Le FMI doute du "bazooka" de la BCE

Le programme de rachat illimité d'obligation proposé par la BCE aux pays qui en feraient la demande est soumis à des décisions de politique intérieure, relève le FMI dans ce mercredi. Des conditions qui rendent ses effets réels caduques pour le moment.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Christine Lagarde avait qualifié de "tournant " le programme de rachat illimité d'obligations publiques annoncé par la Banque centrale européenne en septembre. Ce fameux "Bazooka" promis par Mario Draghi pour rassurer les marchés. Dans son rapport sur la stabilité financière, dévoilé ce mercredi à Tokyo,le  FMI, se montre moins enthousiaste.

Facteurs politiques

Le Fonds pointe "d'importants risques liés à des facteurs politiques" susceptibles de bloquer la mise en oeuvre de ce plan. En effet, pour en bénéficier, les pays en difficulté doivent préalablement demander l'aide du Fonds de secours européen, et en contrepartie accepter la mise en place de plans budgétaires contraignants. Ce programme de rachat illimité "ne donne pas l'assurance catégorique" que la dette sera réduite, est-il écrit.

Un mécanisme "virtuel"?

Lors d'une conférence de presse, José Vinals, directeur du département des marchés internationaux au FMI, s'est inquiété de ce que les "marchés peuvent considérer que ce mécanisme est virtuel et pas encore réel" puisque des pays peuvent hésiter à demander l'aide de la BCE "en raison de considérations de politique intérieure".  Sans être cité explicitement, le cas de l'Espagne pourrait correspondre à cette situation. Même en période d'envolée de ses taux d'emprunt, Madrid s'est refusée à demander une aide européenne globale.

Créer l'union bancaire

Par ailleurs, le FMI presse les dirigeants européens d'accompagner ce programme par la création d'une union bancaire. Pour autoriser le Mécanisme européen de stabilité, officiellement lancé lundi, soutenir directement des banques en difficulté, une supervision bancaire est nécessaire. Or, celle-ci n'existe pas encore. L'institution estime par ailleurs que les banques européennes devront vendre jusqu'à 4.500 milliards de dollars (3.500 milliards d'euros) d'actifs en 2013 si les dirigeants ne parviennent pas à sortir de la crise financière.

Mardi, dans un autre rapport sur l'état de l'économie dans le monde, le FMI avait mis l'accent sur les risques que fait encourir la crise européenne pour la stabilité économique mondiale et sur la nécessité d'agir au plus vite pour la juguler.

--> Pour aller plus loin:  Rapport sur la stabilité financière dans le monde (en anglais).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 10/10/2012 à 17:37
Signaler
les vraies économies sont a faire sur les structures de la république ,c'est trop facile de créer des structures qui s'empilent et ne servent a rien car faisant doublons avec les autres ,mais cela nous obligent a payer une multitude d'élus entourés d...

le 10/10/2012 à 19:13
Signaler
Fort bien dit. Nos politiques sont en effet de véritables improductifs nés !

le 10/10/2012 à 19:34
Signaler
allez va économisons virons la république et mettons une démocratie avancée aux multiples pouvoirs

à écrit le 10/10/2012 à 9:58
Signaler
ils font tout à l'envers 1) la monnaie a été faite en premier alors qu'il aurait fallu harmoniser le fonctionnement des pays 2) on veut mutualiser les dettes en premier aprés "ON VERRA ET NATURELLEMENT IL NE SERA RIEN FAIT . il faut donc en pre...

le 10/10/2012 à 12:51
Signaler
Je propose que tous les libéraux renoncent à tout soins, éducation et sécurité. Là, on aura moins besoin de fonctionnaires et on pourra faire des économies.

le 10/10/2012 à 15:02
Signaler
Cela fait un bout de temps que de+ en + lâchent le "" allopathiquement correct ""aux tenants des ""vaccins"" et autres fadaises ( le vaccin -cadeau ,pas confiance !) ( contrôle du rectum ... pas clair ! ) Et j'en passe et des meilleures ! Et c'est ...

à écrit le 10/10/2012 à 8:45
Signaler
Le FMI ne voit -il pas dans cette décision de la BCE, une forte réduction de son pouvoir d'intervention en Europe à tout le moins, et il y trouve evidemment des biais très contraignants.

le 10/10/2012 à 19:30
Signaler
le FMI méconnait l'europe, qui en est le deuxième soucripteur. ! mon pauvre français

à écrit le 10/10/2012 à 8:41
Signaler
Qu'y a-t-il réellement de concret derrière toutes ces déclarations tonitruantes? Il y a une telle opacité dans les bilans des grandes banques européennes qu'on ne peut plus se faire une idée précise de la situation. Si on regarde certains documents d...

le 10/10/2012 à 19:32
Signaler
oui la banque cela marche avec la croissance alors tout se débine quand il y en a pu. d'où les prêt à taux zéro financé par le peuple

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.