Et vous, seriez-vous exclu de la zone euro ?

 |   |  310  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Un jeu développé par le site du Guardian propose de tester ses finances personnelles et de déterminer si elles se rapprochent plus de celles de l'Allemagne... ou de la Grèce.

Êtes-vous plutôt fourmi ou cigale? Prévoyant ou hédoniste? Comment gérez-vous votre budget mensuel? Empruntez-vous régulièrement de l'argent? Quel est votre plus gros poste de dépense? En dix questions à choix multiple ce jeu développé par l'équipe web du Guardian vous permet de vous situer par rapport aux finances de l'Europe. Et de vérifier si votre gestion serait bien en accord avec les exigences de la Troïka (Fonds monétaire international, Union et Banque centrale européennes).

Des finances à la grecque? Vous êtes exclus!

Un peu comme un pays, votre niveau de "dette" est pris en compte, ainsi que vos postes de dépenses. Sans surprise, plus vous êtes insouciants plus vous risquez d'être exclus de la zone euro. Le test s'achève en effet sur une échelle allant de "l'euro-esclave" à "l'euro-épargnant", partant du pire : la Grèce évidemment. Dans le premier cas vous n'êtes "Ni stoïque, ni héroïque, juste tragique", mais "vous seriez viré de la zone euro", est-il noté dans les résultats du jeu.

Un budget à l'allemande? On vous salue.

Si votre situation n'est pas aussi catastrophique,  vous pouvez vous situer au niveau de l''Espagne par exemple, "en faillite" certes, mais toujours dans l'euro pour peu que vous vous "battiez" pour y rester. Dans le cas où vous êtes légèrement meilleur gestionnaire vous serez peut-être comme les Pays-Bas - "maastrichtement parlant, vous êtes sauf" - ou bien la Finlande, "admirablement nordique". Enfin, les plus sérieux seront, sans surprise, classés dans la catégorie "Allemagne",  "rigoureusement teutons et notés Triple A". Alors, félicitation : "la zone euro vous salue bien". D'autant plus ironique vendant d'un média britannique... pays qui reste soigneusement à l'écart de l'union monétaire.

--> Le fameux "test" du Guardian (en anglais).

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2012 à 0:25 :
Allez les gars on pousse! Quand madame medef sonne le tocsin, on est tous derrière. Pas un ne doit manquer à l'appel. Car qui veut d'un monde pire et d'un esclavage, personne, et les tyrans politiques ont leur place avec le diable.
a écrit le 18/10/2012 à 0:14 :
Le livre s'appellera the biguining pour éviter les sabir. Nous avons une fin pour l'humanité, nous sommes au printemps. Les débats sont rendus publics et l'administration doit justifier ses actes, ce qui jusqu'à présent n'a jamais eu lieu. Après viendra the aftermath... ce que l'humanité souffrira à cause de certain tyrans, pas les chanteurs, ceux qui construisent.
a écrit le 17/10/2012 à 22:01 :
Oh oui, excluez moi !
a écrit le 17/10/2012 à 17:52 :
Une contradiction existe dans notre Europe; c'est la concurrence "libre et non faussé" que recommande l'Union et la disparition des monnaies nationales qui faisaient parti de cette concurrence. Une monnaie unique demande la coopération et non pas l'affrontement!. Qu'on se le dise et qu'on le fasse comprendre à l'axe franco-allemand qui a imposé les règles actuelles et qui est donc responsable de la crise actuelle, ayant voulu ignorer ces vérités.
a écrit le 17/10/2012 à 17:48 :
En tant qu'allemand et fonctionnaire et n'étant concerné ni par la "Altersarmut" pauvreté des vieux, ni par la "Kinderarmut" pauvreté des enfants qui règne chez nous, je me dis que pour le moment, grâce a nôtre excédent de la balance commerciale de 17 Milliards PAR MOIS en moyenne et ceci depuis 18 ans, nous profitons plus que quiconque de l'UE et de l'Union Monétaire, ceci aux dépens des pays moins favorisés que nous. Les quelques petits milliards que l'Allemagne doit verser à Bruxelles tous les ans ne sont rien par rapport à l'excèdent commercial que nous réalisons grâce à cette petite cotisation. Excèdent commercial énorme qui nous permet d'exporter nôtre chômage vers les pays de l'union monétaire économiquement plus faibles et qui, a cause des traités imposés à l'UE par l'axe franco-allemand, ne peuvent ni empêcher ni taxer l'avalanche de produits Made in Germany qui étouffe et empêche leur propres économies de se développer. Les bénéfices ainsi réalisés dans les pays sur-endettés, étant souvent réinvestis hors de la Zone Euro. Alors pas de souci et que la Grèce, l'Espagne, le Portugal et autres affichent un chômage des jeunes qui dépasse déjà les 50% n'intéresse ni M Weidmann ni ma pomme, en fait cela nous arrange, nous récupérons ainsi l'élite de ces pays, puisque nous manquons de jeunes hautement qualifiés. Et après tout l'Allemagne peut quitter l'UE si bon lui semble et si nous ne sommes pas contents, personne ne peux nous en empêcher.
Réponse de le 17/10/2012 à 19:37 :
Vous êtes Allemand? Vous vous exprimez drolement bien en français pour un Allemand; à y réfléchir, vous devez être allemand comme moi je suis turque...
Réponse de le 18/10/2012 à 7:02 :
@ ICIDEMAIN,
Merci pour le compliment, je ne suis ni Allemand ni Français.
Deutscher Michel est une appellation que les Allemands aiment se donner, surtout quand ils prétendent que le « Deutscher Michel » est exploité par les autres pays de l'UE et qu'il payeent trop et toujours pour les autres, fermant ainsi un oeuil pour ne voir que la moitié de la vérité.
Cependant mon commentaire, bien que sarcastique, se limite à des vérités ou à ce que je ressens comme telles!
Vivant en Allemagne depuis 1966, originaire d'un pays que les Allemands et les médias allemandes appellent volontiers « Die PIGS » je me permet d'écrire en connaissances de causes.
Cependant mon commentaire, bien que sarcastique, se limite à des vérités ou à ce que je ressent comme étant vrai!
Vivant en Allemagne depuis 1966, je me permet d'écrire en connaissances de causes.
a écrit le 17/10/2012 à 16:36 :
J'ai fait le test, et comme une majorité de Français j'ai une gestion "allemande" de mon budget personnel. Je pense pas être le seul, les Français sont plutôt fourmis. On peut pas en dire autant de l'Etat...
Réponse de le 17/10/2012 à 19:35 :
Idem j'ai une gestion à l'allemande mais ce n'est pas difficile quand on se prive 365 jours par an et qu'on ne réalise aucun projet par peur de l'endettement:finalement, je ne suis pas sur que cette gestion, ce soit très positif...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :