Les Grecs sont-ils les "Tanguy" de la zone euro ?

 |   |  172  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Le ministre bavarois des Finances, Markus Söder, estime que les Grecs doivent "déménager de chez maman" et quitter la "famille européenne" de la zone euro.

Le ministre bavarois des Finances, Markus Söder, estime qu'il est temps pour les Grecs de quitter la "famille européenne" de la zone euro, dans un entretien au journal "Bild am Sonntag" dimanche. "A un moment donné chacun doit déménager de chez maman, et les Grecs en sont là", déclare le responsable des Finances, issu des conservateurs, du riche Etat de Bavière (CSU) alliés aux chrétiens-démocrates de la chancelière Angela Merkel.

Coutumier de ce type de propos

Catégorique, M. Söder qui est coutumier des phrases virulentes contre Athènes, considère que "si un pays comme la Grèce ne peut à terme plus rembourser ses dettes, alors il doit quitter l'euro". Il table sur une sortie d'Athènes de la monnaie unique "d'ici la fin de l'année". Et de prévenir: "si les Grecs arrivent à imposer leur tactique, qui consiste à laisser traîner les réformes et le remboursement des prêts, alors c'est tout le système qui s'effrondrera".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/08/2012 à 18:12 :
Mais bye bye U.E.vive le Drachme,a cet époque au moins il y avait pas tout ses problèmes du a la monnaie unique,crise,prix qui flambe,rente qui diminue,et pour l Espagne,Italie,Portugal et compagnie sait pas mieux pour pas dire pire,mais voila une sortie de la Grèce de l U.E.n arrange pas les banques et les riches,faut que le reste de la population face le possible pour en finir avec cet Grande Europe,que l on revienne comme avant chacun sa merdasse.
a écrit le 06/08/2012 à 11:20 :
Sur l'affaire des pays du Sud de l'Europe, cela nous montre que les sociétés civiles doivent rester vigilantes face à des politiques qui consistent en dévaster des nations entières. Ce qu'il faut c'est sauver les classes moyennes et les entreprises de ceux qui les mettent à bas.
Réponse de le 06/08/2012 à 11:35 :
Riton, on dit "qui consiste à " ...
a écrit le 05/08/2012 à 21:11 :
Ce qu'ont peux dire, c'est que les Grecques sont de gros assistés. Les fonctionnaires et les RMIstes Français seraient jaloux.
Réponse de le 06/08/2012 à 11:34 :
2 fautes d'orthographe et une faute de grammaire seulement : Cérézouss progresse !
a écrit le 05/08/2012 à 19:43 :
Ce sont l'Allemagne et la Grèce qu'il faut sortir de la zone Euro. Surtout l'Allemagne, le passager clandestin de l'Europe, ce pays qui bénéficie depuis douze ans maintenant de la non-réévaluation de sa monnaie face à celles de ses principaux marchés. Que l'Allemagne sorte, et les déséquilibres de compétitivité pourront enfin être régulés par la monnaie, ce qui est essentiel, sauf pour les interventionnistes genre soviétiques ou les Eurofédéralistes. Une fois que les compétitivités seront restaurées, alors, les revenus se redressant, l'on pourra tailler dans les coûts et rembourser les dettes sans soucis. En revanche, pour l'industrie allemande, parasite de l'Europe, finie la vie facile.
Réponse de le 05/08/2012 à 20:39 :
Wouaaaa vous vous avez du faire du hautes études en économie! L'Allemagne passager clandestin de l'Europe ... Pas mal celle la! Je le demande cd qu'est la France dans ce cas !
Réponse de le 05/08/2012 à 20:58 :
la France est forcément le phare de l'Europe, le pays avec le plus d'élus donc le mieux géré, le pays qui n'a pas fait de réformes socio-économiques majeures depuis 30 ans (les 30 dispendieuses) au nom de la réduction des inégalités et de la "solidarité nationale", le pays qui a inventé le partage du travail que le monde entier nous envie (moi ça m'arrange je gagne assez pour profiter de mes rtt...), le pays qui cumule les rapports, livres blancs, commissions et ambassadeurs itinérants et où la "classe dirigeante" brille par son absence de culture économique qui n'a d'égale que son manque de courage et une vision de l'intérêt du pays qui se cantonne à la prochaine échéance électorale. Et d'aucuns qui croient que nous nous préparons les 30 rigoureuses ... pfff quand les poules auront des dents, quand les ânes voleront et quand l'homo politicus troquera la langue de bois pour des boules d'acier.
Réponse de le 05/08/2012 à 21:23 :
@Bouga. Oui, l'Allemagne est le passager clandestin de l'Europe. Pourquoi ? Parce qu'en économie ouverte, si les changes ne sont pas flottants, le pays le plus compétitif (l'Allemagne) asphyxiera forcément les autres. Or l'Euro est un système de parités fixes (donc non flottantes) entre 17 pays. Et bien entendu, l'Allemagne a asphyxié ses rivaux français et italiens. Il faut être assez stupide pour infliger aux industries italienne et grecque la monnaie de l'Allemagne. Et pourtant ils l'ont fait. Savez-vous pourquoi c'est une aberration ? Non, bien sûr, vous l'ignorez. Et bien c'est parce que normalement, un pays excédentaire voit sa monnaie s'apprécier face à celles des pays avec lesquels il dégage un excédent. Et donc, son pouvoir d'achat augmente (il l'a bien mérité) mais ses produits deviennent un peu moins compétitifs, puisque les coûts de production se renchérissent par appréciation monétaire. L'équilibre se rétablit ainsi partiellement. Sauf que depuis l'Euro, l'Allemagne ne voit plus sa monnaie s'apprécier face à celles de ses partenaires, puisque c'est la même ! Donc, l'équilibre - incomplet - qu'est censé assuré le flottement des monnaies n'est plus assuré ! Les pays les moins compétitifs perdent alors tout moyen de s'améliorer, puisqu'il n'y a aucune raison d'investir chez eux. N'ayant plus de revenus extérieurs, ils n'ont plus qu'une seule solution pour préserver leur niveau de vie : s'endetter ! L'Allemagne devrait avoir une monnaie au moins 20% plus chère que celle de l'Italie et d'au bas mot un tiers plus chère que celle de l'Espagne, or, elle a la même ! Cela dure depuis plus de dix ans : c'est de la folie pure. L'Euro est la pire erreur de politique économique depuis les années 30. La pire ! Et seule l'Allemagne en profite : qu'elle sorte de l'Euro, et demain, l'Allemagne perdra la moitié de sa compétitivité et plus de 5% de son PIB (Merrill Lynch parle de 7%).
Réponse de le 05/08/2012 à 22:15 :
votre commentaire est juste.
Réponse de le 05/08/2012 à 23:48 :
Du bon sens.
Réponse de le 06/08/2012 à 0:49 :
Merci pour cette démonstration
Réponse de le 06/08/2012 à 9:38 :
Truk, toute votre argumentation s'effondre en regardant les faits: la France s'endette depuis longtemps et affiche un déficit budgétaire depuis 1974, soit bien avant la mise en place de l'euro. Le système de protection sociale n'est viable que pour une population avec peu de retraités, peu de chômeurs et des dépenses de santé qui restent limitées, ce qui était le cas quand il a été mis en place. Or tout s'est aggravé sans qu'on ne réforme grand-chose.
Conclusion: l'euro et l'Allemagne n'y sont pour rien. Si l'Allemagne sort ou l'euro disparait (ce qui de toute facon n'arrivera pas), et même si on efface notre dette, nos déficits repartiront de plus belle.
Réponse de le 06/08/2012 à 10:35 :
@Truck. vous avez malheureusement raison. Certes l?Allemagne a une industrie puissante. Certes elle a mené une politique de rigueur débouchant sur la limitation des salaires et de la consommation intérieure. Mais cette politique de rigueur n'a pu marcher que parce que les partenaires commerciaux de l'Allemagne n'ont pas adopté la même rigueur à l'époque. Pire, ils se sont endettés pour continuer à consommer (et augmenté leur importations) . Qui sont ces principaux partenaires commerciaux de l'Allemagne? Les pays européens: 60% de l?excédent commercial allemand provient des échanges avec les pays de la zone euro (principalement, France, Italie et Espagne). Le fait d'avoir la même monnaie comme vous l'expliquez explique clairement l'"apparente" compétitivité de l'Allemagne qui est seule à en tirer les bénéfices aujourd'hui. Mais il ne faut pas se tromper. 2 facteurs expliquent la situation actuelle: l'euro ET le manque de réformes structurelles des autres pays de la zone euro qui se sont endettés pour soutenir leur consommation.

Donc il faudrait que la zone euro ait une vraie cohésion économique: à long terme, il faut financer la ré industrialisation des des secteurs laissé exsangues par la mondialisation et les déséquilibres internes de la zone euro. A court terme, il faudrait que la BCE prête aux états en difficulté à des taux compétitifs: l?Espagne et l'Italie (contrairement à la Grèce) ont un gros secteurs industriels et services. s'ils ne peut pas se financer, il sera asphyxié. A quoi bon laisser les états de l'euro prêter de l?argent à 5, 6 ou 7%: ils ne pourront jamais rembourser vu que leur taux de croissance ne sera pas du même acabit.
Réponse de le 06/08/2012 à 10:42 :
@ Truk :Votre commentaire est excellent .Enfin quelqu'un qui s'y connait en economie.
Réponse de le 06/08/2012 à 11:17 :
L'appréciation monétaire se fonde sur sur une économie saine, c'est un phénomène positif. On connait les ravages de la dévaluation et du tripatouillage de la planche à billets. C'est de la basse politique. Si la monnaie allemande s'appréciait, ses produits étant de haute valeur ajoutés ils pourraient rester compétitifs, ils auraient donc un problème à la marge. Ils seraient gagnants sur le pouvoir d'achat. Donc votre argumentation qui dit que cela serait un désastre ne tient pas. Sachant que le coût des matières premières augmente, la zone n'ayant pas de ressources naturelles, il est impératif pour sa survie qu'elle fabrique des produits de haute valeur ajoutée. La France, pays archaïque, méprise la technologie. Elle voit donc son industrie disparaître peu à peu, on voit les parts de marché. Mais les italiens eux exportent. La France comme l'Europe du Sud c'est le modèle des désastre.
Réponse de le 06/08/2012 à 11:28 :
Il suffit de lire n'importe lequel des bouquins d'économie pour savoir :1) que l'euro fort a fait du mal aux économies du sud grèce compris; 2) que notre déficit depuis + de 20 ans est suicidaire et que des économies sont à effectuer; 3) que des efforts de compétitivité sont à faire; 4) que les impôts doivent rentrer ni trop, ni trop peu; Bref un programme ni de droite ni de gauche mais d'union nationale et de bon sens. Tous ensemble et pas chacun dans sa bulle idéologique !
Réponse de le 06/08/2012 à 12:02 :
Merci pour votre commentaire. Nous en arrivons au suicide collectif organisé par le monde politique. Est-ce là le but d'une société? Par ailleurs ce qui a fait du mal ça n'est pas l'euro mais la compétitivité chronique et entrenue de certains pays par le monde politique justement, en particulier l'obscurantisme et l'agression socialiste contre l'économie par le mépris de la compétitivité. Il est pourtant facile à tout un chacun de lire dans n'importe quel livre d'économie qu'une monnaie forte s'accompagne d'une monnaie forte. Que les politiques n'en aient cure, c'est alors un problème pour les sociétés, puisqu'effectivement elles sont conduites au suicide par les politiques. La conclusion saine et logique est que nous devons réagir contre cette agression.
Réponse de le 06/08/2012 à 12:02 :
Merci pour votre commentaire. Nous en arrivons au suicide collectif organisé par le monde politique. Est-ce là le but d'une société? Par ailleurs ce qui a fait du mal ça n'est pas l'euro mais la compétitivité chronique et entrenue de certains pays par le monde politique justement, en particulier l'obscurantisme et l'agression socialiste contre l'économie par le mépris de la compétitivité. Il est pourtant facile à tout un chacun de lire dans n'importe quel livre d'économie qu'une monnaie forte s'accompagne d'une monnaie forte. Que les politiques n'en aient cure, c'est alors un problème pour les sociétés, puisqu'effectivement elles sont conduites au suicide par les politiques. La conclusion saine et logique est que nous devons réagir contre cette agression.
Réponse de le 06/08/2012 à 13:19 :
"Nous en arrivons au suicide collectif organisé par le monde politique.": Non, nous en arrivons au suicide collectif organisé par le monde économique orthodoxe. La crise européenne est avant tout une crise politique, une crise de confiance: la dette publique n'a rien à voir avec une dette privée (contrairement à ce que les libéraux aimeraient faire croire) et est complétement liée à un problème de confiance. Actuellement, c'est parce que les citoyens n'ont plus foi dans les institutions publiques (merci au New Public Management...) et qu'il est impossible de dépasser la construction économique européenne pour arriver (enfin) à une Europe politique que la crise de la dette est aussi catastrophique. Nous ne nous en sortirons pas tant que l'UE sera uniquement basée sur la concurrence et la compétitivité, et non sur la coopération et l'entraide. Je signale juste au passage que quand il y a concurrence, pour qu'il y ait des gagnants, il est nécessaire qu'il y ait des perdants, et surtout des grands perdants. Et effectivement, les allemands sont les réels passagers clandestins de l'UE, qui n'ont aucune envie de construire autre chose qu'un marché unique où ils resteront les gagnants perpétuels, et élimineront les perdants régulièrement.
a écrit le 05/08/2012 à 17:57 :
A vrai dire, puisqu'ils ont maquillé leurs comptes, les grecs n'auraient jamais dû entre dans la zone Euro. Les dirigeants des Etats membres ont été trop laxistes. Le problème de leur sortie ne se poserait pas.
Réponse de le 05/08/2012 à 18:52 :
il semble qu'ils ne soient pas les seuls à avoir maquillé leur compte : les français également.
la sortie des grecs poserait un gigantesque problème au reste de l'Europe : la banque de france envisage déjà de vendre son or pour assumer ses comptes !!
Réponse de le 06/08/2012 à 7:38 :
Petit rappel : celui qui était en charge de cet habillage est actuellement président de la BCE.
Réponse de le 06/08/2012 à 9:30 :
@bertrand: d'où sortez-vous les informations comme quoi 1) la France a maquillé ses comptes, et 2) la banque de france envisage de vendre son or? merci
Réponse de le 06/08/2012 à 10:17 :
CONCERNAnt votre 2°, plusieurs articles dans la presse financière font sont parus récxemment dans la presse financière, la BDF "étudierait" une vente partielle de son or... comme si SARKO n'en avait pas fait assez en 2005.
Réponse de le 06/08/2012 à 10:42 :
Vente de 500 tonnes d'or en 2004 pour résorber les déficits ! voir article sur internet
Réponse de le 06/08/2012 à 11:16 :
Les 2435 tonnes d'or stockés dans les sous-sols de la Banque de France appartiennent à la nation et non à la BdF. Une telle décision serait prise par le pouvoir (exécutif ou législatif ?).
Réponse de le 06/08/2012 à 11:29 :
La France maquille les comptes car il existe des entreprises sans comptes, on a dénoncé la sncf et les organisations syndicales. La France maquille les comptes car elle fait croire qu'il existe de l'argent pour les retraites, argent qui n'existe pas, on parle de 900 milliards. Quand on a un Etat cher et inefficace, c'est qu'on a un problème dans le fonctionnement des institutions. En particulier quand aujourd'hui les augmentations de prélèvements menacent les entreprises. C'est une question de survie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :