Sauvetage de la Grèce : le plan pourrait être plus dur, Hollande et Merkel divisés

 |   |  637  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon Der Spiegel la Grèce va devoir économiser jusqu'à 14 milliards d'euros au cours des deux prochaines années, contre 11,5 milliards prévus jusqu'à présent. Ceci alors que le Premier ministre grec devrait demander cette semaine un décalage de deux ans pour mettre en place ses mesures. De ce plan dépendra le déblocage d'une tranche d'aides de 31,5 milliards d'euros. Ces aides susciteraient un désaccord entre la France et l'Allemagne.

 La facture s'alourdit pour les Grecs. Selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel dans son édition de samedi, la Grèce va devoir économiser jusqu'à 14 milliards d'euros au cours des deux prochaines années, contre 11,5 milliards prévus jusqu'à présent. Tel serait le résultat des derniers repérages de la troïka de ses bailleurs de fonds (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne), selon le magazine, alors que le Premier ministre grec, Antonis Samaras, doit demander cette semaine à Angela Merkel et François Hollande d'échelonner son plan d'austérité jusqu'en 2016, selon le Financial Times. D'après le Spiegel, des revers dans les privatisations prévues et des recettes fiscales moins élevées qu'attendu en raison de la mauvaise situation économique ont rendu les mesures d'économie nécessaires encore plus grandes. En septembre la Troïka doit reprendre sa surveillance de la situation grecque. De cet audit dépendra le déblocage de la prochaine tranche de prêts cruciale pour Athènes, d'un montant de 31,5 milliards d'euros de l'Union européenne et du FMI.

Désaccord franco-allemand

Les aides financières à apporter à la Grèce qui s'enfonce dans la récession, suscite, selon le journal allemand Welt am Sonntag dans son édition de dimanche, un désaccord entre le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, qui doivent se rencontrer jeudi à Berlin. Le gouvernement allemand refuse un troisième plan d'aides pour Athènes ou d'accorder un sursis à la Grèce pour qu'elle assainisse ses finances, arguant du fait que plus de temps signifie plus d'argent, selon des sources européennes interrogées par Welt am Sonntag
Le porte-parole de la chancelière Angela Merkel avait tenu un discours très ferme mercredi en réaffirmant que celle-ci s'en tenait à l'accord en vigueur sur les obligations de la Grèce, lui donnant jusqu'à 2014 pour assainir ses finances et mettre en oeuvre les réformes structurelles promises en contrepartie de son sauvetage financier.
Cette position est également défendue par plusieurs pays européens, tels que la Finlande, l'Estonie et la Slovaquie, selon la même source. A l'inverse François Hollande et certains pays du sud de l'Europe seraient prêts à accorder de nouvelles aides à la Grèce afin d'éviter qu'elle ne doive sortir de la zone euro.

Un ancien du gouvernement Schröder critique Merkel

La position d'Angela Merkel a fait l'objet d'une critique sévère de la part de l'ancien ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer. Ce dernier accuse la chancelière d'"agir de manière nationale et non européenne" dans la crise de la dette en zone euro. "Les erreurs de base, c'est que le gouvernement agit depuis le début de manière nationale et non européenne. Et ce trop tardivement et pas assez fermement", assure ce dimanche l'ancien chef de la diplomatie du gouvernement Gerhard Schröder (1998-2005) dans le journal Bild am Sonntag.
"Le gouvernement court derrière l'évolution (de la crise). Il réagit à la crise mais n'agit pas de manière stratégique", poursuit l'ancien responsable des Verts, présenté comme un Européen convaincu.
"La Grèce était au début un problème de 50 milliards. Aujourd'hui c'est une toute autre dimension", selon lui.

"Pourquoi Angela Merkel n'a-t-elle pas depuis longtemps présenté sa vision, son plan général à dix ans? A la place elle navigue à vue sans dire où elle va. Cela inquiète les gens et nourrit les voix anti-européennes. C'est très dangereux", conclut M. Fischer qui s'est retiré de la vie politique depuis 2005.
Joschka Fischer a en revanche salué les efforts européens de l'ancien chancelier Helmut Kohl qui dirigea l'Allemagne jusqu'en 1998 et appartient, comme Mme Merkel, au camp conservateur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2012 à 19:21 :
un reportage de M6 dimanche12/08 ; transactions immobilieres devant un avocat : 50% en liquide pour le dessous de table !et ce ne serait pas uncas isolé , mais LA REGLE GENERALE pour toute transation immobilere ; le gouvernement ne peut pas ignorer une telle sitauation qui le prive de recettes fiscales énormes! qu"en pensent nos amis grecs qui interviennent ici par leurs commentaires
a écrit le 20/08/2012 à 19:09 :
Hollande serait prêt à aider encore plus la Grece ? mais où va t il trouver le pognon ! il va falloir trouver au minimum 30 milliards de plus pour boucler le budget 2013 ; et on n'a pas encore vu la queue d'un programme d'ECONOMIES en France ! PLUS d'impôts ce n'est pas ça qui va faire de la croissance !
Réponse de le 22/08/2012 à 11:50 :
confirmation de l/incompétence de hollande !
**************************************************
Réponse de le 22/08/2012 à 11:50 :
confirmation de l/incompétence de hollande !
**************************************************
a écrit le 20/08/2012 à 17:45 :
c'est bizarre les pays avec une économie saine ne veulent pas prêter plus d'argent aux grecs
sauf si l'accord signé est respecté ,mais les pays très endettés comme Espagne,Italie,
France sont d'accords pour accentuer l'endettement des grecs en espérant je pense un retour d'ascenseur pour leurs finances en triste état,notre "Moi Président" ferait mieux de s'occuper de notre pays qui prend l'eau de tout côté plutôt que vouloir batailler avec Mde Merkel sur un tel sujet ,notre exemple n'est vraiment pas a suivre par les autres économies
a écrit le 20/08/2012 à 12:10 :
Fischer est un écolo coco, Schroder un liberal socio democrate qui a fait de l'allemagne un pays en bonne santé (même s'il fait des affaires avec la Russie...) bref article difficile à suivre....
a écrit le 20/08/2012 à 11:25 :
En Grèce pendant les vacances on demande souvent de payer en liquide!!!! Le diagnostic est là mais la maladie se poursuit!
a écrit le 20/08/2012 à 9:24 :
Ca se décante ..... les contours entre le bloc fourmies et le bloc cigales deviennent de plus en plus clairs .....
La Grèce a triché en gbrand style dès le debut, et les responsable savaient tres bien quel jeu ils jouaient ! Je crois serieusement que maintenant il faut arreter cette mascarade !
On s´approche de la fin.
Réponse de le 20/08/2012 à 10:28 :
il ne s'agit pas de sauver les grecs, ces cigales, mais de sauver les créanciers des pays fourmies qui ont bien joués aux cigales et qui réclament maintenant des aides...
a écrit le 19/08/2012 à 16:50 :
Déjà 60 Milliards pour sauver les créanciers de la Grèce ( banques et assurances), et encore 20 MilliArds pour sauver les banques espagnoles, mais serrage de ceinture pour les infirmières les enseignants et carence de pièces de rechange pour les CanadAirs , c'est ça le "sérieux de gauche"...






Réponse de le 19/08/2012 à 21:51 :
les enseignants doivent se serrer la ceinture? depuis quand svp?
ils en embauchent 60.000 de plus, c'est toujours pas suffisant?
a écrit le 19/08/2012 à 15:58 :
Bonjour
La position de nos hommes politiques concernant la Grèce est d'une irresponsabilité totale. A croire qu'ils n'en connaissent que ce qu'on leur en raconte, sans avoir de rapports OBJECTIFS sur la situation REELLE du pays, et de son état d'esprit.

J'aime beaucoup la Grèce, et y passe depuis plus de 40 ans une fois tous les deux ans, plusieurs semaines. Je peux donc juger de l'évolution du pays.
Et cette année j'ai été servi, et bien servi ! Il y a par rapport à 2010 une évolution énorme, flagrante pour ceux qui trainent beaucoup dans le pays (mais pas pour les politiques se satisfaisant de rapports officiels) ; elle porte sur deux points.

- 1/ LE TRAIN DE VIE GREC :
On lit ici (en France) que la Grèce est écrasée par les réformes imposées, les gens y sont tristes, malheureux, et le moral au plus bas. L'impression que je retire d'un mois sur place est inverse. Il y a moins de touristes étrangers, mais beaucoup plus de vacanciers Grecs. Et ils font preuve d'un train de vie autrement plus large qu'il y a deux ans. Partout on voit énormément de gros SUV 4x4 rutilants (beaucoup plus que n'importe où en France), de nombreux Porsche Cayenne ou autres monstres, allemands le plus souvent. Les voitures pourries qu'on trouvait avant ont été avantageusement remplacées. Dans les tavernes (où les tarifs sont maintenant le plus souvent prohibitifs), nous faisons attention au prix pour limiter la dépense ; mais pas les Grecs qui choisissent toujours le meilleur et le plus cher. Sur les tables partout sont posés des i-phone, en nombre inimaginable (au moins pour un Français). Bref, le moral est haut, ça consomme, ça vit bien, et manifestement, de l'argent il y en a.
Bien sûr on m'objectera avec raison que ma vue de vacancier en Grèce est partielle, que beaucoup de gens souffrent et sont touchés, et que ce ne sont pas ceux qui sont visibles dans les zones de vacances. Je le crois volontiers, mais ce n'est pas cela qui est visible.

- 2/ LA DETTE, SON REMBOURSEMENT :
Il est une évolution flagrante depuis mon voyage précédent en 2010. TOUT LE MONDE, particuliers et sociétés, cherche à truander le fisc, encore bien plus qu'avant. Il est maintenant devenu quasi impossible de payer en carte VISA (ce qui laisserait des traces). Auparavant on arrivait souvent à payer essence, trajets locaux en ferry, parfois hotels moyens, ou restaurants/tavernes avec la carte de crédit. C'est quasiment impossible cette année ; à l'arrivée on nous dit systématiquement "cash only", même quand la station d'essence porte le logo visa (si on n'est pas d'accord on va ailleurs, mais c'est pareil, et il faut finir par prendre de l'essence). Le plus bizarre, ce sont les compagnies maritimes qui desservent les îles : "cash only", et le prix est à la tête du client (on m'a demandé pour revenir de l'île de Thassos sur le continent 30% de plus au retour qu'à l'aller, et toujours sans trace ; il a fallu que je rouspète pour payer comme à l'aller). Et pour les bateaux rapides et célèbres (et chers), catamarans ou Flying-dolphins qui parcourent le golfe Saronique, c'est pareil, "cash only".
[pour info, les distributeurs de liquides marchent très fort, heureusement.
Je dois dire qu'il y a quelques exception au "cash only" : les magasins alimentaires de chaine, et les hôtels 5 étoiles (à 4 étoiles, on accepte généralement Visa, mais on tente : ce serait tellement plus simple si vous payez en liquide. A 3 étoiles ou moins, le "cash only" est incontournable)]

Aussi je rentre avec l'impression très forte que les Grecs font tout (en mettant leur Etat en faillite) pour être en situation de ne pas pouvoir rembourser leur dette faramineuse, mais obtenir auparavant tout ce qu'ils peuvent de l'Europe tant que c'est encore possible, et se déclarer ensuite en cessation de paiement.
Il est impensable que les hommes politiques Grecs ne soient pas complices, et je me pose sérieusement des questions sur nos propres responsables politiques (ou alors ils sont très mauvais, et mal renseignés sur la réalité).
ON CONSTATE UNE FUITE EN AVANT QUI NE PEUT QUE SE TERMINER EN CATASTROPHE.

Ceci est un coup de gueule. C'est le sentiment de quelqu'un qui connait le pays réel ; et non d'un fonctionnaire ou financier international qui rédige son rapport depuis son palace climatisé athénien.
Et pourtant, je continue à aimer ce pays, dans lequel j'espère encore revenir souvent.

Réponse de le 19/08/2012 à 17:23 :
Les comportements sociaux que vous décrivez correspondent bien à la perte totale de confiance des citoyens dans leurs institutions qui sont complètement défaillantes. Cela n'est pas nécessairement catastrophique, beaucoup d'initiative économique accompagnée de beaucoup de désordre. A terme, seul le recours à la dictature remettra de l'ordre, un préliminaire à toute justice.
Réponse de le 19/08/2012 à 17:45 :
Moi je vie à Athènes et votre commentaire ne reflète pas du tout la réalité de la situation. Si vous êtes de passage à Athènes, ce sera un plaisir de vous montrer la boucherie qui est train se passer. (ma proposition est sérieuse) Je vous démontrerai que c'est vous qui êtes mal renseigné sur la réalité.

Cordialement,

Signé, un vilain grec (qui paye pas ses impôts, qui roule en porshe, avec un Iphone et qui profite de l'argent des allemands et des français)
Réponse de le 19/08/2012 à 19:50 :
je suis également étonné par les propos du premier post, surtout par le fait que tout le monde ou presque roule dans des gros 4 x 4, allemand de surcroît... alors que les Grecs sont plutôt germanophobes depuis la crise. D'autres témoignages peut-être?
Réponse de le 20/08/2012 à 1:26 :
Je rebondis, et réponds à Nikos K. qui vit à Athènes et ne se reconnait pas dans ma description. Je peux très bien le comprendre, et lui demande de m'excuser s'il pense que je l'ai offensé. Mais je ne suis quand même pas entièrement d'accord avec son "vous êtes mal renseigné sur la réalité". Il me parait évident que la réalité en ce moment en Grèce est très contrastée. Il y a, c'est vrai, beaucoup de gens qui souffrent de la situation, le chômage est en forte augmentation, certains revenus sont en chute libre, et la vie dans certaines régions touchées n'est pas gaie. Mais à coté de cela il y a une importante classe très riche qui me parait plus importante qu'avant, qui se nourrit bien de la crise, et le montre sans vergogne. Je maintiens que la densité de belles voitures est très élevée. Par exemple, sur le parking de l'hôtel (correct) que j'ai quitté à Kalamata (ville pourtant pas particulièrement touristique) il y a moins d'une semaine, j'ai compté dans un même temps cinq Cayenne immatriculées en Grèce. C'est au moins un des éléments de la réalité grecque. Et il est impossible de nier qu'il est beaucoup plus difficile qu'auparavant de régler ses dépenses par carte Visa, favorisant ainsi une économie souterraine (avec des gagnants et des perdants). Ce n'est pas en agissant ainsi que les dettes pourront être remboursées par l'Etat.
Réponse de le 20/08/2012 à 10:38 :
Merci pour votre réaction.
Il y a en effet des personnes très riches en Grèce, il existe même une classe moyenne et une classe pauvre de plus en plus grande. Doit-on arriver au stade où la peau nous colle sur les os pour comprendre la gravité de la crise. J'espère qu'on en arrivera pas jusque là. Je pense que la grande majorité des grecs veulent aider le pays à s'en sortir mais quand le montant de vos taxes dépassent vos revenus, il est impossible de s'en sortir. Je suis moi même taxé à 45% de mes revenus quant à ma femme on lui retire 500,00 ? par mois de son salaire sans compter que l?électricité et l'eau ont augmenté de 200%, l'essence frôle les 2,00 ?/l et le niveau de vie est bien plus cher que la France et l'Allemagne, une tva à 23% (même pour la nourriture) avec des salaires ne dépassant rarement les 1000 ?. Si au moins cet argent perçu par l'état servait à quelque chose, un système éducatif ou un système médicale et une administration au service de la population ... Cet argent prélevé rembourse les banques étrangères d'une part, la Grèce peut également continuer à acheter des équipements militaires aux français, aux allemands, aux américains, aux russes, ... le peuple grec perçoit il un centime de ces "aides européennes" ? J'en suis pas sure. On nous demande de faire de nouvelles économies de 14 milliards d'euros signifiant encore plus d?austérité ! La situation est complexe, les premiers responsables sont nos élites aux pouvoirs depuis 20 ans, les autres bons élèvent de l?Europe ont bien profité de la situation en laissant faire la Grèce se faire arnaquée par Goldman Sachs, cela a permit de réaliser de gros travaux d'infrastructure en Grèce, (Jeux olympiques 2004, autoroutes, ponts, aéroports, ...) de nouveau réalisés par de grands groupes industriels allemands et français.

La situation est bien triste, le message transmit par les medias l'est encore plus. Ce que je comprend dans tout cela c'est que l'Europe est uni quand tout va bien, quand il y a des problèmes c'est chacun pour soi !

Merci de m'avoir lu !

Nikos K.
a écrit le 19/08/2012 à 15:49 :
Il faut que la grèce quitte la zone euro. Ce pays est exsangue, corrompu. Ilo ne peut plus lever l'impôt
En espérant que Merkel dira non cela suffit !!
l'euro est une monnaie trop forte pour la Grèce!!
a écrit le 19/08/2012 à 15:37 :
ce que sous-entend Fisher c'est que l'Allemagne agit pour ses propres intérêts depuis la création de l'Euro et qu'elle est en partie responsable de l'état actuelle de l'Europe
a écrit le 19/08/2012 à 15:11 :
Tous les politiques réagissent seulement lorsqu'ils ont le couteau sous la gorge. L'euro a protégé la Grèce comme il a protégé les pays du sud qui ont pu continuer à emprunter sans compter. Seule la sortie de l'euro obligera les grecs a réformer leur pays.
Réponse de le 19/08/2012 à 16:20 :
"Seule la sortie de l'euro obligera les grecs a réformer leur pays". Je dirai plutôt a adapter leur pays car le mot "réforme" sous entend qu'il n'y a qu'une seule voie pour s'en sortir et qu'en général c'est les autres qui décident pour vous!
a écrit le 19/08/2012 à 15:11 :
Normal que notre président Normal ne soit pas d'accord avec la Chancelière. Car ceci voudrait dire que l'Allemagne ne pourra nous aider dans un temps assez proche ! :)
a écrit le 19/08/2012 à 15:03 :
C'est vrai qu'on en perd son latin: nos stratèges politiques conseillés par les meilleurs économistes sont incapables de résoudre les problèmes de la zone euros; on en est à poser plus de rustines que de chambres à air ! Et c'est pas fini......Enfin, ce qui me rassure c'est qu'il y aura moultes commentaires de pseudoéconomistes niveau bac + 3 d'écoles de commerce privées qui vont nous dire ce qu'il faut faire ! A vous messsieurs et dames ......
a écrit le 19/08/2012 à 14:40 :
Pour Hollande -Moscovici, les 60 Milliards engagés pour sauver les créanciers de la Grèce ne sont pas suffisants...retraités, salariés , assurés sociaux, à votre bon cœur svp...
a écrit le 19/08/2012 à 13:43 :
qu'il accuse ou qui l'accuse?
La position d'Angela Merkel a fait l'objet d'une critique sévère de la part de l'ancien ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer qu'il accuse d'"agir de manière nationale et non européenne" dans la crise de la dette en zone euro.
Il me semble que la 2ème proposition est plus correcte grammaticalement.
Réponse de le 19/08/2012 à 14:43 :
que le débat sur la question soit vif chez nos voisins celà est évident, puisque l'on voit même ds la presse (orientée?) sortir l'idée d'un prétendu referendum avec l'idée que le "peuple" doit être consulté. j'ajoute, qu'outre qu'il n'y a pas de Constitution allemande mais une loi fondamentale( Grundgesetz) rédigée lors de la fusion de la Trizone en 1949 et étendue à l'ex DDR en 1969, que parler d'en rédiger une ds l'actuelle crise de l'euro relève d'un non-sens ou alors c'est la politique de Gribouille.
a écrit le 19/08/2012 à 12:59 :
Pauvre Hollande, son opposition à Merkel lui fait croire qu'il a de la personnalité, et du caractère, mais ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle culbuto au Ps.
Réponse de le 19/08/2012 à 15:06 :
Je ne sais pas si vos avez remarqué, mais Monsieur Hollande, rond en formes, sait pour le moins faire....le dos rond ! Que je m'explique. Vous voyez toujours ce monsieur très consensuel, et quand un une mesure déplait à certains (on va prendre le mariage gay en raison de son caractère polémique) vous constaterez qu'il reste muet, comme indifférent. Ceci est à la fois bien et pas bien. Bien, car ceci veut dire qu'il recherche le consensus le plus large possible, à l'inverse de son prédécesseur. Pas bien, car, d'une part, ceci le pousse à accuser une tierce personne quand la situation n'est pas bonne, ou pire, l'incite à l'immobilisme. En un mot, la normalitude est une chose.....molle (désolée de reprendre les propos de Madame Aubry....)
a écrit le 19/08/2012 à 12:13 :
Comment croire qu'un pays peut s'enrichir en mettant sa population au chômage??
Ceux qui quittent le pays parce qu'il n'y a pas de travail ne payeront pas d'impôts...

Pour savoir ce qui se passe en Grèce, depuis Athènes :
http://retoureneurope.blogspot.gr/
Réponse de le 19/08/2012 à 14:05 :
@Ceddric : qui a dit que les autres pays européens souhaitent que la Grèce s'enrichisse ? Je pense plutôt que les autres européens souhaitent que le Grèce quitte la zone Euro si elle ne respecte pas les plans de redressement en place. Vous n'auriez pas envie de voir votre voisin de palier quitter l'immeuble s'il dégrade les espaces publiques, consomme sans modération l'eau froide ??
D'ailleurs on devrait donner le choix à ce qui le souhaite d'envoyer directement des fonds pour aider la Grèce et ne plus injecter d'argent publique. Ça serait beaucoup moins polémique et plus démocratique.
Réponse de le 19/08/2012 à 15:40 :
Non mais c'est effarant de lire ce genre de propos.Vous prenez vraiment les grecs pour des pestiférés et des malautrus ! Vous vous prendriez presque pour une race supérieure... Un peu comme les allemands quoi ?
Allons soyez humain, réfléchissez et respectez ce pauvre peuple grec si proche de nous et cessez de les traiter en ennemi. Ceux sont de pauvres gens, qui ont subi les spéculations de Goldman sachs et du système financier qu on nous a imposé et qui nous oblige à emprunter auprès de banques privé à des taux absurdes.ouvrez les yeux, cernez le mal d'où il vient et cessez cette chasse aux sorcières à ce pauvre peuple grec qui n' y est pour rien et qui souffre.
Réponse de le 21/08/2012 à 22:45 :
1/ " Vous vous prendriez presque pour une race supérieure " : Pas du tout mais comment se fait il qu'un pays avec aucune industrialisation, aucune fiscalité sérieuse soit encore à l'heure actuelle avec la même monnaie que l'Allemagne, la France , La Suède, l'Italie etc ?

2/ " qui nous oblige à emprunter auprès de banques privé à des taux absurdes " : les taux d'intérêts des obligations grecques étaient très proches de celles des autres pays de la zone Euro (4,5% pour la Grèce, 4% pour l'Allemagne) en 2009. C'est pas des taux absurdes ça ! Personne n'oblige la Grèce à faire des déficits et à s'endetter ! Elle n'a pas pu dévaluer sa monnaie depuis l'entrée dans la zone Euro mais elle était bien contente de pouvoir emprunter à des taux quasi-similaire aux taux d'intérêts allemands pendant des années ! Si aujourd'hui ça pète c'est parce que plus personne ne croit en sa capacité de redresser ses finances.

3/ " cernez le mal d'où il vient et cessez cette chasse aux sorcières " : Vous êtes allé en Grèce récemment ? Je peux vous dire que là bas les factures ça n'existent pas, l'église ne paie pas d'impôts, il y a des endroits où les prestations sociales pour personnes non-voyant dépasse la population locale !

Je veux bien croire que les Grecs ne désirent pas ce qui leur arrive, qu'ils souffrent etc mais ils ne font rien pour remettre en état leur système fiscal. Comment voulez vous qu'ils réduisent leur déficit ? Je ne sais pas si vous payez des impôts, mais moi j'en ai ras la casquette de voir des milliards versés dans un trou sans fond. Que la Grèce sorte de l'Euro, elle reviendra quand elle aura assaini ses finances... ou alors qu'elle reste mais c'est vous qui financez à vos frais ses déficits. Ça vous va ?

Dernière chose : en 2010 le déficit annoncée de la Grèce était de 6% dans un premier temps... Puis elle est passée à 12% quelques mois après. De qui se moque t'on ???
a écrit le 19/08/2012 à 11:57 :
L'Europe a été créée et exigée par le Américains, l'Euro une extension du Mark c'est la plus grande fumisterie et arnaque de l'histoire, ces billets qui ne représentent rien, qui ne symbolise que des échecs.. On nous a fait croire que tout le monde pouvait "coucher" dans le même lit nos politiques ont eu le syndrome de Procuste. Ceux qui critiquaient le monnaie unique furent interdits de médias car c'était passé pour anti-européen.Souvenez-vous de l'éditorial de Maurice Allais notre seul prix Nobel d'Economie! C'est la régression sociale, la régression de la démocratie, la perte de la souveraineté, aliénation de la liberté des pays. Nous sommes dirigés par des eurocrates non élus qui se comportent comme des dictateurs. Mr Monti n'a t-il pas déclaré qu'il fallait passer outre les parlements nationaux !Il est temps de retrouver des Etats Nations. Reprenons notre liberté, l'Europe peut exister sans l'Euro en recréant une monnaie commune comme l'avait suggéré à l'époque John Major, E. Balladur, Seguin. On ne résiste pas à l'Oncle Sam...
Réponse de le 19/08/2012 à 12:58 :
Bingo!
Tiens; pour ceux qui n'auraient pas encore compris:
http://www.u-p-r.fr/actualite/france-europe/scandale-du-g30-mario-draghi-et-jean-claude-trichet-sont-bien-des-marionnettes-de-la-fondation-rockefeller
Réponse de le 19/08/2012 à 16:45 :
Parfaite synthèse !
a écrit le 19/08/2012 à 11:56 :
Je n'ai pas d'intérêt personnel à faire avancer telle ou telle cause contrairement aux lobbies qui infestent les commentaires sur la Tribune, mais je lis aussi la partie internationale du Spiegel. Je suis effaré par les articles discrètement racistes et profondément naifs qui sont publiés sur ce journal pourtant qualifié de progressiste. Je me demande même quel pays Européen n'est pas la cible de commentaires racistes par les hommes ou femmes influentes en Allemagne. Récemment il y en avait même à propos des Etats Unis. Deux exemples récent à propos de la France, mais il y en a un tous les deux ou trois jours: http://www.spiegel.de/international/europe/french-industrial-policies-are-aiding-rapid-decline-of-peugeot-a-850348.html et http://www.spiegel.de/international/europe/french-intellectuals-put-the-franco-german-axis-on-the-couch-a-850197.html
Réponse de le 19/08/2012 à 12:57 :
Le spiegel allemand est serieux, l'allemand est toujours clair et ne veut pas connaitre la langue de bois bien de chez nous. Dans ce journal tout est claire et objectif. Meme en France beaucoup de gens s'informent a travers le Spiegel car c'est une bonne facon de s'infofrmer , d'appprendre la verite de ce qui se passe dans le monde ..Desole.
Réponse de le 19/08/2012 à 14:49 :
"Le Spiegel est une bonne façon de s'informer" : Quelle blague !
Réponse de le 19/08/2012 à 15:07 :
Il est vrai que le Spiegel n'est pas le journal le plus réputé Outre-Rhin. Il a cependant le mérite de servir de thermomètre ambiant en Allemagne !
a écrit le 19/08/2012 à 11:41 :
Fischer n est pas schroder !
a écrit le 19/08/2012 à 11:37 :
fin de l'euro .... on ne peut demander au grecs de porter des parapluies et aux allemands des ombrelles !
l' Allemagne contre toutes sortes d'inflation
les pays du sud besoin de cette inflation pour rembourser en monnaie de singe !

Bref la messe est dite !
Réponse de le 19/08/2012 à 12:11 :
Je pense que vous avez bien résumé la situation. Les intérêts sont devenus trop divergents.
Réponse de le 19/08/2012 à 12:37 :
Pourquoi parlez-vous d'inflation puisqu'il existe de l'épargne ou des actifs publics?
a écrit le 19/08/2012 à 11:29 :
Le seul plan valable : sortie le plus vite possible de l'UE et de la zone Euro !
Réponse de le 19/08/2012 à 12:06 :
Ce ne sera pas par choix. Cette même destiné attendra le restant des membres de la zone EURO. On a déjà dépassé ce stade, la question à se poser à présent, sera quelle méthode adopter afin de minimiser au maximum les dégâts. D'où le fait qu'on cherche à temporiser la situation.
a écrit le 19/08/2012 à 11:18 :
L Allemagne doit quitter la zone Euro en entrainant avec elle l'estonie et la Finlande, L'Euro sera la monnaie de la France/Italie/Espagne etc...soit 60 du Pib de l europe !
L'Allemagne rêve au 3°Reich, ne nous laissons ni faire, ni impressionner, leurs chiffres ne sont guère meilleurs que les nôtres ou que les chiffres grecs !
La monnaie allemande augmentera et leurs exportations baisseront. L'Euro baissera ( un peu) et facilitera nos exportations, le prix des énergies sera contenu avec la TIPP Flottante .
L'Allemagne est la sangsue de l europe, il exporte leur chômage dans les pays du sud. Virons les comme en 1945 !
Réponse de le 19/08/2012 à 11:39 :
"L'Allemagne est la sangsue de l europe" ou l'inverse ?
Réponse de le 19/08/2012 à 12:05 :
Je cite un extrait d'un article récent du Spiegel: " The mirror-image relationship, in which the Germans and the French have tied themselves to each other, both culturally and politically, could be described as a relationship between foreign relatives. It is characterized by a mutual fascination, what Bruckner calls "a sort of magnetism," which can be both attractive and repulsive, and has ended in violence again and again, in the Franco-Prussian War of 1870, World War I and World War II. ... What if Gallo were right with his hair-raising feeling that Europe, through its financial policies, could be drifting toward an August crisis like the one in 1914, with Greece assuming the role of Serbia, which Germany's conservative Christian Social Union (CSU) wants to make an example of?"
Réponse de le 19/08/2012 à 12:47 :
Si l'Allemagne ne gage plus l'Europe du Sud, pour le coup, elle s'effondrera encore plus. Il n'est pas nécessaire de pousser le raisonnement plus loin. Avec une sortie de l'Allemagne, vous agravez la situation argentine des pays du sud...
a écrit le 19/08/2012 à 11:11 :
Europe Fédérale ou Confédérale .... on a jamais tranché !!!! La crise de la Zone Euro paradoxalement est issue des règles économiques qui s'appliquent à l'ensemble de l'Europe alors que la mise en place de l'Euro aurait du être accompagnée de règles spécifiques à la zone de la monnaie unique... C'est trop tard....

Globulus
a écrit le 19/08/2012 à 11:07 :
Tout cela est une immense arnaque, un tonneau des Danaïdes sans fin. Nos "responsables", ont se demandent où ils ont fait leurs études tellement c'est pathétique, on d'abord fait une europe de l'argent, des banques et sans pour leurs valises en dessous de table que de faire en premier une europe politique, harmonisant les lois sociales, travail, santé.
Résultat : j'espère que tout cela coulera au plus vite, car là, chaque jour qui passe nous appauvrit tous. Honte à nos éclairés leaders, un collégien s'en sortirait mieux car il ne serait pas motivés de cette indécrottable avidité.
cf : http://www.youtube.com/watch?v=vE9rKZA2zGw&feature=related
C'est édifiant !
Réponse de le 19/08/2012 à 11:38 :
Vidéo :ce qui explique pourquoi ILS tremblent tous que l'UE et la zone Euro implosent. Pas demain la veille dans un média français !
Réponse de le 19/08/2012 à 12:53 :
Belle vidéo !
Il faut que le peuple leur pète la gueule et prenne cette bastille.
Réponse de le 19/08/2012 à 13:09 :
j'ai aussi regardé, c'est édifiant, et encore on ne sait pas tout.
Réponse de le 19/08/2012 à 14:37 :
@perlinpinpin
Attention à l'orthographe:
-"on se demande"et non "ont se demandent"
-"ont d'abord fait" et non "on d'abord fait"
-"il ne serait pas motivé" et non "il ne serait pas motivés"
Réponse de le 19/08/2012 à 15:22 :
@trx : Il m'arrive de faire des fautes, surtout quand je me relis pas. Ceci vient peut-être de cela, en espérant pour lui !
a écrit le 19/08/2012 à 10:53 :
Merci M fischer !!! C'est exactement cela !!! On navigue a vue on bloque les,solutions et on fait exploser l'europe pour un probbleme de 50 milliards d'euro compare a 13 000 milliards de pib europeen. La PAC nous coute plus cher que cela !
50 milliards pour 27 etats ou disons l'eurozone

Bref cette crise des dettes aurait pu etre evitee en 10min top chrono en 2008 !
Réponse de le 19/08/2012 à 11:09 :
J'ose espérer que votre message est ironique...
Réponse de le 19/08/2012 à 11:19 :
Pas d ironie je partage ce point de vue !
Réponse de le 19/08/2012 à 11:26 :
oui j'ose espérer quand même que vous ne croyez quand même pas qu'il n'y avait que 50 milliards de dettes au début ???? ce n'était que la partie visible de l'iceberg ..Les dettes existantes aujourd'hui ne sont apparu par magie.j'ose quand même espérer que vous avez cette lucidité ...Certains hommes politiques disent des bêtises.Vous allez voir que bientôt pour l'espagne les gens vont dire qu'aux débuts on avait que 100 milliards de dettes, alors qu'on a tout simplement un problème sur 5 000 milliards d'endettements ????
Réponse de le 19/08/2012 à 12:15 :
Sans parler du fait d'être déficitaire dans le domaine qui représente la moitié du PIB au niveau industriel, l'automobile.
Réponse de le 19/08/2012 à 17:33 :
Cet article est très (trop) orienté. Loin de l'impartialité d'un vrai journalisme.

En quoi l'opinion a t-elle une si grande valeur et mérite t-elle autant de paragraphes dans cet article? Ridicule.

C'est justement les idées de ce type de politiciens qui nous ont mené là où nous en sommes aujourd'hui.

Et ces gens ressortent tranquillement dans la presse en se présentant comme des voix de la raison.


Réponse de le 20/08/2012 à 0:09 :
Aucune ironie. Les chiffres qui ont fait paniquer les marches n'etaient pas ceux de la dette mais des deficits publics. 50 milliards pour la grece qu'elle devait financer par des emissions obligataires.
1- si il s'agissait de la dette acumulee alors c'est l'allemagne qui aurait du craquer car elle a et de loin la plus forte dette norminale en europe. L'espagne au declenchement de la crise aisni que l'irlande etaient des pays tres peu endettees nominalement et relativement au PIB.

2- Et l'inaction orchestree par mr sakorzy et mme mekel sur le theme "debrouillez vous maismne faites surtout pas defauts sinon nos banques feront faillites" a enclencher la spirale infernale.Les marches qui voyaient auparaavant la zone euro comme un tout ont slors compris que non c'etait chacun pour soi et ce sont enfiles dans la breche, la grece a du trouver des financements de plus en plus chers et a tres courts termes. Cette inaction organisee a permis la contagion a des pays dont les finances publiques etaient avant la crise exemplaire ( L'irlande et l'espagne accumulaient des excedents budgtaires depuis des annees. La vertueuse allemagne n'en faisait pas autant).

3- le cas grec est un cas a part et ridiculement petit au niveau de l'europe. Il ne represente pas la situation des autres pays. Meme en considerant votre raisonnement sur la dette totalr grecque il n'en reste pas moins ridicule : le pib ne represente que 2% du pib

M fischer a raison et ses chiffres sont les chiffres accessibles a tous. Les 50 milliards a financer en 2008/2009 par la grece sont rien du tout l'echelle europeenne. Les,politiques ont manque de vision et ont eu en retard d'un train. Et les grands hedge funds qui ont parie sur l'eclatement de l'euro sans sont donne a coeur joie. Leur grand manitou lui meme M. Soros qui a fait en son temps eclate le SME a dit la meme chose que M fischer...

Conclusion si nos ministres des finances et nos gouvernements ne parviennent pas a organiser un ajustement de 2% du pin il est temps qu'ils changent de metier





Mr fischer n'a pas sorti les,chiffres de son chapeau ...ils sont publics lisez les

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :