L'Espagne au bord du gouffre financier

 |   |  977  mots
Manifestations de chômeurs ce week-end à Madrid. Copyright Reuters
Manifestations de chômeurs ce week-end à Madrid. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Deux jours après la région de Valence en Espagne, la région de Murcie a annoncé dimanche 22 juillet qu'elle allait demander une aide financière à Madrid. La situation financière du pays se dégrade à grande vitesse provoquant un vent de panique sur les marchés. Lundi, le taux à 10 ans de l'Espagne a dépassé 7,55% pour la première fois depuis la création de l'euro.

Les mauvaises nouvelles continuent de pleuvoir sur l'Espagne.  Après la région de Valence il y a deux jours, une deuxième région espagnole qui n'arrive plus à se refinancer sur les marchés car les taux d'emprunt se sont envolés, fait appel à l'aide publique. Le président du gouvernement régional de Murcie, Ramon Luis Valcarcel, a indiqué dimanche 22 juillet au quotidien régional La opinion de Murcia que son gouvernement demanderait "environ 200 à 300 millions d'euros" au nouveau fonds public, doté d'un montant total maximum de 18 milliards d'euros, mis en place la semaine dernière par Madrid pour venir en aide aux régions en difficulté. 

M. Valcarcel a affirmé que la Murcie demanderait formellement cette aide au cours du mois de septembre, ajoutant qu'il s'attend à ce que les conditions posées par le gouvernement central en échange de ces fonds soient "très strictes". "Personne ne doit penser qu'ils vont nous faire cadeau de cet argent", a-t-il ajouté.

Pour sa part, la région de Valence, très fortement endettée, avait indiqué vendredi qu'elle allait faire appel à ce fonds faute de pouvoir trouver l'argent nécessaire pour remplir ses obligations financières. Emblèmes de la diversité culturelle du pays et jouissant d'une grande autonomie, les régions, certaines très endettées, ne peuvent plus se financer sur les marchés où les taux d'emprunt ont flambé. Elles ont été responsables en 2011 des deux tiers du dérapage budgétaire de l'Espagne qui a cumulé un déficit public de 8,9% du PIB en 2011, contre 6% promis.

L'Espagne dans "une spirale de la mort"

L'appel de deux régions en difficulté à l'aide du gouvernment n'est que l'une des manisfestations de la situation dramatique dans laquelle s'enfonce l'Espagne. La plongée des marchés vendredi 20 juillet traduit bien l'inquiétude des investisseurs. 

Pris en tenailles entre la colère populaire face à l'austérité et l'urgence à assainir les finances publiques, dictée par Bruxelles, le gouvernement a perdu toute marge de manoeuvre dans un pays qui prend l'eau de partout. D'un côté, les centaines de milliers d'Espagnols descendus dans les rues jeudi, les manifestations quotidiennes, rappellent que la population est à bout. De l'autre, les coups de semonce répétés des marchés, jusqu'à la descente aux enfers de vendredi, témoignent de l'incapacité du pays, quatrième économie de la zone euro, à redonner confiance.

L'Espagne est entrée dans une "spirale de la mort", lâche Richard McGuire, analyste chez Rabobank, en évoquant la possibilité qu'elle ne puisse plus faire face aux échéances de sa dette. "Alors que les perspectives pour les finances publiques espagnoles sont toujours étroitement liées au secteur bancaire, il reste un risque très important que le gouvernement doive demander son propre sauvetage", remarquent les analystes de Capital Economics.

Un vent de panique sur les marchés

Vendredi, au moment même où la zone euro bouclait, enfin, le plan prévoyant une enveloppe maximum de cent milliards d'euros pour les banques, asphyxiées par leur exposition à l'immobilier, un vent de panique a balayé les marchés. La Bourse de Madrid a perdu près de 6%, les taux d'intérêt espagnols ont dépassé les 7%, proches de leur plus haut historique, et la prime de risque, le surcoût que doit payer l'Espagne par rapport à l'Allemagne, pour se financer, a dépassé les 600 points de base, un record.

"Le comportement (des marchés) surprend particulièrement au vu du récent paquet de mesures d'assainissement de 65 milliards d'euros, qui accroît de manière substantielle les possibilités de remplir les objectifs de déficit, et la validation définitive du sauvetage bancaire", s'inquiète Daniel Pingarron, analyste de la maison de courtage IG Markets. Car, alors que les mauvaises nouvelles ne cessent de s'empiler, les solutions présentées comme des recours montrent déjà leurs limites. Ainsi la nouvelle cure de rigueur, associant rentrées supplémentaires et coupes budgétaires, risque d'aggraver la récession. 

"L'austérité frontale va probablement aggraver et prolonger la récession. Le chômage (24,6% désormais prévu pour 2012) pourrait augmenter encore à court terme, accroissant le risque d'un revers politique" pour le gouvernement de droite, souligne Christian Schulz, analyste de la banque allemande Berenberg. Et si les taux d'intérêt continuent de grimper, "l'Espagne risquerait de perdre l'accès aux marchés", remarque-t-il.

Le PIB reculera encore en 2012 et 2013

Outre la question des régions qui resurgi vendredi avec l'annonce de la demande à l'aide publique de la région de Valence, l'Espagne a dû admettre vendredi que son économie resterait dans le rouge en 2013, avec un recul du PIB prévu de 0,5%, après une récession de 1,5% cette année. Des prévisions déjà battues en brèche par les analystes de la banque Citi, qui annoncent un repli du PIB de 2,1% en 2012 et 3,1% l'année prochaine.

Pour Daniel Pingarron toutefois, l'hypothèse d'un sauvetage global "même si elle semble évidente, ne semble pas proche" en raison de son coût énorme, évalué à 500 milliards d'euros, et des risques dévastateurs pour la zone euro. "Le sauvetage total de l'Espagne et la contagion ultérieure à l'Italie, peut-être pour 700 milliards d'euros, serait inabordable pour la zone euro", souligne-t-il.

L'Espagne représente 12% de l'économie de la zone euro

Car après l'Irlande, le Portugal et la Grèce, le scénario serait tout autre: l'Espagne représente 12% de l'économie de la zone euro, contre 6% pour ces trois pays réunis. Alors, pour sortir de ce cercle vicieux, l'Espagne ne cesse d'en appeler à une intervention de la Banque centrale européenne (BCE) afin de stabiliser les marchés.

"L'heure de vérité pour la BCE, le moment où elle pourrait être contrainte d'agir de manière décisive, pourrait approcher rapidement", prédit Christian Schulz.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2017 à 11:02 :
je suis parfectement dacors
a écrit le 24/07/2012 à 16:18 :
Pathétique. Une crise insignifiante et non gérée par l'europe (sous l'impulsion de Merkozy) aboutit à la faillite complète de tous les pays de la Zone Euro et emméne avec elle un pays qui je le rappelle au debut de la crise était en surplus fiscal et une dette publique de moitié inférieure à celle de l'Allemagne.

les allemands et les Français persuadés de leur supériorité ont décidé pour les 27 et ont réussi à se mettre à dos toute l'Europe sans - en plus - régler le problème. Ils imaginent payer pour les Grecs quand de fait aujourd'hui ils gagnent de l'argent sur le dos des irlandais, grecs, et portugais qui se saignent pour payer des intérêts plus élevés que le taux d'emprunt des dits pays. ah belle solidarité que voila. On aurait voulu tuer l'Europe qu'on ne s'y serait pas pris autrement

Et comme en plus on ne va pas relancer la Croissance économique au Nord pour aider le Sud. la zone Euro et plus largement l'union européenne va exploser. Comment garantir le marché unique et les échanges avec des dévaluations de 50% ou plus des monnaies nationales.

Ensuite , comme on le lit déjà on entendra les plaintes des uns et des autres sur la concurrence "déloyale" des pays du Sud qui auront coupé les salaires et qui auront dévalué. bref on leur reprochera d'avoir appliqué la politique que Merkozy leur a imposé pendant 5 ans.

Pathétique.
a écrit le 24/07/2012 à 9:38 :
L'économie mondiale est malade et il faudra bien crever l'abcès un jour. Comment s'imaginer une exploitation outrancière et continue des ressources de la planète comme cela se pratique aujourd'hui ? Comment imaginer un doublement de la production des émissions de CO2 d'ici une dizaine d'années ? Il faudra revoir le cycle de la consommation de manière à gérer les ressources naturelles tout en respectant les limites environnementales et une priorité doit être donnée à l'arrêt de l'explosion démographique dans tous les pays y compris la France.
a écrit le 24/07/2012 à 9:15 :
Prochaine étape : la Rue ! (Livre politico-sentimental qui fait état d'une jeunesse sacrifiée et perdue "les corps indécents") Comment pouvoir gérer une situation aussi catastrophique ? Une dictature pourrait effectivement voir le jour ci ou là en Europe.
a écrit le 23/07/2012 à 22:58 :
L'Espagne est au bord du gouffre ! Qu'à cela ne tienne, grâce à la BCE elle va faire un grand pas en avant!
Réponse de le 23/07/2012 à 23:30 :
vrai!!!mais l'europe n'est pas tex avery,elle ne remontera pas sur la terre ferme
l"asie se frotte les mains!!belle revanche à venir
Réponse de le 24/07/2012 à 16:23 :
L'Europe est la première économie du Monde.
L'Asie dépendante des marchés occidentaux en sentira des effets indubitablement, tout comme les Amériques d'ailleurs.
Et beaucoup de régimes politiques y sont fragiles....la secousse risque d'être très forte

Dommage que les Européens aient montré leur incapacité à régler un problème somme doute ridiculement petit : La Grèce avait un deficit de 40 milliards d'Euro lorsqu'elle a demandé l'aide de l'europe... et nous voici avec une ardoise de plusieurs centaines de milliards d'euro et au bord de la dépression mondiale pour ....40 milliards d'Euro (1/10 des reserves de Cash de Apple, 2/3 du budget de l'éducation de la France et 0.003% du PIB européen...)
a écrit le 23/07/2012 à 17:53 :
l'Espagne est sortie de l?ornière grâce aux subventions Européennes (politique d'état) et AZNAR a introduit les théories économiques LIBERALES, Immobilier, précarité de l'emploi, emploi sous payé et les Espagnols ont supporté sans rien dire, 1/3 de la population travaillait avec des contrats précaires, Zapatero le MOSCOVICI espagnol a répondu à l'attente du peuple Espagnol en instituant le mariage Gay, mesure prioritaire comme en France. les Espagnols n'ayant pas assez souffert ont choisi récemment le pyromane Mariano Rajoy pour éteindre l'incendie. Bonne pioche, l'histoire nous prouve qu à part les nouveaux nés, il n'y a pas d'innocents. La passivité est la seule responsable. Bientôt la France la fausse rebelle rejoindra le cortége des peuples lobotomisés.
Réponse de le 23/07/2012 à 22:21 :
Excellent commentaire. Le mal est effectivement venu avec cette detestable habitude anglo saxonne de faire du fric a tous prix sur l immobilier importée par le menteur gardien d'ane (aznar). En construisant tout et n importe quoi et en le revendant toujours plus cher, on fera toujours de l' argent n est ce pas?
Réponse de le 24/07/2012 à 21:22 :
Entendu là bas :"l'immobilier cela ne peut que monter"
a écrit le 23/07/2012 à 17:03 :
Quelle surprise! ne fallait-il pas supprimer toutes les charges qui sont la prévoyance des soins et retraites à venir? Au profit de qui personne ne le précise? Maintenant le plan est au mieux de se trouver au niveau des chinois et pour le bonheur des peuples tous exploités également le niveau africain serait le meilleur. Salaire actuelle moyen 70? mois.
Réponse de le 23/07/2012 à 17:57 :
avant d'ouvrir les frontieres il fallait un peu de reflexion et de vision d'avenir!
Oui le nivellement se fera par le bas! cela ne sert a rien d'augmenter les charges aux entreprises et les impots, cela ne fera qu'accélerer un peu plus vite le processus de destruction massive des emplois privés. Et quand l'argent n'entre plus dans les caisses des etats, les elus ne paient plus les fonctionnaires!! savez vous que la france emprunte tous les mois pour payer les salaires de la fonction publique !! donc reduire la dette et l'endettement est une priorité!
Quel est l'interet d'un agriculteur , d'un chef d'entreprise etc quand ses couts sont superieurs a sa marge d'exploitation?
Réponse de le 24/07/2012 à 1:50 :
100 % d'accord Dans le mur. Telle est la première cause de la crise économique. Cela est directement observable en particulier depuis 2005-2007. Perte perte d'activité de production et de marché localement, contraction de la demande locale à cause de la diminution du pouvoir d'achat, appauvrissement et inégalités, et par conséquent, hausse du déficit public et enfin, crise de la dette. Sans compter l'affaiblissement de la monnaie suite aux interventions de la BCE au profit du secteur financier. Nous souffrons avant toute chose d'un nivellement par le bas à cause d'une erreur de jugement ou d'une théorie idéaliste peu conforme à la réalité. Par nature un marché étant une entité finie, le libre-échange automatique ne crée par d'emplois, il les transfère. SURTOUT, l'ouverture automatique et inconditionnelle des frontières au libre-échange ne peut pas fonctionner parce qu'elle met en concurrence des pays dont les systèmes socio-économiques sont différents. Non pas que nous manquions de compétitivité, mais certaines sociétés jouent uniquement sur la recherche du coût le plus bas. Imaginez un peu ce qui se passerait si nous importions automatiquement des voitures de Chine ou d'Inde ? Aujourd'hui, déjà, nous vivons de notre épargne qui s'épuise. Pour sortir de la crise, il faudra revenir à un système de commerce équitable, ou semi-libéral (sans importation automatique) où les pays ont le choix d'importer ou d'exporter, mais pas l'obligation. Tel est le véritable libre-échange, respectueux des choix socio-économiques de chaque pays.
a écrit le 23/07/2012 à 16:09 :
nous allons payer 2 fois la rigueur la nôtre plus celles des pays du Sud, car nous empruntons à des Tx d'intérêts faibles pour prêter aux pigs, emprunt que nous devrons rembourser! Quelle connerie cet Euro, d'autant plus que 95% des Européens n'y comprennenr plus rien, au MES, FESF...etc toutes les décisions sont prises par des gens non élus , la BCE, la Commisssion, la démocratie et notre souverainté sont prises en otage. Il serait temps qu'une grande consultation à l'échelle de l'Europe des peuples ait lieu. DRAGHI et SCHAUBE en tir groupé dalns le monde et le Figaro nous vendent la perte de souverainté comme le meilleure moyen de la conserver, au royaume des avengles les bornes sonr rois!, jusqu'à présent c'est l'Allemagne qui a tiré le bénéfice de l'Euro, sans l'Euro le mark serait réavulé de + de 30%. sans l'Euro l'Allemagne ne serait pas aussi puissante. Abolisson le traité de Verdun de 843 pour réunifier l'empire de Charlemagne.
a écrit le 23/07/2012 à 15:39 :
Et en Espagne... Résumons. L'état espagnol a demandé 100 milliards d'euros d'aide pour renflouer les banques. Ils auraient pu nationaliser les banques pour punir les actionnaires de leur erreur, puis renflouer. Non, les politiciens et hauts fonctionnaires espagnols ont préféré taper dans la caisse commune européenne et laisser aux actionnaires banquiers une porte de sortie. En contrepartie, les salaires des fonctionnaires se réduisent et la TVA augmente. Ben oui, il faut bien financer ! Les espagnols réagissent super bien si on y réfléchit. Ils se contentent de faire des grèves dont tout le monde se branle. Ils n'ont pas cassé grand chose. Imaginez les mêmes mesures prises en France pour sauver les actionnaires de la BNP, de la Société Générale et du Crédit Agricole. La France serait bloquée pendant un mois. Les PDG des banques démissionneraient. Les banlieues s'énerveraient et se mettraient à tout péter dans Paris et autour. Bref, ce serait un bon petit chaos bien de chez nous comme on sait faire. Plus de transport, l'armée et la police dans la rue... Non définitivement, les espagnols sont des couilles molles... car il y a vraiment matière à tout péter. Se faire déglinguer son pauvre misérable salaire pour sauvegarder les milliards d'euros de patrimoine des banquiers, j'avoue que ca donne quand même une sacrée justification pour s'énerver un peu... Tout ceci illustre la nature du monde moderne avec des géants économiques qui ont gangrené les Etats. Une toute petite minorité au pouvoir politique et économique sauvegarde coûte que coûte ses privilèges. Si encore ces gens avaient acquis par le biais de leur travail leur fortune, on pourrait accepter un minimum. Ce qui me dérange profondément, c'est que ces fortunes offrant le pouvoir de nuisance sur les masses ont été acquises et transmises. Je suis devenu définitivement contre le concept d'héritage. Bombarder un bien né en haut d'une pyramide sociale sans qu'il ait jamais réussi à prouver sa valeur dans le monde économique, cela introduit trop de distorsions et d'irresponsabilité. Ce système n'est pas viable.
Réponse de le 23/07/2012 à 15:59 :
patience !! c'est pas fini ...
Réponse de le 23/07/2012 à 17:48 :
si vous avez raison sur les consequences probables sur les causes vous etes à coté de la plaque.
Parce que pour vous c'est a cause des banques que les états sont mal gérés????
Les banques c'est vous c'est moi , c'est votre salaire, l argent du compte bancaire de votre entreprise qu'elles pretent.Elles ne peuvent pas faire plus vous souhaitez le retrouver votre pognon!. Les subprimes étaient une fraude d etablissements anglo saxons, il ne faut pas faire de generalités non plus
Réponse de le 23/07/2012 à 20:34 :
Vous n'avez rien compris à ce que j'ai écris.... J'ai dis que l'état espagnol à renfloué ses banques avec l'aide européenne au lieu de les nationaliser, ce qui aurait fait cracher les actionnaires au pot et ce qui n'aurait été que justice. Et pour rembourser, ce sont les peuples qui sont mis à contribution, ce qui n'est pas normal, point.
De plus les banquiers se comportent comme des mafieux avec l'aide des politiciens tout aussi pourris qui les protègent et j'espère qu'un jour oui ca pétera fort une bonne fois pour toute.
Réponse de le 24/07/2012 à 21:26 :
Quand je vivais là bas, de mai à mi-septembre toutes les banques madrilènes ouvraient à 10 h et fermaient à 13 h. Horaire d'été, fait trop chaud était la raison...

Réponse de le 05/08/2012 à 16:16 :
Bien expliquer najbar, qu'on arrête de donner la faute au voisin de pallier qui ne comprend rien pourquoi il est retenus le responsable (les fonctionnaires) qui font de boucle émissaires.
Les responsables ce sont bien ceux que tu à bien mentionner justement.
Il est grand temps que la vérité éclate au soleil est qu'on arrête de nous prendre pour des c...
a écrit le 23/07/2012 à 15:02 :
Ne rêvons pas nos régions et départements français ont tous juste le fric pour faire les salaires des fonctionnaires . Un petit coup de mistral et tous le château de carte tombe à notre tours . Ne rêvons pas vu ce qui se passe dans les pays du sud de l'Europe notre tours approchent à grand pas .
Réponse de le 23/07/2012 à 16:44 :
Les caisses de retraite empruntent pour régler les pensions ...
Tout va très bien madame la marquiseeeeuu ...
Réponse de le 23/07/2012 à 18:05 :
@ZAZAZA, que voulez vous faire croire ? l'espagne est un pays où le droit du travail est à minima, la retraite déjà à 65 ans et trés faible. Peu de fonctionnaires, 1/3 de la population travaille sans contrat de travail. C'est le libéralisme qui a tué l'Espagne. Quand vous serez aux Prud'hommes ou au Tribunal de commerce, vous comprendrez que vous avez scié la branche sur laquelle vous étiez assis. Les syndicalistes vous défendront en toute FRATERNITE, ils ne sont ni haineux ni rancuniers.
a écrit le 23/07/2012 à 14:50 :
Certains ne veulent pas de BIG BANG fédéral....plutôt une avancée douce et sans heurts sur 10 ou 15 ans....Euh! Faut croire que cette méthode mi figue mi raisin qui consiste à demander à tout le monde si il est d'accord sur le miminum, cela ne marche pas! Note Union est en feu!!!!! Nos politiques se rendent ils compte de la gravité de la situation? 25% de chomeurs en Espagne et Grèce, plus de 11% dans la zone euro...je crois qu'il est temps de prendre le teaureau par les cornes et les mesures qui s'imposent! On, verra ensuite. Un grand chef se meusre a sa capaicté à prendre des décisions ! Nous allons vite voir si Merkel, Hollande et les autres 15 partenaires seront prendre les mesures qui s'imposent......
a écrit le 23/07/2012 à 14:14 :
L?Europe est le seul continent à respecter les règles de l'OMC. Ni la Chine (dévaluation implicite et continuelle du yuan), ni les US (General Motors racheté, desendetté et remis au privé par l'Etat), ni la Corée (aucune voiture étrangère acceptée sur son sol) ne respetent les règles de l'OMC. De plus, toutes les banques centrales rachètent les dettes de leur Etat sauf la BCE, ce qui réduit la possibilité d?endettement pour l'Europe puisque ses taux sont mécaniquement plus haut, sans parler de l'effet induit sur les monnaies et ainsi l'Euro est 30 à 40% surévalué.
Ne cherchez pas plus loin les raisons de la soi-disante cherté de la main d??uvre européenne. Personne ne joue le jeu sauf nous...
Une seule solution: créer une Europe politique, mettre des barrières douanières et émettre des eurobonds.
Réponse de le 23/07/2012 à 14:59 :
100% d'accord. Là sont les causes profondes du malaise de la zone euro. L'union monétaire, maintenant qu'elle est faite, il faut la finaliser, la mener totalement et rapidement à son terme (ou elle s'écroulera tout aussi complètement et rapidement). Cela implique union politique et fiscale, perte de souveraineté (et oui, faut choisir) et eurobonds, bien sûr. Sauf à ce que l'euro disparaisse et que l'économie européenne s'écroule, on y viendra de toute façon, sous une forme ou une autre, et le plus tôt sera le mieux.
Réponse de le 23/07/2012 à 15:18 :
Mon post écrit ci-dessus va dans ce sens! l'EZ doit prendre ces mesures vite!!!! sinon, le crise sera pire avec la dispariton de notre devise. Je n'arrive même pas à comprendred comment certains peuvent vouloir la mort de l'EZ! Incompréhensible!
a écrit le 23/07/2012 à 13:28 :
Quand on voit l'Europe s'affaisser ainsi, en particulier le sud, on ne peut que s'ébahir que la société civile ne réagisse pas aux agressions de l'administration. Nous ne sommes pas sous Caucescu qui élimine à tour de bras les jeunes européens! Il est une réalité c'est la sous performance et l'accumulation de dettes sur le long terme. Nous avons de nombreux sujets dont il faut parler. Et que penser des profs qui descendent dans la rue parce qu'ils n'ont plus de salaire après des années d'études?
Réponse de le 23/07/2012 à 16:13 :
Pensez-vous vraiment que vous vivez en démocratie ? Seriez-vous aussi naïf ?
Et pensez-vous que les Etats européens sont-ils vraiment plus démocratiques que la Roumanie de Ceaucescu, que la Russie actuelle, que les USA, que la Chine, qu'Israël et d'autres pays d'u même pitoyable accabit ? Plus hypocrites que ces dictatures reconnues, certes, mais plus démocratiques ? Allons donc !
Les pays européens - dont les politiciens traditionnels (ceux de droite qui ont plongé toute l'Europe dans la débacle financière, mais aussi les socialistes qui ne valent guère mieux) sont complètement inféodés à une mafia économico-financière. Ils ne doivent leurs postes, leurs avantages et leurs parachutes qu'au monde économico-financier qui dirige véritablement une Europe (heureusement) moribonde et une zone euro dont le sursis se raccourcit chaque jour davantage. Et c'est d'ailleurs fort bien ainsi.
Grâce à une explosion de la zone euro, qui serait de facto nettement moins dramatique que certains peu crédibles "économistes" (?) serviles, voire mercenaires, tentent de le faire gober aux ploucs, le monde de l'économie et de la finance aurait, enfin !, moins de pouvoir et de main-mise sur les Etats et les services publics et qui doivent le rester. Tout n'est pas privatisable et tout ne doit pas faire de bénéfice, contrairement à ce que "certains" tentent de le faire croire.
L'Europe et la zone euro actuelles, c'est l'esclavage assuré. Et les misérables Chinois qui travaillent aujourd'hui pour des clopinettes, encore plus malheureux que quand ils travaillaient leurs terres (volées par l'Etat pour les métaux précieux), feront bientôt figure de riches si on laisse les politiciens corrompus et dévoyés (Sarko en son temps, merkel, Schläûble, Samaras, Monti, , ...)agir pour le seul bénéfice des "marchés".
C'est le moment de changer complètement de monde, de mode de vie. C'est une occasion à saisir. Même si les dictatures économiques européennes sortent leurs gros bras fliqués pour nous en empêcher. A gros bras, gros bras et demi ... Et ils ne sont pas les seuls à pisséder des armes !
a écrit le 23/07/2012 à 12:14 :
Il ne restera plus qu'à faire comme avec la Grêce. Une "restructuration" de la dette c'est-à-dire un effacement de la dette non pas espagnole mais pour l'ensemble de l'EURO. Quand même 10000 milliards de dettes qui pendent à nos bourses...Gloups.
Réponse de le 23/07/2012 à 13:04 :
tout à fait !!! les états ( UE, GB, USA, Japon... ) ne pourront jamais remboursé les dettes , il est temps d'en prendre acte et d'organiser le défaut avant qu'il ne s'impose dans e désordre le plus total
Réponse de le 23/07/2012 à 13:16 :
+ 1 mais n'oubliez pas la dette privée (ménages et banques)
Réponse de le 23/07/2012 à 16:09 :
+1, sans oublier au passage d'imposer par la loi le taux 0% pour les empreints. ceux qui souhaitent gagner plus n'ont qu'à 'investir dans la réelle économie avec le risque de gagner ou de perdre évidement!
Réponse de le 23/07/2012 à 17:58 :
FInalement, arithmétique simple, on organise le défaut (pour moitié seulement, on est gentils la Grèce a fait - 70% ) de la zone Euro et des USA et du Japon, en gros ça nous fait quoi 25 000 milliards d'euros...? qui prends le coup de massue ? les Chinois et les pays du golf... par contre attention au fusil à un coup...après plus question d'emprunter pour vous acheter la nouvelle Laguna messieurs... ; )
a écrit le 23/07/2012 à 11:40 :
avec 1/4 de leur population au chomage et des économies en ruine, que va t'il se passer en France ? qui embauchera des salariés au smic en France quand il peut faire produire pour 500 euros par mois au Portugal ? Qui va payer un architecte Français une fortune, quand un Espagnol peut faire le meme boulot pour 3 fois moins cher ? etc etc...tout le secteurs de l'économie et nos finances publiques vont en subir les effets . Quel industriel français va bien pouvoir exporter demain vers cette Europe où il n'est soit plus payé depuis longtemps (cf la pharmacie) ou bien où ses anciens clients sont devenus insolvables...on peut craindre que le chomage va donc lui aussi exploser en France....
Réponse de le 23/07/2012 à 13:48 :
la France est protegee car c est un vieux pays catholiaue qui a une longue et belle histoire derriere elle . Avec foie on peut soulever des montagnes. Je pense qu en toute logiaue il faut taxer les riches et notamment les societes du cac 40 et faire payer aussi bien entendu les actionnaires. il faut fermer les frontieres a la concurrence asiatique et reindustrialiser la France. il faut mettre hors de France tous les immigres en situation irreguliere. .il faut sortir de l euro au plus tot et revenir au franc pour pouvoir retrouver une souverainete

a écrit le 23/07/2012 à 11:32 :
ET si on fait une simulation d'un taux d'empreint et taux dette généralisé à 0% à partir d?aujourd?hui ? qui peut analyser ce scénario ? peut on espérer une sortie de la crise?
a écrit le 23/07/2012 à 11:26 :
vos salaires et pensions vont chuter c'est une évidence. Qui peut croire une minute que des emplois vont se maintenir ou se créer en France quand dans l'europe du sud, on fait la queue pour bosser à 500 euros brutes par mois? Et je parle d'emplois qualifiés ! (cf l'article sur les hopitaux portugais). Une vague de déflation salariale est entrain de déferler sur la France et toute l'industrie du batiment du sud de la France est déjà entrain de la sentir. Tout les autres secteurs seront bien entendu touchés. Grace à la liberté de circulation, des biens, services et personnes; on aura une déflation intra-Européenne, c'est certain! Cela tirera vers le bas les prix des biens et peut etre que lorsque notre niveau de vie et nos salaires auront tous chutés, alors nous seront à nouveaux compétitifs à l'échelle du monde et la croissance reviendra. En attendant, la déflation sera très très longue et douloureuse...surtout pour tout ceux qui ont pris des crédits au taquet de leur revenus sur des 15/30 ans...l'ajustement sera très très sévère. et les portes de sorties inexistantes. bonne chances à toutes et à tous dans cet avenir qui s'annonce très très sombre. les rentiers seront aussi concernés car lorsqu'il n'y a plus de sous pour servir la rente (retraite, loyer, avantages sociaux etc) alors il n'y a rien que le rentier puisse faire. Et quand les gens sont dans la misère, alors plus rien ne peut les arreter, la violence risque d'exploser..donc les rentiers aussi ont mangé leur pain blanc....peut etre que de la misère dans laquelle une grosse partie de la populations sera plongée, il resortira quelquechose de bien....plus de solidatirté, plus de valeur travail, plus d'innovation, moins de surconsommation etc....
Réponse de le 23/07/2012 à 11:48 :
Déjà que le loyer d'un studio en province avoisine les 500 ? !!!
Réponse de le 23/07/2012 à 13:17 :
Et que le Japon est en déflation depuis 20 ans avec un marché intérieur verrouillé !
Ça promet !
Réponse de le 23/07/2012 à 13:56 :
la deflation peut etre une bonne chose. en effet si les prix de l immobilier et des biens de consommation courantes baissent dans l enseöble cela sera bon pour la memagere aui fait ses courses ou pour le lamda qui veut acheter un appartement. par contre pour ceux qui se sont endettes comme le dit l autre c est moyen. la valeur de leur bien va baisser tandis que ces nouveaux povres vont continuer a rembourser les banques. de plus les salaires des fonctionnaires et les pensions vont certainement baisser en 2013 selon mes sources.. cela signifie une deflation a la japonaise qui pourrait s installer et durer au moins pour une petite dizaine d annees. un grand merci a la clique de fonctionnaires europeens de Bruxelles
Réponse de le 23/07/2012 à 16:24 :
Atention : ne pas confondre désinflation et déflation.
a écrit le 23/07/2012 à 11:11 :
Voyons la vérité en face. nous assistons à une attaque en règle contre les économies les plus "faibles" de la zone euro et toutes les décisions ou non décisions prises semblent totalement inutiles. Alors que la GB affiche des déficits bien plus importants, tout comme les USA ou le Japon, ces états s'en sortent mieux et les attaquescontre nos états n'ont aucun fondement. Mr Draghi nous soutient que l'euro est fort. par rapport au dollar, il retrouve son niveau d'introduction de 1.19/1.20$ pour un euro....mais par rapport aux autres monnaies, la baisse est tout de m^^eme de plus de 40%/ Mr Guaino me fait rire quand il parle d'euro surévalué dans le figaro.....notre monnie est dévaluée de plus de 40% depuis 3 ans! Ce qui m'inquiète, c'est le sentiment d'impuissanc des européens car personne ne veut faire les concessions qui s'imposent. La France voudrait un système fédérale de mutualisation de la dette sans accepter le prinicpe de fédération bancaire, fiscale etc...., l'Allemagne pousse vers plus de fédéralisme mais on attend toujours le projet.... les Grecs sont étranglés par l'incurie de leurs dirigeants, et tout le monde est content! Nous devrions mettre Athènes sous tutelle directe de Bruxelles car visiblement ils sont incapables de remettre de l'ordre dans leurs finances publiques.....Soit on accepte le prinicpe de fédération avec toutes les conséquences, soit on demande à Athènes et éventuellement les autres de sortir de l'euro...et là notre échec collectif sera patent car cela dure depuis presque 3 ans.......Je crois qu'il n'y a que deux solutions, right? fédéralisme ou chacun pour soi......entre les deux? il n'y a rien. car partager les dettes sous la forme d'une mutualisation des dettes et d'euro-obligations supposent un degré d'intégration que dertains refusent! Alors il faut en accepter les conséquences. On ne peut pas faire tout et n'impoirte quoi.
Réponse de le 23/07/2012 à 15:14 :
Eurofederal, vous êtes un partisan acharné du modèle "fédéraliste" et centralisé. Mais cela ne marchera pas. c'est trop tard. Trop d'euro-chomeurs,trop d'euro-déficit, trop d'euro-récession. Il est clair que le modèle économique de la zone euro, trop vertueux, conçut pour naviguer par temps calme, ne fonctionne pas. Il est temps d'en sortir. L'Europe a besoin d'une pause. Il lui faut du temps pour résorber ses dettes. Pour permettre à chaque Etat qui la compose de retrouver, à son rythme, son équilibre. Nul besoin de jeter le bébé avec l'eau du bain. L'"Europe politique" ne se réduit pas à l'idée d'une monnaie commune.
Réponse de le 23/07/2012 à 17:49 :
@arcesilas, non il n'est pas trop tard, il est temps, car la situation nous pousse à faire l'EUROPE; Pourquoi ? parce que seuls, un par un, comme les opérateurs des marchés le tentent déja depuis trois ans, les pays de l'ex-union (si je vous suivais) se feraient dépecer financièrement.
Un par un, France, Italie compris et les pays du nord (comme la Hollande endettée également ) vu leur taille, tous ces membres seraient durement mis à l'épreuve sur leurs dettes, et la situation économique générée par cette vague américaine du credit crunch les submergera car nous vivons tous déja à crédit.
Je pense que les instances Européennes, complètement inadaptées à la situation, vont devoir se réformer, muer en un état fédéral, (comme les états américains au 19ième tous proches de la banqueroute à l'époque) mais pour faire accepter cela aux populations, ils nous mettront devant le fait accompli, cela n'est pas encore assez dramatique, il n'y a pas encore des centaines de milliers de manifestants sur Bruxelles, et cela viendra vous verrez. Rappelez-vous, la seule véritable Union économique avec un budget commun, c'est la politique agricole commune, oui la PAC, c'est le seul instrument qui a sauvé nos agricultures des prix délirants du marché mondial ( dumping US y compris) et la seule corporation qui soit montée sur Bruxelles, tous pays confondus (voir la dernière crise sur les prix du lait en Europe en 2009..) pour se faire entendre, c'est l'agriculture : et Bruxelles a bougé.
Nous avons pour le moment des Grecs en colère, ainsi que des Portuguais, et des Espagnols, (en gros 15% du PIB européen) les Italiens commencent à manifester sérieusement, et quand la France va bouger, (la Belgique suivra) pour un poids total à plus de 45% du PIB... Demain il faudra aller manifester à Bruxelles pour une véritable révolution européenne, et construire une politique commune global.
Je peux vous dire que le seul domaine où l'Europe est crainte quand elle parle au niveau mondial c'est sur le plan agricole, et si les USA se battent si férocement avec nous sur ce point, c'est justement parce qu'unis nous sommes une vraie puissance.
Bonne journée.
a écrit le 23/07/2012 à 10:52 :
Tout arrive tôt ou tard et les pays qui ont fait des pieds et des mains pour intégrer l'EURO à l'aube des années 2000 sans les moyens et l'assise qui vont avec, en imaginant être bien au chaud, doivent maintenant en payer le prix avec effet retard.
a écrit le 23/07/2012 à 10:52 :
Le temps semble s'accelerer.
a écrit le 23/07/2012 à 9:54 :
La Sicile est elle aussi au bord du gouffre financier selon la presse italienne. La Sicile fait donc naturellement appel à l'Italie elle-même fort mal en point. Le pire est donc devant nous et on a pas fini de voir des milliers et des milliers de gens dans la rue. La révolte couve, elle gronde. Rien ne l'arrêtera.
Réponse de le 23/07/2012 à 10:25 :
L'economie informelle bat son plein = moins de rentrées fiscales = plus de déficit = plus de dettes = plus d'austérité = plus d'informel et c'est reparti pour un tour !
Réponse de le 24/07/2012 à 8:14 :
Mais où va cette fameuse révolte, que rien n'arrêtera? Casser les vitres des banques? Casser la figure à nos créanciers pour qu'ils continuent à nous permettre de vivre à crédit?
Quel programme! Ce genre de révolte sans idéologie finit immanquablement dans un bain de sang.
a écrit le 23/07/2012 à 9:06 :
Une économie basée sur la spéculation immobilière tue la jeunesse et la rente tue le travail, la France de demain sera t'elle l'Espagne d'aujourd'hui.
Réponse de le 23/07/2012 à 9:33 :
La France patit de la Rente depuis deux siècles avec une particularité récente : les rentiers ont longtemps été minoritaires, à cause du Baby Boom et de l'étatisation folle, ils sont majoritaires désormais.
Réponse de le 23/07/2012 à 9:51 :
De quelle rente parlez-vous? Des taux d'intérêt ridicules, de la bourse qui vaut moins de la moitié de ce qu'elle valait il y a une douzaine d'années, de l'immobilier au bord du krach (quand ça n'est déjà pas arrivé) dans le monde entier? Les quelques rares plus-values surtaxées (IS,IRPP,TVA,CSG et j'en passe).
Rien ne réduit mieux les inégalités qu'un bon krach boursier, mais je n'ai jamais vu un effet positif sur l'emploi,bien au contraire.Ce sont les impôts et l'inflation qui tuent le travail et l'investissement.
Réponse de le 23/07/2012 à 10:00 :
La rente qui a transformé la 1ère puissance du continent en un pays de moisis arc-boutés sur leurs petits privilèges.
S'il n'y avait eu les richesses coloniales, la France serait au niveau de l'Italie du Sud. Ça ne saurait tarder vu l'indigence de la gérontocratie et la mentalité ''Tout pour ma G.eule'' et ''Aprés moi le déluge'' de la génération 68 !
Réponse de le 23/07/2012 à 10:21 :
La France surpayait les denrées des colonies...La seule richesse coloniale est celle que la France y a investi.
Réponse de le 23/07/2012 à 10:27 :
Assez d'accord avec Henri. La France n'est véritablement devenue une grande puissance industrielle qu'après 1945 et un dirigisme de l'économie par l'Etat très fort. C'est un fait. Nos grandes prouesses technologiques (tgv, airbus, ariane espace...) n'ont été portée que par l'intervention de l'Etat. je ne cautionne pas...je fait juste un constat
Réponse de le 23/07/2012 à 10:28 :
Ben voyons ! J'ai un grand Tonton par alliance qui a fait fortune aux colonies en faisant suer le boubou !
Le mythe socialiste (Jules Ferry) de la France civilisatrice !
À d'autres : la colonisation française a légué des despotes et des crapules aux anciens pays colonisés. Source de financement des partis, soit-dit en passant ...
Réponse de le 23/07/2012 à 11:11 :
enfin des propos lucides. les jeunes actifs et entrepreneurs ne pensent d'ailleurs qu'à une chose : quitter cette vieille europe ou la gérontocratie en surpoids électoral ne fait qu'élire des politiques tout-pour-ma-gueule.
Réponse de le 23/07/2012 à 11:14 :
à Antoine ET ,elle continue à payer très cher pour les reliquats de ses ex-colonies . Ne serait-ce que le nombre de fonctionnaires que l'on y entretient ET ils sont ""sur-payés !!!"" .Vive nos colonies !!!
Réponse de le 23/07/2012 à 11:21 :
à Antoine --suite-- Sans parler des COMORES !!! Quelle belle """relique""" de nos richesses(???) passées !!!
Réponse de le 24/07/2012 à 8:23 :
"les jeunes actifs et entrepreneurs ne pensent d'ailleurs qu'à une chose : quitter cette vieille europe"
Mais pour aller où? Aux USA?Croient-ils qu'on les attend, qu'on obtient une carte de résident en arrivant?
En Asie? bonjour la corruption, les infrastructures déficientes, les coupures d'électricité, les extorsions en tous genres: éducation,santé, accidents,eau,électricité; l'immobilier exorbitant, les salaires minables! Bon courage.
a écrit le 23/07/2012 à 9:06 :
Contrairement à l'Espagne où la solidarité familiale reste très forte, où il n'y a pas de papyboomers à cause de l'époque Franco, la France vit un antagonisme sérieux entre les retraités dont je fais partie et les jeunes, il y a bien une réelle menace de conflit générationnel, car nous avons bénéficié des 30 glorieuses, des largesses de Mitterrand, de la folle spéculation immobilière, des emplois publics à foison et nous laissons la crise, les réformes à notre propre jeunesse.
Le pire c'est qu'en France nous avons les ghettos, un communautarisme galopant chez beaucoup de jeunes et une politique familiale généreuse qui a contribué à multiplier les cas sociaux. La politique française a joué les apprentis sorciers.
Je songe à m'installer en Suisse ou en Italie du Nord.
Réponse de le 23/07/2012 à 9:29 :
Bravo pour votre coming out : effectivement l'histoire jugera les boomers qui ont profité de leurs anciens et pénalisé leurs enfants pour surconsommer à crédit.
En revanche, je suis persuadé que ce ne sont pas les retraités qui vont partir mais les jeunes et les forces vives.
Réponse de le 23/07/2012 à 13:18 :
Les papy-boomers auront tout fait que la jeunesse les promènent au bout d'une pique.
La génération déshéritée, sacrifiée contre la "peak" génération, égoiste, aggrippée à ses acquis... tout est en place pour la prochaine révolution...
Réponse de le 23/07/2012 à 13:53 :
@Cvaliere,
C est deja fait !
Non rien de rien, Non je ne regrette rien !
a écrit le 23/07/2012 à 9:02 :
l'Espagne n'a plus d'avenir au sein de l'euro ni dans l'Europe, son unique débouché c'est l'Amérique Latine qui a besoin de la technologie, les entreprises du BTP pour construire des routes en dur et des immeubles pour la majorité qui vive encore dans les favelas. Les nombreux diplômés espagnols et portugais pourraient faire de bons profs
a écrit le 23/07/2012 à 8:49 :
Après le mirage de l'or des Incas, le soleil de l'immobilier aura leurré les adeptes de l'argent facile. Triste constat: l'argent ne fait pas de l'argent, et un comptable qui se transforme en entrepreneur, cela s'appelle un cabinet d'expertise. Les fantasmes bureaucratiques ne résisteront pas à la réalité. Hier le franquisme a jeté sur les routes des millions de déshérités, aujourd'hui ce sont les adeptes des oligarchies financières sans l'habit totalitaire (sans inquisition ni guerre civile) à l'image de la France du XIX siècle. Mais rassurez vous, l'Euro n'est qu'une monnaie, quelle que soit la tablette d'argile, elle ne permet que la répartition des fruits du travail. Regardez Paris, la bourgeoisie a eu la bonne russe, espagnole et portugaise, ...puis la vague du Maghreb, asiatique, ..., retour à la vague du sud !
a écrit le 23/07/2012 à 7:52 :
Si l Espagne plonge, l ensemble de l Europe et l euro plonge avec elle. Il y a urgence et nos gouvernants semblent totalement déconnectés des réalités . 2013 sera le début de la vrai crise en France !!!!
a écrit le 23/07/2012 à 7:07 :
Il faut arreter d abonder des puits sans fonds.Mais pour cela, les politiques doivent officielement reconnaitre que l usine a gaz " Euros" qu ils ont bricoler est une erreur.
mais une erreur dont tout les bords- droite gauche milieu...- profitent.
Alors helas oui, le systeme europe tel qu il est conçu va se defaire dans les larmes et le sang dans la rue.
a écrit le 23/07/2012 à 7:01 :
lorque l'avoine commence à manquer ..... je crains comme @christ des revoltes de grandes ampleurs ; mais plus encore j'ai peur (vraiment peur...) , d'un conflit majeur ,disons le mot : d'une guerre qui impliquerait les peuples européens directement . Il faut voir les chôses en face , l'Histoire est là pour nous mettre en garde.
a écrit le 23/07/2012 à 5:24 :
On s'achemine bel et bien vers des révoltes populaires. "Quand des millions de personnes se rendront compte que l'on ne peut plus vivre comme par le passé, la Révolution sera logique et inévitable" D'après le livre d'une jeunesse perdue "les corps indécents". On y vient et rien n'arrêtera plus ces mouvements de foules.
Réponse de le 23/07/2012 à 9:39 :
"rien n'arrêtera plus ces mouvements de foules"
...qui pilleront,violeront,brûleront, jusqu'à ce qu'un dictateur prenne le pouvoir,au soulagement général.
a écrit le 22/07/2012 à 22:09 :
Et la Grèce ?
Plus personne n'en parle. Sa situation financière serait-elle rétablie ?
Réponse de le 22/07/2012 à 22:52 :
Non mais l espagne representeune menace d une autre magnitude, il est donc normal que l on s attarde sur son cas.
a écrit le 22/07/2012 à 21:10 :
je ne suis pas sûr tant l'information des médias Français est manipulée que la photo que vous montrez, représente des chômeurs mais plus certainement des fonctionnaires car ce sont eux sur qui le couperet tombe maintenant et par ailleurs, je vous précise que sur la Gauche ce qui se veut un cochon de tire lire représente bien le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy mais le second sur la droite est tout simplement le chef du PSOE , le Sr RUBALCABA qui ne sort que des invectives sans la plus petite proposition.
Réponse de le 23/07/2012 à 7:00 :
la dette des fonctionnaires (retraite, medical etc...) representerait 25% des depenses public, voila ou est le trout. Au USA la dette des pension de fonctionnaires est chiffree aux alentours de 4 a 5 mille milliard de dollars, l'equivalent de la "bubble" boursiere...
a écrit le 22/07/2012 à 21:05 :
L'Espagne dans la spirale de la mort .....................et puis aux mains de Batman aussi, non ? Mes pauvres amis, si l'Espagne s'effondre, nous suivons immédiatement sans même passer par la case italienne. Alors attention aux grands mots.
Réponse de le 22/07/2012 à 22:57 :
Spirale de la mort est une expression tiree de la comptabilite et tres usitee aux US: http://blog.accountingcoach.com/what-is-the-death-spiral/

En gros on freine les depenses, qui entraine un affaissement des comptes publics car la consommation et le PIB s ecroulent... Ce qui entraine a nouveau des mesures d austerite, etc....
Jusqu a ce que la boite ou l etat fasse banqueroute!
a écrit le 22/07/2012 à 20:14 :
En son temps, un ministre espagnol du gouvernement PS avait dit que l'argent public n'appartenait à personne. A la fin de l'histoire, voilà donc ce qui arrive après presque 8 ans de socialisme !
Réponse de le 22/07/2012 à 20:30 :
Par le petit bout, par le petit bout, par le petit bout de la lorgnetteuh...
Réponse de le 22/07/2012 à 22:31 :
cher Henri vous avez combien de cartes du parti socialiste
Réponse de le 22/07/2012 à 23:29 :
Je ne vote pas mon pauvre riton et je ne suis pas hémiplégique ...
Réponse de le 23/07/2012 à 7:03 :
C'est encore bien pire,si en plus vous ne voter pas
Réponse de le 23/07/2012 à 7:19 :
Ne soyez pas jaloux de la situation Espagnole...pour nous ce n'est qu'une histoire de quelques mois..!!! l'Euro va changer l'Europe dixit Chirac le communiste...Mission accomplie...!!!!!
et le pire c'est que les Français ont signer 5 ans de plus avec Hollandréou..!!!
Réponse de le 23/07/2012 à 8:25 :
accuser le socialisme, pourquoi pas, il faudra bien trouver un coupable. Mais les US et l'Irlande sont loin du socialisme il me semble, et pourtant ...
Réponse de le 23/07/2012 à 8:49 :
Regis : je ne suis pas abstentionniste, je suis contre l'élection de représentants dans un système faussement démocratique. Après si vous aimez faire des chèques en blanc, votre bulletin de vote, sans qu'on vous rende de comptes, c'est votre affaire !
Réponse de le 23/07/2012 à 18:34 :
@ David, Citer moi un pays socialiste qui s'en sort...allez au revoir
a écrit le 22/07/2012 à 20:10 :
l'espagne pourrait payer ses fonctionnaire en partie avec des IOY ( i owe you); les fonctionnaires deviendraient alors creanciers de leur etat, ce qui soulagerait tt le monde...
Réponse de le 22/07/2012 à 20:36 :
Bien sûr, il suffirait que les fonctionnaires arrêtent de manger quelques mois. Ou bien paient leurs courses avec leurs IOU, ce qui reviendrait... à créer une monnaie parallèle à l'?. On n'aurait qu'à appeler ça des "pesetas", tiens, ça fait plus joli que IOweYou.
Ah, les y'a qu'à...
Réponse de le 23/07/2012 à 16:18 :
Le reste des pays d'Europe car eux sont déjà cuits
a écrit le 22/07/2012 à 20:09 :
Même l'ex URSS n'avait pas autant "déraillé" comme cette CCCP Europe
Une honte à ces décisionnaires qui mettent au panier les années de convergences
Réponse de le 23/07/2012 à 5:23 :
J'ai passé 6 mois en Russie et Ukraine en 1992 et j'espère de tout mon coeur que la zone euro ne connaîtra pas ce qui est arrivé à ces gens là-bas. J'ai connu des gens qui gagnaient l'équivalent de 20 euros par mois quand un litre de lait coûtait un euro. J'ai vu des prix qui doublaient du jour au lendemain. J'ai vu le marché noir partout. Et la misère, la misère celle que vous n'avez même pas conscience. Visiblement vous ne savez pas de quoi vous parlez.
Réponse de le 23/07/2012 à 7:20 :
ça sera le cas de l'UERSS au rythme ou ça va..!!!!
a écrit le 22/07/2012 à 20:02 :
Ce cyclone qui grossi et approche est très inquiétant.Il est difficile d'oser un "bon mot" et trop facile de désigner un coupable.
Je garde l'espoir que cette crise économique accélère le fédéralisme indispensable à l'avenir de notre vieux continent. Aucun pays fermé sur lui même ne s'en sortira seul, ni l'Allemagne industrielle qui a besoin de clients, ni la Grande Bretagne assise sur un baril financier explosif.
Les vielles recettes dogmatiques de droite et de gauche ayant montré leurs limites,il ne reste plus aux gouvernants qu'un peu de pragmatisme pour ne pas nous faire subir la dure loi des marchés.
Attention aux économistes de géni qui trop souvent comme les médecins légistes font leur diagnostic... à l'autopsie !
Réponse de le 23/07/2012 à 13:11 :
"Attention aux économistes de géni qui trop souvent comme les médecins légistes font leur diagnostic... à l'autopsie !" : très bien vu, parce que c'est ce qui nous pend au nez ! Je n'arrive pas à comprendre que ce soit maintenant seulement que ces économistes (mais aussi les dirigeants politiques) ne commencent que maintenant à se rendre compte des dégâts provoqués par des plans d'austérité irréfléchis et au final complètement fous qui ne font que détruire l'économie des pays concernés sans rien régler in fine au problème de leur dette ! Et que dire de l'irresponsabilité des financiers, qui finançant à des taux élevés ces pays ne font que les enfoncer dans leurs problèmes, ... quitte à tout perdre ??!
Réponse de le 23/07/2012 à 14:57 :
Cher Monsieur,mon inquiétude d'hier se confirme aujourd'hui par une dégringolade boursière contagieuse.
J'espère que les gouvernants prennent conscience de l'urgence à créer une organisation fédérale de notre vieux continant pour résister aux marchés, mutualiser nos dettes, harmoniser nos fiscalités... A cette seule condition la BCE calmera les marchés en émettant de la monaie. Un peu d'inflation, un peu de rigeur budgétaire,peut-êrtre un peu de vertue chez nos dirigeants suffiront à rendre un peu d'espoir aux peuples qui n'ont pas forcément démérité et sont victimes aujourd'hui d'une conjoncture désespérante.
a écrit le 22/07/2012 à 19:50 :
Un bout de terre en auvergne ...et vis ta vie..!
Réponse de le 23/07/2012 à 7:09 :
le bout de terre en auvergne, c'est fait !
a écrit le 22/07/2012 à 19:49 :
Elles ont spéculé pour faire un maximum d'argent mais sur des produits "toxiques".
Les Etats ont mis de l'argent pour les sauver (ou les déposants) donc les banques ont continué.
Puis les agences de notation ont jugé que les Etats étaient fortement endettés. Elles demandent le retour à l'équilibre des comptes.

Pour cela on coupe dans les prestations sociales publiques. Il ne restera plus à la population qu'à s'assurer dans des organismes privés, (banque/assurance) on voit à qui ça rapporte !

Attention à la réaction des populations...
a écrit le 22/07/2012 à 19:44 :
Lisez 2 articles en dessous vous aurez un début de réponse ??
a écrit le 22/07/2012 à 19:27 :
On va leur louer notre nouveau gouvernement je suis sur qu il saura leur faire des castagnettes et ça ira indubitablement mieux!!!
a écrit le 22/07/2012 à 19:17 :
Non, la faliite de sarko and co s'en ai occupée
Réponse de le 23/07/2012 à 7:07 :
Erreur,mon cher,la vraie faillite arrive maintenant...
Réponse de le 23/07/2012 à 8:54 :
Il y aura bien contribué ... Dans quelques temps, il vaudra mieux pour lui s'installer comme résident étranger ...
Réponse de le 23/07/2012 à 11:08 :
Ah les mythes qui permettent de se déculpabiliser... ils ont la vie dure, apparemment quelques glandus avaient trouvé en sarkozy une marotte tellement facile qu'ils ont du mal à s'en détacher. Même 20 ans après, ils en reparleront encore !
a écrit le 22/07/2012 à 19:06 :
Les mouvements sociaux vont exploser un peu partout. C'est bientôt la révolte populaire. La situation en Espagne est dramatique et l'Italie prend le même chemin avec la Sicile qui est en très grande difficulté avec un besoin de plusieurs milliards d'Euros. Rien ne va plus.
a écrit le 22/07/2012 à 18:57 :
Les Etats nationaux sont irresponsables, les Etats régionaux également et on voudrait que l'échelon supra national européen s'endette aussi. Peu importe la dimension du territoire couvert, il faut interdire le recours à la dette pour toute structure publique, petite ou grande, et sanctionner pénalement les élus et les fonctionnaires responsables des déficits publics.
Réponse de le 22/07/2012 à 19:10 :
"...sanctionner pénalement les élus et les fonctionnaires responsables des déficits publics" On peut toujours rêver. Il est pourtant clair que ces irresponsables font payer aux peuples et au prix fort, leur incurie. Qui plus est ils se gavent et refusent tous en coeur de participer à la solidarité nationale. Les impôts c'est pour les autres mais surtout pas pour eux.
Réponse de le 22/07/2012 à 20:48 :
Interdire la dette publique. Non mais bravo. Quelle entreprise privée est capable de construire un TGV, une autoroute, un métro, un port ou un aéroport, sur fonds propres + emprunts privés? Quel financeur prêtera à une boîte privée sur 40 ans?
Qu'est-ce qui paie les zones d'activité où s'installe votre hypermarché du samedi? Et les routes et ronds-points qui y mènent? Etc etc etc. Faudrait voir à penser un peu plus loin que votre local poubelles avant de prendre la parole en public...
Réponse de le 22/07/2012 à 21:31 :
Encore un qui réclame des rond-points...
Réponse de le 22/07/2012 à 21:38 :
S'ils sont rentables, un TGV, une autoroute, un métro, un port ou un aéroport seront financés sans problème par les entreprises privées (comme les chemins de fer autrefois) et à condition qu'on leur laisse accumuler des capitaux, au lieu de les taxer à mort. Veillez à sortir votre tête de la poubelle étatiste où vous vous complaisez !
Réponse de le 22/07/2012 à 21:50 :
Il faut interdire la dette et le crédit, même pour les particuliers et les entreprises. On ne devrait pouvoir acheter que si on dispose déjà de l'argent nécessaire.
Réponse de le 22/07/2012 à 22:39 :
Les individus et les entreprises produisent de nouvelles richesses qui payent les dettes. Si on reste dans des limites raisonnables (règles des tiers par exemple), les dettes privées sont saines et contribuent au développement. C'est la différence fondamentale avec les Etats qui ne créent aucune richesse.
Réponse de le 23/07/2012 à 1:29 :
"sanctionner pénalement les élus et les fonctionnaires responsables des déficits publics"

Vous racontez n'importe quoi les ayatollahs de l'austérité budgétaire.
Il y a de l'endettement public ou privé depuis la nuit des temps.
C'est par l'endettement que nos sociétés se sont développées.
Vous voulez revenir à l'âge de pierre?
Qui ne s'endette pas pour se procurer un moyen de subsistance?
Car tout développement public ou privé devant être financé, un endettement raisonné ne fait que l'accélérer. Comment serions-nous arrivés à ce niveau de vie sans endettement?
Une dette n'est pas mauvaise en soi si elle peut être remboursée.
Avez-vous la moindre idée de ce que serait un monde sans dette?
Adieu pavillon de banlieue, adieu voiture, électro-ménager, routes, ponts, train, métro, etc.
Adieu travail, emploi même au SMIC, commerce, services, etc
Retournez donc cultiver votre lopin de terre (si votre papa vous l'a légué parce que vous ne pourrez plus l'acheter) et mangez des patates toute l'année (si les aléas climatiques vous permettent). Il est temps d'arrêter les c....
Réponse de le 23/07/2012 à 7:24 :
"sanctionner pénalement les élus et les fonctionnaires responsables des déficits publics." le problème c'est que les prisons sont pleines...!!!!!! il suffit de regarder tout ceux qui nous ont mis dans cette Europe de Bruxelles..!! ceux qui ont signer Maastricht, Lisbonne...tout ceux là mérite de finir devant un juge...!!! pour HAUTE TRAHISON..!!!!
Réponse de le 23/07/2012 à 9:37 :
"S'ils sont rentables, un TGV, une autoroute, un métro, un port ou un aéroport seront financés sans problème par les entreprises privées" => ben voyons !
Arrêtez vos délires anti-étatistes !
Tout le monde sait très bien que les entreprises privées font payer très cher ce genre de services, il suffit de voir le coût excessif des autoroutes !
La "rentabilité" de ces entreprises ne profitera qu'aux actionnaires gloutons et aux dirigeants surpayés !
Ces services deviendront de moins en moins accessibles au commun du mortel français ! Ayez un peu le sens de la "res publica" !
Réponse de le 23/07/2012 à 11:29 :
Mais mon cher monsieur, la construction des ronds points est la base de nos économies.
Parce que l'on oubli que ces derniers sont construits par des entreprises privée hautement capitalistiques.
Ils sont très souvent entretenus ensuite par des boites dont le patron est un fervent liérale qui n'a de cesse de fusitger les fonctionnaires et les impôts.
Le drame est là et les carottes sont cuites.
Réponse de le 23/07/2012 à 11:30 :
+1
Réponse de le 23/07/2012 à 14:14 :
Ce qui est pratique avec les ronds points c'est qu'on peut changer de direction facilement si l'on s'est fourvoyé (comme c'est manifestement le cas de l'économie mondialisée actuelle)
a écrit le 22/07/2012 à 18:48 :
J'espère au moins que contrairement à la France, ils annuleront tous les feux d'artifice car c'est vraiment faire partir de l'argent en fumée pour des produits fabriqués en Chine. Je suis très choquée de voir que même dans ma petite commune de 2000 habitants, un feu d'artifice se déroule tous les vendredi soir avec l'argent public .
Réponse de le 22/07/2012 à 21:22 :
Vous avez raison, ainsi que tous les travaux inutiles dans les communes dirigées par des vieux qui n'ont connu que les 30 glorieuses.Obligeons les à économiser le temps que passe l' orage. Dans ma petite commune, des travaux de réfection de la halle pour un montant de 1 000 000 ?. Ces chantiers multipliés par des milliers de communes. Ronds points inutiles, ou trop luxueux,
Réponse de le 23/07/2012 à 10:16 :

à Tarzan et à feux d'artifice . Si l'on commençait par réfléchir et voir tout ce qui est superflu ou inutile en 1er ces ""chemtrails"" que ces pilotes sans morale nous déversent chaque jour sur nos têtes et sur celle de leurs propres enfants pour nous empoisonner (ils doivent être très bien payés pour faire cette sale besogne !) cela ferait déjà une bonne économie journalière et nous respirerions mieux ,j'en suis sûr !!!.
Il y a encore bien d'autres économies faisables sans nuire au peuple(au contraire !) simplement quelques profiteurs (en général sans vergogne !!!) seraient pénalisés mais quel bonheur pour les autres !!!!
Réponse de le 23/07/2012 à 16:02 :
Interdire, obliger, contraindre, forcer, embastiller, etc.
Le retour de la Terreur ?
Après le "Il est interdit d'interdire..." de mai 1968 !
L'Histoire est bien un cycle perpétuel.
a écrit le 22/07/2012 à 18:26 :
et nous c'est pour quand la fin du regne de francais nantis
Réponse de le 22/07/2012 à 18:39 :
Ne vous inquiétez pas : pour la faillite Hollande s'en occupe....
Réponse de le 22/07/2012 à 19:30 :
Ne vous inquiétez pas quand iln y aura plus de riches les pauvres seront les nouveaux riches !!!!
Réponse de le 23/07/2012 à 6:21 :
Un proverbe chinois dit :"quand les gros maigrissent,les maigres meurent".
Réponse de le 23/07/2012 à 7:09 :
C'est la fin. Le pire est devant nous, et nos gouvernants sont là les bras ballands. OOOopps non : ils commémorent. 14 Juillet, vel d'hiv etc. la belle affaire. Rien de bien folichon en tout cas pour essayer de nous sortir de là. Pour les espagnols, ils ont eu un répit de la part de la population grace au foot, mais la situation économique est telle qu'ils vont nous entrainer au fond en quelques mois. préparons nous au pire, moi je m'inquiete surout pour mes gosses. je ne vois pas trop ce qu'ils vont devenir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :