La mise en garde de Mario Monti à l'Allemagne

 |  | 772 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président du conseil italien s'inquiète de la montée du sentiment anti-allemand en Europe. Pour mieux faire pression sur Berlin.

Mario Monti est « inquiet ». Dans un entretien publié par l?hebdomadaire allemand Der Spiegel ce lundi, le président du conseil italien a mis en garde contre la progression du sentiment anti-allemand en Italie et dans toute l?Europe et évoque une « rupture psychologique » au sein de l?Europe, sous entendu entre le Nord et le Sud du continent. « Nous devons travailler pour empêcher cette rupture de se développer », a-t-il indiqué ajoutant que « si l?euro devait devenir un facteur de désunion au sein de l?Europe, cela détruirait les fondations du projets européens ». Mario Monti affirme avoir évoqué ce problème avec Angela Merkel.

Critiques envers l?Allemagne

Le chef du gouvernement italien vise cependant moins les critiques italiennes à l?encontre de l?Allemagne que l?attitude même de Berlin qui, dans son esprit, encouragerait ces critiques. Dans son viseur : les réticences de la première économie de la zone euro à mettre en pratique les décisions du conseil européen, notamment sur l?utilisation du MES et du FESF pour racheter des titres souverains sur le marché secondaire. C?était l?exigence de Rome lors du dernier sommet de Bruxelles fin juin et les 17 s?étaient mis d?accord sur le principe. Mais la Finlande, l?Allemagne et les Pays-Bas freinent la mise en ?uvre concrète de cette décision. « Il faut régler les problèmes qui alimentent un climat d?incertitude », a martelé Mario Monti.

Le rôle des parlements nationaux contestés.

Egalement en cause dans cet entretien : le rôle des parlements. « Si les gouvernements devaient se laisser complètement brider par leurs parlements sans préserver leur espace de négociation, l?Europe risque d?éclater plutôt que de renforcer son intégration », a mis en garde le chef du gouvernement italien. Ici, c?est l?Allemagne qui est directement mise en cause : la cour constitutionnelle de Karlsruhe a récemment imposé un renforcement des pouvoirs du Bundestag dans la politique européenne en exigeant « un vrai pouvoir de décision » des députés. Une décision qui réduit la marge de man?uvre de Berlin. Par ailleurs, Karlsruhe doit le 12 septembre prochain se prononcer sur la validité du pacte budgétaire et pourrait encore exiger une plus grande participation du parlement.

Vives réactions en Allemagne

En Allemagne, la classe politique ne s?est pas trompé sur la nature de cet entretien et n?a pas de mots assez durs pour critiquer Mario Monti. Même si le chef du gouvernement italien affirme que l?Italie n?a besoin que du « soutien moral » de l?Allemagne et pas de son soutien financier et qu?il insiste sur ce point, beaucoup, outre-Rhin, voient dans ses déclarations une tentatives de chantage : ou Berlin cède à ses exigences, ou l?Europe éclate. « Monti veut régler ses problèmes aux dépens des contribuables allemands et enrobe cela de poésie pro-européenne », résume le leader des eurosceptiques libéraux Frank Schäffler. Même son de cloche à la CSU bavaroise où le député Michael Grosse-Brömer estime que « l?envie de l?argent des contribuables allemands pousse Monti à un apogée anti-démocratique ». Du reste, même à gauche, on n?apprécie guère les propos du président du conseil italien. L?acceptation de l?euro et de son sauvetage est renforcée par la participation des parlements nationaux, pas affaiblie », rappelle Joachin Poß, le vice chef du groupe parlementaire SPD au Bundestag qui, plus piquant, ajoute : « sans doute les années Berlusconi ont détérioré la compréhension du rôle du parlement en Italie ».

Pressions avant un automne décisif

La pression de Rome sur Berlin s?inscrit dans une stratégie plus globale d?isolement croissant de l?Allemagne alors que se prépare en coulisse une rentrée mouvementée sur le front de la crise européenne. Le chancelier autrichien Werner Faymann, lui-même, a participé au mouvement en affirmant ce lundi dans le quotidien viennois Kurier qu?il « comptait » sur un recul d?Angela Merkel sur la licence bancaire au MES. Un point que l?Allemagne refurse depuis toujours, car on estime que cela reviendrait à financer les Etats en difficulté par l?argent des contribuables des autres Etats. Là encore, ces déclarations ont beaucoup énervé à Berlin. Le député européen CDU Elmar Brok a ainsi estimé que le chancelier autrichien était "à la recherche de sa propre ligne". Derrière le calme estival, les grandes man?uvres se poursuivent donc plus que jamais.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/08/2012 à 19:34 :
Moi ce qui me fait poiler, c'est la sortie de capitaux 100 puis 200 à venir en Italie dont on parle, des capitaux étrangers qui n'ont plus confiance. Peut être bientôt nous sortirons de cet enfer.
Réponse de le 10/08/2012 à 2:35 :
M'en parle pas j'adore! Que l'amérique assèche l'europe et les republicains passent! Alors l'Europe se retrouvera comme une c... défaite! Appelons donc notre ami Georges qui a bien des griefs! En particulier contre le chaos actuel.
a écrit le 09/08/2012 à 3:27 :
L'Europe semble promise au même avenir que l'ex-URSS. Un effondrement du système socialiste est de plus en plus probable avec son corolaire la misère généralisée.
Réponse de le 09/08/2012 à 8:54 :
N'importe quoi!
"Un effondrement du système socialiste": vous parlez de quoi??? L'ultra-libéralisme et/ou le conservatisme (au choix) vous aveugle: c'est dommage pour une tentative d'éclairage.
Réponse de le 10/08/2012 à 2:13 :
Alors, qui le premier prendra la place sur le char?
a écrit le 09/08/2012 à 3:10 :
Je ne lit que des commentaires favorable sur Monti, mais savez vous les Français que Monti en Italie est très mal apprécier parce que ce chère Monsieur fait ce que à fait toujours les gouvernements précédents c'est à dire augmentés les impôts et rien pour la croissance du pays qui est en récession.
Monti n'a pas de leçon à donner à personne.
a écrit le 07/08/2012 à 10:28 :
EU = PAIX. 'Z'êtes sûr ?
a écrit le 06/08/2012 à 23:03 :
"Sentiment anti-allemand", "rupture psychologique"... déjà? La crise de la dette européenne n'en est pourtant qu'à ses débuts. Il faudra bien 20 ans aux Etats du sud-ouest européen pour résorber leurs montagnes de dettes. 20 ans de privation, de chômage, de réaménagement économique, de colère... Que restera t'il de l'Europe politique près cela?
a écrit le 06/08/2012 à 20:22 :
La hargne de la droite cassoulet franchouillarde contre Mario Monti date de sa participation à la commission Attali : pensez, un type qui veut briser les monopoles, l'étatisme rampant, les clientélismes, le jacobinisme, bref la Rente avec un grand "R" est forcément l'ennemi à abattre !
Réponse de le 06/08/2012 à 20:59 :
Plus le temps passe, et plus je trouve vos commentaires infondés et surréalistes, mais très drôles toutefois. Bonne soirée à vous.
Réponse de le 06/08/2012 à 21:07 :
D'ailleurs mon assistante la charmante Yasmina va passer parmi vous avec un chapeau. D'ordinaire les gens généreux y déposent une poignée d'euros ou même un ticket restaurant.Toutefois si vous êtes nécessiteux, un sourire nous ravira aussi. Mesdames et messieurs, bonne poursuite de voyage sur la ligne 9 !
Réponse de le 06/08/2012 à 21:29 :
Avec 500 milliards d'euros en 5 ans de mandat pour le petit sarko !!!
a écrit le 06/08/2012 à 19:55 :
jusqu'a présent la france a été extremement bien gérée:dette contenue,taux courts négatifs,protection sociale généreuse et maintenue.la france est donc arbitre,coincée entre deux modèles neolibéraux qui ont montré leurs limites:l'italie et l'allemagne.je pense que l'attitude de françois hollande est la bonne:ne rien faire ,observer les adversaires s'anihiler,prendre son temps,tout en sachant que nous sommes dans une oasis,mais une oasis précaire
Réponse de le 06/08/2012 à 20:16 :
Si vous êtes sérieux, c'est très inquiétant. Les dirigeants français de ces dernières quarante années ont vécu à crédit, dilapidé l'argent emprunté, effacé des créances extérieures et placé leurs petits copains et vous trouvez que nous devons continuer sur la même lancée ?! J'espère du fond du c?ur que votre commentaire était cynique.
Réponse de le 06/08/2012 à 20:32 :
Les dettes publiques françaises furent mal gérées depuis 1993, pires augmentations des dettes :
+ 6,3 % sous Balladur en 1993
+ 6,3 % sous Jupé en 1995
+ 4,2 % sous Rafarin en 2003
+ 4,0 % sous Fillon en 2008
+ 10,8 % sous Fillon en 2009
Réponse de le 06/08/2012 à 21:03 :
Je me demande bien pourquoi vous ne cite de gouvernement socialiste. Car même Jospin a continué de dilapider l'argent du contribuable français alors même que la dette continuait d'augmenter, et tout ceci dans une période de forte croissance. Quant à lm gestion des collectivités locales par la gauche.....C'est plutôt la cata ! Vouloir donc viser que la droite est non seulement partial, mais également partiel, ne vous en déplaise....
Réponse de le 06/08/2012 à 22:40 :
Si vous savez lire, je cite les pires augmentations. Vous n'avez qu'a chercher les autres chiffres au lieu de ne rien comprendre ni rien savoir.
Réponse de le 09/08/2012 à 19:37 :
Et sa place ses rejetons aux sommets des entreprises, les réseaux de corruption, ça tourne bien!
a écrit le 06/08/2012 à 19:17 :
N'y a-t-il pas un député allemand qui a dit: "désormais toute l'Europe parle allemand" ou un autre qui suggérait aux Grecs de vendre leurs îles.
Ah oui mais c'est vrai, les Allemands peuvent se le permettre, ils payent pour ça donc ça les autorisent à être arrogants et méprisants envers leurs voisins européens...
Mais quand c'est les autres, ça fait un scandale en Allemagne.
Réponse de le 06/08/2012 à 19:34 :
+1: à la place d'une Europe solidaire et unie, nous n'avons qu'une Europe du mépris, de la concurrence à outrance, de la bassesse du chacun pour soi. D'un certain côté, le rêve de Schuman et Monnet s'est effondré: nous n'avons effectivement plus de guerres physiques entre pays européens mais nous avons transformé les conflits militaires en batailles économiques. A quand une Europe où plus aucun conflit ne sera le modèle de relation entre les peuples... A lire certains intervenants et à entendre certains politiques-économistes-etc..., je pense que la guerre (quelque soit sa forme) comme mode d'interaction sera encore pendant longtemps indépassable. Triste constat...
Réponse de le 06/08/2012 à 20:20 :
Je vous rappelle à tout hasard que ceux que vous glorifiez en tant que pères fondateurs de l'idée de l'U.E. étaient juste financés par la CIA. Bien après leurs morts, celle-ci écrivait dans un 'blanc' en 1980 : "La situation en Europe est très inquiétante, plus particulièrement en France où leur industrie risque de dépasser la nôtre avant 10 ans. La mise en place d'une fédération des Nations pourrait résoudre ce problème".
Réponse de le 06/08/2012 à 20:37 :
Premièrement, je ne glorifie personne (et je me garde bien de le faire). Deuxio, les liens entre Schuman et Monnet et la CIA sont connus depuis belle lurette (ce qui a été une source de problèmes avec de Gaulle). Je n'ai jamais dit que tout était rose bonbon mais par contre, balancer l'eau du bain avec le bébé dedans est une tactique un peu trop grossière: l'UE est à la base une réelle tentative (échouée à mon sens pour les raisons que j'évoque) de garder un semblant de paix en Europe. Il est très facile de descendre l'intégralité des idéaux sous prétexte qu'ils ont été représentés par des personnes non vertueuses jusqu'au bout des ongles: la théorie de la Vertu comme théorie morale dominante est un peu archaïque. L'essentiel de mon propos reposait sur le fait que nous ne sommes pas du tout prêts (matures?) pour envisager des relations totalement pacifiés et solidaires. Nous ne pouvons nous empêcher de mener des guerres militaires, économiques, etc... et justifier cela en expliquant que c'est l'essence de l'Etre Humain. Dans ces conditions, on ne peut en arriver qu'à la situation où nous sommes.
Réponse de le 06/08/2012 à 20:44 :
C'est un peu gnangnan mais j'adhère :
+ 1
Réponse de le 06/08/2012 à 23:49 :
J'en rajoute une couche pendant que j'y suis. On a complètement oublié que la politique avait pour but avant tout le bonheur des Etres Humains (cf notamment Aristote), à tel point que parler de bonheur actuellement est directement tourné en ridicule. Le bonheur a été remplacé par la richesse (au niveau national) et la fonction d'utilité (au niveau individuel). Nous nous sommes persuadés qu'il existait un mécanisme déterministe qui consistait à rechercher une sorte de bonheur par le biais d'une maximisation systématique de la richesse (PIB) et de l'utilité. Nous avons été de plus bernés par l'idée qu'une vision individualiste généralisée, aseptisée de toute politique (au sens réel du terme), basée sur une concurrence militarisée ou non, était la seule manière d'obtenir cette maximisation de la richesse et de l'utilité. La plupart des économistes, comptables, dirigeants ont été formatés dans ce moule aberrant et refusent de voir que la condition sinequanone d'un redéploiement sociétal est le politique et le refus du prédéterminisme. Tout cela est le véritable problème que nous affrontons: nos "élites" errent dans et recréent à foison un monde ontologiquement clos (pour le dire en termes distingués), c'est-à-dire qu'ils tournent en rond en se débattant sans jamais oser. Et les citoyens d'emboîter le pas sagement dans cette forme de pensée: mieux vaut des solutions épuisées jusqu'à la corde qui ne nécessitent pas de débats et de coût cognitif, que des esquisses de propositions qui obligeraient aux individus de sortir la tête du guidon, de devenir des citoyens au sens initial du terme. Bref, mieux vaut des guerres économiques où on se concentre sur son nombril de consommateurs/épargnants, prêt à hurler avec les loups et à être le meilleur des meilleurs (sans plus savoir pourquoi d'ailleurs) qu'une Europe politique et solidaire. Finalement, ce pourquoi on rit du Bonheur, c'est que ce concept est beaucoup plus difficile à penser et à appréhender que ceux de concurrence et de conflit.
a écrit le 06/08/2012 à 18:57 :
Je viens de lire un article très intéressant concernant le classement des pays par réserves d'or et il s'avère que l'Italie est le 5eme plus gros détenteur au monde juste derrière la France. Un autre article parle des dépots des Italiens qui s'élevent â 1300 miliards d'euro (quasiment pif pif avec la France voir quelque chose de plus ..). Ce pays est la 5eme economie mondiale et la 3eme d'europe ...il me semble donc normal que le premier ministre puisse parler avec tant de franchise à ses homologues. Notre problème majeur c'est la complète meconnaissance de nos voisins ..cela nous incite toujours à porter des jugements parfois erronés!
a écrit le 06/08/2012 à 17:34 :
Monti communique: c'est scandaleux la population allemande travaille, nous on paresse, qu'ils travaillent pour nous. C'est qui ce mec? Aux JO, les marathonienes en souvenir des fameuses bataille pour la liberté, elles font 40 bornes en 2h20... c'est scandaleux, ceux qui le font à pied arrivent après. On notes les flatulences des américains battus par les chinois et qui n'ont pas le 100m, nike est battu par puma! Donc j'achète!
Réponse de le 06/08/2012 à 17:46 :
Il faut arrêter les commentaires stériles !
Réponse de le 06/08/2012 à 17:53 :
Vous voulez rire, la population n'y a pas droit. Elle aua droit aux tee-shirt gris imposés par l'uniformisation socialiste. Un socialiste aux JO... l'oxymore.
Réponse de le 06/08/2012 à 17:58 :
Stérile en quoi? Je trouve cela très vivifiant que la Puma l'emporte sur Nike. Car car le monde des Full Monti, nous aurons des chaussures grises et une vie grise, celle du socialisme européen qu'on impose depuis des années contre les peuples.
Réponse de le 06/08/2012 à 20:48 :
Pas stérile...non, juste...écrite avec les pieds la petite histoire ...
a écrit le 06/08/2012 à 17:18 :
Y a un truc, les anciens nous laissent nous en France, en Espagne, en Grèce, ..... des dettes publiques sur plusieurs générations...faudrait leur expliquer qu'on ne construit pas un pays avec des emprunts. Les banquiers doivent bien se marrer. Car finalement, les seuls gagnants, ce sont eux.
Réponse de le 06/08/2012 à 17:53 :
je ne vois pas le rapport avec les propos de Monti et les JO.
La population allemande ne travaille pas plus que les autres, je travaille en Allemagne et je suis aux 35 heures avec 6 semaines de congés payés.
Réponse de le 06/08/2012 à 18:07 :
Je suis bien d'accord, mais là vous n'avez pas la parole... on prêche dans le désert. Fait significatif: les retraités ont un niveau de vie supérieur aux actifs, le seul parmi les pays développés. Voila qui nous montre l'égoïsme des boomers. Autre fait significatif: il n'y avait pas une seule française au marathon des JO... alors les droits de la femme, on en reparle?
Réponse de le 06/08/2012 à 18:10 :
"les anciens nous laissent nous en France, en Espagne, en Grèce, ..... des dettes publiques sur plusieurs générations": la dette publique n'est une dette privée... le problème n'est pas tant de laisser des dettes, c'est surtout de connaître les actifs publics mis en face de ces dettes (élevés en France, bas en Grèce) et d'évaluer la valeur (et non le coût) qu'on attribue à cette dette. Plus précisément, la dette publique repose énormément sur la valeur (subjective) que les citoyens lui attribue: le problème est ainsi fondamentalement un problème de confiance dans les institutions publiques. Un Etat où les citoyens font confiance en leur institutions et valorise le fait d'avoir une dette par rapport aux actifs dont ils bénéficient est à mille lieu d'entamer une crise de la dette. Maintenant, dès qu'on détricote ces liens de confiance (merci au New Public Management par exemple) et qu'on base notre société sur les marchés, il est clair qu'on rabaisse la dette publique à une simple dette privée (c'est ce que les libéraux ont toujours voulu: il n'y a pas de société, il n'y a que des individus, n'est-ce pas).
Réponse de le 06/08/2012 à 18:41 :
Merci je sais très bien combien travaillent les allemands. La différence c'est l'effiscience de l'administration: la France détruit ses entreprises pour faire un désert. C'est un feu de paille. Certes les allemands travaillent peu, c'est mal collectif organisé par le bureaucrate malfaisant qui n'a pas de contradicteur. Alors ma question devient en Europe, pouvons-nous nous exprimer? Le but est-il de faire un monde pire ou un monde meilleur? voyez comme en France tant de diplômés qualifiés sont mis à la rue parce qu'on refuse la croissance de la richesse. Le talent pour le progrès doit-il être nul, c'est ça la question. Entre les vieux et les jeunes il est un vrai clivage.
a écrit le 06/08/2012 à 16:50 :
entre les allemands et les autres européens,ma famille a toujours choisi les allemands,seul peuple travailleur et qui avait une vision d'avenir bien plus dynamique que le piteux clientélisme des pays méditerranéens
Réponse de le 06/08/2012 à 17:31 :
Cher Ernest Antoine,
Un peuple travailleur.... et envahisseur et ravageur (voir leurs méfaits à l'Est...)
Réponse de le 06/08/2012 à 17:42 :
Panem et circenses, on sait à quoi ça mène. C'est comme la fonctionnarisation.
Réponse de le 06/08/2012 à 18:03 :
pourquoi ne déménagez-vous pas en Allemagne dans ce cas?
ils embauchent en ce moment, des jobs à 800 euros par mois vous y attendent.
Réponse de le 06/08/2012 à 18:25 :
Et les tiers temps de l'éducation française à 300 euros, c'est mieux? Vous voulez des preuves?
Réponse de le 06/08/2012 à 18:45 :
@Pierre: je vous conseille vivement de regarder cet article universitaire: Brigitte Lestrade , "Emploi et précarité, un nouveau défi social", Informations sociales, 163 (2011) (disponible en ligne: http://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2011-1-page-96.htm)
Il s'agit d'un étude récente sur les résultats d'Hartz IV. On y lit notamment: "S?il est vrai que les chiffres du chômage ont baissé considérablement, on peut se demander si le gouvernement de l?époque était conscient du fait que la réforme serait à l?origine de la création d?un vaste secteur d?emplois précaires et de bas salaires, tel qu?il existe actuellement. Certains n?hésitent pas à dire que le chômage affiché de l?époque s?est simplement transformé en chômage occulte. Si tel est le cas, si l?emploi auquel peut prétendre un allocataire Hartz IV ne rapporte guère plus que ce qu?il perçoit sans travailler, un certain nombre de questions se posent quant à la validité du système actuel." Un peu plus loin: " la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, dans un verdict attendu avec impatience, a jugé le 9 février que ce système d?aides sociales pour les plus démunis n?était pas compatible avec la loi fondamentale allemande qui garantit « le droit à une existence digne »" Vive le modèle allemand!
Réponse de le 06/08/2012 à 18:45 :
sauf que ce sont pas des tiers temps, mais des salaires pour un mois entier.
Il n'y a pas de smic en Allemagne
Réponse de le 06/08/2012 à 18:49 :
j'ai vu un salaire d'une prof agrégée de biologie qui enseigne au lycée c'était plus de 4.000 euros nets par mois, c'est toujours pas assez?
a écrit le 06/08/2012 à 16:27 :
Bientôt les italiens rééliront leur héros national Silvio BERLUSCONI (pbsdL) à la tête de l'Italie, j'attends de même avec les Français qui rééliront Nicolas SARKOZY (pbsl), ces deux hommes de talents sauveront l'Europe et les retraités du marasme fiscal qui les accablent.
Réponse de le 06/08/2012 à 16:48 :
si vous pouviez dire vrai!nous sommes de plus en plus nombreux a toucher des retraites peu élevées(en ce qui me concerne a peine 2000 euros pour toute une vie de cottisations!).l'europe doit se préoccuper de son economie ,certes,mais aussi de ses anciens,sinon nous finirons comme en russie:a mendier dans la rue!
Réponse de le 06/08/2012 à 16:54 :
Et fin de la misère sexuelle : Viagra remboursé par la sécu et croisières bunga party subventionnées !
Ça va zouker chez les papy rentiers !!
Réponse de le 06/08/2012 à 17:42 :
A Cavallière : si vous aimez les flambeurs, je vous comprend! De plus, nous dire que les retraités sont dans un marasme fiscal, on croit réver ! Ils bénéficient d'une CSG réduite + 10% pour frais professionnels !
A retraité RATP : se plaindre d'avoir près de 2000 euros pour voir fait chou_chou jusqu'à 55 ans, on croit réver également. ça c'est les français jamais contents (droite réac et gauche démagogique). A quand des commentaires sérieux ?
Réponse de le 06/08/2012 à 18:14 :
Fort bien, merci pour votre témoignage. Vous avez une retraite de 2000 euros prise à 50 ans, j'ai fait 7 ans d'études et pas un boulot en vue, j'ai un master référencé et 12 ans de chômage dans les bottes, de quoi vous parlez?
Réponse de le 06/08/2012 à 18:23 :
Savez vous que 2000 euros c'est le salaire d'un maître de conférences d'université titularisé après l'âge de 30 ans minimum. Avant c'est vivre de petits contrats pas mieux payés. C'est vrai qu'on est pas capable de bloquer la France...
Réponse de le 06/08/2012 à 19:49 :
vous oubliez que quand on quitte la ratp a 50 ans on est usés!donc impossibilité physique de cumuler retraite et emploi.croyez moi ,la vieillesse ce n'est pas tous les jours facile.et puis ces retraites,on a cottisé,on les mérite!
Réponse de le 06/08/2012 à 19:58 :
on a compris que vous aimiez provoquer, bon vent, arrêtez de nous les casser
et prenez des cours des français.
Réponse de le 06/08/2012 à 20:05 :
Même socialiste, on ne peut entendre votre témoignage sans être mort de rire (LOL). Ou c'est de la provoc de la part d'un partisan UMP ou vous êtes d'une inconséquence notoire. Usé à 50 ans, qu'est ce que doit dire un maçon ! Et puis vos cotisations ne suffisent pas pour équilibrer votre branche; donc différence pour l'état. SVP, vivez votre retraite tranquille, profitez en mais de grâce évitez ces pleurnicheries; vous vous rendez même pas compte que vous choquez les chômeurs, les vrais petits retraités et les tous les SMIcards.
Réponse de le 06/08/2012 à 20:52 :
Je pense que retraité RATP, Papy Madoff, Ernest-Antoine font des ronds dans la purée, dans la même maison de retraite...
Réponse de le 06/08/2012 à 22:03 :
Retraité RATP a 55 et 2000 eur de retraite ! Ca va faire rever n importe quel allemand !
Sachez Messieurs qu úne retraite allemande pour un gars qui part a 65 ans ne depassera que tres rarement les 2000 euro . Le cas d´un cadre !
La moyenne des retraites payes par la "Rentenversicherung AG" donc la retraire de la caisse d´etat d´etait doit tourner autour des 1200 euros par mois. Beaucoup de retraites vivent avec moins de 1000 euro par mois.
Les rentiers " a l´aise" sont ceux qui ont cotisé de facon facultative dans des caisses complementairese , usuelles et offertes par les grandes boites.
Un cadre qui aura cotisé au maximum ( les cotises ) sont plafonnées qui part a 63- 64 ans s´en tirera avec 1800 - 1900 de retaite " d´etat" plus une retraite complémentaire de 1000- 1200 euros. Mais ca ca ne concerne que peut etre 10 a 15 % de la population. Je sais dont je parle . je suis moi meme concerné.

Réponse de le 07/08/2012 à 5:10 :
c'est intéressant,mais si la vie était tout simplement moins chère en allemagne?imaginons l'immobilier deux fois moins cher en france:on vivrait bien.imaginons des prélèvements mieux répartis et ne dépassant pas 45 pour cent du pib:nous serions alors riches.
Réponse de le 07/08/2012 à 9:10 :
"..c'est intéressant,mais si la vie était tout simplement moins chère en allemagne?imaginons l'immobilier deux fois moins cher en france"
Oui C´est vrai mais c´est une bulle inflationnaire parce que de facon evidente il y a ( ou avait) trop de fric en cirulation en France. Salaires ou retraites en partie excessifs ( oui je sais ce qued je dis !!),
Mais franchement, l´alimentation , les fringues et les voitures ne coutent pas plus cher en France qu´ailleurs.
a écrit le 06/08/2012 à 14:18 :
Parler d'empiler de la dette sur de la dette, c'est du Ponzi. L'Europe ne marche pas depuis des décennies. Elle s'ennorgueillit du chômage de masse et de la misère. C'est la dictature socialiste qui détruit l'économie et jette la population dans la misère. Il refuser de payer et leur casser les dents!
Réponse de le 07/08/2012 à 6:35 :
"C'est la dictature socialiste qui détruit l'économie et jette la population dans la misère": ouh là, je ne sais où vous avez vu une dictature socialiste en Europe ces dernières années... Par contre, le libéralisme triomphant imposé durant les années 80 est bien une des causes profondes de la situation terrible dans laquelle nous sommes tombés (merci Friedman, Reagan et compagnie) Un jour, on se retournera et on verra que l'ultra-libéralisme aura jeté beaucoup plus de gens dans la misère qu'aucune autre doctrine; et on rangera ce fléau à côté d'autres aberrations politico-économiques comme le communisme.
"Parler d'empiler de la dette sur de la dette": vous confondez, comme l'ultra-libéralisme aime bien le faire, dette publique et dette privée. Heureusement, les ultra-libéraux ont tort dans leurs analyses de notre monde, n'arrivant à saisir la complexité de celui-ci et donc, malgré leurs vociférations, le public et le privé restent deux faits sociaux distincts et leurs dettes ne sont assimilables.
a écrit le 06/08/2012 à 13:52 :
Je crois que ces gens ont simplement l'habitude de dicter leurs volontés, sans tenir compte ni de la réalité, ni de l'opinion des autres; et surtout "habités" de l'aura dont on les a (à mon avis à tort) affublés. Cette suffisance et la facilité avec laquelle ils se sont jusqu'à présent joué des lois et institutions les pousse aujourd'hui à révéler de plus en plus leur autocratisme fondamental. Le coup de force n'est pas loin. Ils l'ont déjà tenté et réussi (en imposant des gens comme Monti ou Draghi, contre tout principe démocratique ou toute bonne pratique), mais les enjeux pour cette classe dirigeante qui jusqu'à présent oeuvrait dans l'ombre est maintenant déterminant pour leur survie et celle de leurs projets.
Malheureusement, en face, il n'y a guère que les allemands pour encore défendre la légitimité des régimes démocratiques et l'état de droit. Que l'Allemagne pousse ses pions n'a rien d'anormal, il dépendait de nos politiques de défendre nos propres intérêts. Mais ceux-ci ont toujours été davantage préoccupés par la nommination de tel ou tel que par la réalité des conséquences de ce qu'ils négociaient.
Il est tout de même incroyable qu'un type comme Monti qui nous a abreuvé de slogans promouvant l'UE comme rempart contre la guerre, pour nous sortir à intervalles réguiers le spectre de la guerre des nations concernées. A ceux qui croient que ce ne sont que des faux pas de son "entrée" en politique, je crois qu'ils devraient au contraire prendre la mesure de ce qui est de la basse politique. Dire une chose et son contraire, ne pas assumer les conséquences de ses prorpes politiques ont toutes les caractéristiques d'un vieux routier de la politique dans tout ce qu'elle a de plus navrant et cynique.
Réponse de le 06/08/2012 à 14:02 :
Primo : Monti n'est pas vraiment un "vieux routier politique " ! Relisez sa bio...
Secundo : le jour où les rentiers français s'apercevront que ce que les allemands ne financeront plus, c'est leur état providence à crédit et leur train de vie de Pacha, là on va se marrer : baisse des retraites par ex. comme en Espagne, Irlande, Italie, Grèce etc.
Réponse de le 06/08/2012 à 14:17 :
L'euro ne défend t-il pas les rentiers en limitant l'inflation et en assurant leurs économies ?
Réponse de le 06/08/2012 à 14:21 :
Nous les papys madoff on a de la chance avec flamby et les socialos : ils vont taxer les boites et nous on se fera des vacances avec nos défiscs !
Réponse de le 06/08/2012 à 14:26 :
Par quel mécanisme? Pour l'instant la France se finance correctement. Certes en terme écconomique, c'est la récession, et on augmente les prélèvements. On interdit aux français de prospérer et de consommer, je ne vois pas pourquoi. Mais dans le même temps ces bureaucrates là qui sèment le chaos dans notre pays, eux ils accumulent des fortunes, et on dit qu'ils s'arrangeraient pour ne pas payer l'ISF.
Réponse de le 06/08/2012 à 14:38 :
Peut être que papymadoff va déchanter dans quelques temps. Après les hausses d'impôts, on va avoir la hausse de la CSG (reporté à septembre pour ne pas entrtenir une atmosphère anxiogène pendant les vacances) et papyretraité sera touché comme tout le monde ! Après tout, CSG + suppression des 10% pour frais professionnels, ce ne serait que justice donc socialos comme le dit papymadoff de façon péremptoire et dédaigneuse ! et pourquoi pas établir la retraite par points que le courageux Sarkozy n'a pas abordé, comme la suppression des 35 h.....
Réponse de le 06/08/2012 à 14:56 :
Henry, ne confondez pas l'apparence et la réalité. Monti est un politique. J'entend par là que son action a toujours été de nature politique. Il n'est pas nécessaire d'être un élu pour ce faire: la preuve il n'a jamais été élu et est en place. Enfin, ce n'est au fond qu'un détail: le plus important est le sens de ses déclarations qui contredisent un des dogmes de la pensée européiste (à savoir la garantie de la paix en échange de la perte de souveraineté des états) et qui font la promotion d'une forme de gouvernement non démocratique. J'aurais préféré que vous commentiez ces points qui sont de loin les plus importants.
Réponse de le 06/08/2012 à 15:18 :
Oui bien sur!, quitte à remettre tout à plat, pourquoi ne pas mettre sur le tapis les rémunérations des politiciens cumulards, de certains hauts fonctionnaires qui ne servent à rien, les départs en retraites à 50, 55 ans, les privilèges abusifs de certaines catégories socioprofessionnelles, l'exonération fiscale de 30 voir 50% sur le salaire des journalistes, de la sécurité sociale, qui au fil du temps s'est détricotée pour financer des prises en charges qui sortent de son domaine, la sécurité sociale est un organisme devenu un vrai gouffre financier pour la nation.
Le domaine du dépoussiérage et de la remise en ordre des comptes de la nation est une vaste et laborieuse tâche dont je ne vois aucune personnalité capable, ne serait-ce que de proposer une ébauche ou ayant la volonté pour faire cette remise en ordre de la maison France.
Réponse de le 06/08/2012 à 16:13 :
Superbe argutie de "Simple citoyen". Je n'ai rien à rajouter !
Réponse de le 06/08/2012 à 16:32 :
@ simple citoyen : mon opinion est que Monti parle surtout aux italiens (comme tous les chefs d'états parlent à leurs citoyens) et que ce n'est pas la peine de se monter le bourrichon pour ça !
Vous n'êtes pas obligé de partager et vous pouvez penser qu'il fait la promotion d'un système anti-démocratique, c'est votre droit !
Pour la part, comme je l'ai souligné déjà à de maintes reprises, prétendre que la démocratie représentative est la seule forme de démocratie, c'est non seulement un mensonge mais en
Réponse de le 06/08/2012 à 16:33 :
Je poursuis...mais en plus de l'escroquerie intellectuelle !
Réponse de le 06/08/2012 à 17:10 :
@ Bastien : ben tant mieux, surtout si vous comptiez causer économie ou histoire... Vous devriez plutôt commenter les résultats sportifs du jour, moins de chances de vous gourrer comme hier sur l'hyperinflation allemande de 1923... "téléportée" en 1936...
Réponse de le 06/08/2012 à 20:35 :
Merci de me lire Henri, je constate que vous êtes prolixe sur la plage avec votre petit portable les doigts de pied dans le sable. Cela dit, vous avez parfaitement raison sur l'hyperinflation de la République de Weimar et c'était en effet en 1923. J'ai pris conscience de mon erreur de frappe lors de la publication, la situation économique allemande de 36 était tout sauf catastrophique. C'est bien vu en tout cas ... mais cela ne change rien au fond.
Réponse de le 06/08/2012 à 20:53 :
Vous ne voulez pas changer de pseudo : Marty Mc Fly par exemple ?
a écrit le 06/08/2012 à 13:38 :
Nous avons là un précédent diplomatique: est-ce que les pays vertueux doivent payer pour les laxistes, la réponse est claire.
Réponse de le 06/08/2012 à 13:55 :
Je reformule : est-ce que les employeurs doivent payer 82% de charges patronales et les salariés 22% de charges salariales pour financer un système en bout de course qui finira par se déliter faute de créanciers prêteurs ?
Réponse de le 06/08/2012 à 14:39 :
et oui
Réponse de le 06/08/2012 à 16:33 :
Ben ça ne durera pas : de moins en moins de cotisants ...
a écrit le 06/08/2012 à 13:16 :
Monti voudrait pousser les allemands hors d'Europe qu'il ne s'y prendrait pas autrement ! Mais, là, il se tire une énorme balle dans le pieds, car les différents pays européens se retrouveraient 60 ans en arrière...
Réponse de le 06/08/2012 à 13:21 :
Aucun risque : Monti est un européen convaincu, il apprend juste à faire de la politique vis à vis de son opinion publique ...
Les vraies négociations se font "off".
a écrit le 06/08/2012 à 12:44 :
Personnellement je milite pour qu'on applique le même taux de cotisations sociales sur les salaires qu'en RFA : nous les actifs et entrepreneurs serions gagnants, en revanche les rentiers feraient grise-mine ...
Réponse de le 06/08/2012 à 14:14 :
Est ce qu'Henri est actif ou retraité ? Vu le nombre de ses interventions sur ce site, il semble que son activité professionnelle lui laisse beaucoup de temps libre....
Réponse de le 06/08/2012 à 16:21 :
Mon poilou : si vous voulez tout savoir, présentement je suis en vacances car l'activité de ma boîte est très saisonnière (8 mois de forte activité 6,5/7 jours) Comme je m'emm.rde royalement en vacances en général et sur la plage en particulier, vous n'avez pas fini de lire mes réactions car j'ai toujours mon iPhone dans le caleçon de bain hé hé ...
Mais au fait : vous qui me suivez ? Hmmm du temps libre à gogo ?
a écrit le 06/08/2012 à 12:30 :
Bientot ce sera la même chose pour la France.
La réforme territoriale a eu lieu en 1973 en Allemagne.
Les bons gestionnaires sont récompensés les autres !!!
Avec Rolando Holando Bonne Chance !
Moins de taxes = attirent les derniers investisseurs. Car la crise commence. Il vaut donc mieux ramasser comme les suisses (pays ou je passe rapidement) ou l`Allemagne pays ou il fait bon vivre.
a écrit le 06/08/2012 à 12:28 :
La solution: que l allemagne sorte de l euro! On va bien rire si c est le cas! Les allemands seront un peu moins dominants!
Réponse de le 06/08/2012 à 14:39 :
Et les autres pays de l'Europe aussi ! Ça me fera toujours autant rigoler ce parterre de niais qui ne comprennent rien aux flux économiques! Les allemands vendent bien en Europe car il y a des acheteurs. Et ces acheteurs achètent à l?Allemagne car c'est bien mieux pour leur finance ! Vous pensez qu'il se passera quoi, une fois les taxes de frontière rétablis?? Bien sur que les produits allemands seront moins compétitifs! Et pour un pays comme la France, qui importe beaucoup plus qu'elle n'exporte, et qui importe principalement d'allemagne (cf http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF08467). Bien sur, elle n'aura qu'à trouver un pays qui lui vendra la même chose en plus cher !! Nos industrie se porteront pour le mieux, avec plus de charges, et nos consommateurs aussi ....
Réponse de le 06/08/2012 à 19:24 :
il existe une autre solution: réindustrialiser la France grâce à ses taxes et remettre les gens au boulot.
Réponse de le 06/08/2012 à 23:32 :
Ah oui : un genre d'URSS en somme, mais sans Kroutchov ...
a écrit le 06/08/2012 à 12:22 :
Je n'ai aucun sentiment anti-allemand, bien au contraire! Surtout de l'admiration pour leur façon de gérer leur pays et leur altruisme en soutenant à fond perdus les pays du sud. Mais commencent à se lasser. Que l'on prenne garde que les propos de M. Monti ne les incitent pas à quitter l'Europe... Et alors la, fini les subventions allemandes!
Réponse de le 06/08/2012 à 12:55 :
A fonds perdus ? Vous plaisantez ? Vous n'avez pas remarqué les excédents allemands sur Euroland ?
L'intérêt bien compris des allemands est que ses clients se portent mieux. L'intérêt des clients est de soutirer le maximum de solidarité à l'Allemagne.
Reste à trouver le point d'équilibre... Et vite avant que toute la zone s'enfonce dans une récession durable !
Pas gagné !
Réponse de le 06/08/2012 à 14:04 :
Cher Henri, je renchérie en rappelant que l'Europe, et notamment la France et l'Italie, ont très largement soutenu financièrement la réunification allemande, qui a couté des milliards. Les allemands pourraient renvoyer la balle en ces temps difficiles.
Réponse de le 06/08/2012 à 18:02 :
"Surtout de l'admiration pour leur façon de gérer leur pays": j'admire surtout leur capacité à générer un tel taux de travailleurs pauvres...
"leur altruisme en soutenant à fond perdus les pays du sud.": encore plus fort... L'Allemagne est maintenant altruiste :-)
Et si le problème de l'UE c'était l'Allemagne: http://www.marianne2.fr/Euro-et-si-le-probleme-c-etait-l-Allemagne_a185084.html
a écrit le 06/08/2012 à 12:18 :
La zone euro, le miroir aux alouettes.
a écrit le 06/08/2012 à 12:11 :
La meilleure preuve s'il en est que l'U.E. est l'ennemie des peuples. Mais à vouloir faire l'Europe sans les peuples, ils risquent très, très gros.
a écrit le 06/08/2012 à 12:06 :
On revient toujours à la fable la Cigale et la Fourmis. Le fossé ne cesse de se creuser entre le Nord et le Sud. D'un coté les pays qui ont mis en ?uvre de vraies réformes et de l'autre (suivez mon regard) d'autres qui se croient encore au temps des 30 Glorieuses.
Réponse de le 06/08/2012 à 12:19 :
Pas des pays cigales : des rentiers cigales du public et du privé qui dansent sur le dos des jeunes et des entrepreneurs. Les cigales trouvent d'ailleurs que les actifs fourmis ne financent pas assez leur retraite dorée à Essaouira ou leur bon temps sur Costa Croisière !
Réponse de le 06/08/2012 à 15:55 :
les rentiers costa croisiere ont travailles (maintenant le lundi fatiguéau boulot et le vendredi en pleine forme)nous rigolons nous les retraités de voir la valeur vrai travail (rtt,maladie,conges cure,maternité,parental,conges fatigue securité sociale(maladie)le stress la liste est longue°
a écrit le 06/08/2012 à 12:00 :
Le propos le plus important de ce Monsieur est à propos des Parlements. Mr MONTI tient des propos de dictateur! Propos inadmissibles! on passe outre le débat démocratique, la démocratie est entrain d'être bafouée et personne ne dit rien pas un mot de nos politiques dans les médias Français, sauf en Allemagne On le savait que l'Europe au travers de la Commission était une dictature. cet ancien baron de Goldmann Sachs et de la Commission connaît la musique. En réalité derrière ces propos c'est la pression des Américains qui exige de passer en force parce que l'Europe ne correspond pas à leurs représentations politiques. Les Américains veulent des eurobonds, une union fiscale plus forte, et le fdéraliste avec des Allemands qui jouent encore plus le rôle de dirigeants de l'Europe. Bronzés tranquille, on s'occupe de tout!!
Réponse de le 06/08/2012 à 12:29 :
Les américains veulent des euro bonds pour que l'Europe, leur principal client, puisse continuer à leur acheter leurs produits! Ils pensent d'abord à eux et au soutien de leur commerce!
Réponse de le 06/08/2012 à 12:33 :
Quelle démocratie ? Un parlement européen où siègent les copains des politiciens nationaux, le plus souvent mis dans un placard (doré) ou recalés du suffrage universel direct. Le parlement qui se promène à grands frais entre Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg est une vraie mascarade. Si 20% des électeurs font le déplacement (si l'UE existe encore) ce sera un miracle.
Réponse de le 06/08/2012 à 13:25 :
+ 1 illusion de démocratie !
a écrit le 06/08/2012 à 12:00 :
Incroyable! Mais comment peut-il s'étonner que les contribuables allemands grincent des dents quand il s'agit de payer pour des pays mal gérés (le nôtre compris). Même s'ils n'ont pas le choix... Que cherche Monti en véhiculant de tels messages?
Réponse de le 06/08/2012 à 12:23 :
Monti fait de la politique vis à vis de l'opinion publique italienne ...
Réponse de le 06/08/2012 à 12:28 :
@pseudo
Les légénces urbaines ont la vie. Les Allemands payent pour qui ?? Les Allemands ne payent pour personne en tout cas pas en ce qui concerne cette crise. Les gouvernements européens ont fait des prêts aux pays en crise. L'Allemagne a emprunté elle même pour financer ces prêts. elle a emprunté à 1% environ et a prêté à 5%.

Les Allemands font donc un BENEFICE de 4 points.... alors qui paye pour qui ? c'est plus que la marge de votre banque sur votre crédit immobilier.

M. Monti et M Rajoy ne demande pas plus d'argent à l'Europe. Ils demande à l'Allemagne de laisser la BCE agir de manière indépendante et faire du quantative Easing pour faire baisser les taux d'intérêt sur leurs dettes. Leur laissant ainsi le temps d'ajustement leurs économies et ne pas ruiner tous les efforts que leurs peuples consentent à chaque nouvel exercice budgétaire.

Le gouvernement allemand a fait pression sur la BCE pour empêcher ces annonces la semaine dernière. Preuve que ce gouvernement qui crie sur tous les toits que la BCE doit être indépendante agit de manière totalement opposée
Réponse de le 06/08/2012 à 14:06 :
Et la France, l'Italie et la Belgique ont largement financé la réunification... En ces temps difficiles, les allemands pourraient renvoyer l'ascenseur...
Réponse de le 06/08/2012 à 14:39 :
@ O. = n´importe quoi !!
@ Pseudo : c´est peut etre vrai que l´Allemagne jouie actuellement d´un avantage sur les taux d´interet tres bas, voire negatifs mais ceci est marginal.
Le probleme c´est tout simplement que Monti et Draghi ignore tout simplement la donnée de base de l´Euro et de sa BCE : Il est exclu que la BCE est independante, sa mission est de veiller a la stabilté et il est interdit de refinancer les états membres.
C´est sur cette base que Allemagne a accepté l´Euro et rien d´autre.
Et c´est sur cette base que le gouvernement allemand ( Helmut Kohl) avait pu convaincre son peuple de laisser tomber le bon vieux DM, synonyme de force et stablité depuis 50 ans.
Le Probleme c´est que l´Allemange n´a qu une seule voix (sur 27) au directoire de la BCE mais d´un autre coté c´est elle ( donc ses contribuables) qui garantit à
à hauteur de 27 % les prêts de sauvetages, donc les achats d´obligations pourries par la BCE.
Parce que si la BCE commence a inonder l´Espagne et l´Italie en d´argent frais et a que ces 2 pays ne puissent jamais rembourser leurs emprunts, ce sont les allemands qui en fin de compte paieront l´addition !!
Réponse de le 06/08/2012 à 15:05 :
Non, ce n'est pas n'importe quoi. Le mise à niveau des infrastructures de l'Allemagne de l'Est a été financé massivement via l'Union Européenne. Ce n'est pas un secret, vous pouvez même trouver les documents sur la nébuleuse base de données disponible en ligne de la Commission.
Les pays formant l'Union à l'époque ont largement participé au redressement de l'Allemagne de l'Est, tout comme nous avons participé à la mise à niveau des infrastructures en Espagne, au Portugal, etc.
Tout est disponible en ligne sur les bases de données.
Réponse de le 06/08/2012 à 16:20 :
Arrêtez de nous jouer de la flûte. C'était donnat donnant, vous ne savez rien de la réunification. Sans ça, vos taux bas, vous ne les auriez jamais eu.... L' Allemagne n'a aucune dette envers qui que ce soit pour la Réunification. Vous racontez n'importe quoi.
Réponse de le 06/08/2012 à 16:57 :
Et les taux bas aux USA et au Japon, c'est du fait de l'Allemagne aussi ? On savait que vous faisiez dans le dogmatisme, là ça devient de la religion...
Réponse de le 06/08/2012 à 17:06 :
Non. C'est vous qui avez votre parti pris et qui refusez de vois les faits. La réunification allemande a coûté chère à l'Union. Notez que ça ne me dérange pas, car cet investissement était nécessaire tant pour l'unité que pour les retombées économiques. Vous partez du principe que les allemands et l'Allemagne sont vertueux, blancs comme neige et qu'ils ont toujours joué le jeu et tirés l'Europe. Ce postulat est en parti vrai, mais vous ne voulez pas voir que dans les moments sombres, les autres états européens, principalement la France, les Pays-Bas, la Belgique et l'Italie, ont soutenu indirectement l'économie allemande. Prenez le temps de chercher les documents via Google, ils sont abondants et clairs. Les autoroutes de l'Allemagne de l'Est n'ont pratiquement pas été financé par l'Etat allemand, mais par l'UE. C'est écrit noir sur blanc, quoi que vous pensiez et disiez. Vos deniers ont permis de faire marcher les entreprises de BTP allemandes suite à la réunification. Ce n'est pas un air de flûte.
a écrit le 06/08/2012 à 11:59 :
Explosion de la ZE!
a écrit le 06/08/2012 à 11:57 :
Bah tout ça c'est de l'agitation à destination des opinions nationales !
Il est excessif d'affirmer que les allemands bloquent toute résolution de la crise ou disent systématiquement non aux propositions de solidarité : la réalité est que la RFA a accumulé en moyenne 100 milliards de richesse par an depuis l'euro par rapport à ce qu'elle aurait eu en conservant un DM avec un cours 20% plus élevé et que les allemands ne sont pas idiots : de fait ils sont solidaires de leurs clients !
Quant à ceux qui carricaturent les pays d'Europe du sud en "cigales", ce sont comme par hasard les boomers rentiers soixanthuitards du privé et du public qui nous ont collé à nous les actifs de France, d'Italie etc. des centaines de milliards de dettes pour financer leur généreux états providences Ponzi.
Charité bien ordonnée commençant par soi même, je propose qu'on gèle la progression de leurs pensions et de leurs rentes et qu'on les fiscalise au même niveau que les revenus du travail et de l'entreprise !
Ils ont creusé dettes et déficits : qu'ils fassent des efforts comme tout le monde !
Réponse de le 06/08/2012 à 12:35 :
+1
Les darons au taff ! vive les States !!
a écrit le 06/08/2012 à 11:54 :
IL y a bien longtemps que l'Allemagne, elle, a mis en garde ses encombrants voisins sur leur gestion dispendieuse et l'oisiveté de leur peuple imposée par les pouvoirs publics!.
Si la laborieuse Allemagne décidait du jour au lendemain de ne plus porter l'Europe, ça en serait terminé des Gabegies Françaises, Italienne, Espagnole, ect...
Réponse de le 06/08/2012 à 12:22 :
L'oisiveté du rentier du sud parti à 55 ans en retraite Ponzi pour faire des cures à la Bourboule aux frais des travailleurs et chefs d'entreprises !
Réponse de le 06/08/2012 à 13:01 :
Ça va Henri? T'as appris un nouveau mot, Ponzi, pour le sortir à chaque coin de phrase?
Réponse de le 06/08/2012 à 13:08 :
Quelle puissance réthorique Whaooou !
Quelle négation de la réalité surtout : 25 points de PIB pour financer les retraites et la sécu Ponzi ! 57 points de PIB pour l'Etat providence !
Et ça se permet de raticiner ...
Réponse de le 06/08/2012 à 13:10 :
Avec l'encouragement et l'aide des pouvoirs publics, n'oublions pas de le dire!.
Merci Qui?.
Réponse de le 06/08/2012 à 13:13 :
@ blob : ça t'énerve mais il a raison = 1700 mille millions de dettes ponzi que la génération post80 va se fader grace aux boomers !
Réponse de le 06/08/2012 à 13:33 :
@againblob
@Henri
Vous n'aviez qu'à voter correctement aux dernières élections, c'est pas maintenant qui faut venir pleurnicher!.
Réponse de le 06/08/2012 à 13:45 :
Voter ? Jamais ! Je suis contre la démocratie représentative, vaste escroquerie intellectuelle consistant à signer des chèques en blanc. Autrement dit : être cocu mais en plus payer la chambre !
PS : c'est quoi "bien voter" pour vous, que je me gausse ?
Réponse de le 06/08/2012 à 14:15 :
@Henri
Vous ne votez pas et vous trollez les articles de la tribune à longueur de temps?, j'avoue avoir beaucoup de difficultés à vous suivre!.
Réponse de le 06/08/2012 à 16:44 :
Notons que le "préfet"(un de ses pseudos...) ne répond pas pour qui il a voté. Il botte en touche comme d'habitude...
a écrit le 06/08/2012 à 11:39 :
Certains grands stratèges comme Monti estiment qu´un parlement n´est qu´ une coulisse de marionnettes. C´est peut etre le cas des démocraties genre republique monarchique avec un president-monarche ou de pays dirigés par des technocrates sortis des grandes banques americaines.
Mais ce n´est pas le cas de l´allemagne avec un systeme democratique à 3 etages ancrée dans sa "Grundgesetz" donc sa constitution et voulue telle par les Américiains apres la WW2 .
le Chancellier Allemand n´est pas un petit roi mais le representant du peuple et doit suivre les décision du Bundestag , ratifées ensuite par les Länder (Bundesrat) et en instance finale soumis au verdict du tribunal cionstitionnel de Karlsruhe ( Bundes verfassunggericht) en cas de constestation.
Monti ( et Draghi) manigencent pour courcuiter le systeme parlementaire allemand.
Il a depasse les limites de la diplomatie. Les allemands sont de plus en plus furieux. Ca c´est vrai. Ils ont en ras le bol d´etre pris en otage par des rigolos qui en fait ne veulent que l´argent des Allemands ( et des autres Europeens du Nord)..
Les Allemand sont furieux de voir sans arret leur Chancelliere assimiliée à Adolf Hilter et Führer du 4 eme Reich comme un magazine Itilaien l´a imprimé ces derniers jours.
Ces deraillements. sont catastrophiques et ne font que renfocer le sentiment ressenti par la quasi totalités des allemands: L Europe du Sud c´est un tas d´egoistes qui ne veulent que leur fric ! Les Grecs ont demontré que ca fonctionne tres bien et les Espangols et les Italiens continuent dans la même lancée.
Europa zu jedem Preis ? Nein Danke - So nicht !





Réponse de le 06/08/2012 à 11:59 :
"Europa zu jedem Preis ? Nein Danke - So nicht " en français ça donne quoi? Merci.
Réponse de le 06/08/2012 à 12:18 :
Belle analyse ventreachoux, bravo.
Réponse de le 06/08/2012 à 12:20 :
C'est de l'allemand de cuisine ...
Réponse de le 06/08/2012 à 12:47 :
Belle analyse
Réponse de le 06/08/2012 à 12:57 :
Merci, la prochaine fois, je traduis les propos du "grand analyste" du Balto !
Réponse de le 06/08/2012 à 13:16 :
@French people
Europa zu jedem Preis ? Nein Danke - So nicht !
Cela donne: L'Europe à tout prix? Non Merci!. on en veut pas!.
Réponse de le 06/08/2012 à 13:27 :
Traduction libre " Le rentier français veut du brouzouf ? Non merci, qu'il se d.merde en baissant son train de vie"
Réponse de le 07/08/2012 à 10:36 :
@ventrechouxles européens du sud des égoistes et qui ne veulent que du fric ? et puis quoi encore dans la série des clichés ineptes ?

Alors petit quizz : qui a prononcé "i want my money back" ? un pays du Sud ?
qui est le premier pays receveur de l'aide européenne via la PAC ? un pays du Sud la

Vous prouvez que vous ne connaissez rien à l'économie et rien sur vos voisins.

L'Italie tant décriée a moins de déficit public la France et qui aurait été remis à 0 dès cette année si ses taux d'interet n'avait pas explosé par cette politique inefficace souhaitée par Mme Merkel. L'Italie est le deuxième exportateur de biens industriels en Europe après l'Allemagne et l'industrie représente 20% de son PIB (la france est à 14%) , l'Italie a un excédent commercial (rappelez moi quel le solde français), l'Italie a un EXCEDENT primaire (la France a un déficit primaire et conséquent), l'italie a plus d'entreprises exportatrices que la France. J'arrête là la liste des atouts de nos voisins transalpins.

Les 35h sont un concept inconnu dans le sud "faignant" et la retraite n'est pas à 55a ou 60a depuis belle lurette. a tel point que toutes les études montrent que les gens du sud de l'Europe travaillent plus d'heures par semaine et au long de leur vie que ceux du Nord. beh oui ils viennent d'ailleurs tous se dorer la pillule sur la costa brava et dans les Baléares une fois retraités

Rappelez vous également les années 90 et debut 2000, l'Allemagne était le grand malade de l'europe. Faible croissance chomage en hausse et dette + deficits importants. Elle a fait "ses devoirs" et a redynamiser son économie. Bravo ! mais celui lui aura pris 10 ans. Et elle fut toutefois bien aidée en cela par une politique accomodante de la BCE qui maintenait des taux bas bien trop bas pour des pays comme l'Espagne Irlande ou le Portugal qui était en pleine surchauffe économique, un Euro / dollars autour de la parité ... pour ces pays le taux d'interet trop bas a clairement favorisé la création de bulles diverses et variées.

La BCE a fait une politique monétaire clairement orientée par l'influence de la Bundesbank, les yeux rivés sur l'économie allemande et non européenne. On aimerait un peu plus de vision Européenne dans cette politique monétaire.

L'Allemagne est un grand pays, et une économie puissante. Le gouvernement Allemand qui caricature ses voisins tout autant que le font les autres, porte une responsabilité importante dans le développement de la crise depuis 4 ans

Ce n'est pas moi qui le dit c'est M. Fischer , allemand, ancien ministre des affaires étrangères.
a écrit le 06/08/2012 à 11:36 :
Nous avons donc une crise européenne puisque la population allemande ne veut et ne peut payer.
a écrit le 06/08/2012 à 11:36 :
Nous avons donc une crise européenne puisque la population allemande ne veut et ne peut payer.
a écrit le 06/08/2012 à 11:28 :
on se demande si les majorités des hommes politiuqes est sain d'esprit, l'allemagne paiera on nous la déja fait, l'allemagne a fait des efforts importants économiquement, elle vend ses voitures et ses machines outils elle a une balance commerciale ultra équilibrée et on la critique .... on se demande si ce n'est pas de la pure provocation....elle ne veut pas payer plus que ce qu'elle a déja abandonné pour la grece...les pittreries de gestion de l'espagne tien silence sur le portubal la france qui veut relancer alors qu'lle n'a pas de sous, l'italie qui a ses régions qui font n'importe quoi....critique le sérieux d'une gestion me rappelle la cigale et la fourmi dansons maintenant....et monti pense que les allemands vont apprécieer c'est du délire paranoiaque..... et s'il l'allemagne se tirait de l'euro on ferrait quoi ?
a écrit le 06/08/2012 à 11:26 :
opéra de en 3 actes de Mario Monti.....M. Monti prend vraiment les allemands pour des sots, certes l'Allemagne tire profit d'un euro plus faible que ne serait le mark, mais la complaisance allemande trouvera sa limite lorsque le poids du soutien aux pays "cigales" du sud, sera supérieur aux avantages que les pays "fourmis" du nord retirent de l'euro. M. Monti devrait raison garder et éviter d'essayer de jouer les maitres chanteurs en se rappelant qu'ils finissent souvent mal.
a écrit le 06/08/2012 à 11:23 :
L'allemagne a gagné combien de milliards avec la crise ??????
Réponse de le 06/08/2012 à 11:44 :
Les Allemands sont travailleurs et économes!, faites plutôt la leçon à nos chers, nos très chers "élus" et hauts fonctionnaires Français qui s'en mettent plein les poches pour peu de travail remarquable pour une majorité d'entre eux!.
Réponse de le 06/08/2012 à 12:17 :
@quatre cylindres

pas plus ni moins que leurs collégues du Sud: Les italiens épargnent beaucoup également et sont parmis les champiosn d'Europe (cf chiffres de l'OCDE)

Le peuple Allemand a certes fait beaucoup d'effort pour permettre à son économie de retrouver sa compétitivité. Mais le gouvernement actuel de l'Allemagne est en train d'imposer une politique que nul en Allemagne n'a fait. L'ajustement des pays du Sud en termes macro économique est proportionnellement le DOUBLE de ce qu'a fait l'Allemagne en 10 ans ! et ce dans un contexte de ralentissement mondiale quand l'Allemagne elle surfait sur la croissance de ses voisins et des pays émergents.

L'Europe en crise ne demande pas plus d'argent de l'Allemagne. On lui demande de laisser la BCE de manière libre et indépendante du pouvoir politique, que cette dernière puisse agir pour garantir la stabilité économique et casser le cercle vicieux dans lequel l'Europe s'est mise avec ce "non" allemands depuis 4 ans.

les pays en crises font des efforts titanesques, réduits à néants par des augmentation de taux d'interet constante. L'Allemagne elle même ayant une dette de plus 80% de son PIB et depuis bien longtemps d'ailleurs (bien plus que la pauvre Espagne qu'on saigne aux 4 veines)ne résisterait pas à une telle pression des marchés et des taux à 7%. Elle s'écroulerait comme les autres.

la politique demandé par le gouvernement Allemand et qui est mise en oeuvre depuis 4 ans de crise internationale montre ses résultats : ECHEC sur toute la ligne ! Aucune croissance aucune réduction des déficits dans les pays en crise, explosion du chomage et de la pauvreté, récession pire que l'année précédente.

Laissons la BCE faire du Quantitave Easing comme toutes les autres banques centrales, On pourrait être surpris pas la redressement alors de certains pays comme l'italie en particulier.



Réponse de le 06/08/2012 à 13:05 :
Je ne suis pas d'accord avec vos conclusions mais votre analyse a le mérite d'avoir un peu plus de hauteur de vue que le fabliau de "la cicrane et la froumi" et autres prurits plus ou moins xénophobes contre les "méssants grecs et les espagnols pas zentils du tout" !
a écrit le 06/08/2012 à 11:22 :
La montée du sentiment anti-allemand ne doit pas servir de justification au pays du sud pour faire pression sur les pays du nord.
J'ai bien peur que cette crise se fasse "réellement" ressentir à la rentrée dans le spays du nord.
Réponse de le 06/08/2012 à 17:56 :
Monti veut simplement dire que les pays du sud font des efforts pour s'en sortir
Si l'allemagne & co refusent ,trouveront d'autres solutions

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :