BCE : Draghi essaye de gagner du temps

Mario Draghi, président de la banque centrale européenne, l'a à nouveau martelé, "l'euro est irréversible". Mais ses déclarations n'ont pas convaincu les marchés. Il s'est contenté de reporter à plus tard ses décisions sur une éventuelle action sur les marchés obligataires secondaires et a conditionné les "mesures monétaires non standard" à la demande d'activation du FESF par les gouvernements.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Mario Draghi a une fois de plus martelé que l'euro était "irreversible" et a répété son engagement à "faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l'euro". Mais, à l'occasion de sa conférence de presse mensuelle, il est resté flou quand aux mesures à adopter et a reporté la plupart des décisions sur lesquelles il était attendu à plus tard.

La BCE prête à intervenir sur les marchés obligataires

Interrogé sur les rachats de dette sur les marchés secondaires, Mario Draghi a assuré que la BCE était prête à intervenir sur le marché de la dette, face aux taux d'emprunt "inacceptables" que doivent consentir certains pays de la zone euro et qui empêchent la bonne transmission de sa politique monétaire. "Le conseil des gouverneurs, dans le cadre de son mandat pour maintenir la stabilité des prix à moyen terme et dans le respect de son indépendance pour déterminer la politique monétaire, pourrait décider des opérations sur le marché obligataire d'une taille adéquate pour atteindre son objectif", a-t-il déclaré. Mais "même en étant prêts, nous n'avons pas de raisons de le faire" a-t-il ajouté.

Des mesures non-conventionnelles supplémentaires

Très attendu sur le sujet, Mario Draghi a reporté la décision sur d'éventuelles mesures non-conventionnelles supplémentaires à plus tard et assuré que le conseil des gouverneurs examinera la question "selon ce qui est requis pour rétablir la transmission de la politique monétaire".

Mario Draghi renvoie les États dans leur camp

Mais il a conditionné l'application de telles mesures à l'activation par les États du FESF, qu'il considère comme un pré-requis avant toute action de la BCE.

Licence bancaire au FESF

Mario Draghi ne s'est pas dit contre l'idée d'accorder la licence bancaire au FESF, mais "pas sous sa forme actuelle". Pour lui, accorder la licence bancaire au FESF serait contraire aux traités.

Vers une baisse des taux d'intérêt ?

"Nous avons discuté d'une réduction des taux d'intérêt, mais le conseil des gouverneurs n'a pas jugé le moment opportun."

Déçus, les marchés s'effondrent

Dans la foulée de la conférence de presse de Mario Draghi, les marchés affichaient leur déception face à l?absence d?une action immédiate de la BCE. Vers 15h à Paris et à Francfort, le CAC 40 et le Dax perdaient de plus de 2%. A Madrid, l?Ibex-35 des principales valeurs chutait de 5,06% à 6.379,7 points. Enfin à Milan, le MIB reculait de près de 3%. Logiquement, les banques étaient les principales touchées. En Espagne, BBVA (-7,95%) et Banco Popular (-7,25%) enregistraient ainsi les plus forts reculs à la Bourse de Madrid.

De la même manière, le marché obligataire réagissait négativement aux propos du président de la BCE. Le rendement italien, qui évolue en sens inverse du prix, montait à 6,161% (contre 5,931%) peu après 15h. Celui de l?Espagne progressait à 6,803% (contre 6,732%), alors qu'il se détendait nettement depuis le début de la journée.

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 03/08/2012 à 9:36
Signaler
Les états européens à commencer par la France ont ete forgés par la force des baillonettes. Bretons, Basques, Flamands, Catalans, Alsaciens ,etc. tous des peuples de culture et de langue différente. Sans la force des baillonetes et les repr...

à écrit le 03/08/2012 à 8:19
Signaler
il n'y a pas de solution c'est pas qu'il essai de gagner du temps...!!!! que peut-il faire..!!!! RIEN le système est mort et j'espère que tout ses gens seront remis a la justice pour avoir piller la Grèce l'Italie l'Espagne le Portugal et la France a...

à écrit le 02/08/2012 à 19:08
Signaler
Ca sent vraiment le roussi car les marchés ne vont pas attendre, ils vont sanctionner. A peine plus de 10 ans d'existence et déjà le début de la fin... A l'échelon de l'histoire de l'humanité, ç'aura été un des plus terribles échecs, de ces humains p...

le 02/08/2012 à 21:27
Signaler
... avec vous. En attendant, François II le Normal se bronze au Fort de Brégançon. Honte à ce fainéant qui aurait du rester à l'Elysée pour gérer une des crises les plus graves de notre histoire !

à écrit le 02/08/2012 à 18:33
Signaler
Évidemment, il attend le 3ème QE de la FED.

le 02/08/2012 à 18:49
Signaler
...c'est que la FED attendait manifestement un 3ème LTRO avant de faire un 3ème QE. C'est l'histoire du serpent qui se mord la queue !

le 02/08/2012 à 22:57
Signaler
Le premier qui bouge a perdu!

à écrit le 02/08/2012 à 18:03
Signaler
Pff, tout ce blabla pour au final RIEN, compter sur la BCE et les politiques c'est la ruine assurée. merci vraiment merci. Ca fait 4 ans qu'ils gagnent du temps pendant que l'on perd de l'argent, ce qui ne les empêchent pas d'augmenter les taxes. A r...

le 02/08/2012 à 18:14
Signaler
L'heure de vérité approche car on ne peut pas éternellement s'endetter pour gagner du temps ... Il va falloir que Drax Queen, Makrel, Full Monty, Flamby, Lagourde and co annoncent la vérité (pas qu'on s'enfonce dans la récession, tout le monde a com...

à écrit le 02/08/2012 à 16:57
Signaler
Si, à force de se faire malmener, les Etats providentiels obèses ne comprennent pas qu'ils doivent se réformer pour faire place aux Etats régaliens réduits bien gérés, c'est que les politocards actuels sont vraiment bornés et que leurs petits pouvoir...

le 02/08/2012 à 18:16
Signaler
L'intérêt général des peuples, c'est bien l'emploi et la croissance, n'est-ce pas ? Pas de faire crever l'économie pour essayer de rembourser des créances qui de toutes façons sont devenues non remboursables ?

le 02/08/2012 à 18:32
Signaler
@Henri: en face des dettes, il y a des créanciers, très souvent des épargnants au travers de leurs contrats d'assurance-vie divers, notamment. Si on ne rembourse pas, il y aura inévitablement spoliation des épargnants. Qui ne sont pas tous d'horrible...

le 02/08/2012 à 19:00
Signaler
L'intérêt particulier n'est pas l'intérêt général Les 68tards ont toujours confondu

le 02/08/2012 à 19:13
Signaler
Henri et Spip vous avez raison tous les deux : les placements sûrs dont le capital est garanti, contrairement à ce qu'on raconte, ça n'existe pas. Et là pour la peine, il va y en avoir des pertes en capital !

à écrit le 02/08/2012 à 16:56
Signaler
Göring promettait à Hitler qu'aucun avion alliés ne survoleraient l'Allemagne pis... , boum, boum, boum. Mais d'ou sortent ces branleurs ?

à écrit le 02/08/2012 à 16:33
Signaler
Toujours aussi borné ce Mario Draghi. Il a vraiment des crottes de mammouth dans les yeux.

à écrit le 02/08/2012 à 16:25
Signaler
"L'euro est irréversible" car... c'est son job!! Mais rien de l'empêche de devenir une monnaie commune à la place d'être unique!

le 02/08/2012 à 16:50
Signaler
Quelle est la différence ? Qu'est-ce que ça changerait ?

le 02/08/2012 à 17:17
Signaler
Ca changerait que l'euro pourrait servir pour les transaction hors UE mais à l'intérieur de l'UE, chaque nation reviendrait à sa propre monnaie et aurait la main sur sa politique monétaire plutôt que de se retrouver dans un carcan inextricable qui tu...

le 02/08/2012 à 17:43
Signaler
Cela ne s'appelait-il pas le SME et l'ECU ? :-)

à écrit le 02/08/2012 à 16:08
Signaler
Seule solution repartir à zéro tant pour l'UE que la zone Euro. Il faut un véritable état fédéral (monnaie, défense, affaires étrangères, économie) avec uniquement quelques états vertueux.

le 02/08/2012 à 16:39
Signaler
TOUT A FAIT D ACCORD ! IL Y A DES ANNEES QUE JE DIS CELA A TOUS CEUX QUI ME DISENT LE CONTRAIRE . OU UNE EUROPE DES NATIONS OU UNE EUROPE AVEC UN SEUL GOUVERNEMENT C EST TELLEMENT SIMPLE MAIS CHACUN VEUT GARDER SES PREROGATIVES IMBECILES !!! HE OUI Q...

le 02/08/2012 à 17:15
Signaler
Ah ben alors si Marcel66 le dit depuis des années. Un Etat Fédéral, non mais quelle connerie... Comme si un Etat se décrétait, qu'un peuple se décrétait. L'Europe est un continent et est constituée de divers peuples, point barre. Les lunes eurobéates...

le 02/08/2012 à 17:47
Signaler
Une zone Européenne n'impose pas l'unique modèle de l'Etat Fédéral. L?historique CECA fonctionnait très bien sur le concept de mutualisation des moyens. Le concept de GIE au sens industrie s'applique parfaitement aux états. On peut mutualiser la défe...

à écrit le 02/08/2012 à 16:03
Signaler
"Pour lui, accorder la licence bancaire au FESF serait contraire aux traités." => Incroyable ! Le 2 août 2012, Mario Draghi et moi somme d'accord sur un point... cela dit, ses pouvoirs de nuisance sont considérablement plus importants que les miens.

le 02/08/2012 à 16:39
Signaler
Vous oubliez un point, vous avez également en commun de n 'avoir aucun pouvoir pour résoudre cette crise. Facteur aggravant pour lui, il en est en parti responsable....

le 02/08/2012 à 16:51
Signaler
Heureusement, d'ailleurs. On imagine mal le massacre si Bastien et ses amis étaient au pouvoir.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.