Elections en Catalogne : un défi pour Rajoy

 |   |  378  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président de la généralité de Catalogne a annoncé des élections anticipées dans la région le 25 novembre. Il entend faire de "l'autodétermination" la question principale de la campagne.

Artur Mas lance son défi à Mariano Rajoy. Le président de la généralité de Catalogne a annoncé ce mardi qu?il convoquait des élections anticipées le 25 novembre afin de renouveler le parlement régional. Il a d?emblée prévenu que ce scrutin ouvrait la voie à «l?exercice du droit à l?autodétermination» de la Catalogne. «Dans les moments exceptionnels, il convient de prendre des mesures exceptionnelles», a expliqué Artur Mas devant les députés catalans sur un ton solennel. Le président de la généralité ne disposait depuis 2010 que d?une majorité relative, son parti de centre-droit nationaliste Convergencia i Unio (CiU) ne disposant que de 62 sièges sur 138. Artur Mas devait compter sur l?abstention du groupe socialiste.

Désir d?indépendance ?

Mais ce qui a déclenché la décision du Catalan, c?est le refus de Mariano Rajoy, le président du gouvernement espagnol, de venir en aide à hauteur de 5 milliards d?euros à la région. C?est aussi son refus du «pacte fiscal» proposé par Artur Mas qui réclamait la capacité pour la généralité de disposer de l?autonomie fiscale pour mieux maîtriser ses ressources, comme c?est actuellement le cas pour le pays basque. La crise et la politique de rigueur de Mariano Rajoy ont conduit de plus en plus de Catalans à réclamer leur indépendance. Plus d?un million de personnes étaient descendues dans les rues pour manifester en faveur de l?indépendance de la Catalogne le 11 septembre dernier.

Mauvaise nouvelle

Cette annonce est une mauvaise nouvelle pour le président du gouvernement espagnol qui doit déjà faire face à deux élections régionales le 18 septembre en Galice et au Pays basque où l?indépendance de ces communautés autonomes et sa politique de rigueur seront au c?ur de la campagne. Les élections catalanes seront aussi un poids pour les marchés: la Catalogne, région de 7,5 millions d?habitants, pèse pour près d?un cinquième dans l?économie espagnole. Une indépendance serait une hypothèque lourde sur l?Espagne. Voilà qui tombe mal pour un Mariano Rajoy soumis à des pressions européennes pour faire appel à l?aide extérieure.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2012 à 10:05 :
Et maintenant la Balkanisation de l'Espagne, elle est pas belle cette Europe des peuples du plein emploi de la monnaie heureuse.
a écrit le 26/09/2012 à 8:15 :
rajoy n'a pas refusé les 5 milliards "exigé" par la Generalitat ils sont en train d'etre versés Renseignez vous avant d'écrire n'importe quoi....
a écrit le 26/09/2012 à 7:25 :
A tout refuser, le divorce va de soi !
Réponse de le 26/09/2012 à 11:00 :
Oui. Et qui s'occupera du partage des actifs et passifs de la communauté, puisque la négociation ne fonctionne pas. Le Pape ?
Réponse de le 26/09/2012 à 14:29 :
Mais l'Europe, elle est là pour cela non ?
a écrit le 25/09/2012 à 21:24 :
Que cela sent mauvais. La dernière fois qu'une région a voulu se détacher d'un grand état sans l'aval du reste de cet état, en Europe, c'était la Slovénie de l'ex-Yougoslavie. Espérons que la Catalogne n'emprunte pas ce chemin hasardeux, et que M. Hollande sera moins aveugle que M. Mitterrand, lequel n'avait rien su deviner des desseins du roué chancelier Kohl.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :