Guerre des sexes à la BCE

La commission financière du parlement européen a bloqué la candidature du Luxembourgeois Yves Mersch au directoire de la BCE. Parce qu'il est homme.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)

Yves Mersch a deux défauts qui, depuis des années, semblent bloquer sa carrière. D?abord, il est Luxembourgeois. Il est même gouverneur de la banque centrale du Grand-Duché. Ensuite, c?est un homme. Double tare qui l?empêche pour le moment d?avancer, malgré son ambition et ses qualités supposées.

Malheureux car Luxembourgeois


C?est en effet sa qualité de sujet du Grand-Duc de Luxembourg qui en 2010 lui avait valu une amère déconvenue. A l?époque, Angela Merkel espérait en effet placer « son » candidat Axel Weber, ci-devant président de la Bundesbank, à la présidence de la BCE. Pour remplacer Lukas Papademos, pas encore ex-premier ministre grec mais vice-président de la BCE sortant, la chancelière a finalement décidé de lâcher Yves Mersch,  qui en tant que Luxembourgeois était son candidat « nordiste » naturel, pour soutenir un candidat du « sud », le Portugais Vitor Constancio. Son idée : personne ne pourrait ensuite bloquer la route à Axel Weber, renvoi d?ascenseur et « équilibre géographique » obligent.

Espoirs renouvelés

La belle stratégie d?Angela Merkel a finalement échoué. Axel Weber, vexé de ne pas être assez soutenu par Berlin et agacé par la politique « inflationniste » de la BCE a finalement jeté l?éponge. C?est un autre « sudiste » qui a pris la présidence de la BCE, l?Italien Mario Draghi. Alors Yves Mersch est revenu à la charge. Et cette fois, il y a vraiment cru. Le poste de l?Espagnol José Manuel Gonzalez Paramo au directoire de la BCE est devenu vacant. L?Espagne veut conserver son poste ? Halte-là ! Le directoire de la BCE n?est pas celui du Club Med. Yves Mersch y défendra les intérêts des faucons. Paris s?incline, Berlin applaudit. Rien n?empêchera plus le déménagement du Luxembourgeois à Francfort. Sauf que.

Domination masculine

Sauf qu?Yves Mersch avait oublié un détail : non content d?être Luxembourgeois, il est aussi un homme. Et des hommes, il y en a déjà beaucoup au directoire de la BCE. En réalité, il n?y a que des hommes depuis le départ de l?Autrichienne Gertrude Tumpell-Gugerell à la fin de l?année dernière. Or, voici que le parlement européen s?inquiète de la présence féminine dans les instances européennes. Et comme le poste à pourvoir achèvera le renouvellement du directoire de la BCE, la nomination d?Yves Mersch ferait de cette instance un repaire d?hommes jusqu?en 2018. On trouvera ici un résumé des places au directoire depuis la création de la BCE

Le Parlement fait barrage

Yves Mersch a sans doute dû sourire d?abord de ces critiques. Mais il a vite déchanté. Car l?affaire est devenue sérieuse et lundi soir, la commission des finances du parlement européen a rejeté sa candidature sur ce prétexte. Sylvie Goulard, députée libérale française justifie ce vote en pointant que « cette nomination serait un mauvais signal envoyé à la moitié de la population européenne ? autrement dit, aux femmes. »

Options peu enviables

La carrière du malheureux Yves Mersch menace donc de s?arrêter Avenue de Monterrey, à Luxembourg. A moins que, finalement, un compromis soit trouvé d?ici jeudi, lorsque le parlement votera en séance plénière sur le sujet. Ou que les chefs d?Etats et de gouvernements passent outre la décision du parlement, ce qui juridiquement possible. Mais dans les deux cas, Yves Mersch aura à se repentir de son appartenance au sexe fort. Un compromis réduirait sans doute son mandat pour passer précocement la main à une dame. Un passage en force ferait de lui un symbole de la phallocratie monétaire ! Les deux options ne sont guère enviables?

Intérêt de l'opération ?

Finalement, le vrai problème est sans doute ailleurs. Nul ne conteste en réalité, les « compétences » d?Yves Mersch, ni même ? et c?est là bien pire ? son inclination de « faucon » orthodoxe proche de la Bundesbank. On ne s?interroge pas davantage sur ce que serait une « gestion féminine » de la politique monétaire. On s?arrête à une simple question de représentation. Or l?Europe en crise a moins besoin de quotas que d?une politique économique et financière efficace et active. Si seule une femme peut l?apporter, alors il faut écarter Yves Mersch. Si on veut en revanche remplacer Yves Mersch par son équivalent féminin sur le plan monétaire, l?intérêt de l?opération restera à prouver.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 26/10/2012 à 9:31
Signaler
J'adore votre façon de croire que seule les femmes peuvent mettre un terme à la crise , c'est tellement féministe , tellement anti stéréotypes , tellement pas sexiste , tellement objectif...

le 26/10/2012 à 13:44
Signaler
C est vous monsieur qui est êtes en plein délire sexiste, jamais dans aucun propos un défenseur des droits de femme s n a évoqué une quelconque supériorité. Il serait totalement absurde et anti dogmatique de retourner ce pourquoi on lutte. L égalit...

à écrit le 23/10/2012 à 16:07
Signaler
Très bien, j'applaudis des deux mains. Qui pourrait nous faire croire qu'il n'y a pas une seule femme en Europe capable de prendre un tel poste. Et si jeudi "il passe", j'espère sincérement que ce sera pour un temps limité, le temps de recevoir et d'...

à écrit le 23/10/2012 à 15:07
Signaler
L'europe c'est telleeeeeemeeeeeeeeeeeeennnnt progressssssssssssssssssssiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiisste ! A défaut d'être démocratique, au moins elle est féministe!

le 23/10/2012 à 16:13
Signaler
Pas vraiment Nicolas, au final, elle est élitiste ,machiste et fourbe. La démocratie c est bien de représenter les 50 % de citoyens qui sont des citoyennes et cette contestation trouve ici son fondement d'autant plus que cette commission avait pris...

le 23/10/2012 à 18:39
Signaler
Vous ne m'avez pas compris. Donner un vernis progressiste par adjuction de féminisme à une institution qui est profondément illégitime et anti-démocratique en dit long sur l'europe et sur le féminisme. La BCE est indépendante des politique (c'est a d...

le 24/10/2012 à 9:09
Signaler
Mon cher Nicolas, je ne vous comprends toujours pas tout simplement parce que le féminisme bourgeois socialiste des années 60-70 n est pas représentatif et vous restez bloqué sur une idéologie que je n'arrive même pas à penser. Je n ai d autre iden...

à écrit le 23/10/2012 à 14:37
Signaler
Tant que le "climat" hormonal de l'homme sera dominé par la testostérone depuis son séjour dans l?utérus de sa mère, rien ne changera. On ne peux pas aller a l'encontre de la nature. De même qu'il est impossible d?arrêter d' uriner sous prétexte que ...

à écrit le 23/10/2012 à 14:26
Signaler
Combien de femmes sont dans la situation de ce seul homme ? et toutes n'ont pas droit à un article de pleine page dénonçant leur situation.

à écrit le 23/10/2012 à 14:15
Signaler
Il y aura d'ailleurs toujours "un homme en trop" dans une société laborieuse où les femmes sont "élues" pour mettre les bébés au monde... sauf peut-être à la maternité. C'est d'après un principe qui veut que le sacré passât avant l'efficacité... oui ...

à écrit le 23/10/2012 à 14:14
Signaler
Le Luxembourg paradis fiscal noir est indigne d'avoir un représentant à la BCE tout aussi indigne de voir M. juncker président de l'Eurogroupe. Le Luxembourg est le ver dans le fruit. Trente pour cent environ du Pib du Duché est du à ce système pourt...

le 23/10/2012 à 14:41
Signaler
Après 20 ans au Luxembourg, je trouve que l'on y paie plus d'impots qu'en France ... Il faudra nous expliquer en quoi le Luxembourg est un paradis fiscal. Pour votre info, un francais ayant son argent placé au Luxembourg et qui souhaite rester anonym...

le 23/10/2012 à 16:05
Signaler
Plutôt parce qu'il y a le secret bancaire... sutout pour les entreprises ! Regardez l'exemple d'Ebay, Skype, Amazon. Pourquoi ont-elles une filiale au Luxembourg ? Parce que c'est là bas qu'elles réalisent tout le revenu, qui est fortement moins taxé...

à écrit le 23/10/2012 à 14:02
Signaler
Or l?Europe en crise a moins besoin de quotas que d?une politique économique et financière efficace et active. Si seule une femme peut l?apporter, alors il faut écarter Yves Mersch. Quelle remarque bien machiste ni vu ni connu. que croyez-vous? qu'i...

à écrit le 23/10/2012 à 14:00
Signaler
C?est lamentable c'est décisions européennes sur le sexe et pas sur les compétences que ce soit homme ou femme.

le 23/10/2012 à 14:24
Signaler
Défendre la démocratie et les Droits des femmes qui représentent la moitié des électeurs n est certainement pas lamentable comme votre réflexion qui laisse à penser que Monsieur Mersch à la compétence innée dévolue aux hommes L absence de toute pa...

le 23/10/2012 à 14:57
Signaler
taranis mon commentaire ce n?étais pas sur le féminisme que vous représenté très bien mais plutôt sur les compétences au de la du sexe du candidat ou candidate, cela devrais être le seul moteur de la sélection. Je suis pour, de placer une femme si el...

le 23/10/2012 à 15:53
Signaler
Pardonnez moi Monsieur, je n avais pas l intention d être agressive, mais je manie souvent mal mon désir de m exprimer avec mon écriture impétueuse et restreinte . Mais la Commission a volontairement ignoré toute parité puisque que les dossier...

à écrit le 23/10/2012 à 13:35
Signaler
Drôle de guerre ou il n y a de combattants que d un coté, les femmes restent maintenues enfermées dans leur bocal de verre à attendre le bon vouloir de cette confrérie hermétique. Malgré toute les bonnes intentions, le pouvoir n est toujours pas co...

à écrit le 23/10/2012 à 13:17
Signaler
Pourvu qu' il ne faille pas aussi y faire entrer à proportion les trans-sexuels... Et dans quel classement ferons nous entrer les bi ???? Dramatique , le niveau de ces discussions, les choix se font par intérêt personnel et non pour le bien commun. L...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.