012 à 15:24 :
Et la BoE en profite pour remettre au pot 50 milliards de sterling... Yes! 375 en tout juste pour alimenter les banques et cacher la récession.
a écrit le 05/07/2012 à 14:15 :
La baisse des taux est bonne pour les banques, parce qu'elle permet de ne pas rémunérer l'argent déposé. Le problème, c'est qu'elles ne vous donnent rien, mais continuent à facturer des taux astroomiques sur vos prêts.
Réponse de le 05/07/2012 à 15:25 :
Oui. Mais objectivement, 0,25, ça change quoi..?? quelques milliards en plus pour les banques, c'est tout.
Réponse de le 05/07/2012 à 18:45 :
Quant à moi, je pense que les banques vont toujours s'organiser pour être gagnantes et les petits emprunteurs ( les gens ordinaires) vont continuer à payer de gros intérêts.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :