En 2011 et 2010, le PIB espagnol a été surestimé

 |   |  318  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Selon l'Institut national de la statistique, l'Espagne a finalement enregistré une croissance de 0,4% en 2011, contre les 0,7% précédemment annoncés. De même, le repli de son produit intérieur brut en 2010 a été sous-estimé et passe désormais de -0,1% à -0,3%.

Journée sombre pour l'Espagne. Selon les nouveaux chiffres de l'Institut national de la statistique (INE) publiés lundi, l'économie espagnole a été largement surévaluée ces deux dernières années. En 2010, le produit intérieur brut du pays a reculé de 0,3% alors que les précédentes estimations tablaient sur -0,1%. Même constat amer concernant l'année 2011. L'institut indique que la croissance a été plus faible que prévu, à +0,4% alors que les précédents chiffres donnaient une hausse de 0,7%. Ces nouveaux chiffres sont le résultat de nouvelles données structurelles et de la réévaluation des chiffres préliminaires, explique l'INE, précisant que la révision de 2011 est due à des exportations moins fortes qu'initialement estimées.

Avenir pessimiste

La quatrième économie de la zone euro, privée de son moteur de croissance, la construction, peine à se relever et a renoué en 2012 avec la récession, deux ans à peine après en être sortie. Ainsi, le PIB espagnol a reculé de 0,4% au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents où il avait baissé de 0,3%. En cause notamment: "une baisse de la demande sur le marché intérieur, compensée partiellement par une contribution positive de la demande extérieure", explique l'INE dans un communiqué fin juillet. A cela s'ajoute un taux de chômage qui culmine à 24,63% de la population et qui touche 1 jeune sur 2.

Avec de telles perspectives, le gouvernement prévoit désormais un recul de l'économie espagnole de 1,5% sur l'ensemble de l'année, puis de 0,5% en 2013, avant un retour à la croissance en 2014. De son côté, le Fonds monétaire international se montre encore plus pessimiste. En tenant compte du plan d'économie de 65 milliards d'euros d'ici à la fin 2014 - réévalué depuis à 102 milliards -, l'institution prévoit un recul du PIB de 1,7% en 2012 puis de 1,2% en 2013, contre -1,5% et -0,6% attendus auparavant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2012 à 22:32 :
En réalité, ce genre de rectification arrive. Il y a 2 ans la France avait réévalué positivement sa croissance des années précédentes. Il n'y a pas forcément de malice ou de trucage.
En attendant les bidon villes a côté de chez moi on disparu ce mois ci ! Meilleur croissance ? Non ! Fin des élections dans une commune socialiste (évacuation) ! Là on se fout de nous .
a écrit le 28/08/2012 à 18:54 :
Qui a truqué les chiffres ?
a écrit le 28/08/2012 à 9:02 :
sous Miterrand on a eu 3 millions de chomeur, avec la crise c' est normal et ce n'est pas de la faute a sarko. et ok pour une bonne revolution, la regle d'or devrait leur mettre du plomb dans les ailes
a écrit le 28/08/2012 à 9:00 :
que l'on parle de l'economie espagnole sans arret, je veux bien .
J'ai traverse l' espagne du sud en plein mois d' aout ou d' habitude c' est inernal.
de nombreuses rue etaient desertes, pourquoi les gens ont ils peur d'aller en espagne, cela ne fait qu' aggraver la crise. Les journalistes font beaucoup de mal a l' economie,
idem pour le maroc,a force de parler de risque les touristes ont fui. On devrait menager nos paroles.
Réponse de le 28/08/2012 à 18:53 :
tout planquer ? mais c'est la dictature que vous prônez là .

Il est vrai qu'en France nous y sommes à peu de chose près : "dormez bien braves gens.. tout baigne"
a écrit le 27/08/2012 à 17:45 :
25 et 50% de chômage, ce qu'il faut c'est une révolution contre les pouvoirs publics. Quand demain est pire qu'aujourd'hui alors il ne faut plus cautionner le système.
a écrit le 27/08/2012 à 17:41 :
J'ai le même presssentiment que "coco". Je pense que nous n'allons pas tarder à découvrir de grosses surprises. Et dire le président du changement a commencé son mandat par des dépenses abonnées.
a écrit le 27/08/2012 à 17:05 :
Mais d'où me vient cette désagréable sensation que cela pourrait être la même chose pour la France ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :