Copé : «La réduction du déficit budgétaire ne peut pas être le seul objectif de l'Europe»

 |   |  481  mots
S'il est élu à la tête de l'UMP, Jean-François Copé proposera de lancer un grand débat sur l'Europe, mais pas un débat réducteur pour savoir s'il faut une approche fédérale, confédérale ou quel degré d'intégration est adapté mais une vraie vision de ce que nous voulons à travers deux thématiques : l'Europe qui protège et la compétitivité. Copyright Reuters
S'il est élu à la tête de l'UMP, Jean-François Copé proposera de "lancer un grand débat sur l'Europe, mais pas un débat réducteur pour savoir s'il faut une approche fédérale, confédérale ou quel degré d'intégration est adapté" mais "une vraie vision de ce que nous voulons à travers deux thématiques : l'Europe qui protège et la compétitivité." Copyright Reuters
En marge du sommet du parti populaire européen à Bucarest, Jean-François Copé réagit à la proposition de débat national sur l'Union politique faite par Michel Barnier. Le candidat à la présidence de l'UMP esquisse sa politique européenne s'il est élu le 18 novembre.,

Michel Barnier propose un débat national sur l'Europe en France pour se mettre en situation de répondre à l'offre d'union politique d'Angela Merkel. Vous adhérez ?

C'est une bonne idée, à une condition : que ce débat ne se trompe pas de cible. Tirons les enseignements du passé. Tous les débats institutionnels menés ces dernières années au niveau européen ont eu pour caractéristique de prendre beaucoup de temps et d'irriter les populations. Si je suis élu président de l'UMP, je veux lancer un grand débat sur l'Europe, mais pas un débat réducteur pour savoir s'il faut une approche fédérale, confédérale ou quel degré d'intégration est adapté. Il faut proposer une vraie vision de ce que nous voulons à travers deux thématiques : l'Europe qui protège et la compétitivité. On ne peut pas faire de la réduction du déficit budgétaire le seul objectif économique de l'Europe. C'est incompréhensible pour les citoyens. Cela ne peut pas tenir lieu de perspective. La seule perspective c'est la compétitivité.

Mais la chancelière allemande veut une réponse qui soit aussi politique et institutionnelle. Que lui répondez-vous ?

Je considère que ce n'est pas un tabou mais cela ne peut pas être exclusif parce que pour les Français, ce débat-là ne leur apporte rien. Il faut faire un "bargain" global. Mais le débat institutionnel quelque soit l'énergie d'Angela Merkel va prendre 5 à 10 ans.

Nicolas Sarkozy était hostile à ce principe fondateur de la concurrence au sein du marché unique, ce qui ne semble pas être votre cas. Est-ce juste de dire que, pour vous, le problème est la concurrence externe, pas interne à l'espace européen ?

La concurrence bien sûr est un sujet. Il y a un dumping fiscal et social qui existe, y compris au sein de l'Union européenne. Mais ce que je veux dire c'est qu'on ne fera pas de miracle. Je ne vois pas comment les pays les moins chers en termes de coût social en Europe vont faire d'énormes efforts pour les augmenter et nous pour les baisser. Par contre, il y a un niveau de développement et des forces propres à l'économie française qu'il nous appartient de mobiliser. Ce n'est pas l'affaire de l'Europe. En revanche il faut s'occuper des frontières européennes. On ne peut pas continuer à être à ce point perméable, ce n'est pas possible. Pour le coup, j'adhère totalement au programme de Nicolas Sarkozy, aussi bien pour les questions de circulation de personnes, que sur tout ce qui concerne les marchés publics, ce qui concerne la capacité de l'Europe à refuser des investissements extra-européens qui sont contraires à nos intérêts. Ici, cela a du sens d'avoir une identité et une gouvernance européennes.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2012 à 19:04 :
"la reduction du déficit ne peut pas etre le seul objectif" dit-il. Avant de baratiner sur un tas de choses plus ou moins censées, qu'il commence par là. On en reparlera après.
a écrit le 18/10/2012 à 17:43 :
70 milliards/an pour les fonctionnaires, 170 pour le privé avec 5x plus de cotisants.Cherchez l'erreur... La premiere des choses, c'est de faire peter immediatement les regimes genre cheminots et non pas en 2024, les retraites des oligarques et plafonner les retraites.
a écrit le 18/10/2012 à 17:38 :
sauf lorsqu'il a les manettes. Par contre, les idées pour se faire de la clientele au parlement (EDF),des niches premier cercle et des textes visant à sanctionner un député pourri jusqu'à l'os par une amende "carambar", là, il est fort.
a écrit le 18/10/2012 à 16:26 :
du deficit budgetaire mais tout d'abord des depenses.... C'est la seule voie qui permettra je l espère de reduire la pression fiscale et d'encourager l'investissement
a écrit le 18/10/2012 à 14:41 :
l'équilibre est indipensable mais seulement par des économies un exemple combien coutent aux contribuables tous les avantages de nos trois anciens présidents sarko giscard, chirac. tous les anciens ministres premiers ministres les fonctionnaires
Réponse de le 18/10/2012 à 16:56 :
Quatre !

Vous oubliez Valéry Giscard d'Estaing.
a écrit le 18/10/2012 à 14:29 :
Il ne daigne pas répondre aux questions institutionnelles; parce que cela "n'apporte rien au français". Je ne pense pas qu'il pourra longtemps se réfugier derrière la "volonté" présumée du peuple. Certes, cela appartient à la France de mobiliser ses propres forces pour améliorer la compétitivité des ses entreprises et de son fonctionnement étatique. Pourtant, la France a été le 1er pays d'Europe (et du monde) à abandonner sa souveraineté monétaire dans les années 80 (sans aucune pression de l'extérieur) et à arrimer le franc fort au mark, puis d'assister à la création sur le plan européen du mécanisme de taux de change européen, ou MCE. Cela à apporter au peuple français en finalité l'Euro. Ce n'est rien pour les français, Mr Copé? Sur ces diverses question lié au pilotage économique, politique et social de l'Europe, l'Allemagne (et d'autres pays) attendent des réponses avec impatience. Le déni n'est pas une réponse.
Réponse de le 18/10/2012 à 14:45 :
l'allemagne n'attends pas de réponse, elle attend que vous baissiez votre pantalon. Merkel ne défend que les intérêts des allemands, alors déménagez en allemagne et laisser la france défendre ses propres intérêts. le sarkozy caniche de merkel était une honte pour notre pays, et un sujet de moquerie permenante en allemagne.
Réponse de le 18/10/2012 à 16:59 :
Améliorer le fonctionnement étatique, ça s'appelle privatiser. Mais Copé le socialiste ne l'a toujours pas compris.
a écrit le 18/10/2012 à 13:59 :
Reponse: Cela doit etre la preoccupation principale car sinon notre avenir est foutu.
a écrit le 18/10/2012 à 13:59 :
franchement ,quand j'entends ces propos clairs,sensés et intelligents,je me demande combien de temps on va pouvoir supporter les amateurs socialistes!
Réponse de le 18/10/2012 à 14:43 :
eh bien après 10 ans de gouvernement clair, sensé et intelligent demandez-vous donc pourquoi les électeurs français vous ont mis un magistral coup de pied au c...
Réponse de le 18/10/2012 à 15:31 :
après 10 ans de gouvernement clair, sensé et intelligent le électeurs vous ont balancé un upper-cut... MDR
Réponse de le 18/10/2012 à 15:55 :
sarko a au moins essayé de réduire la voilure bien que ses efforts ont été en grande partie gachés par les collectivitées locales(presque toute de gauche) qui ont dépensées et embauchées à tout va. Par ailleurs n'oubliez-pas que françois hollande a été élu avec moins de 50% des votants( le coup de pied au c. n'était donc pas si magistral)
Réponse de le 18/10/2012 à 17:44 :
à @RPR: Je crois que nous n'avons pas les mêmes chiffres. Une dette publique qui passe de 1200 à 1800 milliards d'eurros en 5 ans, je n'appelle pas cela "réduire la voilure". Mais chacun voit midi à sa porte...
a écrit le 18/10/2012 à 13:29 :
UMP = socialisme = PS. L'équation fondamentale de la vie politique française est plus que jamais vérifiée. Montebourg, Copé ? Des clones interchangeables ! Mais comment peut-on être aussi mauvais ?
Réponse de le 18/10/2012 à 18:03 :
on peut etre mauvais lorsqu'on menace les gens!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :